Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
7 724.32 PTS
+1.27 %
7 720.50
+1.16 %
SBF 120 PTS
5 844.23
+1.21 %
DAX PTS
18 748.18
+1.15 %
Dow Jones PTS
40 000.90
+0.62 %
20 331.49
+0.59 %
1.090
+0.37 %

Wall Street : le Nasdaq se redresse avec Nvidia

| Boursier | 139 | Aucun vote sur cette news

Wall Street est resté partagé mardi, avec une meilleure tendance sur l'indice phare technologique Nasdaq qui regagne 1,26% à 17...

Wall Street : le Nasdaq se redresse avec Nvidia
Credits Reuters

Wall Street est resté partagé mardi, avec une meilleure tendance sur l'indice phare technologique Nasdaq qui regagne 1,26% à 17.717 pts, après avoir souffert la veille dans le sillage de Nvidia. Le S&P 500 grappille 0,39% à 5.469 pts. Le Dow Jones consolide en revanche de 0,76% à 39.112 pts. Sur le Nymex, le baril de brut WTI revient sur les 80$. L'indice dollar avance de 0,3% face à un panier de devises de référence.

Janet Yellen, l'ex-patronne de la Fed et désormais Secrétaire américaine au Trésor, a indiqué à Yahoo! Finance qu'elle ne voyait pas le fondement d'une récession aux Etats-Unis et qu'elle s'attendait par ailleurs à ce que l'inflation revienne vers l'objectif de 2% de la Fed l'année prochaine, soit un rythme plus rapide qu'anticipé par les banquiers centraux... La projection médiane des membres de la Fed la semaine dernière faisait quant à elle ressortir un retour de la mesure préférée d'inflation de la Fed à 2% en 2026. Le 'dot plot' de la Fed montrait aussi la perspective d'une seule baisse des taux cette année...

Mary Daly, patronne de la Fed de San Francisco, a quant à elle précisé qu'il y avait des risques pour le marché du travail, qui serait proche d'un point d'inflexion où un ralentissement supplémentaire pourrait se traduire par une montée du chômage. Elle a par ailleurs disserté sur différents sujets et noté que l'intelligence artificielle réduisait les coûts et pourrait par conséquent constituer une force déflationniste. Prudente, elle juge tout de même que les turbulences des données sur l'inflation jusqu'à présent, cette année, n'ont pas inspiré confiance. Néanmoins, il n'y a pas non plus de preuve qu'une stagflation ou une récession seraient à venir. "Nous devons pleinement restaurer la stabilité des prix sans perturbation douloureuse de l'économie", a aussi lancé Daly.

"Jusqu'à présent, le marché du travail s'est lentement ajusté (...). Mais nous nous rapprochons d'un point où cette issue bénigne pourrait être moins probable", a déclaré Daly lundi dans un discours préparé pour être prononcé au Commonwealth Club World Affairs de Californie à San Francisco. "Le futur ralentissement du marché du travail pourrait se traduire par une hausse du chômage, car les entreprises doivent ajuster non seulement les postes vacants mais aussi les emplois réels", a-t-elle déclaré. "À ce stade, l'inflation n'est pas le seul risque auquel nous sommes confrontés", a ainsi estimé la responsable.

La gouverneure Michelle Bowman a jugé pour sa part que les taux devaient être maintenus pendant un certain temps pour venir à bout de l'inflation. Dans ses remarques préparées pour une intervention à Londres, elle a estimé que l'inflation américaine demeurait élevée, avec un certain nombre de risques haussiers concernant les prix. "Il est peu probable que les améliorations de la chaîne d'approvisionnement et l'augmentation de l'offre de main-d'oeuvre issue de l'immigration, qui ont contribué à faire baisser l'inflation l'année dernière, se poursuivent", a-t-elle estimé. Les conflits régionaux pourraient par ailleurs exercer une pression à la hausse sur les prix de l'énergie et des denrées alimentaires. Des conditions financières plus souples ou des mesures de relance budgétaire pourraient aussi alimenter l'inflation. Les besoins en matière de logement des immigrés ainsi que les tensions sur le marché du travail, pourraient également faire grimper les prix...

"Si les données disponibles indiquent que l'inflation évolue durablement vers notre objectif de 2%, il deviendra éventuellement approprié de baisser progressivement le taux des fonds fédéraux pour éviter que la politique monétaire ne devienne trop restrictive", a tout de même glissé Bowman.

Côté indicateurs, l'indice d'activité nationale de la Fed de Chicago pour le mois de mai 2024, annoncé ce jour, est ressorti à +0,18, contre un consensus de -0,40 et une lecture révisée à -0,26 pour le mois antérieur.

L'indice S&P Case-Shiller '20-City' ajusté d'avril a augmenté de 0,4% en comparaison du mois antérieur, alors que l'indice non-ajusté a progressé de 1,4% d'un mois sur l'autre et de 7,2% sur un an. L'indice FHFA a grimpé de 0,2% par rapport à mars et de 6,3% sur un an.

L'indice manufacturier régional de la Fed de Richmond pour le mois de juin 2024 s'est affiché à -10, à comparer à un consensus FactSet de -4 et un niveau de zéro un mois auparavant. L'indice signale donc une nette contraction de l'activité manufacturière dans la région considérée.

L'indice de confiance des consommateurs américains mesuré par le Conference Board pour le mois de juin s'est établi à 100,4, à comparer à un consensus de marché de 100 et à une lecture révisée de 101,3 pour le mois antérieur.

Mercredi, les marchés seront attentifs aux ventes de logements neufs aux Etats-Unis, ainsi qu'au rapport hebdomadaire du Département à l'Energie concernant les stocks pétroliers domestiques pour la semaine close au 21 juin.

Jeudi, le programme économique sera assez chargé, avec les commandes de biens durables, le PIB du premier trimestre (3e estimation), la balance du commerce international des biens, les inscriptions hebdomadaires au chômage pour la semaine close au 22 juin, ainsi que les stocks de grossistes ou que les promesses de ventes de logements.

Enfin, vendredi, il faudra suivre les revenus et dépenses des ménages pour le mois de mai ainsi que l'indice associé d'inflation "core", très suivi par la Fed, mais aussi l'indice manufacturier PMI de Chicago et l'indice du sentiment des consommateurs américains de l'Université du Michigan. Thomas Barkin et Michelle Bowman de la Fed auront aussi leur mot à dire.

Les valeurs

Nvidia (+6,7%) se redresse et repasse les 3.000 milliards de dollars de capitalisation, après avoir perdu 13% en ligne droite depuis ses sommets de la semaine dernière, lorsque le groupe avait accédé brièvement au rang de première capitalisation boursière mondiale avec un pic de valorisation à plus de 3.400 milliards de dollars. Microsoft (+0,7%) est de nouveau la première entreprise au monde par la valorisation, à 3.340 milliards de dollars environ, alors qu'Apple (+0,4%) pèse pour sa part un peu plus de 3.200 milliards de dollars. Nvidia a donc chuté de 13% après avoir brièvement dépassé Microsoft en tant que première capitalisation au monde. Bloomberg note que le titre est entré en zone de correction technique, puisque sa chute dépasse les 10% sur son pic récent.
Rappelons qu'en début de mois, le CEO de Nvidia, Jensen Huang, avait dévoilé sa feuille de route lors de la conférence Computex 2024 de Taipei. Alors que la génération Blackwell est déjà très attendue cette année, Huang a promis dès l'an prochain une architecture Blackwell Ultra, puis en 2026 la nouvelle génération baptisée "Rubin". Alors que le modèle Blackwell est toujours en production en vue d'une livraison aux clients plus tard cette année, Huang se projette donc déjà avec les futures architectures, à un rythme qui devrait être annuel - alors que le groupe avait auparavant adopté un rythme de deux ans pour mettre à jour ses produits. Fin mai, le titre avait flambé suite à l'annonce de résultats trimestriels nettement supérieurs aux attentes avec l'IA.

Dans l'actualité du jour, Bright Machines, une startup software et robotique, a levé 106 millions de dollars lors d'un round de série C comprenant Nvidia et Microsoft. La firme de San Francisco conçoit des équipements et logiciels qui permettent d'automatiser une gamme de tâches de fabrication grâce à l'utilisation de l'IA et du machine learning.

Tesla (+2,6%) va rappeler 11.688 de ses Cybertruck du fait d'un problème concernant l'essuie-glace qui pourrait réduire la visibilité et accroître le risque d'accident, et 11.383 unités à cause d'une garniture du coffre qui pourrait avoir été mal fixée. C'est ce qu'a annoncé l'autorité américaine de sécurité routière, la NHTSA. Il s'agit du quatrième rappel concernant le pickup électrique aux courbes futuristes de Tesla aux Etats-Unis. Le contrôleur du moteur d'essuie-glace avant pourrait ainsi cesser de fonctionner s'il reçoit trop de courant électrique. Le groupe d'Austin, au Texas, indique qu'il n'a cependant eu connaissance d'aucun accident ni d'aucune blessure liés à ce problème. L'autre rappel concerne une pièce de garniture le long de la plateforme du Cybertruck qui pourrait se détacher et s'envoler, créant ainsi un danger pour les autres automobilistes. Tesla appliquera un promoteur d'adhérence et un ruban adhésif ou remplacera la garniture manquante, selon Reuters.

Boeing (-2,2%) aurait proposé d'acquérir Spirit AeroSystems (-3,9%) dans le cadre d'un accord financé principalement par des actions qui valoriserait le fournisseur clé à environ 35$ par action, selon des sources proches du dossier citées par Bloomberg. Le groupe a renoncé à son financement proposé en cash après des mois de discussions entre les sociétés, ont indiqué les sources de l'agence, qui ont demandé à ne pas être identifiées au sujet de cette question confidentielle. Une valorisation de 35$ par action représenterait une prime d'environ 6% par rapport au cours de Spirit à la clôture de lundi et un bonus de 22% par rapport au cours de clôture du 29 février, la veille de l'annonce des négociations de rachat de Boeing.

Apple aurait rejeté les propositions de Meta Platforms (+2,3%) visant à intégrer le chatbot IA de la société de réseaux sociaux dans l'iPhone il y a des mois, selon des personnes connaissant le sujet citées par Bloomberg. Les deux groupes ne discutent pas actuellement de l'utilisation du chatbot Llama de Meta dans un partenariat d'IA et n'auraient donc eu "que de brèves discussions" en mars, ont déclaré les sources de Bloomberg, qui ont demandé à ne pas être identifiées car la situation est privée. Le dialogue sur un partenariat n'a atteint aucun stade formel et Apple n'aurait pas l'intention active d'intégrer Llama. Les discussions préliminaires ont eu lieu au moment où Apple commençait à conclure des accords pour utiliser ChatGPT d'OpenAI et Gemini d'Alphabet dans ses produits. Le fabricant californien de l'iPhone a annoncé l'accord ChatGPT plus tôt ce mois-ci et a déclaré qu'il prévoyait de proposer Gemini à l'avenir. Il a aussi dévoilé "Apple Intelligence" et ses fonctionnalités IA.
Apple aurait décidé de ne pas aller de l'avant avec Meta, en partie du fait de ses pratiques de confidentialité, jugées insuffisamment strictes. Le groupe de Tim Cook considèrerait par ailleurs ChatGPT comme une offre supérieure. Google, quant à lui, est déjà partenaire pour la recherche dans le navigateur Web Safari d'Apple. Un futur accord Gemini s'appuierait sur cette relation, selon Bloomberg.

Carnival bondit de 8,7%, alors que le géant de la croisière vient de rehausser ses prévisions annuelles de profits pour la deuxième fois de l'année, avec la hausse des prix et une demande soutenue. Le groupe table désormais, pour l'exercice 2024, sur un bénéfice ajusté par action d'environ 1,18$, à comparer à une guidance antérieure de 98 cents. Sur le seul troisième trimestre, le bpa ajusté est anticipé à 1,15$, contre 1,10$ de consensus. Le management indique que le groupe continue d'enregistrer de solides réservations, avec des volumes historiques pour 2025...

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
Actions les plus vues

Classement des actions les plus vues, pour la période du samedi 06 juillet 2024 au vendredi 12 juillet 2024, des marchés Euronext Paris, Bruxelles, Amsterdam, Growth Paris, NASDAQ et NYSE sur le site et l'application Bourse Direct.

Jusqu'à
170€ de prime offerte*

Pour toute 1ère adhésion avant le 31 août 2024 inclus, avec un versement initial investi à 30 % minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte, non garanties en capital.
*SOUS CONDITIONS

Ces contrats présentent un risque de perte en capital.
Information publicitaire à caractère non contractuel.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 12/07/2024

Tous les voyants au vert...

Publié le 12/07/2024

Petite respiration après les séries de records...

Publié le 12/07/2024

La Bourse de New York a fini en ordre dispersé jeudi, seul le Dow Jones s'est inscrit dans le vert tandis que le Nasdaq a enregistré une nette baisse. 

Publié le 11/07/2024

Wall Street termine en ordre dispersé...

Publié le 11/07/2024

Pause ou nouveaux records ?

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 12/07/2024

Le CAC40 cash a clôturé la séance en hausse de 0,71% à 7627,13 points dans un volume de 2,583 MD€.

Publié le 12/07/2024

La Bourse de Paris a poursuivi son rebond, galvanisée par les anticipations de baisse de taux de la Fed en septembre, après le recul de l'inflation aux États-Unis.

Publié le 12/07/2024

Il n'y aura pas de reprise de la cotation

Publié le 12/07/2024

We.Connect a annoncé la réalisation d’une augmentation de capital d’un montant de 3 millions d’euros souscrite par les sociétés DS5 Holding et AMG suite à l’acquisition de MCA Technology…

Publié le 12/07/2024

Rapprochement en vue avec Cathay Capital Private Equity Les managers de Wedia avec l’appui financier de Cathay Capital Private Equity ont annoncé l’acquisition d’un bloc de…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes.
Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne

WELCOME DAYS

Offre
Assurance Vie

Jusqu'à
170€ DE PRIME OFFERTE*

Découvrir

*Voir conditions