En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 154.58 PTS
-1.57 %
4 138.00
-1.9 %
SBF 120 PTS
3 262.43
-1.67 %
DAX PTS
9 525.77
-0.47 %
Dow Jones PTS
21 052.53
-1.69 %
7 528.11
-1.41 %

Le CAC40 fait une petite pause mais les objectifs restent supérieurs

| Bourse Direct | 1358 | Aucun vote sur cette news

 

Cette séance de mardi aura été relativement calme sur le CAC40 qui marque un temps d’arrêt autour de 4848.80 (niveau important) mais tous les ingrédients techniques sont là pour mener à des objectifs supérieurs de moyen et long terme.

Après être venu à bout d’une ligne formant résistance depuis huit mois, l’indice parisien se maintient autour d’un point technique important représenté par les 61.80 % de retracement en Fibonacci entre le plus haut de 2015 et le plus bas de 2016 sur le future septembre. Ce palier doit idéalement rester support en cette fin de semaine afin d’ouvrir la perspective d’un pull back en direction d’une ligne de tendance enfoncée en début d’année. Pour l’affirmer, il suffirait de transformer l’essai en franchissant la moyenne mobile à 100 semaines placée à 4595 sur le cash (voir graphique analyse hebdomadaire). Ce scénario serait retardé sous 4420 et remis en cause sous 4350. Au plus près et compte tenu du comportement positif du marché, une phase dite de dérive horizontale a vu le jour, elle consiste avant tout à retrouver une marge de manœuvre. En résumé, cette sortie par le haut est solide et aucun signe de faiblesse n’est encore apparu. Structurellement, le maintien durable au-dessus des moyennes mobiles à 100 semaines et 20 mois placées respectivement à 4422 et 4521 sur le future septembre reste essentiel à l'atteinte d'objectifs synonymes d’un grand changement. Le CAC40 a clôturé en baisse de 0.24 % à 4529.96 dans un volume en baisse de 2.250 MDE.

 

Les points sur le future septembre sont, à la hausse, 4548.80 (important), 4580 (fort), 4595 (fort) puis 4640/4665 (très fort à LT) voire 4710/4750  et à la baisse, 4510, 4460, 4420 (pré alerte) puis 4370/4350 (alerte) voire 4280 (important).

                                                                                                                        

En stratégie, il faut privilégier l'alternance avec une préférence haussière > 4460 et surtout > 4510 pour viser 4580 voire 4640 par excès (scénario invalidé sous 4420 et surtout < 4370).  Attention au risque de reflux mais, au regard de la détente déjà obtenue, des pointes à la hausse sont plus probables avant la BCE.


En intraday, la tendance conservera un biais très positif > 4460 et surtout > 4510. 



Graphiquement, le risque d’une première consolidation marquée du cycle haussier actuel est à notre avis remis à la semaine du 19 au 23 septembre. D’ici là, le courant acheteur devrait rester dominant mais comme indiqué en préambule, il va falloir consolider sans trop céder de terrain et renforcer la structure haussière en franchissant de nouveaux caps. Le plus symptomatique est situé à 4590 sur le future septembre et à 4595 sur le cash. Avant détachement des dividendes (mai-juin), ce niveau charnière avait formé résistance en mars (+ haut à 4590.97) et en avril (+ haut à 4607.69). Autant dire que son débordement étayé de catalyseurs fondamentaux positifs ouvrirait un potentiel de 250 à 400 points d’ici la fin de l’année. A l’inverse, il reste encore des facteurs susceptibles  de contrecarrer une réelle amélioration. Dans ce sens, les pertes sèches des moyennes mobiles à 20 et 200 semaines situées à 4348 sur le future septembre et à 4345 sur le cash replaceraient le CAC40 dans une situation de nouveau délicate. A noter que l'indice de volatilité (VCAC) à 18.12 contre 17.66 est stable.

    


Techniquement, au-delà du mince potentiel à court terme, la marge reste surtout plus importante à moyen et long terme. En base 14 heures, le RSI4 à 57 a corrigé plus nettement. La situation est similaire pour le RSI9 à 62 contre 67. En base daily, les indicateurs s'incurvent à la baisse depuis l’atteinte de l’objectif réaliste sur cet horizon de temps (voir graphique). En résumé, le temps de l’allégement des positions courtes à l’achat est quasiment passé. Pour la suite, il faudra se définir en fonction de la réaction post BCE et surtout sur signal pour peu qu’il se passe quelque chose. Pour les stratégies plus longues, on peut conserver au-dessus de 4420 voire dernier carat au-dessus de 4345.

 

 

 ■
Les recommandations diffusées sur le site Bourse Direct sont des recommandations d'investissement à caractère général soumises aux dispositions législatives et réglementaires applicables aux communications à caractère promotionnel. Elles ne constituent en aucun cas un conseil personnalisé. Le client reconnaît et assure donc seul la responsabilisé de ses actes de gestion et des conséquences des positions prises ou non.
Giovanni FILIPPO, Infos d'Experts
Article rédigé par Giovanni FILIPPO, membre de la cellule Infos d'Experts
34 ans d’expérience, ancien du Palais Brongniart, j’analyse en permanence les données de marchés pour déceler les stratégies d’investissements.
Abonnez-vous
Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 03/04/2020

Le groupe publiera son chiffre d'affaires du premier trimestre le 15 avril

Publié le 03/04/2020

Unibel a annoncé que, compte tenu des incertitudes résultant du contexte actuel lié au COVID-19, l'assemblée générale du 14 mai 2020 se tiendra au siège social, 2, Allée de Longchamp 92 150…

Publié le 03/04/2020

Le rendez-vous de l'Opep+ sera ouvert à tous les producteurs, et pas seulement aux membres de l'organisation des pays exportateurs de pétrole et leurs alliés habituels...

Publié le 03/04/2020

Dans son communiqué du 11 mars dernier, Transgène a initialement prévu une consommation nette de trésorerie de l'ordre de 25 millions d'euros pour 2020. Malgré les effets difficilement…

Publié le 03/04/2020

Transgene prévient qu'elle pourrait souffrir de dysfonctionnements dans la chaîne d'approvisionnement et d'expédition dont elle dépend