En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 084.66 PTS
-0.63 %
5 084.50
-0.56 %
SBF 120 PTS
4 076.70
-0.66 %
DAX PTS
11 553.83
-0.31 %
Dowjones PTS
25 444.34
+0.26 %
7 107.23
-0.12 %
1.151
+0.00 %

En Thaïlande, pas de carte SIM sans laisser ses empreintes digitales

| AFP | 356 | Aucun vote sur cette news
Les usagers de cartes SIM pour téléphones mobiles devront montrer patte blanche à partir du mois prochain en Thaïlande et laisser leurs empreintes digitales
Les usagers de cartes SIM pour téléphones mobiles devront montrer patte blanche à partir du mois prochain en Thaïlande et laisser leurs empreintes digitales ( NICOLAS ASFOURI / AFP/Archives )

Les usagers de cartes SIM pour téléphones mobiles devront montrer patte blanche à partir du mois prochain en Thaïlande, pays tenu par une junte militaire: ils leur faudra désormais laisser leurs empreintes digitales.

Officiellement il s'agit de sécuriser les paiements effectués online via téléphones mobiles.

Des systèmes biométriques existent déjà pour l'achat de cartes SIM au Bangladesh, en Arabie saoudite et au Pakistan par exemple, mais pas en Chine.

"Nous entrons dans l'âge du digital, notre argent est désormais lié aux services liés aux mobiles. En faisant cela, nous allons améliorer la confiance dans les banques en ligne et les systèmes de paiement", a assuré lundi devant la presse Takorn Tantasith, secrétaire général de la Commission nationale des télécommunications.

"Certaines personnes utilisent de fausses identités pour enregistrer leurs cartes SIM, ce qui pose problème", a-t-il ajouté, assurant que les données collectées seraient protégées.

Le système doit entrer en vigueur le 15 décembre et suscite déjà des critiques sur les réseaux sociaux thaïlandais. La junte s'était déjà attiré en 2015 les critiques des internautes, inquiets d'un projet de "Grande muraille" de l'internet censurant, comme en Chine, ce rare espace de liberté.

Les citoyens thaïlandais auront a priori le choix entre laisser leurs empreintes digitales ou être photographiés - leur visage étant ensuite relié à un système de reconnaissance faciale. Les autorités vérifieront ensuite que ces informations correspondent bien au fichier national des cartes d'identité.

Le lancement de ce nouveau système coïncide avec la saison touristique en Thaïlande, qui accueille chaque année des millions de touristes étrangers. Ces derniers n'auront a priori qu'à se soumettre à la reconnaissance faciale (qui sera comparée à la photo de leur passeport à leur entrée dans le pays) pour acheter une carte SIM, sans laisser leurs empreintes.

En juin, les autorités ont lancé un projet-pilote pour tester le système dans le sud de la Thaïlande, en proie à une rébellion séparatiste musulmane utilisant des téléphones portables pour activer des bombes à distance.

"Les gens ont apprécié, surtout les responsables des forces de sécurité", a précisé mardi à l'AFP, sans ironie apparente, le secrétaire général de la Commission nationale des télécommunications Korkij Danchaivichit, interrogé par l'AFP.

Le manque de régulation du marché des cartes SIM en Thaïlande avait été souligné en juin quand la police avait arrêté trois Chinois ayant réussi à acheter près de 400.000 cartes SIM dans le cadre d'une entreprise de "fermes à clicks".

Ce marché, très porteur en Asie, consiste à monnayer auprès de personnalités ou entreprises des rafales de clicks "like" sur leurs réseaux sociaux, grâce à des armées d'employés équipés de simples téléphones parfois.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/10/2018

SOCIETE DE TAYNINH       Paris, le 19 octobre 2018     COMMUNIQUE DE PRESSE       INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE   3ème TRIMESTRE 2018       Chiffre…

Publié le 19/10/2018

Nanobiotix a annoncé la présentation des résultats positifs de son étude de phase II/III Act.in.sarc évaluant NBTXR3 sur des patients atteints de Sarcome des Tissus Mous (STM) localement avancé…

Publié le 19/10/2018

  CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL SUD RHONE ALPES SOCIETE COOPERATIVE A CAPITAL VARIABLE Au capital actuel de 69 949 310,00 euros Siège social : 12 Place de la résistance…

Publié le 19/10/2018

Getlink a été retenu pour la neuvième année consécutive, par Gaïa Rating, parmi 230 sociétés analysées pour intégrer le Gaïa Index composé des 70 meilleures valeurs françaises. La note…

Publié le 19/10/2018

    Paris, le 19 octobre 2018     CESSATION ET MISE EN OEUVRE D'UN CONTRAT DE LIQUIDITE   À compter du 22 octobre 2018 et pour une période d'un an renouvelable…