En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 854.03 PTS
+0.28 %
4 852.50
+0.31 %
SBF 120 PTS
3 871.50
+0.32 %
DAX PTS
11 095.55
+0.22 %
Dowjones PTS
24 575.62
+0.70 %
6 658.76
+0.00 %
1.136
-0.19 %

Un mur virtuel à la frontière Etats-Unis-Mexique plutôt que celui de Trump?

| AFP | 337 | 5 par 1 internautes
Murat Atalay, de la startup californienne Quanergy, présente sa technologie au CES 2019 de Las Vegas le 8 janvier 2019
Murat Atalay, de la startup californienne Quanergy, présente sa technologie au CES 2019 de Las Vegas le 8 janvier 2019 ( Robert LEVER / AFP )

La technologie viendra-t-elle au secours de la politique américaine? C'est ce qu'espèrent une poignée de startups, qui travaillent à un "mur" virtuel pour surveiller la frontière des Etats-Unis avec le Mexique, le long de laquelle Donald Trump veut à tout prix construire un mur à plusieurs milliards de dollars.

Au salon CES de Las Vegas, grand messe annuelle du monde de la tech, Quanergy est l'une d'elles. La société compte parmi les rares à travailler sur le "Lidar" --une technologie utilisée dans la conduite autonome-- comme outil de surveillance frontalière et donc de lutte contre l'immigration clandestine.

"Nous proposons une solution qui a davantage de capacités qu'un mur physique", affirme Louay Eldada, à la tête de la startup américaine, venue au CES montrer son système, testée à la frontière indo-pakistanaise et sur une petite portion de celle séparant les Etats-Unis du Mexique.

Moins coûteux et avec un impact environnemental moindre, un mur virtuel à base de radars, capteurs et caméras pourrait donc --théoriquement-- offrir une piste pour résoudre le bras de fer politique opposant le président américain aux parlementaires démocrates, qui refusent de débloquer des fonds pour ce qu'ils qualifient de solution "médiévale".

Pointage laser

Ce conflit entraîne depuis 19 jours un "shutdown" qui paralyse partiellement les administrations fédérales, faute d'accord sur le budget. Dans une allocution solennelle mardi soir, Donald Trump a insisté, réclamant 5,7 milliards de dollars pour construire une "barrière en acier", évoquant clandestins et trafic de drogue.

Grâce au Lidar --qui détecte la lumière et mesure les distances grâce à un pointage laser--, le système de Quanergy "peut voir jour et nuit, quelle que soit la météo, et peut automatiquement repérer les intrus et donner leur position GPS aux forces de l'ordre", vante Louay Eldada.

Coté prix, "on parle, nous, d’un milliard et demi de dollars pour toute la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique, ce qui est beaucoup moins que l’estimation la moins chère pour la construction d’un vrai mur, 5 milliards. On a même parlé de 30 milliards, de 70 milliards à un moment", poursuit le chef d'entreprise.

Autres atouts, selon ses promoteurs, une frontière virtuelle sur les près de 3.200 km qui séparent les Etats-Unis du Mexique reviendrait moins cher en termes de fonctionnement et ne viendrait pas balafrer le paysage, ni perturber l'écosystème.

Et donc, "pas besoin d'avoir des patrouilles qui circulent le long de la frontière", dit encore M. Eldada en montrant sur un écran des exemples de cartes et d'images en 3D de zones surveillées.

Le gouvernement américain a annulé un projet de clôture électronique il y a une dizaine d'années, le système étant jugé insuffisamment efficace.

C'est précisément le développement du Lidar et de l'intelligence artificielle qui permet aujourd'hui d'avoir un système qui marche, assure le patron de Quanergy, en particulier parce que le Lidar permet de "voir" loin.

Ainsi, "on peut voir comment se déplace une personne et déterminer si c'est un policier ou quelqu'un qui s'apprête à franchir la frontière illégalement", dit-il encore, tout en refusant de s'aventurer sur le terrain politique lorsqu'on l'interroge sur l'actualité.

Une autre startup américaine, Anduril, travaille elle aussi sur la surveillance des frontières, un sujet hautement sensible pour la Silicon Valley, qui penche traditionnellement plutôt coté démocrate et préfère en général rester en retrait, ou à tout le moins fort discrète, quant aux usages de ses technologies par les forces de l'ordre ou les gouvernements.

Google ou Amazon ont récemment été vivement critiqués pour leur collaboration avec les autorités militaires ou policières (drones, reconnaissance faciale...). Sous la pression, Google a même renoncé en octobre à concourir à un énorme contrat avec le ministère de la Défense américain.

Anduril, fondée par Palmer Luckey, le jeune fondateur d'Oculus, startup spécialisée dans la réalité virtuelle rachetée par Facebook en 2014, se définit elle-même comme une "entreprise de défense". La startup n'est pas exposante au CES mais M. Luckey a fait le déplacement à Las Vegas, a constaté une journaliste de l'AFP.

Interrogé, il a lui aussi refusé de s'exprimer sur l'actualité et les dernières déclaration de M. Trump.

Les pylônes d'Anduril pouvant être positionnés sur une frontière combinent radar, antennes de télécommunications et caméra, pour repérer des objets jusqu'à environ 3 km. Grâce à l'intelligence artificielle, le logiciel sait distinguer un humain d'une voiture, un animal d'une plante.

Il peut ensuite envoyer une alerte sur le smartphone d'un agent signalant une personne suspecte repérée à tel ou tel endroit.

Avec ces systèmes, reste à savoir ce qu'il adviendrait des quelques 20.000 agents américains de surveillance des frontières.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/01/2019

Capzanine, AXA France et AXA Investment Managers ont annoncé aujourd’hui entrer en discussions exclusives pour renforcer leur partenariat et permettre ainsi à Capzanine d’accélérer son…

Publié le 24/01/2019

Nexans gagne 3,36% à 25,24 euros après avoir annoncé un projet pour adapter son organisation et restructurer ses activités en Europe. « L ‘accent est placé sur l’efficacité opérationnelle…

Publié le 24/01/2019

Pernod Ricard a créé la fonction d'"administrateur référent". Ce poste a été confié à Patricia Barbizet. Le conseil d’administration du buméro deux mondial des vins et spiritueux estime en…

Publié le 24/01/2019

STMicroelectronics a réalisé au quatrième trimestre 2018 un résultat net de 418 millions de dollars, en hausse de 35,4%. La marge d'exploitation du groupe "dont les clients couvrent toute la gamme…

Publié le 24/01/2019

COMMUNIQUE DE PRESSE NEXANS ANNONCE UN PROJET POUR ADAPTER SON ORGANISATION ET RESTRUCTURER SES ACTIVITES EN EUROPE L'ACCENT EST PLACE SUR L'EFFICACITE OPERATIONNELLE…