En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 084.66 PTS
-0.63 %
5 084.50
-0.56 %
SBF 120 PTS
4 076.70
-0.66 %
DAX PTS
11 553.83
-0.31 %
Dowjones PTS
25 444.34
+0.26 %
7 107.23
-0.12 %
1.151
+0.00 %

Elon Musk vient peut-être de sauver Tesla

| Boursier | 483 | Aucun vote sur cette news

En acceptant un accord avec le gendarme financier américain

Elon Musk vient peut-être de sauver Tesla
Credits Reuters

Tesla gagne un peu de terrain avant bourse ce lundi à Wall Street à 266$, après avoir dévissé vendredi de 13,9% en clôture à l'annonce de l'annonce de poursuites de la Securities & Exchange Commission américaine (SEC). Le gendarme de la bourse américaine, qui accusait de fraude le CEO du groupe, Elon Musk, et voulait l'empêcher d'exercer en tant que dirigeant ou administrateur d'une société cotée, a néanmoins annoncé durant le week-end un accord avec Musk !

Accord salvateur

Tesla et Musk vont verser une amende de 20 millions de dollars chacun. Par ailleurs, le dirigeant et fondateur du constructeur californien de voitures électriques va quitter ses fonctions de président du conseil d'administration, mais conserver la direction opérationnelle en tant que directeur général (CEO), a précisé la Securities and Exchange Commission. L'accord dévoilé samedi, deux jours seulement après l'annonce des poursuites contre Musk, est une réelle bonne nouvelle pour Tesla. Elle permet au groupe de repartir de l'avant sans craindre un départ de Musk. De plus, le montant des amendes est tel qu'il ne déstabilise pas financièrement les intéressés, mais leur servira (peut-être) de leçon. Musk doit abandonner ses fonctions de président du conseil dans un délai de 45 jours. Il ne pourra être réélu pendant trois ans. Tesla devra par ailleurs nommer deux administrateurs indépendants au conseil d'administration, ce qui est une très bonne nouvelle du point de vue de la gouvernance pour Tesla. Ni Musk, ni son groupe, n'ont eu à reconnaître de culpabilité.

Pour quelques tweets de trop

L'affaire est en lien direct avec le fameux tweet du 7 août d'Elon Musk, directeur général de Tesla, qui avait alors surpris en fin de séance - pendant les horaires de cotation -, en dévoilant un supposé projet de sortie de la cote de son groupe à 420$ par action.

La Securities and Exchange Commission accusait ainsi le CEO de Tesla d'avoir fraudé et trompé les investisseurs en tweetant à propos de cette sortie de la bourse. La SEC jugeait que Musk avait affirmé de manière erronée qu'il pouvait sortir Tesla de la cote à un prix reflétant une prime substantielle sur les cours alors cotés. L'affirmation du patron de Tesla concernant le financement garanti du 'deal' potentiel était également fausse, selon la SEC. De même, Musk ne pouvait assurer que la seule contingence était le vote des actionnaires, précise le gendarme de marché. Le procès visait à obtenir une injonction afin que Musk rétrocède les gains indus éventuels, paye des amendes et soit interdit de gestion en tant que dirigeant ou administrateur d'une entreprise cotée. Musk s'en sort donc finalement très bien avec cet accord rapidement scellé.

"Le 7 août 2018, Musk a tweeté à ses 22 millions de followers sur Twitter qu'il pouvait sortir Tesla de la cote à 420 dollars par action (une prime substantielle par rapport à son cours à ce moment-là), que le financement de la transaction était garanti et que la seule incertitude était un vote des actionnaires", rappelait la SEC jeudi, qui jugeait qu'en vérité, Musk n'avait pas discuté de conditions de transaction spécifiques avec des partenaires financiers potentiels, et qu'il savait que la transaction potentielle était incertaine et sujette à de nombreuses conditions. Selon la plainte initiale de la SEC, les tweets de Musk avaient fait grimper de plus de 6% le cours de l'action de Tesla le 7 août, entraînant une perturbation significative du marché... Le titre avait d'ailleurs été brièvement suspendu le temps qu'un communiqué soit publié, reprenant les termes des 'tweets' de Musk en les détaillant.

"Cette action injustifiée de la SEC me laisse profondément attristé et déçu", avait déploré Musk dans un communiqué jeudi soir, avant que n'intervienne l'accord. "J'ai toujours agi dans le meilleur intérêt de la vérité, de la transparence et des investisseurs. L'intégrité est la valeur la plus importante de ma vie et les faits montreront que je n'ai jamais compromis cela", s'était défendu le patron le plus médiatique de Wall Street. Selon plusieurs médias anglo-saxons, Musk avait d'ailleurs initialement refusé de conclure un accord avec la SEC, dont les termes ressemblent tout de même étrangement à ceux finalement acceptés.

La SEC écrivait dans sa plainte initiale que les déclarations de Musk datant du 7 août "avaient donné l'impression trompeuse que certains termes d'une transaction visant à sortir Tesla de la cote avaient été fixés alors qu'ils n'avaient même pas été explorés, et qu'ils étaient dans certains cas, irréalisables".

Tesla s'en sort 'mieux que bien'

L'accord conclu lève l'incertitude concernant la présence de Musk - opérationnelle au moins - à la tête du groupe, et résout les problèmes de gouvernance pointés du doigt par plusieurs analystes et investisseurs. Il va permettre au groupe se se concentrer à court terme sur son activité concrète et ses livraisons. Selon un message interne de Musk, relayé notamment par le 'Telegraph' britannique, le dirigeant de Tesla aurait par ailleurs affirmé que son groupe était "très proche" de la rentabilité. Les actionnaires de Tesla devraient donc respirer un grand coup aujourd'hui.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/10/2018

SOCIETE DE TAYNINH       Paris, le 19 octobre 2018     COMMUNIQUE DE PRESSE       INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE   3ème TRIMESTRE 2018       Chiffre…

Publié le 19/10/2018

Nanobiotix a annoncé la présentation des résultats positifs de son étude de phase II/III Act.in.sarc évaluant NBTXR3 sur des patients atteints de Sarcome des Tissus Mous (STM) localement avancé…

Publié le 19/10/2018

  CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL SUD RHONE ALPES SOCIETE COOPERATIVE A CAPITAL VARIABLE Au capital actuel de 69 949 310,00 euros Siège social : 12 Place de la résistance…

Publié le 19/10/2018

Getlink a été retenu pour la neuvième année consécutive, par Gaïa Rating, parmi 230 sociétés analysées pour intégrer le Gaïa Index composé des 70 meilleures valeurs françaises. La note…

Publié le 19/10/2018

    Paris, le 19 octobre 2018     CESSATION ET MISE EN OEUVRE D'UN CONTRAT DE LIQUIDITE   À compter du 22 octobre 2018 et pour une période d'un an renouvelable…