En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 909.45 PTS
+0.00 %
4 892.0
-0.19 %
SBF 120 PTS
3 901.62
+0.00 %
DAX PTS
10 929.43
-
Dowjones PTS
24 527.27
+0.64 %
6 763.96
+0.00 %
1.137
-0.01 %

Attaque sur les petits écrans: le boom des jeux vidéo sur mobile en Afrique

| AFP | 294 | Aucun vote sur cette news
Un joueur devant un jeu vidéo non encore commercialisé lors de la convention Africa Games Week, le 28 novembre au Cap, en Afrique du Sud
Un joueur devant un jeu vidéo non encore commercialisé lors de la convention Africa Games Week, le 28 novembre au Cap, en Afrique du Sud ( Rodger BOSCH / AFP )

L'action se passe dans les années 1950. Une armée d'humains anéantit une colonie d'extraterrestres. Les mains sur son téléphone, les yeux rivés sur son petit écran, le fabricant de jeux vidéo sud-africain Simon Spreckley s'amuse comme un fou avec sa nouvelle création conçue pour les mobiles.

"Le taux de pénétration du téléphone portable en Afrique est très élevé. Les gens possèdent souvent deux, voire trois téléphones. C'est la folie", estime le tout juste quadragénaire, vêtu d'un tee-shirt représentant "Brute", du nom de l'extraterrestre à quatre bras tout droit sorti de son dernier jeu, "Invasion Day".

Comme Simon Spreckley, de nombreux développeurs africains optent pour la création de jeux destinés aux téléphones et tablettes, et non aux consoles traditionnelles comme la PlayStation ou les ordinateurs fixes.

"L'Afrique a énormément de potentiel parce que c'est un continent essentiellement de mobiles", explique Sidick Bakayoko, 34 ans, fondateur de Paradise Game, qui regroupe des développeurs ivoiriens.

"On a fait ce bond technologique. Au lieu de passer par le PC, nous sommes allés directement au mobile", dit-il à l'AFP à l'occasion de la convention Africa Games Week, qui a réuni au Cap du 28 novembre au 2 décembre codeurs de jeux, développeurs, artistes et géants de l'industrie.

"Aujourd'hui, il est très facile de se payer un téléphone mobile grâce à un certain nombre de smartphones à bas prix", assure Sidick Bakayoko, alors que des mordus de jeux vidéo testent à côté de lui de nouvelles créations.

Le nombre croissant de jeux africains pour les appareils mobiles s'explique aussi par l'explosion des moyens bancaires sur portable, comme Mpesa au Kenya, un système de transfert d'argent via téléphone mobile.

Sidick Bakayoko, fondateur de Paradise Games qui regroupe des développeurs ivoiriens, à la convention Africa Games Week, le 28 novembre au Cap, en Afrique du Sud
Sidick Bakayoko, fondateur de Paradise Games qui regroupe des développeurs ivoiriens, à la convention Africa Games Week, le 28 novembre au Cap, en Afrique du Sud ( Rodger BOSCH / AFP )

"En Afrique, beaucoup de gens n'ont pas de carte bancaire, mais il existe des solutions de paiement électronique grâce aux télécommunications", qui permettent d'acheter des jeux vidéo en ligne, poursuit Sidick Bakayoko.

"Il y a effectivement un potentiel au niveau des jeux mobiles et du paiement électronique. Ca marche très bien au Kenya par exemple (...) Il n'y a pas de raison pour que le reste de l'Afrique ne puisse pas prendre le train en marche."

Gros potentiel

Autre avantage des jeux sur portable, ils ne sont pas trop gourmands en data, alors que l'internet peut être cher et lent dans certaines régions du continent.

"Au Nigeria, il y a même des jeux pré-téléchargés sur les téléphones parce que le data est très cher", explique Evan Greenwood, directeur du principal studio de jeux vidéo en Afrique du Sud, Free Lives.

"Le potentiel est là (en Afrique) mais le data doit être plus accessible", insiste-t-il. Et évidemment "il faut fabriquer de bons jeux".

Pour attirer les passionnés, "Invasion Day" sera gratuit à télécharger mais les joueurs pourront acheter des mises à jour.

Evan Greenwood, directeur de Free Lives Games, le principal studio de jeux vidéos en Afrique du Sud, à la convention Africa Games Week, le 28 novembre au Cap
Evan Greenwood, directeur de Free Lives Games, le principal studio de jeux vidéos en Afrique du Sud, à la convention Africa Games Week, le 28 novembre au Cap ( Rodger BOSCH / AFP )

Dans ce contexte, nombre de développeurs africains rencontrent des difficultés à transformer leurs créations en monnaie sonnante et trébuchante.

"Point Point", création ivoirienne basée sur un jeu d'enfants traditionnel sur papier, et "Gazkar" de Madagascar, qui met en scène la mythique 2CV, sont populaires parmi les joueurs, mais ils ne sont toujours pas rentables.

La récente décision en juin de Google de monétiser, et non plus de proposer en téléchargements gratuits sur son" play store", des jeux de différents pays africains dont le Nigeria, le Zimbabwe, l'Afrique du Sud et la Tanzanie pourrait cependant changer la donne.

"Invasion Day", créé par une équipe de huit personnes travaillant pour VSUS, un développeur basé au Cap, devrait être lancé en 2019 sur cette plateforme et probablement l'App Store d'Apple.

Le marché est prometteur, selon le géant de l'audit PwC, qui estimait en 2017 que "les revenus des jeux de consoles et de PC allaient perdre des parts de marché au profit des jeux" proposés sur des appareils mobiles.

L'industrie du jeu vidéo en Afrique, qui représente actuellement 310 millions de dollars par an, pourrait peser 642 millions de dollars d'ici à 2021, selon la même source.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2018

Rueil-Malmaison, le 13 décembre 2018     Eurovia devient l'un des leaders des travaux routiers sur la côte Est des Etats-Unis Finalisation de l'acquisition de…

Publié le 13/12/2018

Sercel Remporte un Contrat Majeur pour un Système d'Acquisition Terrestre 508XT de 100 000 Canaux     Paris, France - le 13 décembre 2018   CGG annonce ce jour…

Publié le 13/12/2018

Communiqué de presse Paris La Défense, le 13 décembre 2018 Nombre total de droits de vote et d'actions composant le capital au 30 novembre 2018 (articles L. 233-8 (II) du…

Publié le 13/12/2018

Pixium Vision lauréat du Prix Galien 2018 pour PRIMA dans la recherche sur la DMLA sèche   Paris, France - 13 décembre 2018 - 7h00 CET - Pixium Vision (FR0011950641 - PIX),…

Publié le 13/12/2018

Avec ce partenariat technologique, Plastic Omnium renforce sa stratégie d'innovation...