En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 921.97 PTS
-1.27 %
4 887.0
-1.67 %
SBF 120 PTS
3 908.41
-1.75 %
DAX PTS
11 034.74
-1.87 %
Dowjones PTS
24 474.63
-2.17 %
6 475.92
-2.51 %
1.140
-0.48 %

Bruxelles met la pression

| Bourse Direct | 659 | 4.67 par 3 internautes

Au-delà du budget italien 2019 retoqué par Bruxelles en l’état actuel des choses, la France est également invitée à revoir sa copie, non conforme aux objectifs de déficits fixés par la Commission européenne. L’exécutif européen demande donc à Bercy de plus amples informations sur l’effort structurel et l’évolution des dépenses envisagées. Quatre autres pays ont été pointés du doigt pour les mêmes raisons, l’Espagne, le Portugal, la Belgique et la Slovénie. Il est clair que la confusion qui règne ne permet pas d’envisager une réelle amélioration sur les indices européens. Les marchés vont-ils pousser les politiques à se remettre en question par le biais de pressions sur les taux ? La réponse ne devrait plus tarder. Pour l’instant, il n’y a pas de réel changement sur le CAC40 qui, certes, reste dans une configuration négative mais arrive à tenir la MM100 semaines. Les enjeux techniques étant équivalents cette semaine, on surveillera une sortie des prix d’une zone encadrée par la MM9 adaptative et MM100 semaines pour prendre plus d’initiatives. Au fixing du jour et après avoir récupéré 1 % en matinée (+ haut à 5135.69), le CAC40 a terminé en baisse de 0.62 % à 5053.31 dans un volume de 3.200 MDE.   

Les points sur le future novembre sont, à la hausse, 5095 (61.80 % de retracement annuel), 5127.25, 5135 (MM9 Adaptative), 5156 (MM20 mois), 5198 (1er niveau d’inflexion sensible), 5224 (cible en base 7 heures),  5269 (fort-MM50 semaines), 5271 (cible en base 14 heures), 5292 (très fort/MM200 jours), 5315 (cible optimale à CT)  puis 5341 (MM20 semaines et niveau d’invalidation du dernier cycle baissier) voire 5365 (MM100 jours) et à la baisse, 5059 (MM100 semaines sur le future), 5047 (très important en base trimestrielle sur le cash), 4984 (important sur le cash), 4897 (MM50 mois sur le cash), 4876 (+ bas du 28 mars), 4850/4817 (cible majeure sur le cash et le future), 4816 (MM20 trimestres sur le cash), puis 4800 (+ bas annuel sur le future) voire 4732 (2éme cible majeure).

A court terme, la configuration restera très négative < MM9 adaptative et qui plus est < 5127.25.

Structurellement, l’évolution toujours incurvée à la baisse des lignes directrices de court terme n’invite pas à espérer une issue plus favorable. Dans ce sens, il faudrait au minimum reprendre la MM9 adaptative puis repasser la précédente ligne de support enfoncée le 11 octobre pour remonter vers la MM200 jours. A contrario, il est fort probable que la perte sèche de la MM100 semaines déclenche des ventes d’autorité. A noter que cette ligne de tendance a été testée une troisième fois ce lundi (+ bas à 5047). En-deçà, 4816 (MM20 trimestres sur le cash) et 4732 seraient pour le premier, un objectif raisonnable et pour le second, une cible extrême à court terme (scénario remis en cause > 5198).

En résumé, le risque d’un nouveau décrochage reste élevé au cours d’une semaine qui verra 18 valeurs du CAC40 publier leurs chiffres trimestriels. Les raisons d’envisager une amélioration sont donc encore présentes d’un point de vue fondamental mais aussi technique. De ce fait, nous envisageons toujours de prendre l’initiative à l’achat à 4816 voire à 4732 (très fort).

Au plus près, le premier niveau d’inflexion situé à 5127.25 à TCT a été touché en matinée (+ haut à 5133.50). Dans la foulée,  le comblement d’un Gap horaire à 5095 s’est rapidement réalisé, ce qui prouve que le marché n’a toujours pas de motif de reprise solide. Techniquement, il manque toujours une divergence plus marquée entre les prix et les indicateurs pour déclencher un rebond. Du coup, le risque est que le marché décroche brutalement puis rebondisse vivement. A ce stade, on peut conserver un solde vendeur < MM9 adaptative et qui plus est < 5127 en essayant d’optimiser au mieux la sortie d’ici la fin du mois (cf graphique). A notre sens, il faut attendre que la situation ait atteint son paroxysme pour agir à bon compte.

Analyse réalisée au fixing du 22 octobre.

 ■
Les recommandations diffusées sur le site Bourse Direct sont des recommandations d'investissement à caractère général soumises aux dispositions législatives et réglementaires applicables aux communications à caractère promotionnel. Elles ne constituent en aucun cas un conseil personnalisé. Le client reconnaît et assure donc seul la responsabilisé de ses actes de gestion et des conséquences des positions prises ou non.
Giovanni FILIPPO, Infos d'Experts
Article rédigé par Giovanni FILIPPO, membre de la cellule Infos d'Experts
34 ans d’expérience, ancien du Palais Brongniart, j’analyse en permanence les données de marchés pour déceler les stratégies d’investissements.
Abonnez-vous
Votez pour cet article
3 avis
Note moyenne : 4.67
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/11/2018

Encore près de 3% du capital pour AQR

Publié le 20/11/2018

Bic annonce avoir reçu de la part de Tahe Outdoors une offre d'achat pour sa filiale Bic Sport, spécialisée dans les sports de glisse nautique, pour une valeur comprise entre 6 et 9 millions…

Publié le 20/11/2018

Airbus a décroché une commande additionnelle de 17 A320neo auprès de la compagnie britannique easyJet. Cette dernière a en effet converti des droits d’achat en commande ferme. Cela porte sa…

Publié le 20/11/2018

Bruno Le Maire, ministre français de l’Economie, et son homologue japonais Hiroshige Seko, ont réaffirmé « l’important soutien des gouvernements français et japonais à l’alliance entre…

Publié le 20/11/2018

L'enquête de Nissan sur des malversations présumées de son président Carlos Ghosn se serait élargie pour inclure l'alliance Renault-Nissan. C’est ce que rapporte Reuters, sur la base de trois…