En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 382.66 PTS
-0.80 %
5 375.50
-0.71 %
SBF 120 PTS
4 261.07
-0.88 %
DAX PTS
11 603.89
-1.57 %
Dowjones PTS
25 713.90
-0.67 %
7 333.36
-0.22 %
1.135
-0.01 %

Souscrire à une assurance-vie

L'assurance-vie : un des placements préférés des Français a continué à être attractif ces dernières années en termes de collecte. Désormais 1 Français sur 2 déclare avoir une assurance-vie. Il existe des avantages indéniables, il est vrai, à cette enveloppe. Cependant, tous les contrats d’assurance-vie ne se valent pas. Découvrez en vidéo les différents critères à prendre en compte pour choisir le bon contrat d’assurance-vie. Attention, comme une assurance-vie n’est pas transférable, mieux vaut bien la choisir en amont !

Pourquoi souscrire à une assurance-vie

Une fiscalité avantageuse

L’assurance-vie offre une fiscalité avantageuse, rendue encore plus attractive par la dernière loi de finance 2018 qui instaure la Flat Tax.

En outre, plusieurs avantages fiscaux notables demeurent :

  • La possibilité de choisir entre le barème de l’impôt sur le revenu ou le prélèvement forfaitaire. Il s’agit désormais d’un prélèvement forfaitaire unique de 30 % aussi appelé Flat Tax. Il ne s’applique pas aux contrats de plus de 8 ans avec moins de 150 000 euros d’encours pour une personne seule, le double pour un couple qui bénéficient d’une taxation à 24,7% (7,5 M% + 17,2 % de prélèvements sociaux).
  • Pour les contrats de plus de 8 ans, les abattements de 4 600 € pour une personne seule et de 9 200 € pour un couple sont maintenus.
  • L’assurance-vie garde sa fiscalité avantageuse en matière de succession. Attention toutefois, cette dernière dépend de la date d’ouverture de votre contrat d’assurance-vie et de votre âge lors des différents versements.

Un produit adapté aux différents besoins des épargnants

L’offre très étendue de contrats vous permettra de trouver le support qui correspond à vos besoins en fonction de votre degré d’aversion au risque et de votre horizon de placement. Il convient pour cela de procéder à une répartition optimale entre fonds euros sécurisés et unités de compte plus risquées et plus rémunératrices.

À noter : pour un investissement long terme, une exposition à plusieurs classes d’actifs et zones géographiques permet de saisir davantage d’opportunités tout en diversifiant le risque. Pour un investissement court terme, le fonds en euros les plus performants sont à privilégier car ils sont une alternative correcte au faible rendement des produits bancaires comme le livret A par exemple.

Selon que vous êtes un investisseur actif ou passif, vous pourrez choisir entre la gestion libre ou classique (vous-même décidez de la répartition de vos primes entre les différentes UC) ou la gestion pilotée ou sous mandat (vous laissez une société de gestion mandatée par le distributeur gérer votre argent).

Les critères pour choisir le bon contrat d’assurance vie

La composition du fonds en euros

Le fonds en euros est la poche sécurisée de l’assurance-vie. Elle est donc majoritairement investie en obligations. Étudiez sa composition précise entre obligations souveraines (étatiques) et corporate (émises par des entreprises). Il convient d’avoir une répartition optimale entre obligations issues d’émetteurs les mieux notés qui apportent de la sécurité et d’émetteurs les moins bien notés qui apportent eux de la performance. Penchez-vous aussi sur le rendement du ou des fonds euros du contrat que vous projetez de souscrire. Même si les performances passées ne préjugent en rien des performances futures, l’historique de rendement et la performance par rapport à d’autres contrats dans le temps sont toujours de bons indicateurs.

Le choix d’unité de compte

Notez que, désormais, afin d’améliorer le rendement de votre assurance-vie, il est absolument indispensable de diversifier vos avoirs en investissant dans des unités de compte avec plus ou moins de risque en fonction de votre profil d’investisseur, de votre horizon de placement et de vos objectifs.

Pour cela, mieux vaut privilégier les contrats vous proposant l’accès à de nombreuses unités de comptes, variées et permettent ainsi d’investir en SCPI mais aussi sur des produits structurés, des ETF, des actions, etc. Mais votre choix doit dépendre aussi de votre aptitude à sélectionner les bons supports et de la somme placée ainsi que de l’horizon d’investissement.

Le mandat de gestion : une piste à explorer

Il est parfois difficile de procéder soi-même à ses arbitrages et de gérer son contrat efficacement, par manque de temps, de compétence ou d’envie tout simplement. Dans ce cas, il peut être opportun d’opter pour la gestion sous mandat. Auparavant proposée sur des contrats premium avec un minimum de placement élevé, cette offre s’est largement démocratisée avec l’essor des banques et courtiers en ligne et est désormais accessible avec de faibles montants.

Vous pourrez ainsi déléguer entièrement la gestion de votre argent placé en assurance-vie : une société de gestion sélectionne les placements et réalise les achats/ventes à votre place, en fonction de votre profil et de vos objectifs.

Attention, pour la plupart des contrats, la gestion sous mandat est facturée en sus. Un pourcentage de frais de gestion supplémentaire est appliqué pour la gestion sous mandat.

Les frais

Les frais sont d’ailleurs une composante essentielle dans le choix de son contrat. Les écarts de frais de gestion sont une réalité et ne sont pas à prendre à la légère car, même un faible écart, sur plusieurs milliers ou dizaines de milliers d’euros et sur de nombreuses années peut s’avérer être un gouffre financier dont vous vous seriez bien passé. Mieux vaut supprimer les frais lorsque cela est possible (de nombreux contrats notamment Internet affichent des frais d’arbitrage et des frais de versement nuls). Sinon, négociez ces frais avec votre intermédiaire financier, notamment lors de versements importants !

Article rédigé par Louis Yang, rédacteur en chef de Café de la Bourse

Le média en ligne de référence pour les investisseurs particuliers qui propose des articles pédagogiques et pratiques pour optimiser ses investissements et gérer efficacement son patrimoine.