Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
8 010.23 PTS
-1.01 %
7 949.50
-1.21 %
SBF 120 PTS
6 042.29
-1.15 %
DAX PTS
17 877.82
-1.17 %
Dow Jones PTS
37 777.71
-1.78 %
17 251.07
-1.57 %
1.071
+0.13 %

Clôture Paris : le CAC40 recule ; un jour sans pour le luxe

| Boursier | 622 | Aucun vote sur cette news

Le poids de Kering dans le CAC40 plombe le marché parisien...

Clôture Paris : le CAC40 recule ; un jour sans pour le luxe
Credits Euronext

En clôture de marché, le CAC40 redonne -0,48%, revenant à 8.161 points. En début de séance, la tendance était bien plus lourde puisque l'indice parisien avait reculé à un plus bas de séance de 8.125 pts. Alors que les opérateurs attendent prudemment la décision de politique monétaire de la Fed, Kering a jeté un froid, hier soir, en avertissant sur le niveau de ses revenus du 1er trimestre. Compte tenu du poids du luxe dans l'indice CAC40 à Paris, le décrochage du groupe de luxe breton plombe aujourd'hui clairement le marché.

En Europe, selon les données publiées par l'Office national de la statistique (ONS), l'inflation au Royaume-Uni a ralenti à 3,4% sur un an en février, légèrement plus que prévu. Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un ralentissement à 3,5% après 4% en janvier. En excluant l'énergie et l'alimentation, la hausse des prix à la consommation s'est établie à 4,5% (5,1% en janvier).
En Allemagne, les prix à la production ont reculé de -0,4% en février après une hausse de +0,2% au mois précédent. Sur un an, les prix reculent de -4,1% (-3,8% de consensus).

La présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, a déclaré que l'institution ne pouvait pas s'engager sur un certain nombre de baisses de taux, même après avoir enclenché le cycle d'assouplissement monétaire attendu. "Nos décisions devront continuer à dépendre des données et à être prises au fur et à mesure des réunions, en fonction des nouvelles informations qui nous parviennent", a-t-elle déclaré lors d'une conférence à Francfort. "Cela implique que, même après la première baisse de taux, nous ne pouvons pas nous engager à l'avance sur une trajectoire de taux particulière". Les responsables de la BCE ont donc tenté de modérer (sans les doucher) les anticipations des marchés quant à une série de baisses des taux directeurs, tout en relevant des données encourageantes de ralentissement de la hausse des prix et des salaires.
Précisons que les marchés monétaires européens prévoient actuellement trois réductions de taux d'ici décembre, sans exclure une 4e baisse, qui ramènerait le taux de dépôt de 4% de la BCE entre 3,25% et 3% d'ici la fin de l'année.

Outre-Atlantique, les opérateurs sont concentrés sur la conclusion de la réunion de la Réserve fédérale américaine. Ils s'attendent à un probable nouveau statu quo, laissant les taux inchangés sur les fed funds entre 5,25 et 5,50%. Le marché sera aussi très attentif ce soir, à l'évolution des 'dot plots', soit les anticipations des membres du FOMC en matière de taux.
Dans ce contexte d'attente des conclusions de la Fed, les indices américains se cherchent et temporisent. Le S&P 500 rend -0,05% à 5.175 pts. Le Dow Jones est stable à 39.113 pts. Le Nasdaq se tasse de -0,01% à 16.165 pts.

Sur le marché de l'or noir, le baril de Brent recule de -1,52% à 85,9$. Aux Etats-Unis, le WTI lâche -2,73% à 81,15$.
Les réserves de brut américaines ont davantage baissé que prévu la semaine passée. D'après le Département américain à l'Energie, les stocks domestiques de brut, hors réserve stratégique, ont reculé de 2 millions de barils sur la semaine close le 15 mars, à 445 millions de baril. Le consensus tablait sur une baisse de 0,9 mb. Les stocks d'essence ont diminué de 3,3 mb (-1,4 mb attendu), et ceux de produits distillés ont progressé de 0,6 million de barils (-0,1 mb attendu).

Du côté des devises, l'euro est assez stable et face au billet vert, s'échangeant 1,0859$.
L'once d'or recule légèrement, à 2.157$ (1.986 euros). Le Bitcoin se reprend légèrement, à 63.036$.

Valeurs en hausse

* Bénéteau (+8,16% à 13,78 euros). Le titre a la cote aujourd'hui en Bourse ! Les investisseurs saluent une publication dynamique du spécialiste de la navigation de plaisance. Le groupe de nautisme a réalisé 246,1 ME de résultat opérationnel courant (+56%) et une marge nette à deux chiffres en 2023. La stratégie de croissance en valeur porte ses fruits. Elle renforce la résilience du Groupe et lui permet de situer la rentabilité opérationnelle dans une plage très supérieure à ce qu'elle était avant Covid. Le résultat net part du groupe s'est élevé à 185 ME pour l'exercice 2023, en progression de +79%. Le Free Cash-Flow généré par Bénéteau avant application des normes IFRS5 s'est élevé à 81,6 ME (dont 9,5 ME pour la division Habitat) contre 28,3 ME en 2022. Portzamparc note que la société fait nettement mieux que prévu en 2023. Le groupe va subir les variations de stocks réseaux cette année, pour une décroissance marquée et un impact sensible sur les marges. Toutefois, la firme est bien positionnée sur ses gammes. A 'Achat' sur le titre, le broker porte sa cible de 16 à 17,8 euros.

* Riber (+3,89% à 2,67 euros). Le spécialiste des systèmes d'épitaxie par jets moléculaires a annoncé la vente d'un système de recherche Compact 21 aux Etats-Unis. Un client américain a commandé un système Compact 21 qui sera destiné aux recherches pour le développement de matériaux semi-conducteurs III-V et de dispositifs pour la microélectronique et la photonique.

* Nexans (+3,53% à 98,35 euros). Le groupe a remporté le 1er appel d'offres dans le cadre de l'accord-cadre TenneT attribué en avril 2023. Ce projet porte sur l'ingénierie, l'approvisionnement, la construction et l'installation (EPCI) de câbles haute tension à courant continu (CCHT) destinés aux systèmes de raccordement au réseau des parcs éoliens offshore BalWin3 et LanWin4. Ces câbles permettront la transmission d'un total de 4 Gigawatts d'énergie éolienne offshore de la mer du Nord vers Wilhelmshaven en Allemagne (Basse-Saxe).

* Eutelsat (+2,77% à 3,79 euros). L'opérateur de satellites a annoncé un partenariat avec Intelsat d'une valeur pouvant atteindre 500 millions de dollars sur 7 ans. L'accord permettra de combiner le réseau OneWeb en orbite terrestre basse (LEO) d'Eutelsat avec les réseaux en orbite géostationnaire (GEO) et terrestre d'Intelsat. Le partenariat "comprend un engagement ferme de 250 M$, intégrant l'accord de 45 M$ signé en mars 2023, assorti d'options à hauteur de 250 M$ supplémentaires à l'issue de la période de 7 ans".

* Nicox (+2,02% à 0,404 euro). Le spécialiste en ophtalmologie annonce dans la revue spécialisée avec comité de relecture American Journal of Ophthalmology, la publication de résultats de l'étude clinique de phase 3 pivotale Mont Blanc comparant le NCX 470 au latanoprost dans la réduction de la pression intraoculaire (PIO) chez des patients atteints de glaucome à angle ouvert ou d'hypertension oculaire. La publication sur l'étude Mont Blanc conclut : "L'analogue de prostaglandine donneur de NO, NCX 470 0,1%, a été bien toléré et la réduction de la PIO a été supérieure à celle obtenue avec le latanoprost chez les sujets atteints de glaucome à angle ouvert ou d'hypertension oculaire aux 6 points d'évaluation. Grâce à son mécanisme d'action double qui améliore l'écoulement par la voie uvéosclérale et par la voie trabéculaire, le NCX 470 pourrait devenir un traitement de première ligne important pour la réduction de la PIO dans le glaucome". Doug Hubatsch, Chief Scientific Officer de Nicox, commente : "Les données de l'étude de phase 3 Mont Blanc ont démontré le potentiel du NCX 470, et nous estimons que les résultats de l'étude de phase 3 Denali attendus au 2e semestre 2025 devraient confirmer le profil de notre candidat médicament. Je souhaiterais remercier les sites cliniques de l'étude Mont Blanc pour leur excellent travail dans cette étude".

* Bureau Veritas (+1,98% à 27,33 euros). La société a dévoilé sa nouvelle stratégie 'LEAP I 28' visant à marquer un tournant en matière de croissance et de performance. Cette stratégie s'articule autour de trois piliers, que sont le Portefeuille, la Performance et le Capital Humain, tout en plaçant le développement durable au coeur de ses préoccupations. Dans le cadre de ce plan, la firme vise à horizon 2028 une croissance totale élevée à un chiffre du chiffre d'affaires (avec une croissance organique modérée à élevée, à un chiffre), l'amélioration constante de la marge opérationnelle ajustée, un retour pour les actionnaires à deux chiffres sur la base de la croissance du BPA TCAM et du rendement des dividendes, ainsi qu'un fort taux de conversion des flux de trésorerie (supérieur à 90%). Pour soutenir sa stratégie et refléter sa santé financière, Bureau Veritas a l'intention d'acquérir ses propres actions pour un montant maximum de 200 ME en 2024.
D'autre part, Bureau Veritas a annoncé la signature des accords définitifs pour l'acquisition de 3 acteurs asiatiques : Onetech Corp ; Kostec Co ; et Hi Physix Laboratory India Pvt. Cette opération de croissance externe doit lui permettre de diversifier sa position dans les services d'essais et de certification pour le segment des produits électriques et électroniques grand public en Asie du Sud et du Nord-est. Le chiffre d'affaires cumulé est d'environ 20 ME en 2023. Le montant de l'opération n'est pas dévoilé.

* Visiativ (+0,56% à 35,8 euros). Grâce à une activité record au 4e trimestre, la firme a enregistré une croissance de +7% de son chiffre d'affaires en 2023, à 277,5 ME. L'ARR (Annual Recurring Revenue - Revenu Annuel Récurrent) s'établissait à 40,1 ME à fin décembre 2023, en croissance de +46% sur un an. L'Ebitda s'inscrit en recul de -5%, à 27,1 ME, sous l'effet de l'adaptation de l'intéressement de la force commerciale aux nouveaux modèles de vente, du programme All Visiativ et des investissements marketing à l'international consécutifs à l'uniformisation des marques des filiales. La marge d'Ebitda s'est ainsi établie à 9,8% en 2023 (11% un an plus tôt). Le résultat net part du groupe recule de -10%, à 10 ME en 2023.

* Ubisoft (+0,37% à 18,94 euros). L'éditeur de jeux video a dévoilé son premier concept de personnages et de jeu utilisant de l'IA générativ à l'occasion de la Game Developers Conference (GDC) de San Francisco. Ubisoft a présenté ses 'NEO NPCs', son premier prototype d'IA générative (GenAI) qui transforme la manière dont les joueurs et joueuses interagissent avec les personnages non-jouables (PNJ) dans les jeux vidéo. Cette réalisation ouvre de nouvelles voies pour un 'gameplay' intégrant nativement des fonctionnalités d'IA générative. Les NEO NPCs sont le résultat d'une initiative de R&D du studio Ubisoft Paris, soutenue par le département Technologies de Production d'Ubisoft. Cette initiative place la créativité et la narration au coeur de l'expérience des joueurs et explore l'utilisation de la GenAI comme une fonctionnalité centrale de jeu par le biais de personnages plus intelligents, mais aussi bien plus interactifs et engageants. Pour les équipes créatives d'Ubisoft chargées de donner vie à ces PNJ, l'utilisation de la GenAI permet d'élever le niveau du travail créatif nécessaire à la conception narrative bien au-delà de ce qui est habituellement requis pour des interactions de PNJ traditionnellement scriptées. Chaque détail -personnalités, histoires, opinions et émotions- doit être minutieusement pensé et programmé dans le modèle de chaque NEO NPC. Chaque conversation avec un PNJ devient alors unique et réagit aux joueurs et à leurs actions, ce qui donne lieu à des expériences entièrement personnalisées et immersives.

Crédit Agricole (+0,09% à 13,25 euros) et Worldline (+0,96% à 10,05 euros). Après avoir reçu l'autorisation inconditionnelle de la Commission européenne, les deux groupes annoncent la création de leur entreprise commune dans le domaine des services monétiques aux commerçants en France. La marque commerciale de la co-entreprise sera dévoilée prochainement. Celle-ci a pour l'ambition de devenir un acteur majeur des services monétiques aux commerçants en France. Elle s'appuiera sur l'excellence technologique et la capacité d'innovation de Worldline, notamment dans le métier de l'acceptation, et sur la performance du groupe Crédit Agricole sur le marché français en matière d'acquisition. Cette coentreprise devra donc assurer le développement commercial de cette alliance avec les commerçants tout en fournissant un soutien actif aux banques du groupe Crédit Agricole. La co-entreprise est détenue à 50% du capital plus une action par Worldline et sera consolidée par intégration globale. Crédit Agricole détient 50% du capital moins une action et assurera la supervision de la co-entreprise. L'entreprise commune intègrera le schéma de paiement domestique Cartes Bancaires (CB).

* SMTPC (stable à 27,6 euros). Le concessionnaire du tunnel autoroutier à péage Prado-Carénage de Marseille a fait état de revenus 2023 en augmentation de +5,8%, principalement en raison des hausses tarifaires appliquées au cours de l'année. Le chiffre d'affaires ressort à 37,07 ME. Le résultat d'exploitation s'élève à 17,54 ME, en retrait de -5% par rapport à l'exercice précédent. Cette baisse résulte principalement de l'effet de la mise en service de la bretelle Schloesing, le 7 octobre 2023. Le résultat net est de 11,94 ME, en recul de -7,9%. Le résultat net par action au 31 décembre 2023 ressort à 2,05 euros (2,22 euros en 2022). SMTPC proposera à l'Assemblée générale la distribution d'un dividende de 2,10 euros par action (1,90 euro par action pour l'exercice 2022). Le niveau de trafic du 1er janvier au 15 mars 2024 est en baisse de 0,4% en comparaison de la même période en 2023. La visibilité demeure réduite à date, l'activité restant notamment dépendante de l'évolution du contexte économique et social.

Valeurs en baisse

* Kering (-11,91% à 375,2 euros). Le groupe de luxe est sanctionné après son avertissement sur revenus. Le groupe breton a indiqué, hier soir après bourse, que les tendances actuelles de marchés le conduisent à une estimation de baisse du chiffre d'affaires consolidé de l'ordre de 10% en comparable au 1er trimestre 2024. Les ventes de Gucci, la marque vedette de la société, sont notamment attendues en repli d'environ 20% en raison d'un recul plus fort que prévu dans la région Asie-Pacifique. Le management a néanmoins salué le succès de la collection Ancora préparée par le nouveau directeur artistique de Gucci, Sabato de Sarno, en vente dans certains magasins depuis mi-février. "Gucci rencontre des problèmes spécifiques à l'entreprise depuis quelques trimestres, mais cette mise à jour va susciter de nouvelles inquiétudes quant à l'état des dépenses de consommation et de l'économie chinoise", affirment les analystes de Vital Knowledge cités par 'Bloomberg'. L'annonce inattendue de Kering est un "signal plutôt inquiétant pour le secteur des produits de luxe", souligne également Thomas Chauvet, analyste chez Citigroup.
Dans le mouvement, LVMH recule (-1,63% à 846,2 euros) ; Hermès International temporise (+0,02% à 2.405 euros).

* Valneva (-11,9% à 3,32 euros). Le groupe a dévoilé un chiffre d'affaires total 2023 de 153,7 ME dont 144,6 ME de ventes de produits. Les ventes de produits sont supérieures de 12% à celles précédant la pandémie (2019) et de 26% à celles de 2022. En excluant les ventes du vaccin covid-19, les ventes de produits progressent de 63%. La perte opérationnelle ressort à 82,1 ME contre -113,4 ME un an plus tôt et le déficit net atteint 101,4 ME contre 143,3 ME en 2022. La trésorerie s'établit à 126,1 ME fin 2023, augmentée de 95 ME par la vente du bon de revue prioritaire (PRV). Valneva relève par ailleurs ses prévisions de ventes pour 2024, désormais attendues entre 160 et 180 ME, en raison de l'amélioration, depuis février 2024, des perspectives concernant l'approvisionnement du vaccin IXIARO. Ainsi, le chiffre d'affaires total de 2024 devrait désormais atteindre entre 170 et 190 ME (153,7 ME en 2023), grâce à la croissance continue des ventes des vaccins du voyage détenus par la société ainsi qu'à l'enregistrement des premières ventes du vaccin IXCHIQ. Les ventes de la société devraient augmenter cette année, malgré une réduction estimée de 20 à 30% des ventes de produits de tiers en raison de contraintes d'approvisionnement.

* Haulotte Group (-5,34% à 2,48 euros). Dans un marché mondial de la nacelle qui a atteint son plus haut niveau en 2023, la société réalise un chiffre d'affaires historique de 767 ME (610 ME en 2022), soit une hausse de +28% entre les deux périodes, tirée par la forte croissance des volumes vendus, en particulier en Amérique du Nord, et l'impact positif des augmentations de prix de vente. Dans le prolongement du 1er semestre, le groupe affiche pour l'année 2023 un résultat opérationnel courant à 31 ME (avant gains et pertes de change), soit 4% du chiffre d'affaires 2023, en hausse de +36 ME par rapport à 2022, tiré par les effets positifs des augmentations de prix de vente et la croissance des volumes vendus. Dans un marché qui devrait poursuivre la consolidation observée au 2e semestre 2023, Haulotte prévoit un chiffre d'affaires stable pour 2024, et une marge opérationnelle courante (hors gains et pertes de change) proche des +5% de son chiffre d'affaires.

* Virbac (-2,22% à 330,5 euros). Le spécialiste de la santé animale a réalisé un chiffre d'affaires annuel de 1,247 MdE (1,216 MdE en 2022), soit une évolution globale de +2,5% par rapport à la même période de 2022 et +4,9% à taux de change constants. Le résultat opérationnel courant avant amortissement des actifs issus d'acquisitions s'élève à 188,1 ME, en progression par rapport à 2022 (186,6 ME). Le résultat net consolidé s'établit à 121,1 ME, stable par rapport à la même période en 2022. En 2024, à taux de change et périmètre constants, Virbac anticipe un ratio de "résultat opérationnel courant, avant amortissement des actifs issus des acquisitions" (Ebit ajusté) sur "chiffre d'affaires" autour de 15% et une croissance du chiffre d'affaires estimée, à ce stade, entre 4% et 6%. Ce niveau de profitabilité tient compte d'une poursuite intentionnelle de l'augmentation des investissements R&D représentant près de +0,5 point en pourcentage du chiffre d'affaires par rapport à 2023.

* Atos (-2,19% à 1,7 euro). Au lendemain d'un décrochage de 19% dans le sillage de l'annonce de la fin des discussions avec Airbus (+1,13% à 168,06 euros) concernant la cession de son activité BDS (Big Data & Security), Kepler Cheuvreux a dégradé le titre de 'conserver' à 'réduire' tout en coupant son objectif de 4 à 1 euro. Le ministère français de l'Economie et des Finances a déclaré, mardi soir, que l'Etat construirait dans les prochaines semaines une solution nationale de protection des activités stratégiques d'Atos, en particulier Big Data & Security. La priorité de l'Etat est d'"accompagner le groupe et de dégager des solutions pour stabiliser sa situation financière", a dit Bercy dans un communiqué, assurant que "tous les intérêts de la France seront préservés".

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
Actions les plus vues

Classement des actions les plus vues, pour la période du jeudi 18 avril 2024 au mercredi 24 avril 2024, des marchés Euronext Paris, Bruxelles, Amsterdam, Growth Paris, NASDAQ et NYSE sur le site et l'application Bourse Direct.

Jusqu'à
170€ de prime offerte*

Pour toute 1ère adhésion avant le 30 avril 2024 inclus, avec un versement initial investi à 30 % minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte, non garanties en capital.
*SOUS CONDITIONS

Ces contrats présentent un risque de perte en capital.
Information publicitaire à caractère non contractuel.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 25/04/2024

La pluie de résultats trimestriels depuis la clôture d'hier soir est diversement appréciée en bourse : Dans la catégorie, des gagnants on...

Publié le 25/04/2024

Pluie de résultats trimestriels depuis la clôture d'hier : comme toujours il y a les gagnants et les perdants, et les écarts sont parfois...

Publié le 24/04/2024

En hausse durant une bonne partie de la séance, les indices européens ont terminé en baisse. Les nombreux résultats d'entreprises ont continué d'animer les marchés. Le titre Kering a chuté au…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 25/04/2024

Après 3 semaines de baisse, les grands indices ont tous formé des rebonds de plus de 3 % pour se replacer, de façon harmonieuse, sur des niveaux charnières. Les niveaux pourraientêtre mis à…

Publié le 25/04/2024

La Bourse de New York a clôturé en ordre dispersé, alors que les investisseurs digèrent une nouvelle avalanche de résultats d'entreprises. 

Publié le 25/04/2024

Une action qui parvient malgré tout à progresser...

Publié le 25/04/2024

GL events campe sur les 19 euros ce jeudi, alors qu'au 1er trimestre 2024, le chiffre d'affaires du groupe s'est établi à 386,5 ME, en croissance de...

Publié le 25/04/2024

Exail Technologies recule de près de 3% à 19 euros ce jeudi, alors que le groupe a pourtant réalisé un chiffre d'affaires de 79 ME au premier...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes.
Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne

WELCOME DAYS

Assurance Vie

Jusqu'à
170€ DE PRIME OFFERTE*

Découvrir

*Voir conditions