Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 598.61 PTS
-
5 609.00
-0.05 %
SBF 120 PTS
4 447.23
-
DAX PTS
13 815.06
-0.24 %
Dow Jones PTS
30 930.52
+0.38 %
12 996.54
+1.5 %
1.213
+0.06 %

Alphabet : les résultats du 4e trimestre attendus lundi soir

| Boursier | 309 | Aucun vote sur cette news

Après un 3e trimestre décevant, les attentes du marché pour le 4e trimestre sont conservatrices pour la maison mère de Google. Les analystes prévoient un léger recul du bénéfice net, malgré un bond des revenus.

Alphabet : les résultats du 4e trimestre attendus lundi soir
Credits Reuters

Lundi soir après la clôture de Wall Street, Alphabet sera le dernier géant d'internet à publier ses comptes du 4e trimestre 2019. Avant la maison mère de Google, la plupart des grandes "technos" (Apple, Amazon, Microsoft, IBM, Intel...) ont publié des comptes supérieurs au consensus, tandis que quelques unes, dont Facebook et AMD, ont déçu les marchés.

Le bénéfice net trimestriel d'Alphabet est attendu en légère baisse par les analystes, à 8,76 milliards de dollars pour le 4e trimestre 2019, contre 8,9 Mds$ sur la même période de 2018. Selon le consensus Factset, le bénéfice par action s'établirait à 12,57$ contre 12,77$ un an plus tôt. Les revenus devraient en revanche bondir de 19,5% pour atteindre 46,9 milliards de dollars contre 39,3 Mds$ dégagés un an plus tôt.

Sundar Pichai au gouvernail, Larry Page et Sergey Brin prennent du recul

Au 3e trimestre, Alphabet avait subi une chute de 23% de son bénéfice net à 7,1 Mds$ (10,12$ par action) contre 9,2 Mds$ (13,06$ par action) un an plus tôt, en raison de coûts élevés et d'une importante provision pour l'impôt sur les sociétés. Les revenus du T3 avaient en revanche crû de 20% à 40,5 Mds$.

Pour le 4e trimestre, les attentes des marchés sont assez conservatrices, après ce plongeon des profits au 3e trimestre. Il s'agit des premiers compte publiés sous la houlette de Sundar Pichai, qui a accédé en décembre au poste de directeur général d'Alphabet (poste cumulé avec celui de CEO de Google qu'il occupait déjà). 21 ans après la création de Google en septembre 1998, les co-fondateurs Larry Page (ex-CEO) et Sergey Brin (ex-président) ont décidé de prendre du recul par rapport aux opérations quotidiennes tout en restant impliqués dans le groupe en tant qu'actionnaires et membres du "board".

Revenus publicitaires et "cloud" comme moteurs de croissance

En janvier, un membre important de la direction, le directeur juridique de Google, David Drummond, a démissionné sur fond d'enquête sur son comportement vis-à-vis de ses collègues féminines. Par ailleurs, l'avenir d'Alphabet (comme ceux d'Apple, Amazon et Facebook) reste tributaire des enquêtes antitrust en cours aux Etats-Unis contre les géants de l'économie numérique.

Le groupe basé à Mountain View en Californie donne habituellement peu de détails sur ses comptes et ses prévisions. La forte croissance devrait être alimentée par les revenus publicitaires du moteur de recherche Google et de sa filiale vidéo YouTube, ainsi que par l'expansion des services de "cloud computing", dont Alphabet est numéro trois mondial, assez loin derrière les deux leaders de ce marché, Amazon et Microsoft.

Les 1.000 Mds$ de capitalisation seront-ils confirmés ?

En revanche, les bénéfices sont donc attendus en léger recul par rapport au T4 2018, la rentabilité étant toujours rabotée par une hausse des coûts, notamment les coûts liés aux acquisitions de contenu, les coûts de commercialisation de produits ainsi qu'une hausse des montants provisionnés pour l'impôt sur les sociétés.

A Wall Street, l'action Alphabet a gagné 28% depuis un an, une progression supérieure à celle du S&P 500 (+19%). La capitalisation boursière du groupe s'est hissée récemment au-dessus des 1.000 milliards de dollars (mais est revenue à 988 Mds$ vendredi soir), un club très fermé où figurent seulement Apple (1.350 Mds$) et Microsoft (1.290 Mds$), qui ont presque été rejoints vendredi par Amazon (996 Mds$), qui a bondi de 7,4% suite à des comptes trimestriels meilleurs que prévu.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/01/2021

Virbac reste vigilant à l'évolution de la pandémie dans les prochains mois et aux impacts sur l'activité....

Publié le 19/01/2021

Par courrier reçu le 13 janvier à l'AMF, Norges Bank indique avoir franchi en baisse, le 8 janvier, par suite de la restitution d'actions CGG détenues...

Publié le 19/01/2021

Préserver la santé et la sécurité des employés reste la priorité absolue du groupe Teleperformance...

Publié le 19/01/2021

La société a recours au dispositif de chômage partiel depuis le 19 mars 2020...

Publié le 19/01/2021

Précisions sur le capital et les Droits de vote....

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne