En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 220.96 PTS
+0. %
4 230.50
-
SBF 120 PTS
3 317.69
+0. %
DAX PTS
9 570.82
-
Dow Jones PTS
21 413.44
+2.24 %
7 635.66
+0. %

Des marchés surtout asphyxiés par leur propre poids et exigences

| Bourse Direct | 2028 | 4.20 par 5 internautes

Au fixing, le CAC40 a finalement terminé la séance en hausse de 0.09 % à 5684.55 dans un volume de 5.100 MDE. Au jeu de la surenchère,  les marchés prenaient et prennent toujours le risque de s’asphyxier à force de contraindre sans cesse les banques centrales à injecter des liquidités. On peut dire que la réalité du terrain finit par rattraper le monde de la finance et il faut espérer que l’effet coronavirus ne vienne pas faire imploser la bulle capitalistique. Il se peut aussi que cette manœuvre corrective soit réalisée à des fins d’obtenir une énième baisse de taux, ce qui a déjà été le cas lors des premières tensions commerciales (verdict les 12 et 18 mars BCE puis FED). A ce stade, les ventes de panique ont été stoppées autour des 38.20 % de retracement sur le cash puis contrôlées autour de la MM50 semaines future mars, stratégique pour la suite.

Les points sur le future mars sont, à la hausse, 5653 (MM50 semaines sur le cash, reprise), 5654 (MM200 jours importante, à reprendre durablement), 5670.71 (Gap cash du jour comblé), 5676/5684 (fort et 1er seuil d’inflexion de TCT), 5713 (fort 23.60 % sur le future) 5796 (pull back idéal fin de semaine), 5880 (MM100 jours) puis 5894.50 (très sensible jusqu’à l’échéance) voire 5920.50/5991.50 (Gap baissier énorme du 24 février) et à la baisse, 5603 (MM50 semaines ponctuellement enfoncée), 5583 (nouvelle alerte), 5535.43 (38.20 % sur le cash, touché avec un + bas à 5526.14), 5526.14/5520.50 (nouveau + bas annuel cash-future mars), 5464/5441 (38.20 % sur le future + MM100 semaines sur le cash, très important), 5433/5417 (très fort jusqu’à clôture trimestrielle) puis 5358 (50 % sur le cash) voire 5263 (50% sur le future).

Les niveaux de retracement en Fibonacci indiqués sont calculés par rapport au plus bas de 2019 et plus haut 2020

A TCT, la configuration conservera un biais très négatif < MM200 jours    

A un horizon semaines, la préférence restera baissière sous 5830. L’évolution des indicateurs permet encore de creuser plus profond et cette configuration se renforcerait sous la MM50 semaines située actuellement à 5603 sur le future mars. A noter que cette ligne de tendance de moyen terme n’a plus été résistance en clôture depuis février 2019 !

Structurellement, la purge est impressionnante mais surtout par sa rapidité car, sur le fond, ce mouvement n’a pas encore remis en cause la tendance haussière en place depuis les plus bas de 2018.  A noter que ce mouvement correctif s’est réalisé après la formation de nouveaux sommets. Pour l’instant et après le 2ème Gap béant non comblé de lundi (5995.14/5860.25), l’indice parisien a ouvert ce matin un 3éme Gap baissier synonyme de gap d’épuisement (le 1er du vendredi 21 février ayant été fermé en séance).

En stratégies, les prix pour initier de nouvelles positions courtes ont été largement vus en matinée. Dans l’état actuel des choses, on peut conserver > 5510 en clôture et qui plus est > MM200 jours en clôture hebdomadaire. La première cible de référence est représentée par la zone 5796/5830. En ce qui concerne les positions longues, on peut conserver > MM50 semaines (future) voire dernier carat > MM100 semaines (cash).

Au plus près, la survente était conséquente à 5520.50, la pression moins forte mais constante au plus haut de la séance. Seul le RSI diverge en base 14 heures, ce qui annonce la perspective d’une reprise probablement soumise à un déclencheur positif. Sur le point bas, une mèche en base 1H00 est apparue avec du volume, signe d’intérêts spéculatifs (achats + rachats de short).

Le sens vendeur est certes à privilégier < 5713 (SL > 5752) et surtout < 5796/5830 (SL > MM100 jours en clôture) mais attention aux effets d’élastique. En résumé, un point bas a été probablement atteint à très court terme. Néanmoins, un maintien durable > MM200 jours est essentiel pour écarter le risque d’une rechute !

Analyse réalisée au fixing du 26 février.        

 

 ■
Les recommandations diffusées sur le site Bourse Direct sont des recommandations d'investissement à caractère général soumises aux dispositions législatives et réglementaires applicables aux communications à caractère promotionnel. Elles ne constituent en aucun cas un conseil personnalisé. Le client reconnaît et assure donc seul la responsabilisé de ses actes de gestion et des conséquences des positions prises ou non.
Giovanni FILIPPO, Infos d'Experts
Article rédigé par Giovanni FILIPPO, membre de la cellule Infos d'Experts
34 ans d’expérience, ancien du Palais Brongniart, j’analyse en permanence les données de marchés pour déceler les stratégies d’investissements.
Abonnez-vous
Votez pour cet article
5 avis
Note moyenne : 4.20
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 03/04/2020

Compte tenu de la crise du Covid-19, EDF a décidé de ne pas proposer de paiement de dividende au titre de l'exercice 2019 autre que l'acompte sur dividende 2019 d’un montant de 0,15 euros qui a…

Publié le 03/04/2020

 Les résultats de l’essai pivot de phase III annoncés vendredi montrent que Dupixent (dupilumab), en association avec un traitement standard par corticoïdes topiques chez des enfants âgés de…

Publié le 03/04/2020

Sous la pression de la BCE, BNP Paribas a rejoint jeudi les autres grandes banques française, qui ont renoncé à verser un dividende.

Publié le 02/04/2020

Avec un ratio CET 1 de 18,4% au 31 décembre 2019, la Caisse régionale affiche une solvabilité largement supérieure aux exigences réglementaires...

Publié le 02/04/2020

Avec un ratio CET 1 de 17,8% au 31 décembre 2019, la Caisse régionale affiche une solvabilité largement supérieure aux exigences réglementaires...