Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
8 167.50 PTS
-0.26 %
8 124.0
-0.17 %
SBF 120 PTS
6 192.19
-0.28 %
DAX PTS
18 704.42
-0.18 %
Dow Jones PTS
40 003.59
+0.34 %
18 546.23
-0.06 %
1.087
+0.05 %

Clôture Paris : lourd repli du marché parisien

| Boursier | 706 | Aucun vote sur cette news

Le CAC40 cède 1,4%, s'enfonçant au-dessous des 8.000 points...

Clôture Paris : lourd repli du marché parisien
Credits Maxim Hopman / Unsplash

Après une première incursion au-dessous des 8.000 points vendredi, le CAC40 enfonce aujourd'hui très nettement ce niveau. L'indice parisien achève la journée en vif repli de -1,4% à 7.932 points. Toute la séance s'est inscrite en zone rouge, entre un plus bas de 7.899 pts et un plus haut de 7.975 pts. Le maigre rebond hier (+0,43%), qui faisait suite à 4 séances consécutives de baisse, n'aura donc été qu'un feu de paille.

Les investisseurs s'inquiètent des retombées de l'attaque iranienne contre Israël et d'une éventuelle réplique susceptible d'enflammer la région. Le chef d'état-major de l'armée israélienne, Herzi Halevi, a en effet promis une riposte à l'attaque iranienne, malgré les appels de la communauté internationale à éviter toute escalade dans le conflit avec Téhéran.

Du côté macro, l'indice ZEW, mesurant le sentiment des investisseurs en Allemagne, rebondit en avril. L'indice atteint 42,9 après 31,7 en mars (35,9 de consensus). L'indice relatif à la situation actuelle s'établit à -79,2 après -80,5 le mois précédent, et contre un consensus de -76.

Le ralentissement de l'inflation a ouvert la porte à la Banque centrale européenne pour commencer à baisser ses taux d'intérêt cet été, même si la géopolitique peut encore faire dérailler ces plans, selon Olli Rehn, membre du Conseil des gouverneurs. Si les mises à jour sur les perspectives d'inflation, les pressions sous-jacentes et la force de transmission de la politique monétaire renforcent la confiance dans la réalisation durable de l'objectif de 2% de la BCE, les coûts d'emprunt pourraient être réduits lors de la réunion politique de juin, a déclaré le dirigeant à Bloomberg. Mais une telle mesure dépend également de la non-détérioration de la situation en Ukraine et au Moyen-Orient. "Cela suppose qu'il n'y aura pas d'autres revers, par exemple dans la situation géopolitique et donc dans les prix de l'énergie", a précisé le responsable finlandais. Rappelons que la BCE a laissé son taux de dépôt au niveau record de 4% pour une 5e réunion la semaine dernière, tout en signalant que le ralentissement de l'inflation lui permettrait bientôt d'entamer des réductions, une idée qui a été soutenue mardi par Gabriel Makhlouf, membre du Conseil des gouverneurs.
La politique monétaire de la BCE pourrait s'écarter de celle de la Réserve fédérale, étant donné que les économies des deux continents se comportent différemment, a également admis O. Rehn. "Il existe pour le moment des divergences dans le cycle économique et le développement entre les économies américaine et européenne, ce qui signifie que nous pourrions naturellement prendre différents types de décisions dans la période à venir". Néanmoins, étant donné que les États-Unis ont un "impact significatif" sur l'économie réelle et les marchés financiers, la BCE ne prend pas ses décisions " en vase clos", a précisé le dirigeant finlandais.

Outre-Atlantique, les indicateurs suggérant que l'économie américaine se porte mieux qu'attendu se succèdent : les ventes au détail ont surpris à la hausse lundi, après plusieurs indicateurs montrant que l'inflation demeure élevée. De quoi éloigner encore les perspectives d'une baisse rapide des taux de la Réserve fédérale.

D'ailleurs, le FMI a aujourd'hui relevé sa prévision de croissance mondiale, notamment grâce à la solidité de l'économie américaine. Selon l'institution, l'économie mondiale devrait connaître une nouvelle année de croissance modérée, soutenue par l'activité américaine alors que les impacts d'une période d'inflation élevée, d'une demande faible en Chine et en Europe et de deux guerres continuent de faire pression sur l'activité. Le FMI prévoit une croissance réelle du PIB mondial de +3,2% en 2024 et en 2025, un taux identique à celui de 2023. La prévision pour 2024 a été révisée en hausse de 0,1 point de pourcentage par rapport à la prévision de janvier, en grande partie à cause de l'amélioration importante des perspectives économiques américaines. Le FMI relève aussi que les impacts de la pandémie de COVID-19 et de la crise du coût de la vie ont été moins persistants qu'attendu dans de nombreux pays, qui ont vu l'activité retrouver son niveau d'avant la pandémie plus vite que prévu.

Aux Etats-Unis, les marchés évoluent en ordre dispersé à 17h45. Le S&P 500 cède -0,14% à 5.054 pts. Le Dow Jones gagne +0,2% à 37.808 pts. Le Nasdaq est assez stable (-0,04%) à 15.878 pts.

Avec les tensions diplomatiques, le pétrole demeure ancré sur de hauts niveaux, mais se stabilise. Le WTI américain cède -0,05% à 17h45, revenant à 85,65$. Le Brent de mer du Nord cède -0,13% à 90,29$.
L'euro est stable face au dollar, s'échangeant 1,0624$.
L'or reste est toujours bien ferme, s'appréciant de +1,64% à 2.382$. En séance, le métal jaune est même venu flirter avec les 2.400$ l'once, à 2.392$. Le Bitcoin s'enfonce encore de -2,1% à 61.948$.

Valeurs en hausse

* Metavisio (+5,19% à 0,932 euro). La société française spécialisée dans la conception, la production et la commercialisation d'ordinateurs portables réalise une avancée significative dans la gestion de sa dette. Au 16 avril, la société a réduit sa dette convertible à environ 3,9 millions d'euros, soit une baisse de 45% par rapport à la dette variable à effet dilutif du 31 décembre 2022 (7,09 ME).

* Orange (+1,11% à 10,48 euros) et Téléperformance (+0,75% à 88,82 euros) sont les deux seuls dossiers en hausse sur le CAC40, ce mardi.

* Eramet (+1,58% à 73,8 euros). Le titre continue à bénéficier de la hausse des prix de l'aluminium et du nickel. Oddo BHF revalorise le dossier de 94 à 109 euros, après avoir revu en légère hausse ses estimations.

Valeurs en baisse

* ArcelorMittal (-6,9% à 23,76 euros). L'aciériste réalise la pire performance du CAC40, derrière Renault (-3,85%) et BNP Paribas (-2,95%). Outre le retour de l'aversion au risque dans les salles de marché, l'aciériste est victime d'une note de la Deutsche Bank qui a dégradé le titre à 'conserver' avec une cible ramenée de 31 à 29 euros. L'analyste affirme que la faiblesse des données chinoises continue de peser sur les marchés de l'acier et du minerai de fer et que le rebond de la demande dans de nombreux marchés clés du sidérurgiste reste "faible".

* Stellantis (-2,9% à 24,26 euros). Le constructeur automobile a confirmé la montée en cadence sur son site de Trémery, en Lorraine, des moteurs électriques grâce à la coentreprise Emotors (avec Nidec Leroy-Somer). L'évolution concerne le lancement des nouveaux moteurs M2 qui équipent la nouvelle Citroën ë-C3 et le nouvel Opel/Vauxhall Frontera Electric et M4 pour équiper les Peugeot E-3008 et E-5008 ainsi que le nouvel Opel/Vauxhall Grandland Electric. Trémery va disposer d'une capacité de production installée de plus d'un million de moteurs par an à partir de 2024, ce qui permet d'alimenter les usines d'assemblage de 8 pays. Le site joue un rôle clé dans le plan d'intégration de la chaîne de valeur électrique de Stellantis en France, en complément de la fabrication de batteries et de transmissions électrifiées pour équiper 12 modèles électriques qui seront assemblés en France.

Le constructeur automobile tient aujourd'hui son Assemblée générale. Les actionnaires ont approuvé la rémunération versée aux cadres supérieurs du constructeur automobile, y compris une enveloppe pouvant atteindre 36,5 ME pour le directeur général du groupe, Carlos Tavares. La rémunération totale de Tavares a augmenté de 56% en 2023 par rapport à 2022. Le programme de rémunération de Carlos Tavares comprend 13 ME d'incitations à long terme liées à des objectifs de performance spécifiques, qui pourraient ne pas être atteints et donc, pas payés en totalité.
Un dividende de 1,55 euro par action sera attribué aux actionnaires. Il sera détaché le 22 avril, pour une date d'enregistrement au 23 avril et une mise en paiement le 3 mai.

* Amundi (-1,09% à 63,25 euros). Malgré sa belle opération stratégique aux Etats-Unis, le titre recule... Le gestionnaire d'actifs a pourtant signé un protocole d'accord visant à fusionner ses activités aux Etats Unis avec Victory Capital, en échange d'une prise de participation dans ce dernier et d'accords de distribution internationaux réciproques de long terme. Dans le cadre de la transaction envisagée, Amundi obtiendrait une participation de 26,1% dans Victory Capital, sans paiement en numéraire. Amundi deviendrait ainsi un actionnaire stratégique de Victory Capital et obtiendrait deux sièges au conseil d'administration de Victory Capital à la clôture de la transaction.

* Du côté des banques BNP Paribas (-2,95% à 63,83 euros), Société Générale (-2,58% à 24,33 euros), et Crédit Agricole (-1,81% à 13,57 euros) reculent.

* Sanofi (-0,75% à 86,79 euros). Le groupe pharmaceutique résiste assez bien à la pression du marché. Grupo Santander a débuté le suivi de Sanofi avec un avis 'surperformer' et 113 euros dans le viseur.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
Actions les plus vues

Classement des actions les plus vues, pour la période du lundi 13 mai 2024 au dimanche 19 mai 2024, des marchés Euronext Paris, Bruxelles, Amsterdam, Growth Paris, NASDAQ et NYSE sur le site et l'application Bourse Direct.

Jusqu'à
170€ de prime offerte*

Pour toute 1ère adhésion avant le 31 mai 2024 inclus, avec un versement initial investi à 30 % minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte, non garanties en capital.
*SOUS CONDITIONS

Ces contrats présentent un risque de perte en capital.
Information publicitaire à caractère non contractuel.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 17/05/2024

Wall Street a beau battre des records, avec notamment un Dow Jones qui a dépassé pour la première fois les 40...

Publié le 17/05/2024

Le CAC40 cède 0,35% en fin de matinée

Publié le 17/05/2024

Si Wall Street a battu des records hier, Paris n'en fait pas de même aujourd'hui...

Publié le 17/05/2024

Le CAC 40 a clôturé hier à moins de 20 points seulement de son record absolu signé vendredi dernier...

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/05/2024

La Bourse de Paris a consolidé dans le calme, ne parvenant pas à s’affranchir du plus haut annuel et historique atteint récemment (8.259,19 points le 10/05/24). 

Publié le 17/05/2024

La Bourse de New York a fini en baisse jeudi, à l’issue d’une séance marquée par des prises de bénéfices après avoir signé des records historiques la veille. 

Publié le 17/05/2024

Les actionnaires de SCOR ont adopté toutes les résolutions proposées, à l'heure où SCOR renforce encore davantage sa stratégie en faveur du...

Publié le 17/05/2024

Eiffage avait annoncé le 28 février 2024 une augmentation de capital réservée aux salariés du Groupe en France, Belgique, Luxembourg, Espagne,...

Publié le 17/05/2024

AB Science SA communique un rectificatif sur les comptes consolidés au 31 décembre 2023...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes.
Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne

WEBINAIRE

Faut-il toujours investir dans l'immobilier en 2024 ?

Mercredi 22 mai
à 11h00

S'inscrire