Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
7 795.22 PTS
+0.34 %
7 817.5
+0.39 %
SBF 120 PTS
5 893.96
+0.25 %
DAX PTS
17 068.43
-0.14 %
Dow Jones PTS
38 563.80
-0.17 %
17 546.10
-0.79 %
1.080
-0.02 %

Wall Street hésitant mais positif, après les chiffres de l'emploi privé

| Boursier | 270 | Aucun vote sur cette news

Wall Street est orienté en timide hausse ce mercredi, le S&P 500 s'adjugeant 0,21% à 4...

Wall Street hésitant mais positif, après les chiffres de l'emploi privé
Credits iStock

Wall Street est orienté en timide hausse ce mercredi, le S&P 500 s'adjugeant 0,21% à 4.577 pts, le Dow Jones 0,22% à 36.205 pts et le Nasdaq 0,26% à 14.267 pts. La place américaine hésite tout de même depuis le début de la semaine, après un superbe rallye en novembre sur fond d'espoirs de pic des taux, d'inflation contrôlée et d'atterrissage économique en douceur. Les opérateurs gardent donc en tête un scénario plutôt positif qui pourrait même permettre un début d'assouplissement monétaire dès la fin du premier trimestre 2024. Hier, la place US avait bénéficié d'une meilleure tendance sur les 'Magnificent Seven' (Apple, Microsoft, Amazon, Alphabet, Tesla, Nvidia, Meta), qui avaient fait l'objet lundi de prises de profits appuyées...

Sur le Nymex, le baril de brut WTI retombe de 2,8% à 70,3$ ce mercredi. Les cours pétroliers restent en retrait après l'annonce d'une nette baisse des réserves de brut aux Etats-Unis la semaine passée. D'après le Département américain à l'Energie, les stocks domestiques de brut, hors réserve stratégique, ont reculé de 4,6 millions de barils sur la semaine close le 31 novembre, à 445 mb. Les stocks d'essence ont, en revanche, bondi de 5,4 mb et ceux de produits distillés ont augmenté de 1,3 million de barils.

L'once d'or gagne 0,6% à 2.048$. Sur le marché des changes, l'indice dollar fléchit de 0,1% face à un panier de devises. Sur les marchés obligataires, le rendement du T-Bond à 2 ans s'affiche à 4,6%, le 10 ans à 4,12% et le 30 ans à 4,23%, ce qui confirme l'accalmie.

La faiblesse du marché américain de l'emploi se confirme au mois de novembre. Ainsi, selon le dernier rapport d'ADP sur le sujet, les créations de postes dans le privé pour le mois passé ont été au nombre de 103.000, à comparer à un consensus FactSet de 120.000, et à un niveau révisé en baisse à 106.000 pour le mois d'octobre. La précédente lecture d'octobre était de 113.000. Le mois dernier a été marqué par une croissance modérée des embauches et un nouveau ralentissement des gains salariaux, selon ADP. Les biens et les services ont connu une faiblesse, les loisirs, l'hôtellerie et l'industrie manufacturière affichant des baisses. Les entreprises de taille moyenne de 50 à 249 salariés ont tout de même généré 71.000 postes en novembre et les grandes 33.000.

"Les restaurants et les hôtels ont été les plus grands créateurs d'emplois pendant la reprise post-pandémique. Mais cette impulsion est derrière nous, et le retour à la tendance dans les loisirs et l'hôtellerie suggère que l'économie dans son ensemble connaîtra une croissance des embauches et des salaires plus modérée en 2024", résume la cheffe économiste Nela Richardson.

Le déficit américain du commerce international des biens et services pour le mois d'octobre 2023 s'est affiché à 64,3 milliards de dollars, contre 64,1 milliards de consensus et 61,2 milliards pour la lecture révisée du mois antérieur.

Les inscriptions hebdomadaires au chômage, les stocks de grossistes et les chiffres du crédit à la consommation sont attendus jeudi. Enfin, les marchés suivront vendredi le rapport mensuel gouvernemental américain sur la situation de l'emploi du mois de novembre (consensus FactSet à 3,9% de chômage, 172.500 créations de postes dont 130.000 dans le privé, +0,3% pour le salaire horaire moyen en comparaison du mois antérieur), ainsi que l'indice préliminaire du sentiment des consommateurs de l'Université du Michigan pour décembre (consensus 61,6).

Notons également que la réunion monétaire du FOMC de la Fed des 12 et 13 décembre approche, ce qui implique une période de blackout durant laquelle les responsables de la banque centrale américaine, pour une fois, se taisent. Selon l'outil FedWatch du CME Group, la probabilité est de 97,7% que la Fed opte pour un statu quo monétaire et laisse ses taux inchangés entre 5,25 et 5,50% sur les fed funds. Il s'agit de la dernière réunion monétaire de l'année pour la banque.

Dans l'actualité des entreprises, MongoDB, Toll Brothers et Box Inc, annonçaient hier soir leurs derniers comptes trimestriels. Brown-Forman, Veeva, Campbell Soup, Chewy, Braze et C3.ai, publieront ce mercredi. Broadcom, Lululemon Athletica, Dollar General, The Cooper Companies, DocuSign et Ciena, seront de la partie jeudi. Hello Group et Johnson Outdoors annonceront enfin vendredi.

Les valeurs

Nvidia (stable), le colosse américain des puces graphiques et d'IA, a indiqué qu'il allait développer une nouvelle série de produits conformes aux réglementations du gouvernement américain et qui pourraient ainsi être exportés vers la Chine ! Le groupe de Jensen Huang travaillerait donc en étroite collaboration avec l'administration Biden pour garantir que les nouvelles puces destinées au marché chinois soient conformes aux restrictions. Le groupe californien détient, rappelle Reuters, plus de 90% des parts du marché chinois des puces d'intelligence artificielle, évalué à 7 milliards de dollars, mais les nouvelles restrictions américaines sur les exportations pourraient générer des opportunités pour les concurrents chinois... Reuters avait rapporté le mois dernier que Nvidia avait déclaré à ses clients chinois qu'il retardait le lancement d'une nouvelle puce d'IA destinée à la Chine jusqu'au premier trimestre de l'année prochaine.

"Nvidia a travaillé étroitement avec le gouvernement américain pour créer des produits conformes à ses réglementations", a déclaré Huang lors d'une conférence de presse à Singapour. "Notre plan est maintenant de continuer à travailler avec le gouvernement pour proposer un nouvel ensemble de produits conformes aux nouvelles réglementations qui comportent certaines limites", a ajouté le dirigeant, cité par Reuters. Il a précisé que Nvidia devait demander l'avis du marché et que le processus était en cours, ajoutant que Huawei était un concurrent local "redoutable". Le groupe, grande vedette boursière de l'année 2023 avec une performance de plus de 220%, avait prévenu lors de sa publication financière de novembre qu'il s'attendait à une forte baisse de ses ventes au quatrième trimestre en Chine.

Apple (stable) s'est adjugé encore 2,1% hier soir à Wall Street, tout près des sommets historiques. La capitalisation boursière du groupe à la pomme est repassée sur la barre des 3.000 milliards de dollars. Malgré les multiples incertitudes autour des ventes d'iPhone, des tensions sino-américaines, de la diversification de la production et du relais de croissance (ou pas...) constitué par le casque Vision Pro, les investisseurs jouent donc toujours le dossier Apple en bourse. C'est d'autant plus remarquable que la croissance de l'activité du groupe est historique faible, alors même que ses multiples de valorisation sont au plus haut.

Dans l'actualité immédiate, Apple veut que les batteries de l'iPhone 16 soient fabriquées en Inde. Des personnes proches du dossier ont déclaré au Financial Times qu'Apple encourageait les fabricants de batteries à augmenter leur production en Inde et/ou à y établir de nouvelles usines. Une personne proche d'Apple a déclaré au FT que si la production de batteries pour iPhone 16 fonctionnait, la société déplacerait davantage de production de batteries pour iPhone en Inde. Les experts du secteur et les responsables locaux ont affirmé au FT que les fournisseurs d'Apple ne trouveraient peut-être pas facile d'augmenter la production en Inde. Un responsable local a ajouté que Luxshare avait décidé de se développer au Vietnam, le gouvernement indien n'ayant pas approuvé les projets de développement de l'entreprise en Inde.

Hier, le titre Apple a profité essentiellement en bourse de la révision en hausse des estimations de ventes de l'assembleur taïwanais Foxconn, partenaire clé de la chaîne d'approvisionnement du groupe californien de Cupertino. Ces prévisions solides de Foxconn ont suggéré une solide demande en produits Apple pour la saison des fêtes. Foxconn a déclaré que les revenus du trimestre en cours seraient meilleurs que ses prévisions du début de l'automne visant une croissance "significative". Le groupe a évoqué justement une demande meilleure que prévu pour les smartphones, tablettes et autres appareils électroniques grand public au cours des mois d'octobre et novembre.

Mastercard (stable) a annoncé hier que son conseil d'administration avait approuvé un nouveau programme de rachat d'actions d'un montant allant jusqu'à 11 milliards de dollars pour les titres de catégorie A. Le colosse du traitement des paiements a également porté son dividende trimestriel à 66 cents par action, contre 57 cents auparavant. Le dividende en numéraire sera payé le 9 février 2024 aux détenteurs inscrits de ses actions ordinaires de classe A et de ses actions ordinaires de classe B au 9 janvier 2024. Le nouveau programme de rachat d'actions entrera quant à lui en vigueur à la fin du programme de 9 milliards de dollars précédemment annoncé par la société en décembre 2022. Au 1er décembre 2023, il restait à la société environ 3,5 milliards de dollars dans le cadre du programme de rachat d'actions auparavant approuvé.

ExxonMobil (-1%), le géant pétrolier américain, a affiché son objectif 2024 de production, tablant sur une production de 3,8 millions de barils d'équivalent pétrole par jour, avec l'aide du Bassin permien et de la Guyane. Exxon avait estimé auparavant que sa production devrait stagner jusqu'à la fin de cette année, à 3,7 millions de bepj, en raison de son retrait de Russie. Le groupe entend par ailleurs augmenter le rythme des rachats d'actions à 20 milliards de dollars par an à partir de la finalisation de l'acquisition de Pioneer et jusqu'en 2025. Exxon a aussi déclaré s'attendre à 6 milliards de dollars d'économies supplémentaires d'ici 2027.

Box trébuche de 10% à Wall Street, alors que le groupe software actif dans le partage de fichiers et la collaboration en ligne se montre prudent en termes de perspectives, tablant sur des revenus de 262 à 264 millions de dollars sur le quatrième trimestre fiscal, contre 266 millions de consensus. Pour son troisième trimestre, clos fin octobre, le groupe californien a affiché des ventes de 261,5 millions de dollars, contre 250 millions de dollars un an avant. Le bénéfice net consolidé a été de 10,7 millions, contre 9,9 millions un an avant. Le bénéfice ajusté par action a été de 36 cents sur la période close, contre 38 cents de consensus. Pour le quatrième trimestre, ce bpa ajusté est anticipé entre 38 et 39 cents. Sur l'ensemble de l'exercice, les revenus sont donc anticipés entre 1,037 et 1,039 milliard de dollars, alors que le bpa ajusté est attendu entre 1,42 et 1,43$. Le consensus était de 1,49$.

SentinelOne (+19%), le groupe américain de cybersécurité, s'envole à Wall Street. Le groupe a affiché une perte trimestrielle de 3 cents par titre, contre -8 cents de consensus. De plus, SentinelOne affiche une guidance de revenus du quatrième trimestre supérieure aux anticipations de marché. Sur le trimestre clos en octobre, le groupe a réalisé des revenus totaux de 164 millions de dollars, en croissance de 42% en glissement annuel, à comparer à un consensus de 156 millions de dollars. Les revenus annuels récurrents sur la période ont été de 664 millions de dollars, battant également le consensus des analystes. Les revenus du quatrième trimestre sont attendus à 169 millions de dollars, contre 166 millions de dollars de consensus. Les revenus annuels sont maintenant anticipés à 616 millions de dollars, contre 605 millions précédemment. Le groupe a débuté la commercialisation auprès de certains clients de son programme basé sur l'IA générative, Purple AI.

Brown-Forman (-11%), l'un des géants américains des boissons alcoolisées, a publié ses résultats du deuxième trimestre et du premier semestre 2024 clos le 31 octobre. Les ventes nettes du deuxième trimestre ont augmenté de 1% à 1,1 milliard de dollars (-1% sur une base organique). Au cours du trimestre, le bénéfice d'exploitation a augmenté de 8% à 339 millions de dollars (+9% sur une base organique) et le bénéfice dilué par action a augmenté de 6% à 0,50$. Même si le groupe demeure optimiste quant à ses perspectives de croissance sur l'exercice 2024, l'évolution des conditions macroéconomiques mondiales continue de créer un environnement opérationnel difficile "qui tempère ses attentes". Par conséquent, le groupe prévoit désormais, pour l'exercice 2024, une croissance organique des ventes de l'ordre de 3 à 5%, et une progression organique du résultat opérationnel allant de 4 à 6%.

Campbell Soup (+6%), le groupe alimentaire américain, a battu le consensus de profit sur le trimestre clos, avec la hausse des prix de ses plats emballées et snacks. Les revenus trimestriels ont baissé de 2% à 2,5 milliards avec un repli organique de 1%. L'Ebit ajusté et le bénéfice par action ont baissé de respectivement 9% et 11%. Le groupe a réaffirmé enfin ses prévisions financières pour l'exercice 2024.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
Actions les plus vues

Classement des actions les plus vues, pour la période du mercredi 14 février 2024 au mardi 20 février 2024, des marchés Euronext Paris, Bruxelles, Amsterdam, Growth Paris, NASDAQ et NYSE sur le site et l'application Bourse Direct.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 20/02/2024

Wall Street corrige ce mardi avec Nvidia, le S&P 500 cédant 0,60% à 4...

Publié le 20/02/2024

Wall Street est attendu en retrait avant bourse ce mardi, le S&P 500 cédant 0,3%, le Dow Jones 0,3% également et le Nasdaq 0,4%...

Publié le 19/02/2024

La Bourse de New York a fini la semaine dans le rouge après la publication d'un indicateur des prix à la production plus fort qu'attendu. 

Publié le 16/02/2024

Le baril de brut WTI s'apprécie de 1,64% à 79,2$. ..

Publié le 16/02/2024

La cote américaine s'affiche très incertaine ce vendredi, sur des inquiétudes grandissantes concernant l'inflation...

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/02/2024

La Bourse de Paris a débuté la semaine sans réelle direction en l’absence d’indicateur macroéconomique et de résultats d’entreprises majeurs, alors que Wall Street était fermé pour jour…

Publié le 20/02/2024

Le CAC40 cash a clôturé la séance flat à 7768,55 dans un volume de 2,033 MD€.  

Publié le 20/02/2024

Breeze Airways annonce une exploitation commerciale constituée exclusivement d'avions A220 d'ici la fin 2024...

Publié le 20/02/2024

Nomination de Katrin Boström...

Publié le 20/02/2024

A suivre en 2024...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes.
Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne