Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
7 586.55 PTS
+0.21 %
7 591.50
+0.22 %
SBF 120 PTS
5 749.06
+0.25 %
DAX PTS
18 354.76
-0.45 %
Dow Jones PTS
40 874.65
-0.79 %
19 632.13
-0.84 %
1.091
-0.21 %

Bilan hebdo : le CAC40 abandonne près de 2% !

| Boursier | 110 | Aucun vote sur cette news

Retour en arrière avant les élections...

Bilan hebdo : le CAC40 abandonne près de 2% !
Credits Euronext

Le marché parisien a repiqué du nez cette semaine, plombé par l'incertitude qui entoure l'issue des législatives anticipées dont le premier tour est programmé dimanche. Sur cinq séances, le CAC40 se replie de 1,96%, à 7.479 points ce vendredi soir. Preuve de la défiance des investisseurs envers les actifs français, le rendement des OAT 10 ans évolue au-dessus des 3,31%, très proche du pic de 3,32% atteint le 11 juin, deux jours après la surprise de la dissolution de l'Assemblée nationale. Le spread avec le Bund allemand flirte avec les 84 pb, son niveau le plus élevé depuis septembre 2012.

Aux Etats-Unis, les investisseurs ont salué le ralentissement de l'indice PCE des prix à la consommation sur un an en mai. Très surveillé par la Fed, cet indicateur ressorti conforme aux attentes du marché, renforce les attentes de baisses des taux de la Réserve fédérale plus tard dans l'année. La confiance des consommateurs américains a par ailleurs diminué moins que prévu initialement en raison d'une modération des pressions inflationnistes... Wall Street évolue au plus haut historique ce vendredi, avec un S&P500 au-dessus de 5.500 points et un Nasdaq 100 près de la barre historique des 20.000 points.

Sur le front des entreprises, la saga Atos se poursuit, Airbus a lancé un avertissement qui a fait des dégâts, Eurofins Scientific a été attaqué par Muddy Waters et Air France KLM évolue au plus bas historique.

Dans le contexte actuel, l'euro continue à souffrir de l'incertitude politique en France et s'échange autour des 1,07$ ce vendredi soir. Du coté des matières premières, les cours de l'or noir ont encore gagné un peu de terrain sur la semaine avec un baril de Brent (contrat pour livraison août) à 86,5 dollars à Londres. L'once d'or reprend 0,3% à 2.328$. Enfin, le Bitcoin se négocie autour des 61.100$ sur Coindesk.

LES VALEURS

* Casino bondit de près de 9% après avoir signé une promesse unilatérale d'achat en vue de la cession de la société Codim 2, qui exploite 4 hypermarchés, 9 supermarchés, 3 Cash & Carry et 2 drives en Corse. Ceux-ci ont réalisé un chiffre d'affaires hors taxes de 332 millions d'euros en 2023. Le groupe Rocca s'est engagé dans le cadre de cette cession à reprendre l'ensemble des magasins. Ils seront exploités sous l'enseigne Auchan.

* Kering prend 5,8%. Le groupe de luxe a été dopé par une note de Bank of America qui a rehaussé de 'sous-performer' à 'acheter' sa recommandation sur le dossier avec une cible remontée de 350 à 450 euros. La banque évoque des " pousses vertes " concernant la popularité de la marque Gucci. "Une plus grande disponibilité des créations de Sabato De Sarno chez Gucci devrait commencer à permettre à l'amélioration de la chaleur de la marque se transformer en revenus plus élevés". Les risques sont désormais perçus comme étant orientés à la hausse, selon BoA.

* Worldline reprend 4,1%. Le spécialiste des paiements a bénéficé d'une note positive de Bryan Garnier qui a relevé à l''achat' sa recommandation malgré une cible réduite de 19 à 15 euros. En octobre 2023, le broker rappelle avoir adopté une opinion négative sur le secteur des paiements, en citant les risques de 'marchandisation' et les sombres perspectives macroéconomiques comme menaces pour les entreprises couvertes au sein de sa couverture. Bien que la 'marchandisation' reste un sujet de préoccupation, le courtier se dit désormais plus optimiste en ce qui concerne la macroéconomie. Il pense ainsi que les attentes et les valorisations ont probablement atteint un point bas et pourraient bientôt commencer à s'améliorer, présentant plus de potentiel de hausse que de risque de baisse. Cette situation crée une opportunité intéressante en termes de rendement/risque pour les investisseurs.

* Sanofi gagne 2,7%. Le géant pharmaceutique a lancé un appel d'offres initial pour sa division de Santé Grand Public dont il estime la valeur à près de 20 milliards de dollars. Le laboratoire aurait demandé aux prétendants potentiels de faire une première offre d'ici la mi-juillet, selon des sources proches du dossier de 'Bloomberg'. Advent International et PAI Partners sont considérés comme les plus enthousiastes à l'égard de cette activité, qui commercialise des produits en vente libre, notamment des sirops contre la toux Phytoxil et le fameux Doliprane, ont précisé les sources. Blackstone, Clayton Dubilier & Rice, CVC Capital Partners et TPG feraient également partie de la liste de candidats potentiels tandis qu'EQT aurait abandonné le dossier. Sanofi a présenté en octobre dernier un projet de scission de son activité Santé Grand Public, faisant part de son intention d'examiner toutes les options possibles. Le groupe travaillerait ainsi toujours parallèlement sur une potentielle IPO. Les délibérations sont en cours et il n'y a aucune certitude qu'elles aboutiront à un accord, ont souligné les sources de l'agence.

* GTT avance de 1,2% après le gain de plusieurs commandes. Le groupe a notamment annoncé la réception, au cours du deuxième trimestre, d'une commande de son partenaire Hudong-Zhonghua Shipbuilding pour la conception des cuves de dix nouveaux très grands méthaniers.

A l'inverse, * Atos plonge encore de 16%. Quelques heures après l'officialisation de la fin des discussions entre la société en grandes difficultés financières et le consortium mené par Onepoint et Butler Industries, le groupe a annoncé la démission du Conseil d'administration, avec effet immédiat, de David Layani et Helen Lee Bouygues. Le premier actionnaire d'Atos a également fait part de son intention de sortir du capital de la société de services du numérique. Onepoint détenait jusqu'ici 11,4% d'Atos. Mercredi, Onepoint avait indiqué que "les conditions n'étaient pas réunies pour conclure un accord ouvrant la voie à une solution pérenne de restructuration financière et de mise en oeuvre du projet"... Atos mène désormais des discussions avec ses créanciers pour restructurer sa dette, qu'il entend toujours finaliser en juillet. Le groupe reste néanmoins toujours dans le viseur de Daniel Kretinsky qui a réitéré son intérêt pour participer à sa restructuration financière via EPEI. Quoi qu'il en soit, la mise en oeuvre du plan de restructuration financière envisagé entraînera une dilution massive pour les actionnaires actuels d'Atos, qui devraient détenir moins de 0,1% du capital social.

* EuroAPI décroche de 15,9%, avec une semaine entièrement rouge. Le groupe a annoncé mercredi soir avoir conclu avec son actionnaire de référence, Sanofi, un accord portant sur le financement de son plan de relance FOCUS-27. Sanofi contribuera au financement de ce plan via la souscription à une Obligation Hybride Subordonnée à Durée Indéterminée de 200 millions d'euros. Concernant l'activité, le fabricant de principes actifs pharmaceutiques a confirmé que son site de Brindisi devrait reprendre progressivement les livraisons et la production de principes actifs au cours du troisième trimestre 2024. Le groupe prévoit désormais entre 8% et 11% de baisse du chiffre d'affaires en 2024 à base comparable par rapport à 2023. La performance du second semestre devrait être supérieure à celle du premier semestre en raison d'un décalage des ventes. La marge Core EBITDA est attendue dans une fourchette large allant de 4% à 7%. A la suite de ces annonces, la Deutsche Bank a réduit son objectif de 3 à 2,5 euros et reste à 'conserver'. La banque note qu'EuroAPI n'a pas fourni de prévisions explicites à moyen terme sur les ventes ou la marge, ce qu'elle considère comme une déception.

* Airbus chute de 13,7% ! Le titre du groupe européen a été sanctionné après la révision à la baisse de ses prévisions annuelles de bénéfices, de cash-flow disponible et de production d'appareils commerciaux. Ce n'est pas une surprise, le géant de l'aéronautique est affecté par des problèmes persistants de chaîne d'approvisionnement, en particulier dans les moteurs, les aérostructures et les équipements de cabine. Mais la situation est encore plus mauvaise qu'anticipée jusqu'ici. L'entreprise table désormais sur la livraison d'"environ 770 avions commerciaux en 2024" contre 800 précédemment. Au niveau du bilan, elle anticipe un EBIT ajusté d'environ 5,5 milliards d'euros contre un précédent objectif d'au moins 7 MdsE, et un Free Cash-Flow avant financement client d'environ 3,5 MdsE contre 4 MdsE visés auparavant. A plus long terme, Airbus a repoussé d'un an, jusqu'en 2027, son objectif de produire 75 A320 par mois. G.Faury a averti que les défis économiques et géopolitiques contribuent à la situation et sont là pour perdurer "pendant un certain temps".

* Air France KLM trébuche de 12%, au plus bas historique, plombé par une note de Barclays qui a abaissé sa recommandation à 'pondération en ligne', invoquant l'instabilité politique en France. L'objectif de cours est coupé de 15 à 9,50 euros. La polarisation de la politique française risque de perturber la confiance des entreprises et des consommateurs et de provoquer des troubles sociaux accrus, ce qui constituerait un défi pour les recettes unitaires d'Air France, indique la banque. En outre, il sera plus difficile de convaincre le gouvernement portugais de choisir AF-KLM comme partenaire potentiel pour TAP Portugal dans un contexte politique français instable. Le courtier note également qu'il ne faut pas non plus ignorer les défis pour la compagnie liés à l'évolution politique aux Pays-Bas, où l'incertitude qui pèse sur l'aéroport d'Amsterdam Schiphol pose un défi de gestion important.

* Eurofins Scientific perd 11,7% après les attaques de Muddy Waters contre le groupe de services bio-analytiques. Dans un rapport de 35 pages, le célèbre vendeur à découvert parle d'une "entreprise de bizarreries et de contradictions" qui "a utilisé une structure d'entreprise trop complexe optimisée pour des malversations". La société luxembourgeoise est "totalement confiante dans l'intégrité de ses comptes, de ses performances opérationnelles, de ses contrôles internes et de sa gestion des risques", a répondu Eurofins. Le groupe estime que "l'intégralité des allégations et insinuations qui y sont contenues est inexacte, non pertinente, biaisée et/ou trompeuse". Eurofins a évidemment partagé cette publication avec ses principaux auditeurs actuels (Deloitte Audit), car certaines déclarations ou insinuations contenues dans cette publication peuvent injustement jeter le doute sur leur travail. La société travaillera en collaboration avec ses auditeurs pour préparer des analyses plus approfondies si nécessaire.

* Trigano abandonne 7% après son point trimestriel. Le fabricant de camping-cars, caravanes, mobil-homes et remorques a enregistré un chiffre d'affaires de 1,15 milliard d'euros entre mars et mai, contre 1,03 milliard d'euros l'année précédente. Les livraisons de camping-cars de la fin de la saison 2024 devraient permettre une bonne progression du chiffre d'affaires sur l'exercice en conservant une marge de qualité, a indiqué le management. Et ce alors que le niveau de prise de commandes à ce stade est conforme aux attentes de Trigano.

* L'Oréal perd 6,9%, pénalisé par les propos de son directeur général. Lors d'un événement JP Morgan à Paris jeudi, Nicolas Hieronimus a déclaré aux investisseurs qu'il anticipait désormais une croissance du marché mondial de la beauté entre 4,5% et 5% cette année, contre une prévision précédente de 5%. Le dirigeant a imputé cette révision à la stagnation du marché chinois. Ce pays a longtemps été un moteur de croissance pour L'Oréal, les consommateurs étant attirés par ses offres de cosmétiques haut de gamme. L'Oréal publiera ses résultats semestriels le 30 juillet.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Jusqu'à
170€ de prime offerte*

Pour toute 1ère adhésion avant le 31 août 2024 inclus, avec un versement initial investi à 30 % minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte, non garanties en capital.
*SOUS CONDITIONS

Ces contrats présentent un risque de perte en capital.
Information publicitaire à caractère non contractuel.

Actions les plus vues

Classement des actions les plus vues, pour la période du jeudi 11 juillet 2024 au mercredi 17 juillet 2024, des marchés Euronext Paris, Bruxelles, Amsterdam, Growth Paris, NASDAQ et NYSE sur le site et l'application Bourse Direct.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 18/07/2024

Semaine d'hésitation pour le marché parisien qui a peu varié...

Publié le 21/06/2024

Après la chute de la semaine précédente...

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/07/2024

#spx #investir #bourse #finance #economie #CAC40Calendrier Macro et Micro économiques, détermination des forces en présence et des secteurs et valeurs fortes et analyse graphique des Indices et…

Publié le 18/07/2024

Sur le plan statistique : Japon : 1H50 Balance commerciale de juin Royaume-Uni : 8H00 Statistiques sur le chômage de mai Zone euro : 8H00 Immatriculations d’automobiles de…

Publié le 18/07/2024

Damartex clôture l'exercice 2023/2024 avec un chiffre d'affaires à 529,2 ME, en recul par rapport à l'exercice précédent à -10,2% à taux de change...

Publié le 18/07/2024

Il existe une incertitude sur la capacité de Balyo à assurer sa continuité d'exploitation...

Publié le 18/07/2024

Publication du chiffre d’affaires S1 Sur les 6 premiers mois de 2024, SMAIO affiche un CA en retrait de 45,0% à 2,2 M€ impacté par un effet de base défavorable. Pour…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes.
Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne