Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
8 010.83 PTS
-0.16 %
7 989.00
-0.47 %
SBF 120 PTS
6 059.85
-0.18 %
DAX PTS
17 930.32
-0.13 %
Dow Jones PTS
37 951.24
-1.32 %
18 005.21
-1.65 %
1.064
-0.76 %

Wall Street remonte un peu après Powell

| Boursier | 190 | Aucun vote sur cette news

Wall Street s'est un peu redressée mercredi, après deux séances de baisse, aidée par la nouvelle hausse de Nvidia (+3,1%) et dans la foulée d'une...

Wall Street remonte un peu après Powell
Credits UzirePictures

Wall Street s'est un peu redressée mercredi, après deux séances de baisse, aidée par la nouvelle hausse de Nvidia (+3,1%) et dans la foulée d'une intervention plutôt rassurante de Jerome Powell. Le S&P 500 reprend 0,51% à 5.104 pts, le Dow Jones monte de 0,20% à 38.661 pts et le Nasdaq s'adjuge 0,58% à 16.031 pts.
Nvidia, moteur des marchés ces derniers mois, pointe donc de nouveau en hausse sur les 880$, au plus haut historique, pour une capitalisation voisine de 2.200 milliards de dollars.

Sur le Nymex, le baril de brut WTI regagne 2% à près de 80$. L'indice dollar cède 0,3% face à un panier de devises. Le Bitcoin, qui a atteint des sommets historiques sur les 69.000$ mardi évolue proche des 66.000$.

Malgré les propos encore mitigées concernant l'inflation, le président de la Fed, Jerome Powell, a indiqué mercredi aux législateurs de la Chambre des représentants que le pic de taux était "sans doute atteint" et que des baisses de taux d'intérêt sont probables à un moment donné cette année... La banque centrale américaine devrait toutefois procéder avec prudence, lorsqu'elle évaluera si l'inflation ralentit de manière appropriée... "Si l'économie évolue globalement comme prévu, il sera probablement approprié de commencer à diminuer la rigueur de la politique monétaire à un moment donné cette année", a déclaré Powell dans ses remarques préparées pour l'intervention du jour devant la Commission des services financiers de la Chambre des représentants. Le FOMC ne s'attend pas à ce qu'il soit approprié de réduire la fourchette cible tant qu'il n'aura pas acquis une plus grande confiance dans le fait que l'inflation évolue de manière durable vers l'objectif des 2%, a ajouté J. Powell...

Le témoignage du patron de la Fed devant les législateurs de la Chambre intervient deux semaines avant la prochaine réunion monétaire, au terme de laquelle les responsables devraient maintenir les taux stables pour la cinquième réunion consécutive, entre 5,25 et 5,50%, au plus haut de plus de 20 ans.

Powell a précisé que l'inflation s'était bien améliorée, mais qu'elle reste supérieure à l'objectif de long terme des 2%... La demande sur le marché du travail excède quant à elle toujours l'offre, le marché demeurant donc assez tendu. Le patron de la Fed constate aussi la résilience plus générale de l'économie et de la consommation. Il juge que les progrès ont été considérables sur un an concernant le double mandat de la Fed relatif à l'emploi et à l'inflation (stabilité des prix). Néanmoins, Powell a tenu à souligner les incertitudes économiques et qu'il ne prend pas pour acquis le retour de l'inflation vers l'objectif...

Le dirigeant de la Fed voit ainsi des risques dans une réduction prématurée... mais aussi dans une réduction trop tardive des taux. Il sera selon lui sans doute appropriée de baisser les taux à un moment cette année. La Fed évaluera pour cela avec précaution les données nouvelles. La banque centrale a besoin en effet d'un plus grand degré de confiance quant au retour durable de l'inflation vers l'objectif avant de procéder à des assouplissements.
Ainsi, l'autorité monétaire américaine ne devrait pas se presser avant d'ajuster les taux en baisse... Les baisses de taux éventuelles dépendront de la trajectoire de l'économie et de l'inflation. Le FOMC, comité monétaire de la Fed, voudrait en effet observer des données supplémentaires confirmant la désinflation. En attendant, la force de l'économie et la résistance du marché du travail permettent à la banque centrale de procéder avec prudence...

Les cours pétroliers sont bien orientés après l'annonce d'une légère hausse des réserves de brut aux Etats-Unis la semaine passée. D'après le Département américain à l'Energie, les stocks domestiques de brut, hors réserve stratégique, ont progressé de 1,4 million de barils lors de la semaine close le 1er mars à 448,5 mb. Le consensus tablait sur une hausse de 2,4 mb. Les stocks d'essence ont reculé de 4,5 mb (-1,6 mb attendu), et ceux de produits distillés ont diminué de 4,1 millions de barils (-1 mb attendu).

Selon le rapport d'ADP, les créations de postes dans le privé aux Etats-Unis pour le mois de février 2024 sont ressorties au nombre de 140.000 seulement, contre 150.000 de consensus et 111.000 pour la lecture révisée du mois antérieur. "Les gains d'emploi restent solides. Les gains salariaux ont tendance à baisser mais restent supérieurs à l'inflation. En bref, le marché du travail est dynamique, mais ne fait pas pencher la balance en termes de décision de la Fed sur les taux cette année", note Nela Richardson, cheffe économiste d'ADP. Alors que la croissance de l'emploi est restée stable, les gains salariaux des personnes ayant changé d'emploi se sont accélérés pour la première fois depuis plus d'un an, passant de 7,2 à 7,6%.
Au mois de février, ce sont essentiellement les entreprises de plus de 500 personnes (+61.000 postes) et celles de 50 à 249 personnes (+53.000 emplois) qui ont créé des emplois aux USA.
Le rapport JOLTS sur les ouvertures de postes de janvier aux Etats-Unis a fait ressortir 8,863 millions d'ouvertures, contre 8,85 millions de consensus et 8,889 millions pour la lecture révisée du mois antérieur.

Jeudi, les marchés surveilleront l'étude Challenger sur les annonces de licenciements aux Etats-Unis, la balance du commerce international des biens et services, ainsi que les inscriptions hebdomadaires au chômage et les chiffres de la productivité trimestrielle. Jerome Powell interviendra de nouveau devant le Comité du Sénat pour la banque, l'immobilier et les affaires urbaines. La présidente de la Fed de Cleveland aura aussi son mot à dire dans la journée...
Enfin, vendredi, le Département américain au Travail publiera son rapport mensuel sur la situation de l'emploi pour le mois de février (consensus FactSet 200.000 créations de postes non-agricoles, 3,7% de chômage). John Williams de la Fed interviendra par ailleurs dans la journée.

Selon l'outil FedWatch du CME Group, la probabilité d'un statu quo monétaire supplémentaire laissant la fourchette sur le taux des fed funds entre 5,25 et 5,50% le 20 mars, à l'issue de la prochaine réunion monétaire, se situe à 97%. La probabilité que les taux restent encore inchangés le 1er mai à l'issue de la réunion suivante atteint 78%. Le premier assouplissement monétaire pourrait intervenir le 12 juin.

Sur le front politique aux USA, Joe Biden et Donald Trump ont dominé comme prévu les primaires démocrates et républicaines organisées simultanément dans 15 Etats et un territoire à l'occasion du Super Tuesday. Il s'agit d'une étape importante en vue de la désignation des candidats à l'élection présidentielle aux Etats-Unis.

Ailleurs dans le monde, la Chine entend amplifier cette année les ajustements de politique économique, selon Zheng Shanjie, chargé de la planification économique de l'Etat, cité par Reuters et jugeant conforme au potentiel économique chinois l'objectif de croissance du gouvernement pour 2024 d'environ 5%.

Dans l'actualité des entreprises à Wall Street, Kroger, Burlington Stores, Toro Company, BJ's Wholesale, Ciena et American Eagle Outfitters annonceront leurs comptes jeudi avant bourse, alors que Broadcom, Costco Wholesale, Marvell Technology, MongoDB, DocuSign, Guidewire et Gap publieront leurs résultats après bourse.

Les valeurs

Campbell Soup (+0,8%), le groupe alimentaire américain a annoncé pour son deuxième trimestre fiscal 2024 des revenus de 2,46 milliards de dollars, à comparer à un consensus de 2,44 milliards de dollars. Le bénéfice ajusté par action est ressorti à 80 cents, contre 77 cents de consensus. Le free cash flow s'est fortement amélioré à 390 millions de dollars. Les revenus ont décliné de 1% en organique. Le groupe a maintenu par ailleurs ses prévisions 2024 de revenus et de profits.

JD.com (+16,1%), le géant chinois du e-commerce bondit à Wall Street, alors que le groupe a battu le consensus sur le trimestre clos et approuvé un programme de rachat d'actions de 3 milliards de dollars. Le détaillant en ligne a réalisé des ventes de 306,1 milliards de yuans (42,6 milliards de dollars) sur le trimestre clos, contre environ 300 milliards de yuans de consensus. Le résultat opérationnel non-GAAP s'est élevé à 7,8 milliards de yuans (1,1 milliard de dollars) pour le quatrième trimestre 2023, contre 7,3 milliards de yuans un an avant.

Brown-Forman trébuche de 7,3%, alors que la maison-mère de Jack Daniel's a déçu par sa publication financière pour le troisième trimestre de l'exercice fiscal 2024 et ses prévisions. La compagnie basée à Louisville, dans le Kentucky, a enregistré un bénéfice net de 285 millions de dollars, ou 60 cents par action, pour le trimestre clos le 31 janvier, contre 100 millions de dollars, ou 21 cents par action, un an avant. Les ventes ont chuté de 1% à 1,069 milliard de dollars contre 1,081 milliard de dollars.

Foot Locker (-29,3%), le détaillant en chaussures de sport a décroché à Wall Street, alors que le groupe vient de repousser ses objectifs de revenus de long terme. Pour le quatrième trimestre fiscal, le groupe a affiché des revenus de 2,38 milliards de dollars contre 2,28 milliards de consensus. Le bénéfice ajusté par action a été de 38 cents contre 32 cents de consensus de marché. Pour l'exercice, le groupe envisage un bénéfice ajusté par action de 1,70$ seulement contre 1,95$ de consensus.

Box (+8,6%), la plateforme de gestion de contenus stockés en ligne a battu le consensus des analystes au titre du quatrième trimestre en termes de profits, mais raté celui de revenus. Le bénéfice ajusté par action a représenté 42 cents sur le trimestre clos, tandis que les revenus ont atteint 263 millions de dollars. Ainsi, les revenus de l'exercice ont totalisé 1,04 milliard de dollars, en ligne tout de même avec la guidance du groupe, pour un bénéfice ajusté par action de 1,46$. Le groupe a annoncé par ailleurs une nouvelle expansion de 100 millions de dollars de son programme de rachat d'actions. Hier soir, Box a aussi fait état d'une collaboration étendue avec Microsoft via une nouvelle intégration avec le service Azure OpenAI, afin d'apporter à Box AI ses grands modèles de langage avancés.

Nordstrom (-16%), la chaîne de magasins dans le domaine du luxe a affiché au quatrième trimestre des résultats supérieurs aux attentes de marché, mais une guidance trop courte. Sur le trimestre clos, les revenus ont été de 4,42 milliards de dollars contre 4,38 milliards de consensus. Le bénéfice ajusté par action a représenté 96 cents contre 89 cents de consensus de place. Le free cash flow a chuté de moitié à 285 millions de dollars. Les prévisions 2024 sont toutefois faibles, le management évoquant la prudence des consommateurs face à l'inflation et aux taux élevés. Ainsi, Nordstrom prévoit une évolution des revenus 2024 allant d'une baisse de 2% à une hausse de 1%, alors que les analystes anticipaient en moyenne une stabilité. Le bénéfice annuel par action est attendu entre 1,65 et 2,05$, contre 1,98$ de consensus.

Ross Stores (-0,7%), le groupe américain de distribution discount recule un peu, au lendemain de ses résultats financiers trimestriels. Le groupe a publié pour son quatrième trimestre fiscal, clos début février, un bénéfice par action de 1,82$, contre 1,31$ un an avant et 1,63$ de consensus. Le bénéfice net a représenté 610 millions de dollars contre 447 millions pour la période comparable, l'an dernier. Les revenus ont été de 6 milliards de dollars, avec une progression de 7% à comparable. La croissance à comparable sur le trimestre clos début mai est anticipée entre 2 et 3%, tandis que le bpa est anticipé entre 1,29 et 1,35$.

CrowdStrike (+10,7%), un leader de la protection cloud des endpoint, des workloads, de l'identité et des données, a annoncé des revenus de 845 millions de dollars pour son quatrième trimestre fiscal, en augmentation de 33% en glissement annuel. Le bénéfice ajusté par action a représenté 95 cents, contre 47 cents un an avant. Le consensus était de 83 cents de bpa ajusté. Le groupe a dépassé les 3,4 milliards de dollars de revenus annuels récurrents. CrowdStrike affiche sur l'exercice des revenus totaux de 3,06 milliards de dollars en progression de 36%, pour un bénéfice ajusté par action plus que doublé à 3,09$. Pour le premier trimestre fiscal, les prévisions dépassent largement le consensus. Le bénéfice par action est anticipé entre 89 et 90 cents, contre 82 cents de consensus de marché, tandis que les revenus sont attendus entre 902,2 et 905,8 millions.

Abercrombie & Fitch (-3,5%) a annoncé pour son quatrième trimestre des profits supérieurs aux attentes de marché, dégageant un bénéfice ajusté par action de 2,97$ à comparer à un consensus de place de 2,82$. Le détaillant en vêtements a affiché son cinquième trimestre consécutif de croissance des revenus. Le groupe de New Albany, dans l'Ohio, s'attend à ce que son chiffre d'affaires net pour l'ensemble de l'année augmente de 4 à 6%, soit un niveau à peu près conforme aux estimations des analystes. Les ventes à comparable de la marque éponyme Abercrombie ont bondi de 28% au quatrième trimestre, qui inclut la période clé des fêtes. Chez Hollister, la marque de l'entreprise qui s'adresse aux adolescents, les ventes à magasins comparables ont augmenté de 6%.

Lucid (+0,3%), le constructeur californien d'automobiles électriques devra à nouveau lever des fonds pour réduire ses dépenses et augmenter sa production, selon le Financial Times. Le DG de Lucid, Peter Rawlinson, a déclaré au FT que même si l'entreprise disposait de suffisamment de liquidités pour durer jusqu'en 2025, il était inévitable qu'elle ait besoin de lever des fonds à l'avenir, et la question est simplement de savoir quand, car même si le PIF saoudien - le fonds public d'investissement d'Arabie saoudite - est un partenaire loyal et à long terme, il n'est pas possible d'adopter une mentalité selon laquelle il existerait une richesse inépuisable provenant du PIF.

Microsoft (-0,1%) / Tesla (-2,3%). OpenAI, la startup d'intelligence artificielle soutenue par Microsoft, a riposté, face aux accusations d'Elon Musk. L'entreprise à l'origine de ChatGPT a dépoussiéré les anciens courriels du milliardaire pour montrer qu'il soutenait les projets d'OpenAI visant à devenir une entreprise à but lucratif et qu'il insistait même pour que la startup lève des milliards afin de pouvoir rivaliser avec Google. Alors que Musk vient d'intenter une action en justice la semaine dernière contre OpenAI, le DG de la startup, Sam Altman, et son président Greg Brockman, alléguant que l'entreprise se serait éloignée de sa mission visant à bâtir une IA responsable et servant l'humanité, OpenAI a indiqué pour sa part que Musk avait tenté auparavant... d'intégrer l'entreprise à Tesla.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
Actions les plus vues

Classement des actions les plus vues, pour la période du vendredi 05 avril 2024 au jeudi 11 avril 2024, des marchés Euronext Paris, Bruxelles, Amsterdam, Growth Paris, NASDAQ et NYSE sur le site et l'application Bourse Direct.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 11/04/2024

Wall Street a rebondi jeudi soir,, e S&P 500 reprenant 0,74% à 5...

Publié le 11/04/2024

La Bourse de New York a fini en nette baisse après l'annonce d'une inflation plus élevée que prévu en mars aux Etats-Unis. 

Publié le 10/04/2024

Fin de séance bien rouge à Wall Street, alors que les chiffres de l'inflation de mars aux Etats-Unis sont ressortis supérieurs aux attentes, remettant...

Publié le 10/04/2024

La Bourse de New York a marqué une pause mardi, à l’issue d’une séance prudente et sans volume avant la publication des chiffres de l'inflation américaine. 

Publié le 09/04/2024

Les indices américains ont hésité mardi avant les nouvelles données sur l'inflation US et la publication des premiers comptes trimestriels des groupes...

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 12/04/2024

Les grands indices reprennent du poil de la bête en amont des publications trimestrielles des entreprises. Ainsi, le CAC40 sort par le haut d'une figure en biseau et ouvre la voie à un retour vers…

Publié le 12/04/2024

Ce matin, Tokyo gagne 0,35%, Shanghai 0,11% et Hong Kong lâche 1,65%.

Publié le 12/04/2024

Le 4 avril 2024, le Conseil d'administration du groupe Frey, après avis du Comité des nominations et des rémunérations, a coopté Madame Valérie...

Publié le 12/04/2024

Les actionnaires de la société Sopra Steria Group sont convoqués à l'Assemblée générale mixte qui se tiendra le 21 mai 2024 à 14h30 au Pavillon...

Publié le 12/04/2024

Nouvelles tensions sur la baril de pétrole

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes.
Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne