Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
7 927.43 PTS
-0.34 %
7 954.5
-0.21 %
SBF 120 PTS
5 987.53
-0.33 %
DAX PTS
17 678.19
+0.44 %
Dow Jones PTS
38 922.19
-0.07 %
17 992.16
+0.66 %
1.081
-0.27 %

Clôture à Paris : le CAC40 termine en petite baisse

| Boursier | 619 | Aucun vote sur cette news

Les marchés restent dans l'attente de la publication, jeudi, des chiffres de l'inflation en Europe et aux Etats-Unis...

Clôture à Paris : le CAC40 termine en petite baisse
Credits Marga Santoso / Unsplash

Le marché parisien termine plutôt calmement la séance ce mardi, le CAC40 cédant -0,21% à 7.250 points, pratiquement au plus haut du jour. En matinée, la tendance parisienne était bien moins faste puisque, l'indice phare de la place est descendu à 7.213 pts, peu après 10h. La baisse du jour sur le CAC40 est principalement portée par le secteur du luxe, après plusieurs ajustements de recommandations d'analystes.

Dans une actualité relativement limitée, les opérateurs se montrent attentistes avant deux indices sur l'inflation très attendus en Europe comme aux Etats-Unis, jeudi.

Hier, la présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, a encore fait preuve de beaucoup de prudence dans ses propos sur le devenir des taux directeurs de la BCE. Elle a ainsi estimé que "l'affaiblissement des pressions inflationnistes devrait se poursuivre", tout en ajoutant que les perspectives d'inflation à moyen terme restaient "très incertaines".
Aujourd'hui, Joachim Nagel, le président de la Bundesbank, a réitéré la prudence affichée par Christine Lagarde quant à une éventuelle baisse des taux. La Banque centrale européenne n'est pas encore au point où elle devrait envisager de réduire les coûts d'emprunt, a expliqué le président de la Bundesbank. "Il serait prématuré de baisser les taux d'intérêt prochainement ou de spéculer sur de telles mesures", a déclaré le banquier central allemand cité par 'Bloomberg'. "Ce n'est pas seulement le niveau des taux d'intérêt qui importe, mais aussi les attentes concernant l'évolution future des taux d'intérêt. Le principal effet du resserrement politique sur l'inflation ne s'est pas encore manifesté". Autant dire, que les données de l'inflation, jeudi, seront scrutées à la loupe !

Les niveaux des taux expliquent, en partie, les chiffres du jour sur les prêts bancaires consentis en zone euro. Selon des données de la Banque centrale européenne, les prêts aux entreprises de la zone ont reculé en octobre, une première depuis 2015. Le ralentissement économique est donc manifeste en zone euro, voire affiche une possible récession. Sur la période, les prêts aux entreprises se sont contractés de -0,3% en octobre après une augmentation de +0,2% le mois précédent. Egalement, la croissance du crédit aux ménages a ralenti à +0,6% (+0,8% en septembre). La masse monétaire (M3) dans la zone euro se contracte de -1%, après déjà un recul de -1,2% un mois plus tôt (-0,9% attendu).

Outre-Atlantique, Wall Street tente de se maintenir en territoire positif. Vers 18h, le S&P 500 gagne +0,35% à 4.566 pts. Le Dow Jones prend +0,48% à 35.502 pts. Le Nasdaq est sur un gain de +0,40% à 14.296 pts. Le sentiment de marché reste plutôt positif pour l'heure, soutenu par le récent assouplissement des conditions financières, alors que les opérateurs jouent toujours le scénario d'un pic des taux atteint et d'un atterrissage économique contrôlé. A l'examen des chiffres de la 'Cyber Week', la consommation est loin de ralentir aux Etats-Unis, pour peu qu'il y ait de bonnes affaires à réaliser... La semaine, qui court de Thanksgiving et au 'Cyber Monday', enregistre des records de ventes sur internet. Les consommateurs américains ont dépensé cette année 12,4 Mds$ (11,3 MdsE) lors du 'Cyber Monday', portant à 38 Mds$ les ventes de la 'Cyber Week' sur internet.

Pétrole et devises

L'or noir remonte à vive allure... Le baril de brut WTI se reprend encore de +2,45% à 76,90$, vers 18h. Le Brent de mer du Nord prend également +2,46% à 82,05$. Les négociations de l'Opep+ sur la production de pétrole sont difficiles, ce qui pourrait conduire à une simple reconduction de la politique actuelle, plutôt qu'à des décisions sur une réduction plus importante de l'offre, ont indiqué 4 sources proches des pays producteurs. L'Opep+ prévoit de se réunir en visioconférence, jeudi, pour décider des niveaux de production.

L'euro se reprend de +0,45% face au dollar, s'échangeant 1,1004.
L'once d'or gagne +1,87% à 2.039$ (1.853 euros). Le Bitcoin est ferme, avec une hausse de +2,06% à 37.839$.

Valeurs en hausse

*Elior (+4,19% à 2,534 euros). Le titre poursuit son rebond au lendemain de la note de la Deutsche Bank relevant l'action à 'achat' pour un cours cible de 3,4 euros.

* Spie (+3% à 26,82 euros). Spie va racheter ROBUR Industry Service Group GmbH. Cette firme, dont le siège est basé à Munich, est une société de services industriels qui propose, à un portefeuille de clients diversifié, une large gamme de services sur l'ensemble de la chaîne de valeur (ingénierie, installation, mise en service et maintenance) pour la transformation et les processus industriels (notamment l'automatisation, la robotique et l'électrification), représentant environ 80% de son chiffre d'affaires. Les 20% restants portent sur la fourniture de services de maintenance pour les turbines éoliennes offshore et onshore. Avec ses 2.600 collaborateurs hautement qualifiés et un chiffre d'affaires d'environ 380 ME en 2023, ROBUR Industry Service Group GmbH occupe une position de premier plan sur le marché allemand. Le multiple de la transaction ressort à 9,5x l'Ebita attendu de 2023, et légèrement supérieur à 8x l'Ebita estimé pour 2024. La transaction devrait se traduire par une relution mid-single-digit sur le BPA du Groupe dès la première année (2024). Selon Portzamparc, Spie conclut une belle transaction sur des multiples de valorisation a priori cohérents.

* Lumibird (+2,72% à 12,82 euros). Le spécialiste du laser grimpe avec le soutien d'un analyste.

* Nacon (+1,93% à 1,69 euro). Malgré une activité semestrielle en retrait, les marges sont en nette amélioration, de bon augure avant le rebond de l'activité attendu sur le second semestre, note TP ICAP Midcap ('achat'). Ce rebond devrait être visible dès le 3e trimestre avec de nombreuses sorties déjà effectuées aussi bien sur la partie Accessoires, avec notamment la nouvelle manette Revolution 5 PRO pour PS5, que sur la partie Jeux avec notamment la sortie de Robocop qui enregistre de très bonnes ventes sur ses premières semaines de commercialisation. Après mise à jour de son modèle, le courtier vise un nouvel objectif de 2,6 euros, laissant place à un potentiel de près de 50%.

* Bigben Interactive (+0,57% à 3,5 euros). L'actionnaire de référence de Nacon a également publié ses comptes semestriels. Le groupe a confirmé ses perspectives de croissance forte du chiffre d'affaires et du résultat opérationnel pour l'exercice 2023-2024, après un 1er semestre sans grande surprise. Oddo BHF dégrade néanmoins le titre à 'neutre' en visant toujours 4 euros. Au regard du parcours boursier récent de Bigben (+46% sur un mois), il semble plus intéressant de jouer le rebond du 'gaming' au second semestre à travers Nacon alors que les catalyseurs restent limités à court terme sur les activités audio/telco, estime le broker.

* SES Imagotag (+1,38% à 95,5 euros). Le groupe de Nanterre franchit le cap symbolique des 50 grandes enseignes clientes en France, après la signature du déploiement d'une grande enseigne de commerce non-alimentaire. Sur les 24 derniers mois, SES-imagotag a conclu 10 nouveaux contrats avec des enseignes majeures dans les secteurs alimentaire et non-alimentaire.

* Michelin (+1,01% à 30,11 euros). L'équipementier de Clermont-Ferrand va restructurer ses activités en Allemagne. Le groupe va progressivement arrêter la production de ses sites de Karlsruhe et Trèves, ainsi que de la production de pneus neufs et de produits semi-finis à Hombourg. Michelin transférera également le Centre de Services Clients de Karlsruhe vers la Pologne. Au total, 1.532 employés sont concernés par ces restructurations qui devraient être achevées, d'ici à la fin de 2025. "Cette décision est liée à la concurrence croissante des pneus poids lourd à bas prix et à une dégradation de la compétitivité de nos activités allemandes à destination de nos marchés européens et à l'export", explique Michelin, qui enregistrera une provision d'environ 425 ME dans ses résultats consolidés 2023.

* Airbus (+0,72% à 134,56 euros). Lors de la 3e édition de l'European Rotors, Airbus Helicopters et ÖAMTC Air Rescue ont conclu un contrat portant sur deux H135. Cette commande fait suite à un 1er contrat portant sur cinq H135 signé fin 2020. ÖAMTC Air Rescue exploite déjà 31 hélicoptères H135 depuis 17 bases permanentes et 4 bases hivernales supplémentaires en Autriche. Rappelons que, plus de 1.500 hélicoptères de la famille H135 ont déjà été livrés dans le monde, totalisant plus de 7 millions d'heures de vol.
Dans le secteur aéronautique, Safran (+0,89% à 161,2 euros) évolue également en territoire positif.

* Orange (+0,59% à 11,304 euros). Le groupe va se retirer du processus d'acquisition d'une participation pouvant aller jusqu'à 45% dans l'opérateur éthiopien Ethio Telecom. Orange avait soumis en 2021 une manifestation d'intérêt pour participer à la privatisation partielle d'Ethio Telecom, un ancien monopole comptant plus de 70 millions d'abonnés. "Orange confirme avoir décidé de se retirer du processus en cours concernant la vente de 45% d'Ethio Telecom", a déclaré la société tricolore dans un communiqué, estimant que les conditions ne permettaient pas le déploiement rapide de la stratégie et la réalisation d'un projet créateur de valeur pour l'entreprise.

Valeurs en baisse

* Acticor (-25,82% à 2,73 euros). Le titre plonge après l'annonce d'une augmentation de capital d'un montant total brut d'environ 2,6 ME, par émission de 850.360 actions nouvelles au prix de 3 euros par action. Les fonds levés permettront à la société de renforcer sa structure financière et de financer ses opérations jusqu'au mois de mai 2024.

* Ubisoft (-8,97% à 26,78 euros). En bourse, l'éditeur de jeux vidéo perd la partie, après un placement d'obligations à option de conversion et/ou d'échange en actions nouvelles ou existantes à échéance 2031 par voie d'offre au public. L'opération était exclusivement destinée à des investisseurs qualifiés ; elle a porté sur un montant nominal de 494,5 millions d'euros. Le produit net de l'émission financera les besoins généraux, l'accroissement de la flexibilité financière et le refinancement de la dette existante. Dans la journée, Ubisoft a d'ailleurs réalisé avec succès le rachat partiel de ses OCEANEs en circulation arrivant à échéance le 24 septembre 2024, pour un montant nominal d'environ 250 ME. Le prix de rachat par OCEANE 2024 a été fixé à 110,7 euros. Le règlement-livraison du rachat est prévu le 6 décembre. Les OCEANEs 2024 rachetées par Ubisoft seront annulées.

* Atos (-6,58% à 5,848 euros). A nouveau, les échanges sont tendus en Bourse sur le dossier, après le "point de marché" et à la suite du changement de notation émis par S&P. L'agence S&P Global Ratings a revu sa notation de crédit d'Atos de 'BB' à 'BB-' avec perspectives négatives. Le groupe confirme que l'impact sur les charges d'intérêts "est négligeable et devrait être d'environ 6 ME par an". Atos confirme également disposer "des liquidités nécessaires pour faire face à ses obligations financières au cours des 12 prochains mois". Le groupe travaille également "activement pour répondre aux échéances de dette en 2025". Atos est par ailleurs en négociations exclusives avancées avec EPEI pour modifier et simplifier certains termes de la cession envisagée de Tech Foundations. Atos communiquera "en temps voulu" sur l'issue des discussions. A ce jour, Atos a procédé à toutes les notifications requises pour obtenir les autorisations réglementaires nécessaires et les a obtenues dans la plupart des juridictions clés. Enfin, le groupe étudie "des initiatives complémentaires en vue du plan d'augmentation de capital et des échéances de la dette en 2025".

* Le secteur du luxe est resté sous pression toute la séance à Paris... : Kering (-2,58% à 394,05 euros) ; LVMH (-1,84% à 684,5 euros) ; Hermès International (-2,01% à 1.911 euros). Outre les craintes sur l'état de santé de l'économie chinoise, une éventuelle crise sanitaire en Chine inquiète les investisseurs alors que le pays constitue un marché capital pour le secteur du luxe.
D'autre part, HSBC a revu à la baisse ses objectifs sur de nombreux acteurs du compartiment, affirmant que l'industrie n'est pas à l'abri de la récession et que la dynamique des actions pourrait rester "modérée" pendant encore 5 à 6 mois. HSBC a ajusté le curseur sur LVMH de 900 à 880 euros ('achat'), mais a relevé sa cible sur Hermès International de 1.880 à 1.900 euros ('conserver'). Citi a par ailleurs réduit son objectif sur LVMH de 825 à 802 euros ('achat') après avoir réduit ses estimations de ventes pour les exercices 2023 à 2025.

* Pernod Ricard (-2,65% à 158,05 euros). Le groupe de vente de spiritueux pâtit d'une note de Barclays qui a réduit son objectif de cours de 167 à 147 euros. Le broker considère que le récent avertissement sur résultats de son homologue Diageo suggère une certaine volatilité sectorielle. L'analyste ('sous-pondérer') constate une faiblesse similaire pour le groupe français en Amérique latine, ainsi que des améliorations limitées aux Etats-Unis. La Chine reste faible, ce qui aura probablement un impact sur le 'travel retail'...
Dans le secteur, MBWS est stable à 2,59 euros.

* Imerys (-0,77% à 25,68 euros). Le groupe a déposé un prospectus relatif à une émission obligataire indexée à des objectifs de développement durables (Sustainability-Linked Bond) d'un montant de 500 millions d'euros portant intérêt au taux de 4,75% dont la date d'échéance est le 29 novembre 2029 (Obligations). La date de jouissance et de règlement des obligations est le 29 novembre.

* Frey (29,4 euros). Le groupe Frey lance une augmentation de capital en numéraire avec maintien du droit préférentiel de souscription de ses actionnaires d'un montant brut, prime d'émission incluse, d'environ 101,3 ME. L'intégralité des fonds levés permettra de refinancer en fonds propres une partie de la quote-part du prix d'acquisition du centre commercial 'Polygone Riviera'. Cette acquisition d'un montant total de 272,3 ME a été financée à hauteur de 120 ME via une dette hypothécaire souscrite auprès d'un pool bancaire composé de BNP Paribas et Crédit Agricole Corporate and Investment Bank et à hauteur de 152,3 ME sur la base des ressources propres de la société pour le solde et au moyen de tirage sur les lignes de crédit revolving du groupe.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
Actions les plus vues

Classement des actions les plus vues, pour la période du jeudi 22 février 2024 au mercredi 28 février 2024, des marchés Euronext Paris, Bruxelles, Amsterdam, Growth Paris, NASDAQ et NYSE sur le site et l'application Bourse Direct.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 29/02/2024

La Bourse de Paris qui avait commencé la journée au contact de ses sommets, touchant même un nouveau plus haut...

Publié le 29/02/2024

Les Bourses européennes ont terminé en ordre dispersé après la publication de plusieurs résultats d'entreprises et des chiffres de l'inflation. Cette dernière est ressortie conforme aux attentes…

Publié le 29/02/2024

Records durant toute la semaine passée..

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 29/02/2024

Les grands Indices sont proches d'une consolidation mais une dernière jambe de hausse est envisageable. Il reste un un gap à combler sur le VIX avant de déclencher une éventuelle baisse, alors que…

Publié le 29/02/2024

Le CAC40 cash a clôturé la séance hausse de 0,08 % à 7954,39 dans un volume de 2,8 MD€. 

Publié le 29/02/2024

Rendez-vous le 4 avril...

Publié le 29/02/2024

Le Fonds d'Aide au Développement Deep Tech a attribué au programme ANIMUS un financement de 745 kE...

Publié le 29/02/2024

Evaluation positive par le DSMB de l'essai de Phase 1 en cours évaluant MaaT033 dans la Sclérose Latérale Amyotrophique (SLA)...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes.
Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne

WEBINAIRE

(Re)Découvrez les Warrants

Parmi les premiers produits de Bourse en France

Jeudi 14 mars
à 14h00

S'inscrire