Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
8 084.13 PTS
-0.7 %
8 072.5
-0.64 %
SBF 120 PTS
6 128.74
-0.68 %
DAX PTS
18 665.38
-0.33 %
Dow Jones PTS
39 872.99
+0.17 %
18 713.80
+0.21 %
1.083
-0.26 %

Wall Street progresse mais Airbnb déçoit...

| Boursier | 190 | Aucun vote sur cette news

Wall Street a progressé jeudi dans un marché toujours calme, la vague des résultats financiers des entreprises se terminant progressivement, tandis...

Wall Street progresse mais Airbnb déçoit...
Credits PivèsPictures

Wall Street a progressé jeudi dans un marché toujours calme, la vague des résultats financiers des entreprises se terminant progressivement, tandis que les investisseurs guettent toujours de nouveaux signaux concernant la trajectoire des taux d'intérêt dans le monde, les dernières déclarations en provenance de la BoE allant dans un sens moins restrictif... Le DJ prend 0,85% à 39.387 points, le S&P500 s'adjuge 0,51% à 5.214 points et le Nasdaq grimpe de 0,27% à 16.346 points.
Les marchés ont donc pris acte du discours monétaire plus souple de la Banque d'Angleterre malgré la reconduction de ses taux directeurs. Son gouverneur, Andrew Bailey, s'est ainsi dit "confiant" dans la trajectoire suivie par l'inflation, une confiance reflétée dans les nouvelles projections économiques publiées par la banque centrale à cette occasion... Le principal taux directeur de la BoE a ainsi maintenu à 5,25%, soit son plus haut niveau depuis 15 ans.
Le comité de politique monétaire de la BoE a voté par 7 voix en faveur du maintien des taux, contre 2 voix en faveur d'une baisse des taux à 5%.
"Il nous faut davantage de preuves que l'inflation demeurera faible avant que nous puissions baisser les taux... Je suis confiant que les choses bougent dans la bonne direction", a souligné Andrew Bailey. L'institution monétaire suivra donc de près les prochaines publications de données "afin de comprendre si les risques d'une inflation persistante diminuent"..."Sur cette base, le comité de politique monétaire décidera de la durée pendant laquelle les taux devront être maintenus à leurs niveaux actuels", commente la banque centrale.

Les prix du pétrole remontent à plus de 84$ le brent, la baisse des stocks de brut aux États-Unis, l'intensification de l'activité des raffineries et la hausse des importations chinoises le mois dernier ayant renforcé les prévisions de demande pour les deux plus grands consommateurs de brut au monde...

Les responsables de la Fed sont encore nombreux à s'exprimer en cette fin de semaine : La présidente de la Fed de Boston, Susan Collins, a ainsi déclaré que l'économie américaine devait encore se calmer pour ramener l'inflation à l'objectif des 2% fixé par la banque centrale. "Un ralentissement de l'activité sera nécessaire pour garantir que la demande soit mieux alignée sur l'offre, afin que l'inflation revienne durablement à l'objectif officiel", a déclaré Collins dans un discours prononcé lors d'un événement du Massachusetts Institute of Technology.
Pour l'instant, en ce qui concerne la politique monétaire, "les récentes surprises à la hausse en matière d'activité et d'inflation suggèrent la nécessité probable de maintenir la politique à son niveau actuel jusqu'à ce que nous soyons plus sûrs que l'inflation évolue durablement vers 2%", a-t-elle estimé.
Lors de récentes apparitions, de nombreux responsables de la Fed ont maintenu la perspective d'un assouplissement, mais ont renoncé à fournir un quelconque calendrier pour la prochaine baisse des taux, tout en surveillant les données sur les progrès en matière de réduction de l'inflation...
Dans le cadre de son discours, Susan Collins s'est également dit "optimiste" quant à la capacité de la Fed à ramener l'inflation à 2% "dans un délai raisonnable, avec un marché du travail qui reste sain".

Côté indicateurs économiques, les inscriptions au chômage ont repris leur progression la semaine dernière aux Etats-Unis, dépassant les attentes pour atteindre 231.000 nouvelles inscriptions contre 209.000 la semaine précédente, a annoncé jeudi le département du Travail. Les économistes anticipaient en moyenne 215.000 inscriptions au chômage lors de la semaine au 4 mai.
Les inscriptions de la semaine au 27 avril ont été révisées en hausse par rapport à une estimation initiale de 208.000.

L'euro pointe sur les 1,0785/$. Le bitcoin revient à 62.450$.

Les valeurs

Warner Bros Discovery progresse de 3%, alors que le groupe a annoncé son intention de proposer ses services de streaming Disney+, Hulu et Max en bouquet à ses clients américains, à partir de cet été. À partir de cet été aux États-Unis, les services de streaming seront ainsi proposés ensemble, "offrant aux abonnés le meilleur rapport qualité-prix en matière de divertissement et une sélection sans précédent de contenus des marques de divertissement les plus grandes et les plus appréciées, notamment ABC, CNN, DC, Discovery, Disney, Food. Network, FX, HBO, HGTV, Hulu, Marvel, Pixar, Searchlight, Warner Bros. et bien d'autres" commentent le groupe américain.
Le nouveau forfait sera disponible à l'achat sur l'un des trois sites Web de la plate-forme de streaming, proposé à la fois sous forme de plan financé par la publicité et sans publicité...

News Corp (+2,6%), le groupe new-yorkais de médias a publié un bénéfice trimestriel ajusté de 11 cents par action pour le trimestre écoulé clos fin mars, en hausse par rapport à l'année précédente sur la même période (9 cents). La moyenne des anticipations tournait autour d'un bénéfice de 10 cents par action selon le consensus de place... Le chiffre d'affaires du groupe s'est légèrement tassé de 1% à 2,42 Milliards de dollars par rapport à l'année dernière. Les analystes s'attendaient globalement à un CA de 2,45 Mds$.
A Wall Street, l'objectif de cours moyen à 12 mois se situe à 30$ pour la maison-mère du Wall Street Journal, de l'agence Dow Jones, et de l'éditeur de livres HarperCollins...
Les revenus du troisième trimestre en baisse de 1% reflètent un impact négatif de 21 millions de dollars, ou 1%, et des fluctuations des devises étrangères. Les revenus ajustés sont restés stables par rapport à l'année précédente. Le bénéfice net du trimestre s'est élevé à 42 millions de dollars, contre un bénéfice net de 59 millions de dollars l'année précédente. L'EBITDA total du secteur au troisième trimestre s'est élevé à 322 millions de dollars, contre 320 millions de dollars l'année précédente.
Du côté de l'agence Dow Jones, les revenus des activités d'information professionnelle ont augmenté de 10% par rapport à l'année précédente, grâce au succès continu de Risk & Compliance et de Dow Jones Energy, qui ont chacun augmenté de 15%. Dow Jones a ainsi réalisé son plus grand nombre d'abonnements nets trimestriels séquentiels pour les abonnements numériques, soit 322.000, atteignant plus de 5 millions d'abonnements numériques Dow Jones pour le trimestre.
REA Group a publié de solides résultats avec des revenus trimestriels de 256 millions de dollars, soit une augmentation de 15% par rapport à l'année précédente, principalement grâce à la solide performance résidentielle en Australie.

Sony Pictures Entertainment et le fonds d'investissement Apollo Global Management envisageraient d'acquérir Paramount Global (-2,5%) pour un montant de 26 Milliards de dollars et de démanteler le groupe, selon le New York Times, qui cite "des sources proches des discussions".
Rappelons que Shari Redstone envisageait pour sa part encore récemment une cession de sa participation dans Paramount au groupe média Skydance de David Ellison... L'agence Bloomberg citait le mois dernier des sources proches du dossier, selon lesquelles Skydance menait des discussions exclusives avec un panel d'administrateurs indépendants de Paramount dans le cadre du deal éventuel visant à acquérir la société holding National Amusements de la famille Redstone. National Amusements détient directement ou indirectement 77% des actions avec droit de vote de Paramount, ce qui lui confère le contrôle des studios de cinéma et des réseaux TV.
La famille Redstone et le directeur général de Skydance Media auraient depuis proposé des concessions aux autres investisseurs présents au capital de Paramount, alors que certains actionnaires souhaitaient que le groupe étudie d'autres alternatives plus créatrices de valeur...
Le mois dernier, il se murmurait déjà que Sony Pictures Entertainment et Apollo Global Management pourraient déposer une offre commune sur Paramount Global.
Dans ce cadre, Sony acquerrait une participation majoritaire dans la coentreprise et exploiterait la société de médias, ainsi que sa bibliothèque de films. Le président de Sony Pictures Entertainment, Tony Vinciquerra, dirigerait le studio et profiterait du marketing et de la distribution de Sony. Quant à Apollo, il prendrait le contrôle du réseau de télévision CBS et de ses chaînes locales, une mesure requise par les lois qui limitent la propriété étrangère des réseaux américains de télévision...
Rappelons que Paramount détient le studio de cinéma Paramount Pictures, ainsi que d'autres actifs phares tels que CBS, MTV ou Nickelodeon est dans la ligne de tir d'Apollo depuis plusieurs semaines... La firme de private equity avait ainsi dernièrement offert 11 milliards de dollars pour la reprise du studio cinématographique Paramount Pictures.
Le studio de cinéma est en effet considéré comme le joyau du conglomérat médiatique Paramount, avec une bibliothèque de films mondialement connus comprenant de grands classiques tels que 'Le Parrain' et 'Breakfast at Tiffany's', ainsi que des franchises à succès comme 'Mission : Impossible', 'Star Trek' ou 'Transformers'... Le studio a déjà suscité l'intérêt de nombreux prétendants. Shari Redstone, actionnaire majoritaire du conglomérat via National Amusements, hésite pour sa part à se séparer de cette pépite acquise par son père, feu Sumner Redstone, il y a trente ans.
Le Financial Times avait rapporté le mois dernier que Redstone n'était pas convaincu par l'offre d'Apollo et négociait plutôt un accord avec le milliardaire David Ellison...
Paramount Global a publié en attendant pour son premier trimestre fiscal, un bénéfice ajusté par action de 62 cents à rapprocher d'un consensus de 35 cents. Les revenus ont totalisé 7,69 milliards de dollars, contre 7,73 milliards de consensus FactSet. Paramount Global a aussi annoncé se séparer de son directeur général Bob Bakish, remplacé par un trio composé de Brian Robbins, CEO de Paramount Pictures, Chris McCarthy, DG de Showtime et MTV Entertainment Studios, et George Cheeks, CEO de CBS.

Airbnb (-6,8%). Le groupe a publié un bénéfice trimestriel en hausse, mais a prévu un chiffre d'affaires pour le deuxième trimestre inférieur aux attentes des analystes. Le chiffre d'affaires d'Airbnb au premier trimestre a grimpé de 18% à 2,14 Mds$, tandis que le groupe table sur un CA allant de 2,68 à 2,74 Mds$ pour le deuxième trimestre, inférieur au consensus qui était logé sur les 2,75 Mds$. En cause des taux directeurs tendus et des dates de vacances de Pâques plus précoces qu'habituellement en raison d'un week-end pascal tombé à cheval entre la fin mars et le début avril, ce qui pourrait peser sur les réservations du deuxième trimestre, a expliqué la société. "Nos perspectives reflètent évidemment les tendances que nous avons observées depuis le début du trimestre", a déclaré Ellie Mertz, la directrice financière du groupe.
La société basée à San Francisco a publié par ailleurs un bénéfice net de 264 M$, soit 41 cents par action, pour le trimestre achevé fin mars, au-dessus des attentes des analystes qui tablaient sur 24/25 cents par action seulement. La direction a souligné une augmentation des séjours plus courts et des réservations de maisons entières, ce qui a entraîné une croissance de ses marges.
Les nuitées réservées au premier trimestre ont augmenté de 9,5% en glissement annuel, grâce à une croissance de 21% et 19% des réservations dans les régions Asie-Pacifique et Amérique latine. Les réservations en Amérique du Nord ont en revanche légèrement décéléré au cours du trimestre.
L'entreprise de location de vacances a expliqué qu'elle s'attendait à une croissance régulière tout au long de l'année 2024, "stimulée par la demande de voyages centrée sur les événements internationaux", à commencer par l'Euro de football en Allemagne en juin/juillet, suivi des JO de Paris en juillet/août...

Robinhood recule de 3%, tandis que le courtier en ligne connu pour ses transactions sans commission a dépassé les estimations du marché en termes de profits et de revenus au 1er trimestre, grâce à l'envolée des volumes d'échanges enregistrés en particulier sur les crypto-monnaies (+232% !) et à la hausse des taux...
Le revenu trimestriel du groupe a grimpé de 40% à 618 M$, comparé à un consensus de place qui était inférieur à 550 M$. Le bénéfice trimestriel ressort à 18 cents par action, contre seulement 6 cents par action prévus par les analystes. Robinhood a donc enregistré un bénéfice au premier trimestre, contre une perte l'année dernière : Le bénéfice s'est élevé ainsi au global à 157 M$ pour le trimestre écoulé qui s'est terminé le 31 mars, contre une perte de 511 M$ il y a un an...
Le titre avait déjà fait la 'Une' à Wall Street en mars dernier après avoir lancé une carte de crédit destinée aux consommateurs américains dans le but de devenir une société de services financiers au sens large... La carte Robinhood Gold est proposée exclusivement aux membres du programme "Gold" par abonnement de la société. Elle n'a aucun coût annuel et ne supporte pas de frais de transaction à l'étranger. La carte offre par ailleurs une remise en argent de 3% sur toutes les catégories d'achat. "Notre objectif est de pénétrer ce marché de manière importante", avait expliqué le DG de la société Vlad Tenev. "Nous ne voulons pas simplement déployer une carte de crédit que nos clients adopteront... Nous voulons déployer un produit qui peut diriger l'industrie et la faire avancer". Le titre a repris plus de 40% à Wall Street depuis le 1er janvier...

Roblox, le concepteur américain de jeux vidéo, dégringole de 22%, alors que le groupe prévoit des réservations pour l'exercice 2024 situées entre 4 et 4,10 Milliards de dollars, en baisse par rapport aux prévisions précédentes qui ressortaient entre 4,14 et 4,28 Mds$. La direction table par ailleurs sur un chiffre d'affaires pour le deuxième trimestre compris entre 855 et 880 ME, loin du consensus de place qui se situait à plus de 930 M$.
Au premier trimestre, le groupe a affiché un CA de 801 M$. Le groupe américain cible un chiffre d'affaires annuel compris entre 3,45 et 3,53 Mds$, nettement sous les prévisions du marché qui approchaient les 4,20 Mds$.
La direction insiste de son côté sur les liquidités nettes et équivalents de trésorerie générés par les activités d'exploitation, en hausse de 37% sur un an et flux de trésorerie disponible record en hausse de 133% sur un an. L'EBITDA ajusté s'est élevé à (6,9) millions de dollars, ce qui exclut les ajustements liés à l'augmentation des revenus différés et du coût des revenus différés de 127,6 millions de dollars et (32,9) millions de dollars, respectivement.
Les utilisateurs actifs quotidiens moyens s'élevaient à 77,7 millions, en hausse de 17 % d'une année sur l'autre...

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
Actions les plus vues

Classement des actions les plus vues, pour la période du mercredi 15 mai 2024 au mardi 21 mai 2024, des marchés Euronext Paris, Bruxelles, Amsterdam, Growth Paris, NASDAQ et NYSE sur le site et l'application Bourse Direct.

Jusqu'à
170€ de prime offerte*

Pour toute 1ère adhésion avant le 31 mai 2024 inclus, avec un versement initial investi à 30 % minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte, non garanties en capital.
*SOUS CONDITIONS

Ces contrats présentent un risque de perte en capital.
Information publicitaire à caractère non contractuel.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 21/05/2024

Wall Street a progressé mardi, malgré certains avis encore prudents de plusieurs responsables de la Fed...

Publié le 21/05/2024

Wall Street consolide sur ses sommets

Publié le 21/05/2024

Wall Street consolide sur ses sommets avant bourse ce mardi, le S&P 500 et le Dow Jones étant attendus pratiquement stables, contre un repli de 0,2%...

Publié le 21/05/2024

La Bourse de New York a fini en ordre dispersé lundi, reprenant son souffle après un record du Dow Jones, tandis que la tech a fait atteindre de peu, un nouveau sommet au Nasdaq. 

Publié le 20/05/2024

Wall Street s'affiche proche de ses sommets ce lundi, le S&P 500 s'accordant 0,09%...

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/05/2024

Sur le plan statistique : Japon : 1H50 ­Balance commerciale d’avril Commandes de machines de base de mars (-1,8% attendu après +7,7) Zone EURO : 8H00 Immatriculation d’automobiles…

Publié le 22/05/2024

Ce matin, Tokyo a consolidé de -0,86%, Shanghai a clôturé en hausse de 0,12% et Hong Kong sur une timide hausse de 0,12%.

Publié le 22/05/2024

Bouygues Construction, via sa filiale marocaine Bymaro, a été choisi pour réaliser l’hôpital universitaire international Mohammed VI à Rabat. La livraison est prévue pour septembre 2025 pour…

Publié le 22/05/2024

TJX Companies, la chaîne américaine de magasins aux enseignes TJ Maxx, HomeGoods ou Marshalls, s'affiche quasiment stable avant bourse à Wall Street...

Publié le 22/05/2024

(Zonebourse.com) Le titre Veolia Environnement présente une configuration positive sur le court terme au-dessus du support des 29.04 EUR. La zone de résistance des 31 EUR pourrait…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes.
Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne

WEBINAIRE

Ca bouge chez PREDILIFE Valorisation de 20 ans d'innovation en Médecine Prédictive

Jeudi 23 mai
à 14h30

S'inscrire