Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
7 964.93 PTS
-1.15 %
7 977.0
-0.97 %
SBF 120 PTS
6 050.59
-1.01 %
DAX PTS
18 551.75
-0.68 %
Dow Jones PTS
38 852.86
-0.55 %
18 869.44
+0.32 %
1.083
-0.2 %

Clôture Wall Street : le Nasdaq sous pression

| Boursier | 195 | Aucun vote sur cette news

Le marché américain termine la semaine en ordre dispersé...

Clôture Wall Street : le Nasdaq sous pression
Credits SunocciPictures

Au terme d'une semaine à risque sur les marchés en raison des tensions géopolitiques, la place de Wall Street termine en ordre dispersé. Le S&P500 cède -0,88%, enchaînant une 6e séance consécutive de baisse. L'indice enfonce les 5.000 points, et revient à 4.967 pts. Après avoir passé toute la semaine en zone rouge, le S&P 500 cède -1,87% en hebdomadaire. Le Dow Jones s'est mieux défendu et gagne +0,56% à 37.986 pts, ce vendredi. L'indice des valeurs industrielles prend d'ailleurs +0,67% sur la semaine. Le Nasdaq, dans une 6e séance consécutive de baisse, est en quête de support. L'indice des valeurs technologiques cède -2,05% à 15.282 pts en clôture ce vendredi, et une repli hebdomadaire de -3,8%.

L'annonce d'une attaque d'Israël contre l'Iran au cours de la nuit renforce les tensions dans la région et les craintes d'un embrasement au Proche-Orient. Outre ces inquiétudes géopolitiques, et contrairement aux anticipations, les opérateurs doivent désormais faire face à des taux qui resteront plus élevés pendant plus longtemps. Une série de chiffres économiques solides et plusieurs discours bellicistes de membres de la Fed ont en effet conduit les investisseurs à réduire leurs paris sur des baisses de taux cette année. Cette révision des attentes s'est renforcée cette semaine sur les dernières déclarations de Jerome Powell.

En l'absence de données macroéconomiques outre-Atlantique, le marché de l'or noir s'est abandonné à la spéculation dans le sillage de tensions géopolitiques engageant l'Iran. Le baril de brut léger américain WTI gagne +0,5% à 83,19$, évoluant entre un plus bas à 82,68$ et un plus haut de 86,04$.

Le dollar s'échange 0,9371 face à l'euro.
L'or signe une belle semaine (+0,29%) et termine la séance en s'appréciant de +0,42% à 2.388 dollars l'once. Le Bitcoin rebondit de +1,15% à 64.341$ alors que le fameux 'halving' devrait avoir lieu aux premières heures de la journée, samedi.

Les valeurs

* Paramount Global (+8,36% à 22,82$). Sony Pictures Entertainment (-0,71%) et Apollo Global Management (+0,31%) pourraient déposer une offre commune sur Paramount Global. De sources 'Reuters', les deux sociétés n'ont pas encore contacté leur cible, qui est en pourparlers exclusifs avec Skydance Media, bien que certains investisseurs aient exhorté Paramount à explorer d'autres options. L'offre du duo, qui est encore en cours de structuration, serait en cash et conduirait à une privatisation du célèbre studio derrière 'Mission Impossible' et 'Le Parrain'.
Dans le cadre de l'accord proposé, Sony acquerrait une participation majoritaire dans la coentreprise et exploiterait la société de médias ainsi que sa bibliothèque de films. Le président de Sony Pictures Entertainment, Tony Vinciquerra, dirigerait probablement le studio et profiterait du marketing et de la distribution de Sony. Apollo prendrait le contrôle du réseau de télévision CBS et de ses chaînes locales, une mesure requise par les lois qui limitent la propriété étrangère des réseaux américains de télévision. La société de capital-investissement avait précédemment fait une offre de 26 Mds$ pour racheter Paramount Global, dont la valeur d'entreprise à la fin de 2023 était d'environ 22,5 Mds$. Cependant, un comité spécial du conseil d'administration de Paramount a choisi de poursuivre ses négociations avancées avec Skydance, plutôt que de rechercher un accord "qui pourrait ne pas aboutir" avec Apollo.

* American Express (+6,23% à 231,04$). Le géant des cartes de crédit a réalisé un très bon début d'exercice, continuant à bénéficier de son positionnement haut de gamme. Le groupe basé à New York a fait état d'un profit net par titre de 3,33$ sur le trimestre clos fin mars, contre un consensus de 2,96$, pour des revenus en hausse de 11% à 15,8 Mds$. Les activités facturées, qui représentent la valeur des transactions sur les cartes AmEx et autres produits de paiement, ont augmenté de 6 %, pour atteindre 367 Mds$. "Nous continuons d'attirer vers la franchise des clients très dépensiers et disposant d'une grande qualité de crédit", déclare le DG, Stephen Squeri. AmEx a constitué 1,3 Md$ de provisions pour le 1er trimestre (1,1 Md$ un an plus tôt), un chiffre conforme aux anticipations des analystes. Pour l'ensemble de l'année, la société a maintenu ses attentes d'une croissance entre 9 et 11% et ses prévisions de bpa de 12,65 à 13,15 dollars.

* Fifth Third Bancorp (+5,93% à 36,25$). La banque affiche un profit net en repli de 10% au 1er trimestre, la hausse des coûts des dépôts ayant pesé sur les revenus d'intérêts de la banque. Les banques régionales ont régulièrement augmenté les taux d'intérêt qu'elles offrent sur les comptes de dépôt afin de retenir les clients qui cherchent à obtenir de meilleurs rendements en plaçant leur argent dans des alternatives plus rémunératrices. Le revenu d'intérêt net -la différence entre ce qu'une banque gagne sur les prêts et paie sur les dépôts- a chuté de près de 8,8% à 1,38 Md$ au cours du trimestre. La marge d'intérêt nette s'est ainsi contractée à 2,86% (3,29% l'année précédente). Le bénéfice net a atteint 480 millions de dollars, ou 70 cents par action (535 M$ et 78 cents par titre un an plus tôt). Le groupe basé à Cincinnati continue de s'attendre à ce que son NII en 2024 diminue entre 2% et 4%.

* Nordstrom (+0,96% à 18,92$). La famille fondatrice de la chaîne de grands magasins a manifesté son intérêt pour un éventuel retrait de la Bourse, ce qui a incité le conseil d'administration de la société à former un comité spécial d'administrateurs indépendants pour évaluer toute proposition.

* Smith & Wesson (+0,71% à 16,91$) et Sturm Ruger & Co (+1,37% à 46,75$) sont surveillés. Les fabricants d'armes américains ont demandé à la Cour suprême des États-Unis d'entendre leur requête dans le procès de 10 Mds$ intenté par le Mexique pour les tenir responsables d'avoir facilité le trafic d'armes à destination des cartels de la drogue le long de la frontière américano-mexicaine.

* Procter & Gamble (+0,54% à 158,14$). Le groupe relève ses objectifs annuels. Le propriétaire des marques Tide et Pampers, qui bénéficie de hausses de prix régulières, d'une réduction des coûts des matières premières et de gains de productivité, s'attend désormais à ce que son bpa 'core' augmente de 10 à 11% au cours de l'exercice 2024, contre une croissance de 8 à 9% auparavant. Le bpa ajusté est ainsi attendu entre 6,49 et 6,55$ pour une croissance organique confirmée entre 4 et 5%. Sur le trimestre clos le 31 mars, la firme a enregistré un profit net de 3,75 Mds$, ou 1,52$ par action (3,40 Mds$ et 1,37$ par titre un an plus tôt). Le bpa ajusté s'est établi à 1,52$ (1,41$ de consensus). Les ventes nettes ont augmenté de 0,6% à 20,2 Mds$, légèrement inférieures aux attentes, la hausse des prix ayant été partiellement compensée par des volumes stables et un effet devises défavorable. La marge brute, un indicateur de rentabilité, a en revanche dépassé les attentes.

* Netflix (-9,09% à 555,04$). Gros plongeon du géant du streaming qui a pourtant enregistré son meilleur début d'année depuis 2020. Les opérateurs ont préféré retenir des prévisions de revenus plutôt décevantes pour le 2e trimestre. La société a gagné 9,33 millions de nouveaux clients sur les trois premiers mois de l'année, près du double du niveau attendu par le marché, grâce à une solide gamme de programmes originaux et à une forte répression sur les partages de mots de passe. L'entreprise estime que plus de 100 millions de personnes utilisaient un compte pour lequel elles n'avaient pas payé. Netflix a attiré de nouveaux clients dans le monde entier, se montrant particulièrement dynamique aux États-Unis et au Canada. Le groupe a indiqué que ses offres avec publicités représentent désormais 40% des nouveaux abonnés dans les marchés où elles sont disponibles. Au total, le nombre d'abonnés à travers le monde atteignait 269,6 millions à fin mars. Sur le trimestre, Netflix a fait état d'un bénéfice net de 2,33 Mds$ ou 5,28$ par action, contre 2,88$ un an plus tôt, pour un chiffre d'affaires en hausse de 14,8% à près de 9,4 Mds$. Le résultat opérationnel a bondi de 54% à 2,6 Mds$.
Netflix a également annoncé qu'il cesserait de déclarer les abonnements trimestriels payants et les revenus par abonné à partir du 1er trimestre 2025. Ces mesures ont longtemps été le principal moyen utilisé par Wall Street pour évaluer les performances de l'entreprise, mais Netflix souhaite désormais se concentrer sur des mesures traditionnelles telles que les ventes et les bénéfices. La direction a précisé qu'elle continuera de signaler les principales étapes franchies en matière d'abonnement.
Pour le trimestre en cours, le groupe vise un chiffre d'affaires de 9,49 Mds$, contre un consensus à 9,537 milliards, avec un bpa de 4,68$ (4,54$ de consensus).

* Tesla (-1,92% à 147,05$). Le constructeur de véhicules électriques va rappeler 3.878 Cybertrucks, son pick-up électrique, en raison d'un défaut du coussin de la pédale d'accélérateur, qui pourrait se détacher et se loger dans la garniture intérieure augmentant le risque d'accident, a déclaré l'Administration nationale américaine de la sécurité routière (NHTSA).

* Blackstone (-1,6% à 118,4$). Selon trois sources citées par Reuters, le poids-lourd du capital-investissement serait sur le point de conclure un accord pour vendre sa participation majoritaire dans le distributeur sud-coréen de médicaments en gros Geo-Young au fonds de rachat nord-asiatique MBK Partners pour plus de 1 Md$.

* Alphabet (-1,23% à 154,09$). L'autorité britannique chargée de la protection des données estime que la technologie proposée par Google pour remplacer les cookies n'est pas suffisante pour protéger la vie privée des consommateurs, a rapporté le 'Wall Street Journal', citant des documents internes.

* Apple (-1,22% à 165$). La marque à la pomme a supprimé plusieurs médias sociaux, notamment WhatsApp et Threads de Meta Platforms, de sa boutique d'applications en Chine. Le fabricant d'iPhone a également enlevé les services de messagerie Telegram et Signal de sa boutique, sur la demande de Pékin, affirme 'Bloomberg'. Apple, qui s'est toujours conformé à l'un des régimes de censure d'Internet les plus rigides au monde, a déclaré que l'Administration chinoise du cyberespace avait ordonné la suppression des applications pour des raisons de sécurité nationale. "Nous sommes obligés de respecter les lois des pays dans lesquels nous opérons, même si nous ne sommes pas d'accord", a déclaré un porte-parole d'Apple à 'CNN'. " L'Administration chinoise du cyberespace a ordonné la suppression de ces applications de la vitrine chinoise en raison de ses préoccupations en matière de sécurité nationale... ".
En août, la Chine a demandé à tous les développeurs d'applications mobiles de s'inscrire auprès du gouvernement d'ici la fin mars, sous peine de cesser leurs activités. Pékin interdit depuis des années l'utilisation de plateformes de messagerie et de réseaux sociaux étrangers comme WhatsApp, en utilisant ce que l'industrie appelle le 'Grand Pare-feu'. Cela a aidé des applications telles que WeChat de Tencent Holdings à dominer l'internet local, même si les utilisateurs chinois peuvent toujours utiliser des réseaux privés virtuels pour accéder aux médias étrangers. Les VPN sont couramment utilisés en Chine pour accéder à des contenus bloqués à l'intérieur du pays. Les applications moins sensibles avec des activités chinoises plus importantes telles que Duolingo devraient se conformer au dernier régime de licence réglementaire et rester opérationnelles, déclare à l'agence Rich Bishop, co-fondateur et DG d'AppInChina. "Cela signifie que les consommateurs chinois seront limités aux applications chinoises, avec un petit nombre d'applications internationales", précise le dirigeant, dont le cabinet de conseil a reçu des dizaines de demandes d'entreprises sur la manière de rester en conformité et de publier des logiciels en Chine. "C'est un changement assez important - cela va donc, dans un sens, couper davantage les citoyens chinois du reste du monde".

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
Actions les plus vues

Classement des actions les plus vues, pour la période du mercredi 22 mai 2024 au mardi 28 mai 2024, des marchés Euronext Paris, Bruxelles, Amsterdam, Growth Paris, NASDAQ et NYSE sur le site et l'application Bourse Direct.

Jusqu'à
170€ de prime offerte*

Pour toute 1ère adhésion avant le 31 mai 2024 inclus, avec un versement initial investi à 30 % minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte, non garanties en capital.
*SOUS CONDITIONS

Ces contrats présentent un risque de perte en capital.
Information publicitaire à caractère non contractuel.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 29/05/2024

Pegasystems Inc, fournisseur de la plateforme d'entreprise leader pour l'aide à la décision basée sur l'IA et l'automatisation des workflows, a...

Publié le 28/05/2024

La place américaine, fermée hier pour le Memorial Day, a rouvert sur une note hésitante mardi, malgré la poursuite du rallye de Nvidia (+7,1%)...

Publié le 28/05/2024

La place américaine, fermée hier pour le Memorial Day, s'affiche en ordre dispersé ce mardi, malgré la poursuite du rallye de Nvidia et un...

Publié le 28/05/2024

La place américaine, fermée hier pour le Memorial Day, journée qui rend hommage aux Etats-Unis aux membres des forces armées morts au combat,...

Publié le 24/05/2024

Wall Street a rebondi dans des volumes limités à la veille d'un week-end de trois jours et au lendemain d'une séance chahutée malgré la flambée de...

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 29/05/2024

Ce matin, Tokyo a cédé -0,87% à 38.521,50, Shanghai a clôturé sur une baisse de -0,04% à 3.108,74 et Hong Kong de -1,46% à 18.553,00.

Publié le 29/05/2024

La Bourse de New York a clôturé en ordre dispersé même si la confiance des consommateurs s'est améliorée contre toute attente en mai, puisque le Conference Board a publié un niveau de 102…

Publié le 29/05/2024

Portzamparc, filiale de BNP Paribas Banque Privée dédiée à l'accompagnement des investisseurs privés en Bourse et des PME-ETI, annonce la 11e édition...

Publié le 29/05/2024

Anglo American a refusé d’accorder plus de temps au groupe minier australien BHP pour discuter de son rachat. En Bourse, l’action du premier perd 0,63% à 2542 pence. Le 22 mai, le conseil…

Publié le 29/05/2024

Le nouveau record du Nasdaq hier soir dans le sillage de Nvidia, au-dessus des 17...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes.
Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne