Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
8 107.40 PTS
+0.15 %
8 093.5
+0.19 %
SBF 120 PTS
6 151.60
+0.23 %
DAX PTS
18 718.56
+0.13 %
Dow Jones PTS
39 069.59
+0.01 %
18 808.35
+0.99 %
1.085
+0.04 %

Clôture Wall Street : un final en rouge

| Boursier | 442 | Aucun vote sur cette news

Les marchés plient outre-Atlantique...

Clôture Wall Street : un final en rouge
Credits AndrePictures

En clôture de marchés, Wall Street marque le pas. Le S&P 500 recule de -1,20% à 5.061 pts. Le Dow Jones cède -0,65%, glissant sous les 38.000 pts pour finir à 37.735 pts. Le Nasdaq décroche de -1,79% à 15.885 pts. Alors qu'une inflation persistante pourrait empêcher la Réserve fédérale de réduire ses taux d'intérêt cette année, les investisseurs s'inquiètent des retombées de l'attaque iranienne contre Israël et d'une éventuelle réplique susceptible d'enflammer la région. Le chef d'état-major de l'armée israélienne, Herzi Halevi, a en effet promis une riposte à l'attaque iranienne, malgré les appels de la communauté internationale à éviter toute escalade dans le conflit avec Téhéran.

Du côté macro, l'indice manufacturier Empire State de la Fed de New York pour le mois d'avril ressort à -14,3 (-5,2 de consensus). L'indice reste ancré dans le rouge, signalant une forte contraction de l'activité manufacturière dans la région considérée ce mois.

Les ventes au détail ont augmenté plus que prévu en mars aux Etats-Unis, nouveau signe de la résilience de la première économie mondiale. Selon le rapport gouvernemental américain, les ventes de détail pour le mois de mars ont augmenté de +0,7% en comparaison du mois antérieur (+0,4% de consensus). La lecture du mois précédent a été révisée à +0,9%. Hors automobile, les ventes grimpent de 1,1% (+0,5% attendu). Hors auto et essence, les ventes affichent un gain de 1% contre +0,3% de consensus.
"Si vous attendiez un ralentissement économique, vous ne l'obtiendrez pas". Le fort vent favorable résultant de conditions financières souples continue de stimuler l'inflation et la croissance, y compris les dépenses de consommation en mars", estime Torsten Slok d'Apollo Global Management qui ajoute : "Compte tenu de la réaccélération en cours de l'économie, la Fed ne réduira pas ses taux d'intérêt en 2024".

Le président de la Réserve fédérale de New York, John Williams, a d'ailleurs souligné la force durable des consommateurs et de l'économie dans son ensemble, mais a réitéré que la Fed commencerait probablement à baisser les taux d'intérêt cette année, si l'inflation continue de baisser progressivement.

Les équipes de Bank of America et de la Deutsche Bank, qui tablaient sur un premier assouplissement monétaire au début de l'été, estiment désormais que la Fed ne procédera qu'à une seule baisse de taux en 2024... au mois de décembre.

Sur le marché de l'or noir, le baril de brut WTI reprend +0,22% à 85,65$.
Le dollar se renforce encore de +0,47% face à la monnaie européenne, à 0,9414 euro.
L'once d'or grimpe de +1,58% à 2.381$. Le Bitcoin cède -5,7% à 63.038$.

Les valeurs

* Encore Wire (+11,59% à 291,23$). Prysmian, le plus grand fabricant de câbles au monde, va acquérir la société américaine pour une valeur d'entreprise d'environ 3,9 milliards d'euros. Le groupe transalpin offre 290$ par action pour reprendre sa cible, soit une prime d'environ 11% sur le cours de clôture de vendredi d'Encore Wire. L'opération devrait être finalisée au cours du second semestre 2024. La firme italienne financera la transaction à hauteur de 1,1 milliard d'euros en espèces et grâce à 3,4 MdsE de facilités de crédit. L'acquisition permettra à Prysmian d'élargir son offre de produits et "d'accroître sa présence en Amérique du Nord, en améliorant son portefeuille et sa répartition géographique. Encore Wire produit des fils et câbles en cuivre et en aluminium pour les bâtiments résidentiels, commerciaux et industriels.

*Goldman Sachs (+2,92% à 400,88$). Le géant américain de la banque a dévoilé des comptes supérieurs aux attentes des analystes. Sur le 1er trimestre, le groupe a vu ses bénéfices bondir de 28%, soutenus par une reprise du marché de la dette et des transactions qui ont stimulé sa division de banque d'investissement. Le bénéfice net a augmenté à 4,13 Mds$, ou 11,58$ par action (3,23 Mds$ et 8,79 dollars par titre il y a un an). Le consensus tablait sur un bpa de 8,73$. Les commissions de la banque d'investissement ont grimpé de 32% à 2,08 Mds$. Les revenus issus du trading d'obligations, de devises et de matières premières ont progressé de 10% à 4,32 Mds$, tandis que les revenus issus du trading actions ont bondi de 10% à 3,31 Mds$. Les revenus de la gestion d'actifs et de patrimoine ont crû de 18% à 3,79 Mds$. Les revenus totaux ressortent à 14,21 Mds$ (+16%), contre un consensus logé à 12,94 Mds$.
"Nous continuons à mettre en oeuvre notre stratégie, en nous concentrant sur nos principales forces pour servir nos clients et répondre aux attentes de nos actionnaires", a déclaré le DG David Solomon. En tant que conseiller de premier plan en matière de fusions et d'acquisitions, Goldman a conseillé certaines des transactions les plus importantes de l'année dernière, notamment l'achat de Pioneer Natural Resources par Exxon Mobil pour 60 Mds$. Les entreprises ayant retrouvé une certaine confiance pour lever des fonds sur les marchés de capitaux, les activités de souscription d'actions et d'obligations ont rebondi.

* Charles Schwab (+1,78% à 71,23$). La société basée à Westlake au Texas a fait état d'un chiffre d'affaires net de 4,74 Mds$ pour les 3 mois clos fin mars, en baisse de -7,3% sur un an mais supérieur aux attentes du marché (4,71 Mds$). Le bénéfice net de la maison de courtage a chuté de 15% à 1,36 Md$, soit 68 cents par titre. Le bpa ajusté a atteint 74 cents (73 cents de consensus). "Dans un contexte macroéconomique amélioré, les clients nous ont confié 96 Mds$ de nouveaux actifs 'core' nets, dont 45 Mds$ pour le seul mois de mars", a déclaré le directeur général Walt Bettinger. " Dans le même temps, l'engagement solide des investisseurs a contribué à l'ouverture de plus d'un million de nouveaux comptes de courtage au cours du trimestre". La société a déclaré un total de dépôts de 269,5 Mds$ à fin mars, en repli de -7% par rapport au trimestre précédent.

* Warner Music Group (+0,06% à 33,46$). Les artistes d'Hollywood sont parvenus à un accord de principe avec les grandes maisons de disques telles que Warner Music Group et Sony Music Entertainment, qui prévoit des augmentations du salaire minimum et des protections contre l'utilisation de l'intelligence artificielle (IA).

* Salesforce (-7,28% à 272,9$). Le groupe serait en pourparlers avancés pour acquérir le fournisseur de logiciels de gestion de données Informatica, a rapporté vendredi le 'Wall Street Journal' en citant des personnes familières avec le sujet.

* Tesla (-5,59% à 161,48$). Le constructeur de voitures électriques va fortement tailler dans ses effectifs. Le groupe automobile va supprimer 10% de ses équipes. Dans un mail adressé à ses employés, consulté par 'Bloomberg', Elon Musk cite la duplication des rôles et la nécessité de réduire les coûts comme principales raisons pour justifier cette coupe. Si les réductions s'appliquaient à l'ensemble de l'entreprise, les licenciements toucheraient plus de 14.000 personnes. La publication technologique 'Electrek' avait dans un premier temps rapporté cette information. "Alors que nous préparons l'entreprise pour notre prochaine phase de croissance, il est extrêmement important d'examiner tous les aspects de l'entreprise pour réduire les coûts et augmenter la productivité", a écrit E.Musk à ses équipes. "Dans le cadre de cet effort, nous avons procédé à un examen approfondi de l'organisation et pris la décision difficile de réduire nos effectifs de plus de 10% à l'échelle mondiale. Il n'y a rien que je déteste plus, mais cela doit être fait".

* Apple (-2,19% à 172,69$). Dans un marché de plus en plus concurrentiel, notamment en Chine, la firme à la pomme a vu ses livraisons de Smartphones chuter de près de 10% au premier trimestre. Selon les données d'IDC reprises par 'Bloomberg', la société californienne a expédié 50,1 millions d'iPhones au cours des trois premiers mois de l'année, contre un consensus logé à 51,7 millions d'unités. La baisse de 9,6% sur un an est la plus forte pour Apple depuis 2022, année marquée par le blocage des chaînes d'approvisionnement à la suite de la reprise post-pandémique.
Le groupe de Cupertino a particulièrement souffert en Chine depuis le lancement de son dernier modèle en septembre. La résurgence de concurrents allant de Huawei Technologies à Xiaomi et l'interdiction par Pékin des appareils étrangers sur le lieu de travail ont fortement pesé sur les ventes. La baisse des livraisons d'iPhone est d'autant plus significative sur la période que le marché mobile global a enregistré sa meilleure croissance depuis des années. Les fabricants de Smartphones ont en effet expédié 289,4 millions d'appareils sur le trimestre, soit une hausse de 7,8% par rapport au creux de l'année dernière, lorsque de nombreux fabricants étaient aux prises avec un excès d'appareils invendus. Selon les données d'IDC, Samsung Electronics a d'ailleurs récupéré la place de premier fabricant de mobiles au cours du trimestre, tandis que Xiaomi a rebondi pour réduire l'écart avec Apple.
"Le marché des smartphones sort des turbulences des deux dernières années, à la fois plus fort et modifié", a déclaré Nabila Popal, directrice de recherche chez IDC. "Même si Apple a fait preuve d'une grande résilience et a connu une forte croissance de ses expéditions et de sa part de marché au cours des dernières années, il lui sera difficile de maintenir le rythme de croissance et le pic de part de marché qu'il a connu en 2023. À mesure que le marché se redresse en 2024, IDC s'attend à ce qu'Android connaisse une croissance beaucoup plus rapide qu'Apple". Les données d'IDC fournissent le premier aperçu des performances mondiales du produit le plus important pour Apple avant les résultats du 2 mai.

* Moderna (-1,22% à 103,86$). L'action en justice intentée par le laboratoire américain contre Pfizer et BioNTech pour violation de ses droits de brevet concernant leur vaccin à ARN messager contre le Covid-19 sera suspendue le temps que l'Office américain des brevets détermine si deux des trois brevets Moderna en question sont valides, a déclaré vendredi un tribunal fédéral du Massachusetts.

* US Steel (-1,19% à 40,84$). Les actionnaires de l'aciériste ont approuvé, vendredi, le rachat du groupe par son concurrent japonais Nippon Steel pour un montant de 14,9 Mds$, comme prévu, ce qui rapproche la fusion de sa réalisation, alors même que l'opposition politique à l'opération s'intensifie.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
Actions les plus vues

Classement des actions les plus vues, pour la période du lundi 20 mai 2024 au dimanche 26 mai 2024, des marchés Euronext Paris, Bruxelles, Amsterdam, Growth Paris, NASDAQ et NYSE sur le site et l'application Bourse Direct.

Jusqu'à
170€ de prime offerte*

Pour toute 1ère adhésion avant le 31 mai 2024 inclus, avec un versement initial investi à 30 % minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte, non garanties en capital.
*SOUS CONDITIONS

Ces contrats présentent un risque de perte en capital.
Information publicitaire à caractère non contractuel.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 24/05/2024

Wall Street a rebondi dans des volumes limités à la veille d'un week-end de trois jours et au lendemain d'une séance chahutée malgré la flambée de...

Publié le 23/05/2024

Si Nvidia s'est enflammé de plus de 9%, dopé par ses derniers résultats trimestriels, cela n'a pas suffi à soutenir les indices boursiers US...

Publié le 23/05/2024

Un marché tiraillé entre d'excellents chiffres de Nvidia et un risque d'austérité monétaire durable

Publié le 23/05/2024

Wall Street, qui avait terminé mollement sa séance hier sur des commentaires prudents provenant des Minutes de la Fed, se redresse aussi vite avant...

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 27/05/2024

La Bourse de Paris a terminé la semaine sur une note stable malgré la séance difficile la veille à Wall Street. 

Publié le 27/05/2024

Tokyo a gagné 0,74%, Shanghai prend 1,10% et Hong Kong 1,32%

Publié le 27/05/2024

L’assemblée générale d’Assystem a approuvé l’ensemble des résolutions qui lui étaient soumises à l’exception de la quatrième à propos de l’approbation des conventions…

Publié le 27/05/2024

Au prix de 13 Euros...

Publié le 27/05/2024

Fleury Michon a entamé des négociations exclusives avec le groupe Martinez, son partenaire de longue date en Espagne, pour vendre ses parts dans la joint- venture Platos Tradicionales. Cette…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes.
Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne