Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
7 955.68 PTS
+0.26 %
7 956.5
+0.23 %
SBF 120 PTS
6 038.00
+0.28 %
DAX PTS
18 484.67
+0.06 %
Dow Jones PTS
38 441.54
-1.06 %
18 736.75
-0.7 %
1.081
+0.1 %

Wall Street : le Nasdaq flambe, avec Alphabet et Microsoft

| Boursier | 329 | Aucun vote sur cette news

Wall Street rebondit ce vendredi, malgré les chiffres de l'inflation

Wall Street : le Nasdaq flambe, avec Alphabet et Microsoft
Credits Reuters

Wall Street rebondit ce vendredi, soutenu en particulier par les deux géants technologiques Microsoft et Alphabet, dont les comptes ont rassuré hier soir. La veille, Meta et IBM avaient quant à eux déçu... Le Nasdaq se redresse de 2,13% à 15.944 pts, le S&P 500 de 1,1% à 5.104 pts et le Dow Jones de 0,33% à 38.211 pts. Sur le Nymex, le baril de brut WTI gagne 0,1% à 83,7$. L'once d'or fin prend 0,1% à 2.345$. L'indice dollar avance de 0,4% face à un panier de devises.

La jauge très suivie de l'inflation 'core' du jour est certes ressortie un peu plus élevée qu'attendu en glissement annuel, mais elle ne surprend pas les opérateurs après plusieurs autres indicateurs montrant la résilience des prix élevés. D'après le rapport du jour ce vendredi, les revenus personnels des ménages américains pour le mois de mars 2024 se sont établis en augmentation de 0,5% en comparaison du mois antérieur, en ligne avec le consensus des économistes, après une hausse de 0,3% en février. Les dépenses personnelles de consommation ont progressé quant à elles de 0,8%, contre 0,6% de consensus et 0,8% un mois avant. L'indice des prix 'core PCE' très suivi par la Fed s'est affiché en hausse de 0,3% d'un mois sur l'autre, conforme aux anticipations, et en progression de 2,8% sur un an contre 2,7% de consensus.

L'indice final du sentiment des consommateurs de l'Université du Michigan pour le mois d'avril 2024 est ressorti à 77,2, contre 77,9 de consensus et 77,9 également pour la lecture préliminaire. L'indice des anticipations d'inflation à un an s'est établi quant à lui à 3,2%, contre 3,1% de consensus de marché et 3,1% en lecture flash.

La croissance du PIB américain pour le premier trimestre 2024 est ressortie sur un rythme de 1,6% en lecture avancée, première des trois estimations, selon un rapport dévoilé hier. Le consensus Bloomberg était de 2,3% de progression (2,2% pour FactSet), après une expansion de 3,4% sur le trimestre antérieur. Les dépenses personnelles de consommation ont quant à elles augmenté au rythme de 2,5% sur le trimestre, contre 2,8% de consensus. L'indice préliminaire des prix a augmenté sur un rythme de 3,1%, contre 2,7% de consensus.

Il n'y avait pas d'intervention de responsables de la Fed cette semaine, à l'approche de la réunion monétaire des 30 avril et 1er mai qui devrait se solder par un nouveau statu quo. D'après l'outil FedWatch du CME Group, la probabilité est de plus de 97% que la Fed laisse ses taux inchangés dans une fourchette allant de 5,25 à 5,5% le 1er mai. La probabilité d'une fourchette comparable de 5,25-5,5% le 12 juin, à l'issue de la réunion FOMC suivante, se situe à 89%. Il est possible que la Fed soit en mesure de baisser ses taux le 31 juillet, au terme de la réunion suivante, mais la probabilité la plus forte est pour l'heure encore celle d'un statu quo (67% de 'proba' d'une fourchette inchangée sur le taux des fed funds).

Microsoft et Alphabet dominent l'actualité des entreprises après leurs trimestriels respectifs, démontrant la capacité des deux groupes à monétiser leurs innovations dans l'intelligence artificielle. Snap a aussi convaincu par ses derniers chiffres, alors qu'Intel a déçu. ExxonMobil, Chevron, AbbVie, HCA Healthcare, Colgate-Palmolive, Phillips 66, Roper, Centene et Charter Communications, ont annoncé leurs derniers résultats ce jour.

Les valeurs

Alphabet gagne plus de 9% à Wall Street, au plus haut de son histoire boursière. Le géant californien de Mountain View a affiché au premier trimestre clos fin mars des revenus hors coûts d'acquisition du trafic de 67,6 milliards de dollars, à comparer à un consensus de 66 milliards environ. Les revenus totaux du trimestre ont progressé de 15% à 80,5 milliards de dollars, contre 78,8 milliards de consensus FactSet. Les profits ont flambé de 57% à 23,7 milliards de dollars, contre 15 milliards un an avant. La marge opérationnelle a été de 32% contre 25% un an plus tôt. Le bénéfice net par action a été de 1,89$, contre 1,53$ de consensus. Le groupe a par ailleurs annoncé un dividende de 20 cents par action, son tout premier "coupon". Enfin, Alphabet prévoit des rachats d'actions supplémentaires pour 70 milliards de dollars.

Les résultats de Google Cloud reflètent selon le management la solidité globale de l'industrie. Le groupe se dit enthousiaste concernant les bénéfices de l'IA pour ses clients cloud et voit une contribution accrue de ses solutions d'intelligence artificielle. Google a dépensé 12 milliards de dollars sur le trimestre en dépenses de capitaux, principalement pour l'infrastructure technique, soit les serveurs et centres de données. Ce niveau de capex devrait être similaire ou supérieur sur les prochains trimestres. Sundar Pichai, le patron d'Alphabet, s'est montré confiant concernant la gestion des coûts des outils d'IA générative et leur monétisation. Google Cloud a réalisé 9,6 milliards de dollars de revenus pour le trimestre et 900 millions de dollars de profits, bien plus qu'attendu. YouTube a affiché 8,1 milliards de revenus, dépassant également les attentes. Google Search a généré plus de 46 milliards de dollars, contre 40,3 milliards un an avant.

Pichai a insisté sur les investissements dans l'intelligence artificielle, notamment sur le grand modèle de langage et la suite de produits Gemini. "Notre ère Gemini est bien avancée et il y a une forte dynamique au sein de l'entreprise. Notre leadership en matière de recherche et d'infrastructure en IA, ainsi que notre empreinte mondiale en termes de produits, nous placent en bonne position pour la prochaine vague d'innovation en IA", s'est félicité le CEO.

Microsoft prend près de 3% à Wall Street, également sur ses sommets. La capitalisation boursière du géant software devrait donc repasser aujourd'hui la barre des 3.000 milliards de dollars. Le groupe a affiché au troisième trimestre fiscal des résultats supérieurs aux attentes, avec la solidité des activités cloud. Satya Nadella, CEO du groupe, a souligné hier soir la "nouvelle ère" de transformation IA orchestrée par les produits Copilot. Les services IA de Microsoft ont contribué selon le groupe à 7 points de pourcentage de croissance pour Azure et les services cloud, ce qui représente une nette accélération en comparaison du premier semestre fiscal. Le groupe a affiché sur le trimestre clos un bénéfice par action de 2,94$ contre 2,83$ de consensus. Les revenus ont été de 61,9 milliards (+17%) contre 60,9 milliards de consensus de place.

Les revenus 'commercial cloud' ont dépassé les 35 milliards de dollars (+23%) contre 33,9 milliards de consensus. Le segment Productivity & Business Processes a généré 19,6 milliards de chiffre d'affaires, légèrement au-dessus des attentes, alors que le segment Intelligent Cloud a réalisé 26,7 milliards de ventes (consensus 26,2 milliards) et le segment More Personal Computing 15,6 milliards (consensus 15,1 milliards). Ce tout dernier segment a été soutenu par la croissance des contenus et services Xbox avec l'acquisition d'Activision Blizzard. Les revenus d'Azure ont augmenté de 31% sur le trimestre, contre 29% de consensus et 30% sur le trimestre précédent, avec 7% de contribution de l'IA contre 6% un trimestre avant. Sur le trimestre entamé, celui qui se termine en juin, le groupe envisage pour Azure une croissance de 30 à 31% contre 29% de consensus.

"Vous constatez une croissance vraiment saine pour Azure, dans les services non-IA et IA, ce qui est important", a déclaré Amy Hood, directrice financière du groupe. "Même si l'opportunité de monétisation à long terme de l'IA n'en est encore qu'à ses débuts, nous sommes satisfaits de notre situation". Nadella a déclaré pour sa part qu'Azure avait pris des parts de marché à ses concurrents. Plus de 65% des entreprises du Fortune 500 utiliseraient Azure OpenAI, le service cloud qui permet aux clients d'accéder à la dernière technologie d'OpenAI, startup à l'origine de ChatGPT.

Intel, le géant américain des microprocesseurs, abandonne 11% à Wall Street. Le groupe a livré en effet des prévisions inférieures aux attentes. Pour son deuxième trimestre, le groupe prévoit des revenus de 13 milliards de dollars environ, à comparer à un consensus de 13,6 milliards. Le bénéfice par action est attendu à 10 cents hors éléments contre 24 cents de consensus. Ainsi, les plans de redressement du directeur général Pat Gelsinger semblent prendre un peu plus de temps qu'attendu. Quoi qu'il en soit, le groupe californien de Santa Clara n'a pas démérité sur le trimestre clos, dégageant un bénéfice ajusté par action de 18 cents contre 13 cents de consensus, pour des revenus en ligne avec les attentes à 12,7 milliards de dollars.

Intel Foundry a affiché sur le trimestre écoulé des revenus de 4,4 milliards de dollars pour une perte opérationnelle de 2,5 milliards. Les ventes de puces PC ont été de 7,5 milliards de dollars, légèrement supérieures aux attentes de marché pour le trimestre écoulé. La division dédiée aux centres de données et à l'IA a affiché des ventes de 3 milliards de dollars environ, conformes aux anticipations d'analystes. La marge brute trimestrielle a été de 45,1% sur le premier trimestre. Elle est attendue à 43,5% pour le trimestre entamé. Le groupe reste donc loin de ses niveaux historiques de rentabilité. Pour son deuxième semestre, le groupe mise sur la nouvelle version de sa puce Gaudi, concurrente des accélérateurs IA de Nvidia.

Snap bondit de 24% à Wall Street. La maison-mère de Snapchat a affiché au premier trimestre fiscal un bénéfice ajusté par action de 3 cents, alors que les analystes anticipaient en moyenne une perte de 5 cents par titre. L'Ebitda ajusté a atteint 46 millions de dollars, contre 1 million de dollars à peine un an auparavant et -67 millions de dollar de consensus. Les revenus se sont établis quant à eux à 1,19 milliard de dollars (+21%), contre 1,12 milliard de consensus. La perte nette s'est réduite de 7% à 305 millions de dollars. Pour le trimestre suivant, clos en juin, le groupe envisage des revenus en augmentation de 18% à 1,26 milliard de dollars, contre 1,21 milliard de consensus.

Le directeur général Evan Spiegel semble donc redresser le groupe avec un certain succès, après avoir réduit les effectifs et les coûts. Les petites et moyennes entreprises sont de plus en plus nombreuses à annoncer sur la plateforme (+85%). Les utilisateurs ont passé quant à eux deux fois plus de temps à utiliser Spotlight, un outil vidéo comparable à TikTok. Snapchat+, l'offre sur abonnement du groupe, a affiché plus de 9 millions d'utilisateurs sur le trimestre, le triple de l'an dernier. Enfin, Snapchat a enregistré 422 millions d'utilisateurs actifs quotidiens sur le trimestre clos fin mars, soit une progression de 10% sur un an. Le groupe envisage d'atteindre les 431 millions d'utilisateurs sur le trimestre entamé.

T-Mobile US (-1%), l'opérateur télécom américain, a publié hier soir pour son premier trimestre des revenus totalisant 19,6 milliards de dollars, contre 19,8 milliards de consensus. Le bénéfice par action a en revanche dépassé les attentes de marché, à 2$ contre 1,87$ de consensus. Le groupe a par ailleurs relevé ses prévisions concernant les additions de nouveaux abonnés mensuels. L'opérateur a récupéré 532.000 abonnés mensuels payants au premier trimestre, une performance notable dans le secteur, alors que le consensus FactSet était de 477.500 ajouts. Le groupe profite de son positionnement en matière de prix, qui trouve donc un notable écho auprès des clients. T-Mobile a enregistré son taux de désabonnement le plus bas au premier trimestre.

Chevron (-1%), groupe pétrolier américain, a publié pour son premier trimestre un bénéfice net de 5,5 milliards de dollars, 2,97$ par titre, ainsi qu'un bpa ajusté de 2,93$. Le groupe californien de San Ramon dépasse ainsi le consensus de bénéfice sur le trimestre clos. Les revenus s'établissent à 48,7 milliards de dollars pour le trimestre clos, quant à eux inférieurs aux anticipations de marché. La production mondiale ressort 12% plus élevée que l'année précédente. Le groupe a restitué 6 milliards de dollars de cash aux actionnaires durant le trimestre par dividendes et rachats de titres, son huitième trimestre sur la barre des 5 milliards. Pour le premier trimestre 2023, le groupe avait affiché 6,6 milliards de bénéfices, 3,46$ par titre sur une base diluée, alors que le bpa ajusté était logé à 3,55$.

ExxonMobil (-4%), le colosse pétrolier américain, a publié pour son premier trimestre fiscal un bénéfice de 8,2 milliards de dollars et un cash flow des activités opérationnelles de 14,7 milliards de dollars. Le free cash flow a été de 10,1 milliards. Le bénéfice net GAAP était de 7,6 milliards de dollars un trimestre plus tôt et de 11,4 milliards un an avant, à la même période. Le bénéfice dilué par action a été de 2,06$ sur la période close contre 2,2$ de consensus. Les dépenses de capitaux et exploration ont été de 5,8 milliards de dollars pour le trimestre, en ligne avec la guidance du groupe allant de 23 à 25 milliards de dollars sur l'année. Le groupe souligne la réalisation de 10,1 milliards de dollars d'économies cumulées sur les coûts structurels par rapport à 2019, dont 0,4 milliard de dollars supplémentaires au cours du trimestre. ExxonMobil prévoit de réaliser des économies cumulées totalisant 15 milliards de dollars d'ici la fin 2027. Le groupe a déclaré un dividende trimestriel de 95 cents.

Colgate-Palmolive (+1%), le géant américain des produits d'hygiène, a dévoilé pour son premier trimestre fiscal des ventes en croissance de 6,2% en données consolidées et de 9,8% en organique, à 5,06 milliards de dollars, pour un bénéfice ajusté par action de 86 cents en augmentation de 18% et un bpa dilué en vive hausse de 84%. Le consensus était de 76 cents de bénéfice ajusté par action pour 4,63 milliards de dollars de revenus. Le leadership de Colgate dans le domaine du dentifrice s'est maintenu avec une part de marché mondiale de 41,3% depuis le début de l'année. Son leadership dans les brosses à dents manuelles s'est confirmé avec une part de marché mondiale de 31,7%.

Sur l'exercice 2024 dans son ensemble, le groupe anticipe désormais des ventes consolidées en croissance de 2 à 5%, soit une révision en hausse d'un point de pourcentage de la guidance antérieure. La croissance organique est attendue maintenant entre 5 et 7%, alors que le groupe envisageait auparavant une progression dans la fourchette d'objectifs de long terme allant de 3 à 5%. La marge brute ajustée est anticipée en expansion. Le bénéfice ajusté annuel par action est enfin attendu en augmentation à un chiffre moyen ou élevé.

AbbVie (-4%) a relevé ses estimations annuelles de profits ce vendredi, avec les solides ventes du traitement du cancer Imbruvica et de celui d'immunologie, Skyrizi. Le laboratoire envisage désormais pour l'exercice un bénéfice ajusté par action allant de 11,13 à 11,33$, contre une fourchette antérieure logée entre 10,97 et 11,17$. Le consensus de place sur la période était de 11,1$. Pour le trimestre clos, AbbVie a dégagé un bénéfice ajusté par action de 2,31$ à comparer à un consensus de 2,23$. Les revenus ont été de 12,31 milliards de dollars, contre 11,9 milliards de consensus. Skyrizi a dépassé les 2 milliards de dollars de recettes et battu ainsi le consensus. Humira a engrangé 2,27 milliards de dollars, mais cela représente une baisse de plus d'un tiers en glissement annuel. Imbruvica a généré 838 millions de dollars de chiffre d'affaires, bien plus que ne le prévoyaient les analystes.

HCA Healthcare (-4%) a annoncé pour son premier trimestre clos fin mars des revenus totalisant 17,3 milliards de dollars, pour un bénéfice net part du groupe de 1,59 milliard de dollars soit 5,93$ par action. L'Ebitda ajusté a été de 3,35 milliards de dollars. Le cash flow des activités opérationnelles a totalisé 2,47 milliards de dollars. Le bénéfice ajusté par action a représenté 5,36$. Le géant de l'hospitalisation privée dépasse les attentes du consensus, qui se situaient à 16,8 milliards de dollars de revenus et 5,01$ de bénéfice ajusté par action. HCA table sur un bénéfice annuel par action allant de 19,7 à 21,2$, réaffirmant sa guidance fournie au mois de janvier en marge de la précédente publication trimestrielle.

Centene (-4%), le groupe américain d'assurance santé, table désormais sur un bénéfice annuel par action de plus de 6,80$, contre une guidance antérieure de plus de 6,70$ et un consensus de 6,78$. Sur le premier trimestre fiscal, le groupe a dégagé un bénéfice ajusté par action de 2,26$, au-dessus du consensus qui était de 2,1$ environ. Centene a relevé ses prévisions de revenus de primes et de services pour l'ensemble de l'année entre 135,5 et 138,5 milliards de dollars, contre 134,5 milliards à 137,5 milliards de dollars auparavant.

Roper Technologies (-1%), le groupe diversifié américain actif notamment dans les logiciels industriels, a publié pour le premier trimestre fiscal des revenus de 1,68 milliard de dollars en progression de 14% en glissement annuel, avec une expansion organique de 8%. Le bénéfice net a grimpé de 34% à 382 millions de dollars. L'Ebitda ajusté a augmenté de 16% à 676 millions de dollars. Le bénéfice ajusté par action a été de 4,41$, en hausse de 13%. Le consensus était de 4,34$ de bpa ajusté trimestriel pour 1,65 milliard de revenus. La guidance de bénéfice ajusté annuel par action est relevée entre 18,05 et 18,25$.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
Actions les plus vues

Classement des actions les plus vues, pour la période du jeudi 23 mai 2024 au mercredi 29 mai 2024, des marchés Euronext Paris, Bruxelles, Amsterdam, Growth Paris, NASDAQ et NYSE sur le site et l'application Bourse Direct.

Jusqu'à
170€ de prime offerte*

Pour toute 1ère adhésion avant le 31 mai 2024 inclus, avec un versement initial investi à 30 % minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte, non garanties en capital.
*SOUS CONDITIONS

Ces contrats présentent un risque de perte en capital.
Information publicitaire à caractère non contractuel.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 29/05/2024

La place américaine a consolidé mercredi, en reprenant son souffle après les récents records du Nasdaq et du S&P 500 alimentés essentiellement par la...

Publié le 29/05/2024

Incertitude en début de séance sur la place américaine

Publié le 29/05/2024

Pegasystems Inc, fournisseur de la plateforme d'entreprise leader pour l'aide à la décision basée sur l'IA et l'automatisation des workflows, a...

Publié le 28/05/2024

La place américaine, fermée hier pour le Memorial Day, a rouvert sur une note hésitante mardi, malgré la poursuite du rallye de Nvidia (+7,1%)...

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 30/05/2024

Les nombreux facteurs qui plaident en d'une consolidation depuis plusieurs jours débouchent sur un mouvement de consolidation lent et régulier. La prudence est de mise à 2 joursde la publication de…

Publié le 30/05/2024

La Bourse de Paris a lourdement chuté, en raison de doutes sur le rythme de baisse attendu des taux des banques centrales. 

Publié le 30/05/2024

Actualité porteuse...

Publié le 30/05/2024

Birkenstock bondit de 10% avant bourse à Wall Street...

Publié le 30/05/2024

Après deux séances de consolidation marquée...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes.
Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne