Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 727.25 PTS
-0.4 %
6 725.5
-0.44 %
SBF 120 PTS
5 160.40
-0.36 %
DAX PTS
14 462.84
-0.19 %
Dow Jones PTS
34 395.01
-0.56 %
12 041.89
+0.1 %
1.046
-0.59 %

Walt Disney veut maîtriser les dépenses de Disney+

| Boursier | 396 | Aucun vote sur cette news

Walt Disney aurait mis en place une 'taskforce' destinée à maîtriser la structure de coûts de son service de streaming Disney+, avec au programme un...

Walt Disney veut maîtriser les dépenses de Disney+
Credits UzirePictures

Walt Disney aurait mis en place une 'taskforce' destinée à maîtriser la structure de coûts de son service de streaming Disney+, avec au programme un gel ciblé des embauches, selon un message interne dont Yahoo Finance a pris connaissance. Bob Chapek, le CEO de Disney, aurait informé les dirigeants de la division streaming du groupe vendredi de l'établissement de cette 'taskforce', qui doit permettre à Disney+ d'atteindre ses objectifs de rentabilité. Le groupe de travail comprend Chapek, la directrice financière de Disney Christine McCarthy et le conseiller général Horacio Gutierrez. Ils prendront les grandes décisions nécessaires à l'atteinte des objectifs.

"Alors que nous commençons l'exercice 2023, je souhaite communiquer directement avec vous au sujet des efforts de gestion des coûts que Christine McCarthy et moi avons mentionnés lors de la présentation des résultats", a indiqué Chapek. "Ces efforts nous aideront à atteindre l'objectif important de rentabilité pour Disney+ au cours de l'exercice 2024 et à faire de nous une entreprise plus efficace et plus agile dans l'ensemble. Ce travail se déroule dans un contexte d'incertitude économique auquel toutes les entreprises et notre industrie sont confrontées". Dans le cadre de cette revue, Chapek précise que Disney envisage bien certaines réductions d'effectifs. La taskforce aurait déjà conduit une revue rigoureuse des dépenses marketing et de contenus de la compagnie. Les recrutements seront limités, avec des gels ciblés et d'éventuels licenciements, à en croire Yahoo Finance.

Le titre du géant américain du divertissement décrochait la semaine dernière, au plus bas de 8 ans, suite à sa publication financière trimestrielle. Pour le troisième trimestre, le groupe a raté le consensus de profit. En outre, le service de streaming Disney+ poursuit ses gains d'abonnés, mais au prix d'une perte creusée. Bob Chapek affirme que les pertes opérationnelles DTC devraient se réduire à l'avenir et que Disney+ devrait atteindre la rentabilité sur l'exercice 2024.

En attendant, les dépenses de Disney pour le développement de sa plateforme de streaming plombent les résultats. Certes, le service a récupéré 14,6 millions d'abonnés durant le quatrième trimestre fiscal du groupe, mais cette croissance s'est opérée à un prix important. Le bénéfice opérationnel de Disney sur le segment médias et divertissement a plongé de 91% à 83 millions de dollars. Disney a terminé l'exercice fiscal avec les ventes les plus élevées de son histoire et une croissance au plus haut depuis 1996, mais les revenus du seul quatrième trimestre ont manqué le consensus. Pour l'exercice entamé, la direction financière de Disney table sur une croissance inférieure à 10%.

Le bénéfice net consolidé du quatrième trimestre fiscal s'est établi à 162 millions de dollars soit 9 cents par action, pour des revenus de 20,15 milliards de dollars à comparer aux 18,53 milliards de l'an dernier. Les revenus sont toutefois inférieurs de plus d'un milliard de dollars au consensus ! Le bénéfice ajusté par action a été de 30 cents, contre un consensus de marché de... 56 cents selon FactSet et un niveau de 37 cents un an plus tôt.

Les résultats ressortent donc assez catastrophiques, après la croissance ultra-rapide de Disney+ en seulement trois ans au prix d'un lourd investissement. Les dirigeants de Disney ont blâmé un certain nombre de facteurs, notamment la baisse des ventes de contenus avec un moins grand nombre de films en salle, une sous-performance des divisions parcs et médias, ainsi que la saisonnalité du quatrième trimestre fiscal, qui tend à être le plus faible en termes de marges.

Pour l'exercice complet, Disney a enregistré des ventes record de 82,72 milliards de dollars en croissance de 22%, la plus forte croissance annuelle des ventes pour Disney depuis l'exercice 1996. Le bénéfice est passé à 3,19 milliards de dollars contre 2,02 milliards de dollars l'année précédente, mais est loin d'être proche des bénéfices de Disney avant la pandémie.

Christine McCarthy, directrice financière du groupe, a suggéré que la croissance des revenus et des bénéfices ralentirait pour atteindre un rythme à un chiffre seulement sur l'exercice en cours, manquant les attentes de Wall Street. La projection moyenne des revenus des analystes pour Disney sur le nouvel exercice suggérait une croissance des revenus d'environ 13,9% et une croissance du résultat d'exploitation d'environ 17,4%, selon FactSet. "Nous nous attendons actuellement à ce que le chiffre d'affaires total de l'entreprise pour l'exercice 2023 et le résultat d'exploitation augmentent tous les deux sur un rythme élevé à un chiffre par rapport à l'exercice 2022", a déclaré McCarthy, décevant plus encore les opérateurs.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Bourse Direct vous souhaite la bienvenue
et vous offre vos frais de courtage*

Découvrir l'offre

Valable jusqu'au 03 janvier
*Voir conditions

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 02/12/2022

AMC Networks, groupe américain de médias à l'origine notamment de la série 'The Walking Dead', prévoit de comptabiliser une charge de restructuration...

Publié le 02/12/2022

Blackstone perd encore un peu de terrain avant bourse à Wall Street ce vendredi, après une correction de 7,1% hier soir...

Publié le 02/12/2022

Zscaler, le groupe californien de sécurité cloud, retombe de 8% avant bourse à Wall Street, sur une guidance jugée un peu trop prudente, le groupe...

Publié le 02/12/2022

Ulta Beauty, un spécialiste américain de la distribution de produits de beauté, a annoncé hier soir des comptes trimestriels plutôt résistants, avec...

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 02/12/2022

Les fournisseurs automobiles (équipementiers et fabricants de pneumatiques) affichent en 2022 des volumes de production inférieurs aux niveaux d’avant crise, qui ne devraient pas être retrouvés…

Publié le 02/12/2022

Stellantis annonce s'associer à Qinomic, spécialiste français de la mobilité, pour développer une solution de "rétrofit" destinée à convertir des...

Publié le 02/12/2022

En présence d'Eric Lombard, directeur général du groupe Caisse des Dépôts, de Michel Yahiel, directeur des politiques sociales de la Caisse des...

Publié le 02/12/2022

Les Actionnaires de la Société des Bains de Mer se sont réunis ce vendredi 2 décembre au Sporting Monte-Carlo en Assemblée Générale Ordinaire...

Publié le 02/12/2022

Un petit dossier attractif...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne

WEBINAIRES

Le PER, un allié pour votre retraite ?

Mardi 06 décembre
de 15h30 à 16h30


M'INSCRIRE GRATUITEMENT