Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 821.71 PTS
+0.41 %
5 827.00
+0.57 %
SBF 120 PTS
4 609.47
+0.61 %
DAX PTS
13 993.53
+0.13 %
Dow Jones PTS
31 961.86
+1.35 %
13 302.19
+0. %
1.223
+0.53 %

GameStop : encore +68%, la SEC lance un avertissement !

| Boursier | 411 | Aucun vote sur cette news

Le gendarme de la Bourse US dit veiller à ce que les entités réglementées respectent leurs obligations de protéger les investisseurs.

GameStop : encore +68%, la SEC lance un avertissement !
Credits Reuters

Le gendarme de la Bourse américaine, la SEC, a lancé vendredi un avertissement sur la bataille boursière autour de GameStop, cette chaîne américaine de magasins de jeux vidéo, dont la valeur a été multipliée par 16 depuis le début de l'année à Wall Street, sous l'effet d'une vague spéculative sans précédent.

Une bataille épique a ainsi éclaté depuis une semaine entre des millions de petits porteurs actifs sur les réseaux sociaux boursiers et des "hedge funds" vendeurs à découvert, entraînant des questions sur de possibles manipulations de cours, ainsi que des craintes pour l'équilibre général des marchés.

La Securities and Exchange Commission a déclaré vendredi travailler étroitement avec d'autres autorités de régulation et les Bourses "pour veiller à ce que les entités réglementées respectent leurs obligations de protéger les investisseurs et d'identifier et de poursuivre les éventuels actes répréhensibles".

"Protéger les petits investisseurs"

"La Commission examinera de près les mesures prises par les entités réglementées qui pourraient désavantager les investisseurs ou entraver indûment leur capacité à négocier certaines valeurs", a-t-elle ajouté. La confrontation entre les petits porteurs et les professionnels des ventes à découvert a également attiré l'attention des élus du Congrès américain, de la Maison Blanche et du Procureur général de l'Etat de New York.

"Nous agirons pour protéger les petits investisseurs lorsque les faits démontrent une activité boursière abusive ou manipulatrice qui est interdite par les lois fédérales sur les valeurs mobilières", a précisé la commission.

Jeudi, face à la frénésie spéculative, plusieurs courtiers en ligne, notamment Robinhood, une application mobile très populaire, avaient limité, voire bloqué temporairement les transactions des "day traders" sur leurs plateformes, entraînant une vague de protestations.

GameStop passe de 20$ à 325$ en un mois !

Depuis quelques jours, une bataille boursière épique oppose des petits investisseurs et des fonds spéculatifs qui détiennent des positions de vente à découvert ("short") sur un certain nombre de valeurs, dont GameStop, mais aussi AMC Entertainment (+53,6% vendredi), ou encore Bed Bath & Beyond (+5%) ou Koss (+52%). Même l'argent a profité du mouvement, le métal bondissant de 6% en deux séances sur le marché à terme Comex.

Vendredi, GameStop est reparti en hausse de 67,8%, terminant à 325$ après une chute de 43% la veille. Sur la semaine, le titre été multiplié par près de 5, et fin 2020, il valait moins de 20$... Les analystes financiers estiment de leur côté que le titre vaut... 12$, compte-tenu des pertes récurrentes et d'un business model bouleversé par les jeux vidéo en streaming.

Réunis sur des forum tels que Wallstreetbets sur le réseau social Reddit, les "day traders" américains ont acheté massivement et ont fait flamber les valeurs les plus vendues à découvert de la cote. Ils ont ainsi 'squeezé' (ou "coincé") les fonds spéculatifs qui jouaient la baisse. Ils ont été obligés de se racheter en panique, encaissant de lourdes pertes, estimées à plusieurs milliards de dollars sur le seul titre GameStop.

Le spectre de ventes forcées qui ferait plonger Wall Street

Le bras de fer commence à inquiéter les investisseurs, et a contribué à la correction boursière cette semaine à Wall Street. En effet, le "short squeeze" est un phénomène connu depuis longtemps en Bourse, mais il ne dure généralement que très peu de temps. Cette fois, les réseaux sociaux et l'arrivée d'une nouvelle génération de petits porteurs (13 millions chez le courtier sur mobile Robinhood) contribuent à le pérenniser, au risque de déséquilibrer les marchés.

Les experts craignent désormais que les fonds spéculatifs pris à revers ne soient contraints de vendre certaines de leurs actions les plus performantes, notamment Apple, pour couvrir des milliards de dollars de pertes.

Ces ventes forcées, si elles se poursuivaient pourraient déclencher une correction boursière en bonne et due forme, d'autant que certaines valeurs, notamment les technologiques, évoluent actuellement sur des valorisations historiquement élevées.

Les courtiers en ligne accusés d'avoir bloqué les transactions

Les petits porteurs ont passé leurs ordres via des courtiers en ligne, en particulier Robinhood, une application mobile de transactions boursières, qui ne prélève pas de frais de transaction et a particulièrement séduit les jeunes boursicoteurs, surtout depuis la crise sanitaire et le confinement, qui ont attiré les investisseurs particuliers vers la Bourse.

Jeudi, face à la frénésie spéculative, plusieurs brokers ont limité, voire bloqué, les transaction sur leurs plateformes, notamment Robinhood (une appli gratuite très populaire) mais aussi Schwab et TD Ameritrade. Ces blocages ont provoqué la colère des petits porteurs, et l'ensemble de ce phénomène inédit a attiré l'attention de la SEC, ainsi que membres du Congrès et même de la Maison Blanche...

Vendredi, les brokers ont levé en partie leurs restrictions d'achat, ce qui a entraîné une nouvelle vague haussière sur Gamestop et AMC. La plateforme Robinhood, mise en difficulté par des appels de marge, a fait appel en urgence à ses actionnaires (des fonds d'investissement), qui ont accepter d'injecter 1 milliard de dollars en capitaux frais dans la start up.

Robinhood envisage de s'introduire en Bourse cette année, mais fait désormais l'objet d'une surveillance réglementaire accrue, et d'une "class action" de ses clients frustrés par le blocage de leurs comptes.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 25/02/2021

Veolia, qui a renoué avec la croissance organique au quatrième trimestre, et anticipe une "forte croissance" de ses résultats en 2021 s'adjuge 1,8% à...

Publié le 25/02/2021

A l'épreuve du temps

Publié le 25/02/2021

Safran accuse la plus forte baisse du CAC 40 ce matin, avec un repli de 2,77% à 117,65 euros. Les investisseurs sanctionnent des résultats 2020 fortement dégradés par l’immobilisation du Boeing…

Publié le 25/02/2021

SES flanche de 4,58% à 6,588 euros, se trouvant ainsi relégué dans les profondeurs du SBF 120, l’opérateur de satellites ayant eu le malheur de prévoir une baisse de ses résultats en 2021.…

Publié le 25/02/2021

Juste prix...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne