Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
7 927.43 PTS
-0.34 %
7 938.5
-0.41 %
SBF 120 PTS
5 987.53
-0.33 %
DAX PTS
17 678.19
+0.44 %
Dow Jones PTS
38 883.57
-0.17 %
17 940.62
+0.37 %
1.080
-0.38 %

Clôture à Paris : l'optimisme prévaut avant les chiffres de l'inflation

| Boursier | 960 | 4 par 1 internautes

Le CAC40 repart en petite hausse après deux séances consécutives de baisse...

Clôture à Paris : l'optimisme prévaut avant les chiffres de l'inflation
Credits Euronext

Après deux séances consécutives de repli et en dépit d'une ouverture en baisse à un plus bas du jours de 7.241 points, le CAC40 s'est repris... avec modération. En clôture, le marché parisien achève la séance sur un gain de +0,24% à 7.267 pts, reprenant sa marche en direction des 7.300 points.

La nette détente des taux obligataires et une inflation espagnole moins forte que prévu en novembre servent de catalyseurs au marché. De même, les données allemandes sont rassurantes. La croissance des prix à la consommation est moins forte qu'anticipé en Allemagne en novembre, en raison de la baisse des coûts de l'énergie et des voyages. Selon les données préliminaires de l'Office fédéral de la statistique, l'inflation annuelle, calculée aux normes européennes, ressortirait à 2,3% sur la période (3% en octobre) pour un consensus logé à +2,5%. En séquentiel, les prix reculeraient de -0,7% (-0,2% le mois précédent). Le taux annuel d'inflation global serait de +3,2%, soit le niveau le plus bas depuis juin 2021.

Les données pour la France, l'Italie et la zone euro sont attendues, demain jeudi. Ce jeudi sera d'ailleurs le point d'orgue de la semaine, avec la publication des chiffres de l'inflation en zone euro et aux Etats-Unis. Les opérateurs s'attendent à ce que les données confirment le reflux de l'inflation. Elle demeure supérieure à l'objectif des Banques centrales des deux côtés de l'Atlantique, mais a nettement chuté depuis les plus hauts atteints au cours de ce cycle, sous l'effet des politiques monétaires restrictives. Le pari d'un prochain 'pivot' de la Fed comme de la BCE domine encore largement dans les salles de marché, et explique essentiellement la nette remontée des indices au cours des dernières semaines.

Concernant la croissance, l'OCDE a indiqué que selon ses estimations, l'économie mondiale va marquer un léger ralentissement en 2024. Il lui semble cependant que les risques d'un atterrissage dur se sont réduits, en dépit d'une dette croissante et de l'incertitude sur les taux d'intérêt. Selon l'Organisation de coopération et de développement économiques, le produit intérieur brut (PIB) mondial devrait progresser de +2,7% en 2024, après une hausse anticipée à +2,9% cette année (+3% précédemment annoncé). L'économie mondiale marquera ensuite un rebond en 2025, avec une prévision de croissance de +3%.

A Wall Street, les indices affichent une certaine indécision, ce mercredi à 17h45. Le S&P 500 gagne +0,06% à 4.557 pts. Le Dow Jones s'adjuge un petit gain de +0,02% à 35.424 pts. Le Nasdaq se tasse de -0,07% à 14.271 pts. Demain jeudi, sera une journée décisive, mais pour l'heure, le sentiment de marché reste plutôt positif, soutenu par le récent assouplissement des conditions financières, alors que les opérateurs jouent toujours le scénario d'un pic des taux atteint et un atterrissage économique contrôlé. L'idée d'un atterrissage en douceur fait son chemin... Pourtant, les banques centrales continuent de promouvoir l'idée de taux plus élevés, plus longtemps, alors que les marchés anticipent de multiples baisses de taux l'année prochaine. Qui se trompe ?

Pétroles et devises

Du côté des pétroles, le baril de Brent est toujours volatil. Le baril de WTI prend à 17h45, +0,76% à 77,16$. Le Brent de mer du Nord gagne +0,87% à 82,37$.

L'euro recule de -0,28% aujourd'hui face à la monnaie américaine, s'échangeant 1,0966$.
L'once d'or gagne +1,35% à 2.041,75$ (1.861 euros). Le Bitcoin pointe à 37.779$.

Valeurs en hausse

* 2CRSi (+26,57% à 2,12 euros). Le constructeur de serveurs informatiques haute performance a annoncé une prise de commandes, avec un acteur mondial du secteur de la Défense, pour la livraison de serveurs dédiés à des applications de calcul critiques, pour un montant de plus de 9 ME au prix catalogue. Les premières livraisons, associées à ce nouveau contrat, interviendront entre janvier et mars 2024, pour un prix catalogue de plus de 2,3 ME.

* Gascogne (+14,94% à 3,69 euros). Attis 2, l'actionnaire majoritaire de Gascogne, a annoncé la conclusion d'un protocole de rachat d'un bloc de 10,07% du capital de Gascogne auprès d'Electricité et Eaux de Madagascar (EEM), hors marché. Ce bloc représente 216.642 actions au porteur et 2.232.087 actions nominatives du fabricant d'emballages souples, de papier, et produits en bois, soit un investissement de 9.794.916 euros, à 4 euros l'action. Les deux parties se sont engagées à réaliser la cession du bloc au plus tard le 19 décembre. Le règlement-livraison de l'opération devrait intervenir sous deux jours ouvrés après la cession.

* Kalray (+5,94% à 23,2 euros). Le spécialiste des technologies matérielles et logicielles dédiées à la gestion et au traitement intensif des données du Cloud au Edge, et JB&A, leader de la distribution de solutions technologiques en Amérique du Nord, ont signé un partenariat stratégique visant à distribuer les solutions de gestion et de stockage de données de Kalray et sa filiale pixitmedia sur le marché américain, en ciblant dans un premier temps l'industrie des médias et du divertissement et les solutions d'IA. L'accord stratégique entre JB&A et Kalray est conçu pour porter la croissance des deux partenaires en Amérique du Nord à partir de 2024. Dans le cadre de cet accord, JB&A distribuera aux Etats-Unis le portefeuille complet de solutions de gestion et de stockage de données de Kalray.

* Worldline (+3,83% à 13,95 euros). A l'image de ses concurrents Adyen et Nexi, le spécialiste des paiements bénéficie de la nette détente des taux obligataires. Massacrés après une série d'avertissements, les trois grands acteurs européens de la fintech ont vu leur capitalisation boursière combinée rebondir de plus de 50% en un petit mois. La raison : des publications trimestrielles plutôt rassurantes et surtout une spéculation intense avec des rumeurs de plus en plus fortes d'intérêt de la part de sociétés de capital-investissement. Toutefois, les risques augmentent. L'incertitude économique mondiale ajoute à la pression sur les sociétés de traitement des paiements, qui sont très sensibles aux dépenses de consommation. Malgré ce mouvement haussier, Worldline cède encore 63,2% depuis le début janvier 2023.

* Michelin (+2,42% à 30,84 euros). JP Morgan a rehaussé sa recommandation sur le pneumaticien à 'neutre', tout en remontant sa cible de 24 à 27 euros. La banque considère que la mondialisation de l'industrie automobile va s'accélérer en 2024, avec l'émergence de nouveaux acteurs en Chine et en Amérique du Nord pour prendre des parts de marché. Les fournisseurs devraient donc continuer de bénéficier de la reprise de la production, grâce à leur capacité de fixation des prix et à des cessions tactiques d'actifs.

* La Française de l'Energie (+2,29% à 46,85 euros). Gazonor, filiale de la FDE, vient de bénéficier du support d'Arkéa Banque Entreprises et Institutionnels, filiale du groupe Crédit Mutuel Arkéa, avec un prêt ESG "Impulse" de 5,8 ME, permettant de couvrir les besoins du groupe et d'accélérer sa stratégie de croissance. Ce prêt vise à renforcer l'activité de la filiale de FDE via le refinancement de 4 unités de cogénération, à Lens et Avion, d'une puissance totale de 6 MW. Les fonds peuvent être déployés par le groupe pour sa croissance. Ce partenariat s'inscrit dans le long-terme afin de réduire l'empreinte carbone de la France.

* Vinci (+0,9% à 112,12 euros) et Eiffage (+1,51% à 92,75 euros) sont bien orientées avec l'annonce par le ministre des Transports, Clément Beaune, d'une hausse du prix des péages autoroutiers d'un maximum de 3% au 1er février 2024.

* Société des Bains de Mer (+0,5% à 101,5 euros). Au 1er semestre de l'exercice 2023-2024, le chiffre d'affaires consolidé de la société monégasque s'élève à 445,6 ME, en hausse de 13,2 ME, soit +3%. Le résultat opérationnel consolidé est en profit de 89,1 ME (91,9 ME pour l'exercice précédent). Le résultat net consolidé - part du groupe s'élève à +111,5 ME (+918,8 ME pour les 6 premiers mois de l'exercice 2022/2023). L'activité du Groupe SBM sur les 6 premiers mois de l'exercice 2023-2024 est confirmée à un niveau soutenu qui s'appuie sur le bon positionnement des offres du Resort. Cependant les activités du groupe sont dépendantes du caractère aléatoire, sur une courte période, de l'activité Jeux. "Société des Bains de Mer ne s'avance donc pas à faire de prévisions pour l'ensemble de l'exercice 2023-2024.
Le groupe rappelle que son acquisition d'un établissement hôtelier dans les Alpes du Nord est effective deupuis le 3 octobre.

* Trigano (+0,21% à 142,1 euros). Le concepteur de véhicules et équipements de loisirs a délivré, au titre de son exercice 2022-2023, un chiffre d'affaires de 3,48 MdsE, en hausse de +9,5%. Le bénéfice opérationnel courant consolidé affiche une croissance de +23,7% à 423,4 ME (12,2% du chiffre d'affaires). Grâce à la qualité des résultats de son activité véhicules de loisirs, en progression de près de 30% par rapport à l'exercice précédent, Trigano a réalisé un bénéfice net de 308,3 ME en 2022-2023 (278,5 ME en 2021-2022). Il est en hausse de +10,8%. Trigano est confiant dans le potentiel de croissance de son activité et dans sa capacité à gagner des parts de marché. Le Directoire proposera, lors de l'Assemblée générale du 9 janvier 2024, le versement d'un dividende brut de 3,5 euros par action ordinaire au titre de l'exercice clos le 31 août 2023, soit un complément de 1,75 euro à l'acompte de 1,75 euro versé en mai 2023. Portzamparc est à 'achat' sur le dossier et revalorise le titre de 156 à 188 euros.

* Vivendi (+0,14% à 8,754 euros). Le principal investisseur de Telecom Italia continue de contester la décision du groupe de vendre son réseau de lignes fixes à KKR, ont déclaré à 'Reuters' deux sources au fait du dossier, ajoutant qu'une plainte sera probablement déposée en décembre.

* Casino (stable à 0,64 euro). Le milliardaire tchèque Daniel Kretinsky a pressé la direction du groupe de vendre des hypermarchés et supermarchés dans le cadre de l'accord de "lock-up" signé en octobre.
Casino a confirmé, lundi, avoir reçu des marques d'intérêts préliminaires en vue de l'acquisition de magasins du périmètre hypermarché et supermarché, sans toutefois préciser les acquéreurs ni le nombre de magasins que l'entreprise envisage de vendre. Les offres sont attendues pour une date limite indicative de mercredi.
La plupart des concurrents français de Casino, notamment Intermarché, Système U, Auchan et Carrefour, ainsi que le groupe discount allemand Lidl, pourraient être intéressés par ces ventes. A ce stade, les négociations avec Lidl et Intermarché sont les plus avancées. D'ailleurs, le groupe Les Mousquetaires, société mère d'Intermarché, a déjà accepté de racheter environ 61 magasins à Casino en mai. Intermarché dispose aussi d'une option d'achat sur un 2e groupe de 72 magasins, exerçable au plus tard dans un délai de 3 ans.

Valeurs en baisse

* Aramis Group (-5,35% à 4,42 euros). La firme a dévoilé un chiffre d'affaires de 1,945 MdsE pour son exercice 2022-2023 clos fin septembre, en croissance de +9,9% en données publiées et de +0,7% hors acquisitions en Autriche et Italie. Les volumes vendus de voitures reconditionnées sont en hausse de +13,1% par rapport à l'exercice précédent, à 78.441 unités, dont +1,2% hors acquisitions en Autriche et Italie conformément aux objectifs annuels, dans un marché en recul de -5,3% et tout en poursuivant les efforts sur la profitabilité. Le spécialiste de la vente en ligne de voitures d'occasion aux particuliers affiche une marge brute par véhicule vendu de 2.161 euros, en légère amélioration par rapport 2.142 euros sur l'exercice précédent. A périmètre constant, Aramis vise des volumes de véhicules vendus aux particuliers supérieurs à 100.000 unités en 2023-2024 avec un Ebitda ajusté au moins deux fois supérieur à celui réalisé en 2023.

* Alstom (-3,57% à 11,495 euros). Nouvelle séance dans le rouge pour le titre. Le géant français du ferroviaire peine à relever la tête depuis son avertissement en octobre, puis l'annonce, il y a moins de 15 jours, d'un important plan de restructuration destiné à restaurer son bilan. Le groupe a annoncé, le 15 novembre, le lancement d'un programme de cession d'actifs compris entre 500 et 1 milliard d'euros, la suppression de 1.500 emplois et une éventuelle augmentation de capital. Concernant ces ventes d'actifs, BFM croit maintenant savoir qu'Alstom envisage de vendre des unités aux Etats-Unis et en Chine, pour lesquelles il espère obtenir jusqu'à 1 MdE. "Il sera difficile d'espérer plus de 500 millions d'euros" pour la vente des activités de signalisation acquises à General Electric en 2015, estime le media. Dans ce contexte, il serait nécessaire de lever des fonds, ce qui tend les investisseurs et le titre.

* TotalEnergies (-2,39% à 61,8 euros). Le titre recule malgré le nette remontée des prix du baril de pétrole, avec un baril de Brent au-dessus de 82$.
TotalEnergies a par ailleurs indiqué avoir investi 20 millions de livres pour acquérir une participation minoritaire dans Xlinks First Limited, une société fondée en 2019 au Royaume-Uni. Il rejoint ainsi les investisseurs Octopus Energyet Abu Dhabi National Energy Company(TAQA). L'ambition du projet Xlinks est de développer un projet renouvelable géant (combinant solaire et éolien) au Maroc, couplé à de grandes batteries de stockage, pour fournir de l'électricité verte au Royaume-Uni grâce à des câbles sous-marins. Une fois achevé, le projet pourrait fournir suffisamment d'électricité renouvelable, fiable et abordable, pour alimenter plus de 7 millions de foyers britanniques.
Enfin, dans une étude sur le secteur du GNL, Jefferies a dégradé TotalEnergies et la société norvégienne Equinor, considérant les deux sociétés comme les plus exposées à une baisse des prix spot du gaz l'année prochaine. Jefferies ajuste donc sa recommandation sur TotalEnergies à 'conserver', et réduit son objectif de 69 à 65 euros.

* Toosla (-2,22% à 0,88 euro). Le groupe fait part d'une très bonne dynamique commerciale depuis l'été 2023, lui permettant de dépasser son objectif de chiffre d'affaires pour 2023 et de s'inscrire dans une tendance favorable pour 2024. A l'occasion de la présentation de sa feuille de route stratégique 'En route pour 2024', qui doit mettre Toosla sur la voie de la croissance rentable, la société avait annoncé un objectif de chiffre d'affaires de l'ordre de 10 millions d'euros en 2023, contre moins de 8 ME en 2022. Sur la base du volume d'affaires réalisé à date et des réservations enregistrées jusqu'à la fin de l'année, Toosla est en bonne voie pour atteindre 12 ME de chiffre d'affaires en 2023.

* Legrand (-0,68% à 88,16 euros). L'actualité autour du groupe industriel est marquée par une note de RBC Capital qui a dégradé le dossier à 'sous-performer' en visant 80 euros. Le broker affirme que le fabricant d'appareils électriques est confronté à des baisses sur plusieurs de ses principaux marchés finaux en 2024. Alors que les vents favorables en matière de prix commencent également à s'atténuer, il existe un risque de baisse de l'ordre de 5% pour les chiffres du consensus, selon le courtier. L'investissement devient "relativement moins attrayant" que d'autres au sein de la couverture de RBC.

* Kering (-0,77% à 391 euros). Stifel dégrade le groupe de luxe breton à 'conserver' avec un cours cible réduit de 530 à 430 euros. L'affaiblissement de la demande dans le secteur depuis septembre devrait rendre plus difficile pour Gucci de mener simultanément un redressement et l'élévation rapide de sa marque. La stratégie d'élévation de la marque pour YSL, BV et Balenciaga améliorera à terme la valeur des marques dans l'ensemble du portefeuille de Kering, mais continuera à exercer une pression sur les volumes à un moment où le potentiel de gains significatifs en termes de mix-prix semble limité. Le titre semble bon marché, mais manque de catalyseurs pour une réévaluation, ce qui nécessitera davantage de patience des investisseurs si la situation actuelle au niveau de la demande de produits de luxe persiste en 2024, souligne Stifel.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
Actions les plus vues

Classement des actions les plus vues, pour la période du jeudi 22 février 2024 au mercredi 28 février 2024, des marchés Euronext Paris, Bruxelles, Amsterdam, Growth Paris, NASDAQ et NYSE sur le site et l'application Bourse Direct.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 29/02/2024

La Bourse de Paris qui avait commencé la journée au contact de ses sommets, touchant même un nouveau plus haut...

Publié le 29/02/2024

Les Bourses européennes ont terminé en ordre dispersé après la publication de plusieurs résultats d'entreprises et des chiffres de l'inflation. Cette dernière est ressortie conforme aux attentes…

Publié le 29/02/2024

Records durant toute la semaine passée..

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 29/02/2024

Les grands Indices sont proches d'une consolidation mais une dernière jambe de hausse est envisageable. Il reste un un gap à combler sur le VIX avant de déclencher une éventuelle baisse, alors que…

Publié le 29/02/2024

Le CAC40 cash a clôturé la séance hausse de 0,08 % à 7954,39 dans un volume de 2,8 MD€. 

Publié le 29/02/2024

Sur ce premier semestre de l'exercice 2023-2024, le groupe Bonduelle affiche un résultat opérationnel courant de 38,5 millions d'euros à taux de change courants et de 50,5 millions d'euros à taux…

Publié le 29/02/2024

En 2023, Saint Gobain affiche un résultat net de l'ensemble consolidé part du groupe en recul de 11,1% à 2,66 milliards d’euros. Sur cette période, son chiffre d’affaires et produits…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes.
Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne

WEBINAIRE

(Re)Découvrez les Warrants

Parmi les premiers produits de Bourse en France

Jeudi 14 mars
à 14h00

S'inscrire