En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 309.90 PTS
-3.38 %
5 334.50
-2.89 %
SBF 120 PTS
4 215.94
-3.37 %
DAX PTS
11 890.35
-3.86 %
Dow Jones PTS
25 409.36
-1.39 %
8 461.83
+0.3 %

Coronavirus : les pharmaceutiques et biotechs qui en profitent

| Boursier | 1741 | Aucun vote sur cette news

Les cours de Bourse des groupes pharmaceutiques impliqués dans la recherche de traitements contre le coronavirus chinois ont progressé ces derniers jours.

Coronavirus : les pharmaceutiques et biotechs qui en profitent

Les cours de Bourse des groupes pharmaceutiques impliqués dans la recherche de traitements contre le coronavirus chinois ont progressé ces derniers jours, dans l'espoir de retombées positives pour ces compagnies en cas de succès.

Ainsi, les groupes américains Gilead Sciences, Abbvie et Regeneron ont grimpé lundi et mardi à Wall Street, dans l'espoir que leurs traitements antiviraux seront efficaces contre le coronavirus chinois 2019-nCoV, qui a fait jusqu'ici 427 morts et affecté plus de 20.000 personnes depuis le mois de décembre.

Le titre de Gilead Sciences gagne mardi 1,8% en séance (après +5% lundi), le groupe ayant peut-être trouvé un médicament efficace contre le coronavirus. En effet, un patient américain a positivement réagi à son traitement antiviral expérimental du VIH, le remdesivir, qui n'a toutefois pas encore reçu d'approbation de mise sur le marché.

Des tests cliniques sur le remdesivir en Chine

Gilead aurait reçu le feu vert des autorités chinoises de la santé pour mener un essai clinique à Wuhan sur 270 patients infectées par le coronavirus, selon des sources hospitalières citées lundi par l'agence 'Bloomberg'. Ces essais devraient durer jusqu'en avril prochain.

La revue 'New England Journal of Medicine' affirme par ailleurs que le remdesivir a été utilisé avec succès sur le premier patient atteint du 2019-nCoV aux Etats-Unis, un homme de 35 ans de retour dans l'Etat de Washington après un séjour à Wuhan, l'épicentre de l'épidémie.

Le remdesivir avait été testé lors de l'épidémie de virus Ebola en Afrique de l'Ouest, de 2013 à 2016, mais sans grand succès. Il a en revanche donné de bons résultats dans des tests sur des animaux affectés par des coronavirus proches de celui qui sévit actuellement en Chine, à savoir celui du SRAS et celui du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (Mers-CoV).

Une combinaison d'antivirus prometteuse testée en Thaïlande

AbbVie (+2,6% après +1,4% lundi), le groupe issu de la scission d'Abbott Laboratories (+1,8%) en 2013, bénéficie également de développements positifs en matière de traitement du coronavirus. Ses produits antiviraux font partie d'un groupe de traitements utilisé avec succès sur un patient victime du coronavirus en Thaïlande.

Les médecins thaïlandais ont combiné deux molécules utilisées en association contre le VIH, le lopinavir et le ritonavir (nom commercial Aluvia chez Abbvie), avec le Tamiflu des laboratoires Roche (+1,4% mardi à la Bourse de Zurich), qui a été utilisé contre le SRAS lors de l'épidémie de 2003.

Les deux molécules anti-VIH (lopinavir et ritonavir) sont aussi commercialisées par le laboratoire américain Abbott Laboratories sous le nom de Kaletra.

De son côté, Regeneron gagne mardi 5,2%, après +0,9% lundi. Les autorités sanitaires américaines ont annoncé une collaboration avec le laboratoire afin de développer un traitement contre le nouveau virus chinois, utilisant une classe de médicaments ayant servi contre Ebola.

Des retombées financières de court terme pour les laboratoires ?

Dans une note à ses clients, le courtier SVB Leerink se montre toutefois prudent sur les perspectives bénéficiaires de ces traitements pour Gilead ou d'autres laboratoires, au-delà d'un effet positif à court terme. "Les thérapies de cette nature produisent en général un coup de pouce financier de court terme, mais n'ont pas d'influence sur la valeur de long terme pour les actionnaires", estime ainsi Geoffrey Porges, l'analyste de SVB Leerink.

Malgré l'excitation associée au remdesivir, "la durée du traitement a tendance à être courte" lors des épidémies, et les prix de vente du traitement risquent d'être limités par les pressions des autorités sanitaires mondiales. En outre, la Chine pourrait mettre au point sa propre version du traitement, ajoute l'analyste.

Les "small caps" ne sont pas en reste

De nombreuses petites "biotechs" spéculatives profitent aussi du coronavirus en Bourse. Co-Diagnostic, qui a passé fin janvier une étape décisive dans le développement d'un test susceptible de détecter le virus, a vu son cours être multiplié par trois en un mois sur le Nasdaq. Même envolée à Paris pour la société française Novacyt, qui a lancé vendredi un test spécifique à la souche du coronavirus 2019-nCov. Le titre reste une "penny stock" à 0,52 euro.

Trois sociétés américaines de vaccins, Inovio (sélectionné par le consortium Cepi), Vir Biotechnology, dont les solutions sont actuellement en phase de test, et Novavax, ont aussi brillé ces derniers jours sur le Nasdaq.

Enfin, les fabricants de masques de protection sont au zénith, notamment le canadien Alpha Pro Tech (+45% sur un mois) et l'américain Allied Healthcare (+96% sur un mois), dont les cours ont cependant rechuté de 13% à 15% ce mardi.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON FÊTE SA 1ÈRE ANNÉE

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 29 février 2020 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 28/02/2020

Une erreur s'est malencontreusement glissée dans notre précédente dépêche. Les revenus 2019 sont de 68 000 et non 63 000 euros. Suit une version corrigée de l'article. Nanobiotix a publié un…

Publié le 28/02/2020

Nanobiotix a publié un chiffre d'affaires au quatrième trimestre 2019 de 20 000 euros. Les revenus 2019 du spécialiste de la nanomédecine sont de 63 000 euros. La position de trésorerie au 31…

Publié le 28/02/2020

Unibel a publié un chiffre d'affaires de 3,4 milliards d'euros pour l'exercice 2019, en croissance de 2,8%, ou +1% en croissance organique. Selon le groupe, celle-ci aurait été de +2% hors impact…

Publié le 28/02/2020

A la suite de ses récentes publications, le groupe Renault souhaite préciser que le plan d’optimisation, mentionné lors de la publication des résultats annuels 2019, et ayant pour ambition de…

Publié le 28/02/2020

Iliad S.A. annonce avoir finalisé vendredi, conformément à l’accord annoncé le 3 septembre dernier, la mise en œuvre de son partenariat stratégique avec InfraVia (fonds d’infrastructure…