En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 871.91 PTS
+0. %
5 870.5
+1.26 %
SBF 120 PTS
4 623.22
+0. %
DAX PTS
13 166.58
-
Dow Jones PTS
28 015.06
+1.22 %
8 397.37
+0. %
1.106
+0.02 %

Pourquoi et comment diversifier son portefeuille financier ?

Lorsqu’il construit son portefeuille financier, un investisseur doit chercher à trouver le bon équilibre entre performance et risque. Une bonne façon de trouver cet équilibre est de diversifier.

La diversification peut être vue sur plusieurs plans :

 

  • Le nombre d’actions en portefeuille
  • La diversification géographique
  • La diversification entre les différentes classes d’actifs
  • La diversification dans le temps

Passons ces différentes formes de diversification en revue.

Investir dans de nombreuses entreprises

Lorsque l’on investit dans une société, l’épargnant prend un risque spécifique à cette société. Et même pour les grandes entreprises très connues, cela peut avoir un impact significatif pour son portefeuille. Vous vous souvenez certainement du cas Volkswagen. Suite au scandale révélé en 2015, le cours de l’action a été divisé par 2,5 en quelques mois. Et il a à peine repris des couleurs depuis.

Il est donc sage d’avoir plusieurs sociétés en portefeuille. Les premières recherches sur ce sujet, dans les années 60, ont montré qu’il fallait au minimum investir dans une quinzaine de sociétés. Cependant, depuis 60 ans, la recherche a avancé et les dynamiques de marché ont évolué. Des études récentes ont montré qu’il fallait au moins une cinquantaine d’entreprises en portefeuille, et une centaine lors des crises boursières !

Une étude de 2017 préconise même de dépasser largement ces chiffres… À méditer.

Investir en dehors de France

La plupart des investisseurs investissent dans des sociétés de leur propre pays et très peu à l’étranger. C’est humain, on investit plus naturellement dans les sociétés dont on entend parler. Pourtant, il s’agit là d’une mauvaise pratique. En effet, tout comme il existe des risques spécifiques à une seule action, il existe des risques spécifiques à un seul pays (et même à une seule zone géographique, telle que l’Union Européenne).

Par exemple, en 2011, la bourse française a perdu 15% de sa valeur, tandis que les bourses mondiales étaient quasiment à l’équilibre.

Par ailleurs, la différence de performance peut se matérialiser à court terme, comme dans l’exemple précédent, mais aussi à moyen terme. Depuis 10 ans la bourse française a eu une performance de 9% par an, tandis que la bourse américaine a dépassé 16% ! 10 000 euros sont devenus 24 000 euros si l’on a investit en France, mais 45 000 euros si l'on a investi aux Etats-Unis. La différence est énorme.

D'ailleurs, la bourse française ne pèse que 3% de la capitalisation de l’ensemble des bourses mondiales. En théorie, un portefeuille financier en actions devrait comporter à peu près 3% de valeurs françaises...

Investir dans différentes classes d’actifs

Pour aller plus loin dans la diversification, il faut diversifier entre les différentes classes d’actifs : actions, obligations, immobilier, etc.

Il existe au moins deux bonnes raisons de faire cela :

  • on ne sait jamais à l’avance quelle classe d’actifs va avoir une bonne performance.
  • les obligations (dont sont composés en grande partie les fonds en euros) permettent d’amortir la chute des actions qui peut être violente lors des krachs.

Investir régulièrement

La bourse fait des hauts et des bas. C’est vrai que c’est un peu stressant, surtout que l’on ne sait jamais à quoi s’attendre.

Il existe une technique qui permet de mieux dormir, et qui est très performante sur le long terme. Elle a aussi le mérite d’être très simple. Il suffit d’investir tout le temps et avec régularité. C’est vrai que l’on achète quand la bourse est haute, mais aussi quand elle est basse.

C’est le principe de la diversification temporelle.

Quelques idées pour diversifier facilement : les ETF (Exchange Traded Funds) aussi appelés trackers

Il n’est pas évident d’arriver à avoir une bonne diversification, surtout si l’on investit dans les actions en direct plutôt que dans des fonds. En effet, il faut investir sur des marchés que l’on ne connaît pas forcément et les entreprises étrangères publient les informations financières dans leur propre langue. Pas facile d’analyser toutes ces sociétés !

 

Les ETF (Exchange Traded Funds) sont des fonds à bas coûts et souvent extrêmement diversifiés. Il n’est pas rare d’avoir des ETF qui investissent dans des centaines de sociétés, et ce dans le monde entier.

LOGO Épargnant 3.0

Article rédigé par Épargnant 3.0

Le site qui vous apprend à développer votre patrimoine en 1 minute par mois grâce à la gestion passive et aux ETF