Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 622.96 PTS
+0.1 %
5 616.50
+0.08 %
SBF 120 PTS
4 464.01
+0.08 %
DAX PTS
13 899.00
+0.37 %
Dow Jones PTS
30 814.26
-0.57 %
12 803.93
+0. %
1.213
+0.43 %

Wall Street remonte, le pétrole aussi...

| Boursier | 405 | Aucun vote sur cette news

Wall Street regagne du terrain pour cette dernière séance (complète) avant le week-end prolongé de Noël...

Wall Street remonte, le pétrole aussi...
Credits Reuters

Wall Street regagne du terrain pour cette dernière séance (complète) avant le week-end prolongé de Noël. Le Dow Jones reprend actuellement 0,80% à 30.260 points. L'indice large S&P 500 avance de 0,60% à 3.710 pts, tandis que l'indice Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, s'adjuge 0,15% à 12.825 pts.

Après des mois de négociations, Bruxelles et Londres seraient enfin parvenus à un compromis pour déterminer leurs relations après-Brexit... Une annonce officielle pourrait intervenir dans les prochaines heures. De quoi faire passer au second plan l'énième coup d'éclat de Donald Trump qui a menacé mardi de ne pas ratifier le plan de relance de 892 milliards de dollars adopté la veille par le Congrès, jugeant "ridiculement basses" les aides aux particuliers qu'il prévoit...

ECO ET DEVISES

Sur le front sanitaire, après les inquiétudes du début de semaine liées à la découverte en Angleterre d'un nouveau variant du SARS-CoV-2 potentiellement très contagieux, le ton est désormais un peu moins alarmant après les commentaires des grands laboratoires et de l'OMS. La réouverture partielle et sous conditions des liaisons entre la France et le Royaume-Uni tend d'ailleurs quelque peu à rassurer même si les derniers chiffres de décès en provenance de Grande-Bretagne restent sur des niveaux records...

Avant la coupure de Noël (une simple demi-séance aura lieu demain à Paris comme à New York), une batterie d'indicateurs était au programme outre-Atlantique. Des statistiques mi-figue mi-raisin avec, malgré tout, de bonnes données sur l'emploi. Les inscriptions au chômage ont en effet davantage reculé que prévu la semaine passée aux Etats-Unis. Le Département américain au Travail a annoncé, pour la semaine close au 19 décembre, que les inscriptions au chômage ont atteint 803.000, en repli de 89.000 par rapport à la lecture révisée de la semaine antérieure de 892.000. Elles ressortent nettement moins élevées qu'attendu puisque le consensus était positionné à 880.000.
La moyenne à quatre semaines s'établit à 818.250, en hausse de 4.000. Enfin, le nombre de chômeurs indemnisés sur la semaine close le 12 décembre atteint 5,337 millions, en baisse de 170.000 sur sept jours (5,558 millions de consensus). Avant que le coronavirus ne mette à l'arrêt la majeure partie de l'économie américaine, le précédent record datait de 1982 avec 695.000 demandes hebdomadaires.

Les commandes de biens durables ont augmenté de 0,9% en novembre en comparaison du mois antérieur, contre un consensus de +0,6% et après un gain de 1,8% un mois plus tôt. Hors transport, les commandes se sont améliorées de 0,4%, contre un consensus de +0,5% et après une hausse de 1,9% sur le mois précédent.
Les revenus personnels des ménages américains ont reculé de 1,1% en novembre en comparaison du mois antérieur, contre -0,3% de consensus. Les revenus avaient baissé de 0,6% le mois précédent. Selon le rapport gouvernemental américain, les dépenses personnelles de consommation ont de leur côté diminué de 0,4% contre -0,2% de consensus. L'indice ajusté des prix 'core PCE' est resté stable contre une hausse de 0,1% attendue. Sur un an, il affiche une progression de 1%.
L'indice final du sentiment des consommateurs américains de l'Université du Michigan pour le mois de décembre s'établit à 80,7 contre 81,4 en première estimation, et 81,1 de consensus de place. La lecture du mois précédent a été confirmée à 76,9. L'indice relatif aux conditions actuelles progresse de 87 à 90 alors que celui des attentes grimpe de 70,5 à 74,6.
D'après le Département au Commerce américain, les ventes de logements neufs aux États-Unis pour le mois de novembre ont reculé de 11% à 881.000, contre 995.000 de consensus de place et 945.000 pour la lecture révisée du mois antérieur. Le prix de vente médian affiche une hausse de 2,2% sur un an à 335.300$.

Après deux jours de baisse, les cours du brut remontent nettement avec un WTI qui gagne 2% à plus de 48$, malgré l'annonce d'une baisse moins prononcée que prévu des stocks de brut aux Etats-Unis la semaine passée. D'après le Département à l'Energie, les stocks domestiques de pétrole pour la semaine close le 18 décembre ont ainsi reculé de 0,6 million de barils à 499,5 mb, alors que le consensus tablait sur un repli de 3 millions de barils. Les réserves d'essence ont reculé de 1,1 million de barils (contre une hausse de 0,8 mb anticipée par le marché), alors que les stocks de produits distillés ont diminué de 2,3 mb par rapport à la précédente semaine, contre une baisse de 1,5 mb attendue. Le brent retrouve les 51$.
Enfin, l'euro reste sous les 1,22/$ à 1,2180/$.

VALEURS A SUIVRE

Pfizer (+2%) va fournir 100 millions de doses supplémentaires de son vaccin contre le Covid-19 aux Etats-Unis d'ici juillet prochain. Le laboratoire livrera ainsi au total 200 millions de doses à la première économie mondiale, ce qui permettra de vacciner 100 millions de personnes. Pfizer et son partenaire allemand BioNTech SE livreront au moins 70 millions de doses d'ici le 30 juin, le solde devant être livré au plus tard le 31 juillet, a précisé le laboratoire. Le gouvernement américain paiera 1,95 milliard de dollars pour les 100 millions de doses supplémentaires, ce qui portera le total versé à Pfizer à près de 4 Mds$.

Tesla (+1,1%). Les ambitions d'Apple (stable) en matière de voitures autonomes se précisent et délient la langue d'Elon Musk... Le patron de Tesla a déclaré mardi qu'il avait pris contact avec le directeur général d'Apple, Tim Cook, "lors des plus sombres jours du programme Model 3". La Model 3, une berline haut de gamme, a été développée à partir de 2014 et lancée en 2016 par le constructeur de voitures électriques. Elon Musk voulait à l'époque discuter de la possibilité d'un rachat de Tesla par le groupe à la pomme, pour "un dixième de sa valeur actuelle", explique-t-il dans une réponse à un autre utilisateur sur le réseau social Twitter. Cela représentait à l'époque une valeur de 60 milliards de dollars. "Il a refusé de me rencontrer", a ajouté le milliardaire, toujours très actif sur Twitter. Apple progresse dans la technologie de conduite autonome et se fixe pour objectif de produire dès 2024 une voiture de tourisme susceptible d'être équipée de sa propre technologie de batterie électrique.

La Formule 1 bientôt sur Amazon (-0,4%) ? Selon le 'Financial Times', le géant américain est en pourparlers avec le groupe qui gère les courses automobiles les plus suivies au monde afin de diffuser sur sa plateforme plusieurs Grand Prix. "Ils sont un partenaire potentiel incroyablement important et une opportunité pour nous de développer et de faire croître notre activité", a déclaré au FT Chase Carey, le patron de la F1.

Walmart (-0,5%). Le département américain de la Justice a porté plainte mardi contre le géant des supermarchés, l'accusant d'avoir entretenu la crise des opioïdes aux Etats-Unis en acceptant des milliers d'ordonnances non valables malgré les mises en garde de ses pharmaciens...

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/01/2021

Tendance hésitante à la mi-journée à la Bourse de Paris ! Les investisseurs restent très focalisés sur les actualités du côté des valeurs depuis ce matin en attendant l’audition de Janet…

Publié le 19/01/2021

La cote américaine est attendue en hausse avant bourse ce mardi

Publié le 19/01/2021

Bank of America a annoncé avoir autorisé le rachat de 2,9 milliards de dollars de ses propres titres...

Publié le 19/01/2021

Deuxième séance de cotations et deuxième séance de forte hausse pour Stellantis qui s'adjuge 5% à 14,1 euros en matinée sur la place parisienne...

Publié le 19/01/2021

AXA a annoncé l’extension de sa stratégie de smart working à l’ensemble de ses entités dans le monde. Cette stratégie vise à développer une organisation du travail hybride, qui combine…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne