Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
8 105.78 PTS
+0.81 %
8 062.00
+0.99 %
SBF 120 PTS
6 124.72
+0.8 %
DAX PTS
18 137.65
+1.55 %
Dow Jones PTS
38 503.69
+0.69 %
17 471.47
+1.51 %
1.070
0. %

Wall Street : prudence affichée, après les records du S&P 500

| Boursier | 164 | Aucun vote sur cette news

Wall Street évolue peu avant bourse ce jour, le S&P 500 et le Dow Jones demeurant stables, contre un gain de 0,1% sur le Nasdaq...

Wall Street : prudence affichée, après les records du S&P 500
Credits Reuters

Wall Street évolue peu avant bourse ce jour, le S&P 500 et le Dow Jones demeurant stables, contre un gain de 0,1% sur le Nasdaq. Nasdaq 100 et S&P 500 avaient inscrit hier soir de nouveaux sommets, suite à l'annonce d'un indice des prix 'core PCE' en ligne avec les anticipations de marché, apaisant quelque peu les craintes liées à l'inflation. Les marchés restent soutenus par Nvidia et la cote technologique, animée par l'enthousiasme autour de l'intelligence artificielle... Sur le Nymex, le baril de brut WTI gagne 1,9% à 79,8$. L'once d'or avance de 0,3% à 2.060$. L'indice dollar reste stable face à un panier de devises de référence.

Sur le front économique ce jour à Wall Street, l'indice PMI manufacturier final américain de février sera connu à 15h45 (consensus 51,5). L'ISM manufacturier de février sera dévoilé à 16 heures (consensus 49,5). Les dépenses de construction du mois de janvier seront annoncées à la même heure (consensus +0,2% en comparaison du mois antérieur). L'indice final du sentiment des consommateurs américains de l'Université du Michigan pour le mois de février sera connu lui aussi à 16 heures (consensus 79,6).

Thomas Barkin, Christopher Waller, Lorie Logan, Raphael Bostic, Mary Daly et Adriana Kugler de la Fed, interviennent ce jour. Barkin s'est montré assez intraitable, refusant d'affirmer qu'il y aurait des baisses de taux cette année. Cela dépendra en effet, selon lui, des progrès enregistrés sur le front de l'inflation. Il ajoute qu'il n'est pas pressé pour l'heure d'abaisser les taux...

Raphael Bostic, Austan Goolsbee, John Williams et Loretta Mester, s'exprimaient hier. Bostic, président de la Fed d'Atlanta, a jugé qu'il serait probablement approprié pour la Fed de commencer à réduire ses taux cet été sur la base de ses perspectives d'inflation. Goolsbee, dirigeant de la Fed de Chicago, a indiqué que l'environnement était restrictif et que l'impact du choc de l'offre sur l'inflation prenait du temps à se matérialiser. Selon lui, les bénéfices de la chaîne d'approvisionnement sur la désinflation sont encore à venir. Il note également les progrès significatifs sur le long terme concernant l'inflation. Goolsbee reste inquiet d'éventuels chocs externes... Williams a constaté une remarquable résilience de l'économie. Le patron de la Fed de New York a jugé que la banque centrale pouvait prendre son temps pour décider du prochain mouvement monétaire. Il anticipe bien des baisses de taux plus tard cette année... Enfin, Mester, patronne de la Fed de Cleveland, a estimé que trois baisses de taux semblaient adaptées en 2024. Elle indique qu'un ralentissement du marché de l'emploi serait le bienvenu pour mettre en place ces assouplissements...

Selon l'outil FedWatch du CME Group, la probabilité d'un statu quo monétaire supplémentaire laissant la fourchette sur le taux des fed funds entre 5,25 et 5,50% le 20 mars, à l'issue de la prochaine réunion monétaire, se situe à plus de 97%. La probabilité que les taux restent encore inchangés le 1er mai à l'issue de la réunion suivante atteint plus de 75%. Le premier assouplissement monétaire pourrait intervenir le 12 juin.

Les valeurs

Dell Technologies bondit avant bourse à Wall Street. Le géant informatique texan table en effet sur des revenus et profits supérieurs aux attentes, avec la demande en serveurs d'intelligence artificielle - équipés de puces Nvidia. "Notre forte dynamique en matière de serveurs optimisés pour l'IA se poursuit, avec des commandes augmentant de près de 40% de manière séquentielle et un carnet de commandes presque doublé, clôturant notre exercice à 2,9 milliards de dollars", a déclaré le directeur des opérations Jeff Clarke. En outre, le marché PC montre lui aussi quelques signes de reprise, le management de Dell misant sur le cycle à venir de rafraichissement et l'impact de l'IA sur le segment PC...

Pour le quatrième trimestre fiscal clos début février, Dell a affiché des revenus en retrait de 11% à 22,3 milliards de dollars, à comparer à un consensus de 22,2 milliards environ. Le bénéfice ajusté par action a nettement dépassé les attentes, à 2,20$ contre 1,73$ de consensus. Dans le détail des revenus, le chiffre d'affaires du segment des solutions d'infrastructure a baissé de 6% à 9,3 milliards, alors que le CA du groupe dédié aux 'solutions client' a reculé de 12% à 11,7 milliards. Pour l'exercice fiscal entamé, Dell se montre offensif et table sur des revenus allant de 91 à 95 milliards de dollars, à comparer à un consensus de 92 milliards. Le bénéfice ajusté annuel par action est attendu à 7,50$, plus ou moins 25 cents, contre 7,15$ de consensus.

Autodesk, l'éditeur software américain connu pour son produit AutoCAD, grimpe à Wall Street, alors que ses revenus et profits du quatrième trimestre fiscal ont dépassé les attentes de marché. Sur la période, le bénéfice ajusté par action a été de 2,09$, contre moins de 2$ de consensus et 1,86$ un an plus tôt. Les revenus du groupe de San Francisco ont totalisé quant à eux 1,47 milliard de dollars, en croissance de 11% en glissement annuel. Pour son premier trimestre fiscal 2025, Autodesk prévoit un bénéfice ajusté allant de 1,73 à 1,78$ par action pour des revenus de 1,385 à 1,4 milliard de dollars. Le groupe envisage un bpa annuel ajusté 2025 de 7,89 à 8,11$, et des revenus allant de 5,99 à 6,09 milliards, ce qui représenterait une croissance de 9 à 11%.

Zscaler, spécialiste américain de la sécurité du cloud, décroche à Wall Street. Le groupe a pourtant affiché des comptes trimestriels supérieurs aux attentes et relevé ses prévisions. Pour son deuxième trimestre fiscal, le groupe a affiché un bénéfice ajusté par action de 76 cents, contre 58 cents de consensus et 37 cents un an avant. Les revenus ont été de 525 millions de dollars (+35%), battant de plus de 3% le consensus, alors qu'ils se situaient à 388 millions un an avant. Pour le troisième trimestre fiscal, le groupe prévoit des revenus de 535 millions en milieu de fourchette, en ligne avec les attentes. La guidance de ventes annuelles est relevée à 2,12 milliards de dollars pour le milieu de fourchette. Le groupe californien anticipe sur l'exercice un bpa ajusté allant de 2,73 à 2,77$. Le consensus était de 2,5$ environ.

NetApp grimpe à Wall Street. Pour son troisième trimestre fiscal 2024, le groupe a annoncé des revenus de 1,61 milliard de dollars (+5%), à comparer à un consensus de 1,59 milliard de dollars. Le bénéfice ajusté par action a été de 1,94$ contre 1,37$ un an auparavant. Le consensus était de 1,69$ de bpa ajusté trimestriel. Pour l'exercice 2024, NetApp dope ses prévisions et dit désormais envisager un bénéfice ajusté par action allant de 6,40 à 6,50$, largement au-dessus du consensus (6,15$). Le groupe californien profite de la demande pour ses solutions de données basées sur le cloud. Sur le seul quatrième trimestre, le bpa ajusté est attendu entre 1,73 et 1,83$, contre un consensus de 1,73$.

Hewlett Packard Enterprise a dévoilé des résultats financiers trimestriels et des prévisions sans grand relief. Le groupe a dégagé un bénéfice ajusté par action de 48 cents, pour des revenus de 6,76 milliards de dollars à comparer à un consensus de 7,1 milliards. Le bénéfice ajusté par action était anticipé entre 42 et 50 cents, alors que les revenus étaient attendus entre 6,90 et 7,30 milliards. HPE a par ailleurs abaissé ses prévisions de revenus et profits pour l'exercice fiscal entamé, avec l'affaiblissement de la demande en produits de réseaux et le manque de disponibilité de puces informatiques. Les revenus sont attendus en hausse jusqu'à 2%, hors fluctuations de changes, pour l'exercice se terminant en octobre. Auparavant, HPE prévoyait une croissance annuelle de ses ventes de 2 à 4%. Le bénéfice hors éléments serait compris entre 1,82 et 1,92$ par action, soit ici encore une révision en baisse.

Rappelons que Hewlett Packard Enterprise s'est porté acquéreur du fabricant d'équipements de réseau Juniper Networks, petit rival de Cisco, pour environ 14 milliards de dollars, afin de renforcer ses offres d'intelligence artificielle.

Veeva Systems, groupe software américain qui fournit des solutions dans le cloud à l'industrie pharmaceutique, a dépassé les attentes de marché pour son quatrième trimestre fiscal. Les revenus trimestriels ont été de 631 millions de dollars, en croissance de 12%, à comparer à un consensus de 621 millions de dollars. Le bénéfice ajusté a représenté 1,38$ par action, contre 1,15$ par titre un an auparavant et 1,30$ de consensus. Pour l'exercice clos fin janvier 2025, le groupe envisage des revenus de 2,725 à 2,74 milliards de dollars, ainsi qu'un bpa ajusté de 6,16$.

New York Community Bancorp, la banque régionale américaine la plus redoutée du moment, trébuche encore à Wall Street. Le groupe vient en effet d'annoncer le départ de son directeur général Thomas Cangemi ainsi que des faiblesses de contrôle interne et qu'un décuplement de sa perte trimestrielle à 2,7 milliards de dollars ! Le prêteur immobilier commercial a donc découvert des faiblesses importantes dans la façon dont il suit les risques de prêt. Il a aussi déprécié la valeur des entreprises acquises il y a des années et procède donc à un changement de management. Alessandro DiNello prend les fonctions de DG à effet immédiat. Les dépréciations liées aux transactions passées s'élèvent à 2,4 milliards de dollars, sans impact sur les ratios de capitaux ou les accords de crédit. L'établissement s'attend à ne pas respecter la date limite pour le dépôt du rapport annuel alors qu'il renforce les contrôles.

Microsoft. Elon Musk, le patron de Tesla et SpaceX, poursuit le créateur de ChatGPT, OpenAI, et son directeur général Sam Altman, estimant que la compagnie a abandonné sa mission initiale de développement de l'intelligence artificielle au profit de l'humanité. C'est ce qu'indique ce jour l'agence Reuters. Selon l'action lancée hier jeudi, Altman et le cofondateur d'OpenAI Greg Brockman, avaient initialement approché Musk pour concevoir une firme 'open source' et à but non lucratif. OpenAI, désormais soutenu par Microsoft, aurait enfreint son contrat initial, puisque la compagnie serait désormais orientée vers la génération de profit. Cette volonté d'OpenAI de gagner de l'argent enfreindrait l'engagement initial, ont déclaré les avocats de Musk, cités par Reuters, dans le cadre de ce procès intenté à San Francisco. Rappelons qu'Elon Musk avait cofondé OpenAI en 2015, mais avait ensuite démissionné du conseil d'administration en 2018.

Archer Daniels Midland, négociant agricole américain, a déclaré avoir retardé la publication de son rapport annuel et a averti qu'il prévoyait de signaler une faiblesse importante dans les pratiques internes d'information financière de l'entreprise.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
Actions les plus vues

Classement des actions les plus vues, pour la période du mercredi 17 avril 2024 au mardi 23 avril 2024, des marchés Euronext Paris, Bruxelles, Amsterdam, Growth Paris, NASDAQ et NYSE sur le site et l'application Bourse Direct.

Jusqu'à
170€ de prime offerte*

Pour toute 1ère adhésion avant le 30 avril 2024 inclus, avec un versement initial investi à 30 % minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte, non garanties en capital.
*SOUS CONDITIONS

Ces contrats présentent un risque de perte en capital.
Information publicitaire à caractère non contractuel.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 23/04/2024

Alors que les indicateurs PMI montrent un ralentissement

Publié le 23/04/2024

Wall Street tente de poursuivre sa remontée avant bourse ce mardi, alors que la place américaine avait lourdement corrigé la semaine dernière avec...

Publié le 22/04/2024

Wall Street, après une semaine boursière particulièrement difficile pour la cote technologique, s'est un peu redressé lundi, le S&P 500 s'adjugeant...

Publié le 22/04/2024

Wall Street, après une semaine boursière particulièrement éprouvante pour la cote technologique, se redresse légèrement ce lundi, le S&P 500...

Publié le 22/04/2024

Wall Street, après une semaine boursière particulièrement éprouvante pour la cote technologique, se redresse légèrement ce lundi, le S&P 500...

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/04/2024

La Bourse de New York a enregistré un début de semaine dans le vert, à la faveur du rebond de Nvidia et de l'apaisement des craintes au Moyen-Orient. 

Publié le 23/04/2024

Sur le plan statistique : France : 9H15 Indice PMI manufacturier en avril (46,9 attendu après 46,2) 9H15 Indice PMI services en avril (48,9 attendu après 48,3)…

Publié le 23/04/2024

Le niveau de la trésorerie permettra à Mint de mener à bien son plan de transformation et de croissance visant à diversifier ses sources d'approvisionnement en direction des producteurs d'énergie…

Publié le 23/04/2024

Le chiffre d'affaires de Groupe OKwind se tasse au 1er trimestre 2024...

Publié le 23/04/2024

Net repli du chiffre d'affaires de Balyo au 1er trimestre...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes.
Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne