En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 889.52 PTS
+0.09 %
4 875.50
-0.13 %
SBF 120 PTS
3 869.15
+0.12 %
DAX PTS
12 674.88
+0.66 %
Dow Jones PTS
27 260.87
-0.46 %
11 068.98
-1.76 %
1.178
-0.79 %

Comment réagir face à une crise boursière

Si les krachs boursiers (et plus généralement les crises boursières) se caractérisent par leur imprévisibilité, il est bon pour tout investisseur de savoir comment réagir lorsque survient un tel évènement. En effet, pendant la crise du Coronavirus, de nombreux épargnants pris au dépourvu ont perdu beaucoup d’argent, à cause de choix précipités. Voici quelques conseils pour bien réagir face à un krach boursier.

 

 

La meilleure réaction à un krach boursier : attendre

Par définition, un Krach boursier intervient quand les cours de Bourse baissent de 20 % ou plus en quelques jours. Par nature imprévisible, il n’est toutefois pas rare puisqu’il apparait en moyenne tous les 10 ans, généralement à la suite d’un évènement tels que l’éclatement de la bulle internet en 2000 ou la crise des subprimes en 2008. Le dernier en date est le Krach de 2020 lié à la crise sanitaire du Covid-19. La chute a été particulièrement violente : entre le 4 et le 18 mars 2020, le CAC 40 a baissé de plus de 30%. En une seule journée, celle du 12 mars, la bourse de Paris clôturait ainsi à -12,28% !

Ce genre d’évènement peut en dérouter plus d’un, et il est tentant de céder à la panique en vendant pour limiter les pertes. Or la meilleure chose à faire dans les premiers temps de la crise est justement de… ne rien faire et conserver ses positions. En effet, rappelons que 80% des transactions mondiales sont issues du trading haute fréquence (THF), ces fameuses sociétés de trading qui arbitrent de manière automatique à l’aide de puissants algorithmes. Ces THF et les professionnels de la finance auront flairé la crise et cédé leurs positions bien avant la plupart des investisseurs particuliers. Lorsque ces derniers se rendent compte du krach, le marché a déjà bien baissé et il est généralement trop tard pour céder sans perte.

Le bon réflexe est donc de respecter son plan de trading et conserver ses investissements en attendant que l’orage passe. Par ailleurs, si vous aviez l’idée de vendre vos actions pour investir dans des valeurs refuges comme les obligations d’Etat ou l’or, cela pourrait engendrer une double perte : en plus de concrétiser vos moins-values latentes et de ne pas profiter du rebond à la fin de la crise, vous subiriez la chute des valeurs refuges lorsque les marchés actions retrouveront des couleurs.

Profiter du krach boursier… mais en gardant son cap

Bien évidemment, une crise boursière crée parfois de belles opportunités pour ceux qui investissent en bourse. Si une action solide a injustement baissé pendant le krach et que vous aviez prévu de l’acheter déjà avant, c’est le moment de l’obtenir à bas prix ! Néanmoins, il ne faut pas aller trop loin et investir dans toutes les actions qui ont baissé : garder toujours une épargne de précaution est indispensable.

Quant au swing trading (c’est-à-dire profiter des fluctuations du marché pour négocier les hauts et les bas à court terme), c’est une technique qui ne s’adresse qu’aux traders aguerris. Les petits investisseurs risqueraient de s’y brûler les ailes.

Jouer à la baisse, une idée risquée ?

Quand on sent qu’une crise se profile (bien qu’il soit difficile, voire impossible, de les prévoir), il est possible d’investir dans les fonds Bear, qui visent à tirer parti des reculs de marchés. Ils reproduisent ainsi à l'inverse les performances du CAC 40. En 2018, ils ont pris près de 20 % en moyenne, selon la base de données Quantalys. Il existe aussi des trakers permettant de parier sur la baisse des marchés : entre le 18 février et le 20 mars 2020, le tracker BX4 a pris plus de 120% ! Mais attention, ce genre d’investissement comporte beaucoup de risques : il faut les garder à l’œil et vendre assez rapidement, puisque quand le marché remonte, ils baissent en flèche (BX4 a perdu 24% juste entre le 23 et le 25 mars 2020). L’analyse constante du marché est essentielle ! Sans oublier que les pertes potentielles sont illimitées : si le marché remonte trop, on peut perdre plus que ce que l’on a acheté.

Se prémunir pour la prochaine crise

S’il est très difficile de prédire l’arrivée d’une prochaine crise boursière, il vaut mieux être prêt à toute éventualité. Le premier conseil de base est de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier. Ainsi, diversifier son capital est indispensable. Il est conseillé de répartir son épargne entre les livrets, les placements plus sûrs comme les fonds euros ou même l’or, et les placements plus volatiles comme les actions. Ainsi, tout votre capital ne sera pas impacté par les crises, puisque les taux des livrets ne bougent pas, et que celui de l’or (en tant que valeur refuge) a même tendance à monter pendant les krachs.

S’il est impossible de réagir assez rapidement pour vendre avant une trop grosse baisse, des ordres de vente peuvent le faire pour nous ! On appelle cela des « stop loss » (tout simplement « arrêt de perte » en anglais), dont l’objectif est de vendre automatiquement les actions en cas de forte baisse. Ce type d’ordre requiert bien évidemment de savoir à l'avance quelle est votre perte maximale sur un titre, ce qui peut être un exercice difficile, mais peuvent se révéler très utile en cas de krach boursier.

Article rédigé par Justine, JepargneEnLigne.com.