En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 806.09 PTS
+0.42 %
4 804.50
+0.39 %
SBF 120 PTS
3 826.76
+0.45 %
DAX PTS
10 911.08
+0.18 %
Dowjones PTS
24 065.59
+0.00 %
6 669.64
+0.00 %
1.139
-0.07 %

Les voitures volantes, fantasme éternel ou réalité à portée de main ?

| AFP | 238 | Aucun vote sur cette news
Une reproduction numérique d'un prototype de voiture volante,
Une reproduction numérique d'un prototype de voiture volante, "SkyDrive", qui sera l'un des sujets de conversation au grand salon de l'électronique grand public à Las Vegas ( Handout / CARTIVATOR Resource Management/AFP/Archives )

Qui n'a jamais rêvé de survoler les embouteillages plutôt que d'être coincé dans sa voiture? Les voitures volantes, popularisées en particulier par le cinéma, appartiennent de moins en moins à la science-fiction: plusieurs startup y croient dur comme fer.

A l'instar de NFT, basée à Mountain View aux Etats-Unis, en plein cœur de la Silicon Valley et qui compte faire une certaine impression dans les allées du Consumer Electronics Show (CES), la grand-messe annuelle du secteur technologique du 8 au 11 janvier.

"Nous pensons que nous avons un concept gagnant qui va nous permettre de fabriquer la (Ford) T des voitures volantes, une version +low-cost+", explique le co-fondateur Guy Kaplinsky, faisant allusion à la voiture née en 1908, qui a inauguré la production à la chaîne et est considérée comme la première voiture abordable de l'Histoire.

50.000 dollars tout de même, anticipe M. Kaplinski. Mais à ce prix-là, promet-il, sa voiture pourra non seulement rouler (100 km), mais aussi décoller et atterrir à la verticale, et voler (500 km) sur pilote automatique.

Pour baisser les coûts, l'idée est de se concentrer sur la recherche plutôt que sur la fabrication: une équipe d'ingénieurs aéronautiques chevronnés travaille dans leurs locaux en Israël tandis que les patrons tentent de s'allier avec de gros constructeurs automobiles pour assembler les futurs modèles.

NFT conçoit le véhicule et les logiciels, aux constructeurs de permettre une production de masse.

"On a appris avec Tesla que (son patron) Elon Musk passe trop de temps sur le côté production", dit Guy Kaplinsky à propos du constructeur de voitures électriques haut de gamme qui a subi des retards de production en 2018 sur ses chaînes d'assemblage.

James Bond

Mais le rêve de Guy Kaplinsksi et de son épouse Maki doit faire face à celui de bien d'autres entreprises, qui elles aussi ambitionnent de faire de la voiture volante (rudimentaire) du méchant Scaramanga, dans le film de James Bond "L'Homme au Pistolet d'Or" (1974), une réalité.

Le constructeur très haut de gamme Aston Martin, fabricant de l'emblématique DB5 du célèbre agent secret, a d'ailleurs présenté un prototype de voiture volante l'été dernier. On est bien loin de la production de masse: son "Volante Vision Concept" pourrait coûter la bagatelle de 9 millions de dollars...

Le cofondateur de NFT Guy Kaplinsky qui doit présenter une voiturre volante au CES de Las Vegas
Le cofondateur de NFT Guy Kaplinsky qui doit présenter une voiturre volante au CES de Las Vegas ( Glenn CHAPMAN / AFP Photo )

Loin de ce concept ultra-luxe, des dizaines d'entreprises dans le monde travaillent sur des appareils hybrides capables de rouler dans le trafic et de s'en extraire par la voie des airs, avec l'ambition pour certaines de les rendre autonomes, sortes de drones pour transport de passagers.

La plateforme de réservation de voitures Uber, avec son initiative "Elevate", promet notamment de désengorger les transports urbains avec des taxis volants. En 2017, il avait indiqué viser 2020 pour le début des vols de démonstration à Los Angeles et 2023 pour le lancement des vols commerciaux accessibles par son application.

Le constructeur aéronautique européen Airbus a fait voler pour la première fois début 2018 son véhicule volant Vahana.

L'appareil "Flyer" conçu par la start-up Kitty Hawk, financée par le cofondateur de Google, Larry Page, est lui déjà disponible depuis juin en pré-commande mais il s'agit d'un "engin de loisirs" volant à 32 km/h maximum, pour une autonomie de 12 à 20 minutes.

Cartivator, un groupe de jeunes ingénieurs financièrement soutenu par le constructeur japonais Toyota, vise quant à lui un vol d'essai de son engin futuriste "SkyDrive" dès 2019.

L'objectif: allumer la flamme des jeux Olympiques de Tokyo en 2020. A plus long terme, ils espèrent pouvoir fabriquer leur véhicule en série à l'horizon 2027.

Un modèle réduit du modèle de Toyota est présenté au CES.

Mais, comme pour la voiture autonome, si la technologie existe déjà, il faudra encore patienter pour pouvoir emprunter ces engins car des obstacles restent à franchir, notamment réglementaires.

NFT espère un feu vert des autorités américaines pour son modèle fin 2024...

Plusieurs prototypes de voitures volantes ont déjà été dévoilé comme le
Plusieurs prototypes de voitures volantes ont déjà été dévoilé comme le "Pop.up next" de Audi, italdesign et Airbus ici au Salon auto de Genève en mars 2018 ( Fabrice COFFRINI / AFP/Archives )

Pour l'analyste Mike Ramsey, du cabinet Gartner, les véhicules volants autonomes sont bien en route mais ils ne bouleverseront pas la façon les déplacements de tout un chacun.

"A supposer que tout se passe bien" au niveau coûts, réglementation ou autonomie des batteries, on pourra difficilement avoir 500 personnes circulant en même temps au-dessus d'une ville dans leur voiture volante, relève M. Ramsey, qui anticipe surtout des applications bien spécifiques (secours médicaux, transport militaire, ou pour atteindre des zones reculées).

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/01/2019

  FLEURY MICHON SA au capital de 13 382 658.85 Euros - RCS la Roche sur Yon B 572 058 329         BILAN SEMESTRIEL DU CONTRAT DE LIQUIDITE  CONTRACTE…

Publié le 16/01/2019

Pierre et Vacances annonce l’acquisition de la start-up française RendezvousCheznous.com, une marketplace lancée en 2014, qui met en relation les vacanciers avec les hôtes locaux pour des…

Publié le 16/01/2019

Bank of America Merrill Lynch a réalisé au quatrième trimestre un bénéfice net de 7,3 milliards de dollars, en hausse de 204%. L'an dernier, la banque de Charlotte avait été pénalisée par la…

Publié le 16/01/2019

Reconnu pour la qualité de son offre et la richesse de son écosystème de partenaires Paris, le 16 janvier 2019 - Atos, leader international de la transformation digitale, a été…

Publié le 16/01/2019

Société Générale Corporate & Investment Banking (SG CIB) a annoncé la nomination de Peter McGahan au poste de Responsable Relations Clients et Banque d’Investissement pour le Royaume-Uni à…