En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 580.38 PTS
+0.31 %
5 528.00
+0.48 %
SBF 120 PTS
4 415.60
+0.30 %
DAX PTS
12 222.39
+0.57 %
Dowjones PTS
26 511.05
-0.18 %
7 713.49
+0.31 %
1.126
-

Boeing malmené en Bourse après la réduction de production du B-737

| Boursier | 179 | Aucun vote sur cette news

Le titre Boeing est reparti en nette baisse lundi à Wall Street. Le géant américain de l'aéronautique va réduire sa production de B-737, ce qui va affecter durablement son activité.

Boeing malmené en Bourse après la réduction de production du B-737
Credits Reuters

Le titre Boeing est reparti en nette baisse lundi à Wall Street, terminant sur une chute de 4,4% à 374,52$ à la clôture. Le géant américain de l'aéronautique et de la défense a annoncé vendredi soir après la clôture sa décision de réduire de près de 20% sa production de Boeing-737 MAX, ce qui va affecter durablement son activité.

L'appareil, le best-seller de Boeing, dont la version actuelle a été lancée en 2017, a été interdit de vol à la mi-mars, après le crash d'Ethiopian Airlines le 10 mars dernier, le deuxième accident de ce type d'avion depuis octobre 2018.

La production du 737 MAX va ainsi passer de 52 appareils par mois à 42, a indiqué vendredi le constructeur. Un comité va en outre passer en revue les procédés de conception et de développement des appareils.

L'annonce a aussi affecté lundi les sous-traitants de Boeing, dont Safran à Paris (-1,95%), Spirit AeroSystems (-5,1%), et Triumph Group (-6,1%) à Wall Street ainsi que Melrose Industries (-1,97%) à Londres.

La direction espère toujours une solution "dans les prochaines semaines"

Boeing semble donc se préparer à une interdiction de vol prolongée des 737 MAX. Des analystes et des représentants américains ont d'abord estimé qu'elle devrait durer encore deux mois, mais elle devrait vraisemblablement se prolonger au-delà.

Le B-737 MAX est impliqué dans deux accidents mortels, liés tous deux à un dysfonctionnement du système anti-décrochage de l'appareil (MCAS). Boeing a présenté un correctif logiciel de ce système, qui doit encore être testé et certifié par les autorités américaines de l'aviation (la FAA). Jeudi, le PDG de Boeing, Dennis Muilenburg, a reconnu la responsabilité du groupe et a assuré que Boeing avait presque achevé la mise à jour de son système MCAS, ajoutant qu'il anticipait une certification par la FAA et une installation dans les appareils "dans les prochaines semaines".

Les investisseurs s'interrogent néanmoins sur le carnet de commandes et le rythme de production du B-737 MAX, qui vont souffrir d'une crise de confiance, dont la durée et l'ampleur sont encore difficiles à anticiper.

Bank of America Merrill Lynch n'est plus acheteur de Boeing

Jusqu'à présent, les analystes s'étaient montrés plutôt optimistes sur la capacité de Boeing à surmonter ce problème et à remettre son B-737 MAX dans les airs, et n'avient pas procédé à des dégradations de leurs recommandations. Lundi cependant, Bank of America Merrill Lynch a tiré le premier, en abaissant à "neutre" contre "acheter" sa recommandations sur Boeing, en estimant que l'activité du groupe pourrait être perturbée pendant 6 à 9 mois, et non 3 à 6 mois comme précédemment anticipé.

De son côté, le courtier Canaccord Genuity a estimé dans une note que "l'interdiction de vol du MAX durera au moins jusqu'en juillet dans le meilleur des scénarios. La réduction de la production à 42 appareils par mois est pour nous le signe d'une incertitude accrue à court et moyen terme pour le programme du B-737 MAX et pour l'action" Boeing en Bourse.

Le titre du groupe d'aéronautique et de défense a perdu plus de 11% depuis le 10 mars, date de l'accident du B-737 MAX d'Ethiopian Airlines, ce qui représente une perte de 25 milliards de dollars de capitalisation boursière.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/04/2019

Communiqué de Presse Amundi - Déclaration de transactions sur actions propres Période du 15 au 18 avril 2019       Paris, le 19 avril 2019       Conformément à la…

Publié le 19/04/2019

Crédit Agricole Assurances annonce aujourd'hui la publication de son rapport sur la solvabilité et la situation financière. Depuis l'entrée en vigueur de Solvabilité 2 au…

Publié le 19/04/2019

Les six plus grandes banques américaines ont affiché des bénéfices supérieurs aux attentes des analystes pour le premier trimestre. En revanche les revenus sont ressortis inférieurs au consensus…

Publié le 18/04/2019

Le dividende sera détaché de l'action le 14 mai...

Publié le 18/04/2019

Groupe ADP vient d'inaugurer, le bâtiment de jonction de l'aéroport Paris-Orly, ORLY 3, en présence du Premier ministre Edouard Philippe, de la...