Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
8 167.50 PTS
-0.26 %
8 133.0
-0.17 %
SBF 120 PTS
6 192.19
-0.28 %
DAX PTS
18 704.42
-0.18 %
Dow Jones PTS
40 003.59
+0.34 %
18 546.23
-0.06 %
1.087
+0. %

Gestion active ou passive

| Bourse Direct | 267 | Aucun vote sur cette news

Si la gestion active a toujours existé, la gestion passive est née en 1976 avec le 1er fonds indiciel, le Vanguard 500 Index fund, qui réplique le S&P500 (l’indice des 500 plus grandes entreprises américaines). Pour la première fois, il devient possible d’investir en bourse sans choisir individuellement les titres d’un portefeuille. Grâce à des frais de fonctionnement réduits, cette gestion automatique offre des tarifs très bas et démocratise l’investissement des particuliers sur les marchés actions. En 1993, une deuxième innovation accélère l’essor de la gestion passive, le lancement du 1er ETF (Exchange Traded Fund), le SPDR S&P 500. Les ETFs sont des fonds indiciels qui peuvent être achetés et vendus dans la même journée, une souplesse d’utilisation qui séduira de plus en plus d’investisseurs institutionnels.

Gestion active ou passive

Aux Etats-Unis, la gestion passive représente aujourd’hui plus de 55% de la capitalisation boursière des marchés actions, contre 25% il y a 15 ans.  En Europe, la tendance est similaire, 35% des encours relèvent de la gestion passive, contre 15% en 2010.

Ce succès incontestable tient notamment aux difficultés de la gestion active à battre les performances des grands indices boursiers. Seulement 15% à 30% des gérants actions y parviennent sur longue période. Mais considérer la gestion active par le seul prisme de sa performance par rapport aux indices, c’est occulter le plus important, sa raison d’être : assurer un développement économique productif en allouant le capital aux entreprises les plus méritantes.

C’est la gestion active qui finance les introductions en bourse et les augmentations de capital. Elle fournit des capitaux aux entreprises en croissance et la liquidité à des entrepreneurs ou des sociétés de private equity qui veulent céder tout ou partie de leurs parts. Dans ce rôle de pourvoyeur de capitaux, elle met de l’huile dans les rouages du capitalisme entrepreneurial et facilite les investissements privés en leur offrant une porte de sortie sur les marchés cotés. A chaque fois que la gestion active diminue en pourcentage des capitaux gérés, ce rôle essentiel est affaibli.

C’est aussi la gestion active, qui, par ses décisions et par son engagement actionnarial, pousse les entreprises à s’améliorer, à se simplifier et à créer de la valeur pour leurs actionnaires et donc pour les épargnants. Sur le long terme, c’est parce que les profits des entreprises augmentent que la bourse monte. Les sociétés se développent et prospèrent sous la saine pression de leurs actionnaires « actifs» qui leur « demandent des comptes » car eux-mêmes ont pour mandat d’offrir une rentabilité attractive à leurs investisseurs.

La gestion active est donc indispensable au développement d’une économie productive et florissante qui garantit des marchés financiers sains et attrayants. La gestion passive est tout aussi importante ; elle permet au plus grand nombre de profiter de ces belles performances à moindre coût. En somme, la gestion passive distribue les fruits du capitalisme et la gestion active s’assure que les fruits sont bons. C’est un duo particulièrement efficace, chacune rend l’autre plus forte, elles doivent prospérer ensemble.

Dans ce contexte, il est dommage que les régulateurs se trompent de combat. Au lieu de laisser Darwin faire son œuvre, ils interviennent et opposent les deux types de gestion, affaiblissant indirectement la gestion active de qualité. C’est le cas de l’initiative« value for money » par laquelle ils souhaitent protéger les épargnants contre les produits financiers trop chers et aux performances décevantes. L’objectif est bon mais la méthode est mal adaptée. L’approche est uniforme et privilégie le prix, sans prendre en compte qu’une gestion active de qualité a des coûts nécessairement supérieurs à ceux de la gestion passive, notamment liés au financement de ses équipes d’analystes-gérants.

Il est souhaitable que les produits non performants soient remplacés par de la gestion passive, mais il est tout aussi souhaitable que la gestion active de qualité garde les moyens de remplir ses deux missions : offrir des performances supérieures à la gestion passive et allouer le capital intelligemment. Ce dernier point dépasse le cercle purement financier, il concerne l’Etat, ses plans de développement et notre souveraineté. C’est en finançant des entreprises qui innovent, investissent et créent des emplois que nous favoriserons notre croissance et garderons la maîtrise de notre avenir.

Il est urgent que les régulateurs changent de logiciel. Le nivellement par le bas n’a jamais produit de grands résultats. La gestion active de qualité et la gestion passive sont toutes les deux indispensables au bon fonctionnement de nos marchés de capitaux. Le rôle des régulateurs n’est pas de les opposer mais de les faire grandir ensemble et de leur assurer un avenir commun.

Laurent Chaudeurge
Porte-parole de la Gestion chez BDL Capital Management

 ■
Les recommandations diffusées sur le site Bourse Direct sont des recommandations d'investissement à caractère général soumises aux dispositions législatives et réglementaires applicables aux communications à caractère promotionnel. Elles ne constituent en aucun cas un conseil personnalisé. Le client reconnaît et assure donc seul la responsabilisé de ses actes de gestion et des conséquences des positions prises ou non.
Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Jusqu'à
170€ de prime offerte*

Pour toute 1ère adhésion avant le 31 mai 2024 inclus, avec un versement initial investi à 30 % minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte, non garanties en capital.
*SOUS CONDITIONS

Ces contrats présentent un risque de perte en capital.
Information publicitaire à caractère non contractuel.

Actions les plus vues

Classement des actions les plus vues, pour la période du dimanche 12 mai 2024 au samedi 18 mai 2024, des marchés Euronext Paris, Bruxelles, Amsterdam, Growth Paris, NASDAQ et NYSE sur le site et l'application Bourse Direct.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 17/05/2024

La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris ( ERIC PIERMONT / AFP/Archives )La Bourse de Paris a terminé en baisse de 0,26% vendredi, soufflant à l'issue d'une…

Publié le 17/05/2024

Wall Street a beau battre des records, avec notamment un Dow Jones qui a dépassé pour la première fois les 40...

Publié le 17/05/2024

Les marchés actions européens ont terminé en léger repli. La baisse plus forte que prévu de l'indice des indicateurs avancés en avril aux Etats-Unis a confirmé la perte de momentum de…

Publié le 17/05/2024

8h00 en AllemagnePrix à la production en avrilsource : AOF

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/05/2024

La Bourse de New York a fini en baisse jeudi, à l’issue d’une séance marquée par des prises de bénéfices après avoir signé des records historiques la veille. 

Publié le 17/05/2024

La Bourse de Paris a consolidé dans le calme, ne parvenant pas à s’affranchir du plus haut annuel et historique atteint récemment (8.259,19 points le 10/05/24). 

Publié le 17/05/2024

Eiffage avait annoncé le 28 février 2024 une augmentation de capital réservée aux salariés du groupe en France, Belgique, Luxembourg, Espagne, Allemagne, Suisse, Pays-Bas, Pologne et Sénégal.…

Publié le 17/05/2024

Danone annonce avoir réalisé la cession de ses activités EDP en Russie à Vamin R LLC, faisant suite à l’obtention des autorisations réglementaires russes requises - comme annoncé dans le…

Publié le 17/05/2024

Arbitrage audio et vidéo

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes.
Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne

WEBINAIRE

Faut-il toujours investir dans l'immobilier en 2024 ?

Mercredi 22 mai
à 11h00

S'inscrire