Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
7 927.43 PTS
-0.34 %
7 950.0
-0.26 %
SBF 120 PTS
5 987.53
-0.33 %
DAX PTS
17 678.19
+0.44 %
Dow Jones PTS
38 921.41
-0.07 %
17 987.17
+0.63 %
1.080
-0.34 %

Clôture à Paris : le CAC40 flanche en fin de séance

| Boursier | 607 | 5 par 1 internautes

Christine Lagarde entend maintenir la pression sur les taux pour contenir l'inflation à un niveau de 2%...

Clôture à Paris : le CAC40 flanche en fin de séance
Credits Euronext

Après avoir longuement hésité ce lundi, le CAC40 achève la séance en recul de -0,37% à 7.265 points, soit au plus bas du jour. En matinée, l'indice parisien s'était pourtant aventuré dans une petite envolée au-dessus des 7.300 points, à 7.307 points. La prudence de Christine Lagarde devant la commission des Affaires économiques et monétaires du Parlement européen a quelque peu refroidi le marché.

La présidente de la Banque centrale européenne (BCE) a en effet indiqué, ce lundi après-midi, que les pressions inflationnistes en zone euro s'affaiblissent, comme prévu. Cependant, la croissance des salaires reste élevée et les perspectives demeurent très incertaines.
Dans ce contexte, la BCE va devoir poursuivre sa lutte contre la hausse des prix. En d'autres termes, l'institution compte bien maintenir sa pression sur les taux. "Ce n'est pas le moment de commencer à déclarer victoire", a dit Christine Lagarde lors de son discours devant la commission des Affaires économiques et monétaires du Parlement européen. "Nous devons rester attentifs aux différentes forces affectant l'inflation et fermement concentrés sur notre mandat de stabilité des prix". Selon Christime Lagarde, les pressions inflationnistes continuent de s'atténuer, mais la croissance globale des prix pourrait accélérer dans les prochains mois. Les perspectives à moyen terme restent entourées d'une "incertitude considérable".
Rappelons que le la BCE a décidé d'un taux de dépôt à un niveau record de 4% cette année, afin de juguler l'inflation à un objectif de 2%. Elle avait toutefois opté pour une pause, lors de sa dernière réunion d'octobre. Les marchés s'étaient alors aussitôt laissés aller à une certaine euphorie, anticipant une première baisse de taux, dès avril ou juin 2024.
Jeudi, les marchés y verront plus clair en zone euro, à la publication des données de l'inflation.

Outre-Atlantique, les investisseurs suivront, cette semaine, les huit interventions de membres du conseil des gouverneurs de la Fed, dont celle de Jerome Powell, le président de l'institution, vendredi. Cette semaine, ils guetteront, dans les indicateurs macroéconomiques, les signes d'une possible récession et les incidences sur les politiques monétaires des banques centrales. L'indice PCE des prix à la consommation, la mesure d'inflation privilégiée par la Réserve fédérale, est attendu jeudi et devrait connaître sa plus faible progression depuis mi-2021, selon les anticipations de marché.

Ce lundi, Wall Street est également sur une note prudente... A 18h, le S&P 500 recule de -0,10% à 4.554 pts. Le Dow Jones redonne -0,25% à 35.302 pts. Le Nasdaq grappille +0,07% à 14.260 pts. Les marchés actions consolident, mais le sentiment sous-jacent reste soutenu par le récent assouplissement des conditions financières, alors que les opérateurs jouent toujours le scénario d'un pic des taux atteint et d'un atterrissage économique contrôlé. Les banques centrales continuent de promouvoir l'idée de taux plus élevés, plus longtemps, alors que les marchés anticipent quant à eux de multiples baisses de taux l'année prochaine.

Du côté de l'or noir, le baril de brut WTI reprend +0,12% à 75,24$ à 18h. Le Brent de mer du Nord abandonne -0,10%, à 80,15$.
L'euro est stable face au dollar, s'échangeant 1,0938.
L'once d'or gagne +0,45% à 2.011$ (1.838 euros). Le Bitcoin est un peu plus fébrile, reculant de -1,81% à 37.058$.

Valeurs en hausse

* Lhyfe (+4,78% à 4,71 euros). Le groupe a été désigné lauréat de l'appel à manifestation d'intérêt lancé fin 2022 par Nantes Saint-Nazaire Port pour l'implantation d'une unité de production industrielle et de distribution d'hydrogène renouvelable sur le site de Montoir-de-Bretagne en Loire-Atlantique. Cet appel à manifestation d'intérêt, lancé le 21 novembre 2022, portait sur la mise à disposition d'un foncier situé au coeur de l'écosystème portuaire industriel et logistique, à Montoir de Bretagne, pour accueillir un projet d'implantation d'une activité de production industrielle d'hydrogène renouvelable. Lhyfe construira une unité industrielle d'une capacité de production de 85 tonnes maximum par jour d'hydrogène vert et renouvelable (capacité installée d'électrolyse de 210 MW) au nord du terminal multivrac. Le site devrait voir le jour dès 2028.

* Elior (+1,42% à 2,432 euros). La Deutsche Bank a relevé à 'achat' sa recommandation sur la société avec une cible maintenue à 3,4 euros. Le broker affirme que "le pire est probablement passé" et que l'accent est désormais mis sur la croissance et le désendettement. Il note également qu'aucun refinancement majeur n'est attendu avant 2026 mais qu'Elior se concentre sur son effet de levier. Il indique enfin que le retour attendu à un flux de trésorerie disponible positif "devrait aider".

* Sanofi (+0,29% à 86,63 euros). Le second essai de phase III consacré à Dupixent (dupilumab) pour le traitement expérimental de la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO), NOTUS, a montré que Dupixent permet de diminuer significativement (34%) les exacerbations de la maladie, ce qui confirme ce faisant les résultats positifs déjà publiés d'un premier essai déterminant de phase III, BOREAS. L'essai NOTUS a également confirmé que le traitement par Dupixent a permis d'obtenir des améliorations rapides et significatives de la fonction respiratoire à la semaine 12 et que celles-ci se sont maintenues jusqu'à la semaine 52.

Valeurs en baisse

* TME Pharma (-26,59% à 0,294 euro). Le titre décroche après l'annonce d'une augmentation de capital garantie à 100% à hauteur de 2,7 millions d'euros par l'émission de nouvelles actions associée à des bons de souscription permettant de potentiellement lever un montant brut additionnel de 2,2 millions d'euros. L'objectif de cette levée de fonds est de sécuriser le financement pour atteindre des étapes réglementaires clés en 2024. Le montant garanti est assuré par un groupe d'investisseurs néerlandais. La transaction devrait prolonger la visibilité de trésorerie de la société jusqu'en mai 2024, voire selon les souscriptions, à septembre 2024.

* Orpea (-12,08% à 0,211 euro). Le spécialiste de la dépendance poursuit logiquement sa baisse alors que la période de souscription à la première augmentation de capital d'environ 3,9 milliards d'euros est ouverte jusqu'à ce lundi. Celle-ci s'effectue au prix de 0,0601 euro par action nouvelle, soit un niveau très largement en deçà du cours de l'action. Ce renflouement devrait principalement se faire par compensation de créances. L'augmentation de capital d'apurement fait l'objet d'engagements de souscription à titre de garantie par les créanciers non sécurisés d'Orpea par voie de compensation de créances à concurrence de la part de l'émission qui n'aurait pas été souscrite par les détenteurs de DPS. Les nouvelles actions doivent arriver lundi prochain, le 4 décembre.

* Atos (-10,13% à 6,26 euros). La société de services informatiques a entamé des négociations pour revoir les termes de son accord avec Daniel Kretinsky pour la vente de ses activités historiques, rapporte 'BFM'. Selon les sources du site d'informations, "le groupe est entré la semaine dernière dans le dur des négociations avec l'homme d'affaires tchèque", et ce dernier ne sera finalement pas actionnaire d'Eviden, la branche dédiée notamment à la cybersécurité et aux supercalculateurs.

* Casino (-6,32% à 0,682 euro). Quatrième séance dans le rouge pour le groupe de distribution, après les annonces matinales... Dans le cadre de son recentrage sur la France, le distributeur a tout d'abord fait part de l'acquisition auprès de GPA de la société CBD Luxembourg Holding, laquelle détient indirectement 34% du capital de Cnova (soit 117.303.664 actions ordinaires). La transaction aura pour effet de porter la participation de Casino dans Cnova, directement et au travers de filiales intégralement contrôlées, à 98,8%.
D'autre part, Casino a confirmé avoir reçu des marques d'intérêts préliminaires en vue de l'acquisition de magasins du périmètre hypermarché et supermarché. Ces marques d'intérêts seront analysées par le groupe et le consortium EP Equity Investment III, Fimalac et Trinity Investments Designated Activity Company dans les prochaines semaines.
La filiale de Rallye (+82,09% à 0,185 euro) aurait aussi reçu des manifestations d'intérêt pour son solde de 291 supermarchés (dont 60 en franchise) et 52 hypermarchés. Plusieurs distributeurs de l'Hexagone seraient intéressés par ces actifs : Lidl, U, Auchan, Carrefour.

* Eutelsat (-3,57% à 3,778 euros). Le titre est sous pression, ce lundi. Goldman Sachs a dégradé Eutelsat à 'neutre' en visant 4 euros. Les flux de trésorerie de la société sont jugés à risque après la fusion avec OneWeb. La nouvelle aventure dans la technologie des orbites terrestres basses s'accompagne de coûts fixes structurellement élevés dans un environnement de concurrence accrue, estime la banque. La conclusion de l'accord OneWeb marque ainsi le début d'une phase d'investissements en forte croissance avec de grandes incertitudes et des rendements structurellement plus faibles.

* Eramet (-1,72% à 71,55 euros). La France cherche à conclure un accord, d'ici la fin du mois de janvier, pour sauver l'industrie du nickel en Nouvelle-Calédonie, malmenée par des tensions politiques et des coûts énergétiques élevés, a indiqué le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire. Le gouvernement français a mené des discussions sur le secteur du nickel parallèlement à des négociations politiques plus larges sur l'avenir du territoire, dont l'indépendance vis-à-vis de la France a été rejetée lors de trois référendums. Lors d'une visite en Nouvelle-Calédonie, Bruno Le Maire a présenté des propositions visant à relancer l'industrie du nickel. "La situation financière des trois sites industriels de nickel en Nouvelle-Calédonie est critique", a déclaré le ministre. Les trois principaux producteurs de Nouvelle-Calédonie -SLN, KNS et Prony Resources- auraient besoin de 1,5 MdE de financement à court terme. Il est donc nécessaire de trouver des solutions concrètes et immédiates pour éviter toute faillite.

* TotalEnergies (-0,44% à 62,86 euros). Morgan Stanley a revalorisé TotalEnergies de 71 à 74,7 euros ('surpondérer').

* Valneva (-0,42% à 5,184 euros). L'entreprise nantaise a indiqué que son dossier de demande d'autorisation de mise sur le marché pour son candidat vaccin contre le chikungunya a été acceptée par l'Agence européenne des médicaments (EMA). Le mois dernier, Valneva s'est vu accorder une revue accélérée de cette demande par le Comité des médicaments à usage humain (CHMP) de l'EMA compte tenu "de l'intérêt majeur pour la santé publique et l'innovation thérapeutique" que représente ce candidat vaccin.

* AXA (-0,33% à 28,36 euros). L'assureur a finalisé avec succès son offre d'actionnariat salarié 'Shareplan 2023', l'augmentation de capital réservée aux collaborateurs tant en France qu'à l'international. Plus de 23.000 collaborateurs issus de 40 pays, représentant environ 21% de l'effectif salarié concerné, ont souscrit à Shareplan 2023 et investit dans des actions AXA à des conditions préférentielles. La souscription totale à cette offre s'élève à près de 348 ME correspondant à l'émission d'environ 14 millions d'actions nouvelles, soit 0,6% du capital. Cependant, cette émission sera sans impact dilutif pour les actionnaires, puisque AXA procédera à une annulation du même nombre d'actions.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
Actions les plus vues

Classement des actions les plus vues, pour la période du jeudi 22 février 2024 au mercredi 28 février 2024, des marchés Euronext Paris, Bruxelles, Amsterdam, Growth Paris, NASDAQ et NYSE sur le site et l'application Bourse Direct.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 29/02/2024

La Bourse de Paris qui avait commencé la journée au contact de ses sommets, touchant même un nouveau plus haut...

Publié le 29/02/2024

Les Bourses européennes ont terminé en ordre dispersé après la publication de plusieurs résultats d'entreprises et des chiffres de l'inflation. Cette dernière est ressortie conforme aux attentes…

Publié le 29/02/2024

Records durant toute la semaine passée..

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 29/02/2024

Les grands Indices sont proches d'une consolidation mais une dernière jambe de hausse est envisageable. Il reste un un gap à combler sur le VIX avant de déclencher une éventuelle baisse, alors que…

Publié le 29/02/2024

Le CAC40 cash a clôturé la séance hausse de 0,08 % à 7954,39 dans un volume de 2,8 MD€. 

Publié le 29/02/2024

Comptes 2023 publiés...

Publié le 29/02/2024

Sur ce premier semestre de l'exercice 2023-2024, le groupe Bonduelle affiche un résultat opérationnel courant de 38,5 millions d'euros à taux de change courants et de 50,5 millions d'euros à taux…

Publié le 29/02/2024

Les actions anciennes Spineway de 0,002 euro de valeur nominale ont été radiées du marché Euronext...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes.
Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne

WEBINAIRE

(Re)Découvrez les Warrants

Parmi les premiers produits de Bourse en France

Jeudi 14 mars
à 14h00

S'inscrire