En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 200.55 PTS
+0.09 %
5 196.50
+0.06 %
SBF 120 PTS
4 124.28
+0.09 %
DAX PTS
11 447.12
+0.40 %
Dowjones PTS
25 954.44
+0.24 %
7 062.34
+0.00 %
1.134
-0.03 %

XV de France: Guy Novès aux prud'hommes pour "laver son honneur"

| AFP | 252 | Aucun vote sur cette news
Guy Novès alors sélectionneur du XV de France lors du match amical face au Japon à Nanterre le 25 novembre 2017
Guy Novès alors sélectionneur du XV de France lors du match amical face au Japon à Nanterre le 25 novembre 2017 ( FRANCK FIFE / AFP/Archives )

L'ex-sélectionneur du XV de France assure vouloir mener "le combat" de sa vie. Guy Novès va réclamer jeudi devant le conseil des prud'hommes de Toulouse 2,9 millions d'euros à la Fédération française de rugby (FFR) pour "laver son honneur".

Novès, 65 ans, était arrivé à la tête des Bleus en 2016. Mais 21 matches plus tard (7 victoires, 13 défaites, 1 nul), fin décembre 2017, il a été débarqué par le président de la FFR, Bernard Laporte.

Pour justifier le limogeage de celui qui possède le plus grand palmarès d'entraîneur de France avec 4 couronnes européennes et 10 boucliers de Brennus à la tête du Stade Toulousain, Bernard Laporte a fait valoir une "faute grave". Il a fait état d'un audit effectué auprès des clubs, des joueurs et des dirigeants qu'il n'a pas produit.

Devant la justice à Toulouse, Novès est décidé à se battre. Il veut pour commencer faire reconnaître l'illégalité de la décision, car il affirme en avoir pris connaissance dans la presse et pas selon les règles de droit, à savoir dans une lettre puis lors d'un entretien préalable au licenciement pendant lequel il aurait pu s'expliquer.

"Faute grave ?"

Ce non respect du droit a d'ailleurs été reproché à Bernard Laporte par ses opposants: "Il n'y a pas un chef d'entreprise qui licencie quelqu'un en annonçant son départ dans la presse", a déploré le président de la Ligue régionale d'Ile-de-France, Florian Grill.

En même temps que la conformité du licenciement, une première dans l'histoire d'un sélectionneur des Bleus en cours de mandat, c'est sa motivation que Novès veut aussi contester.

"Quelle faute grave ?" a-t-il déjà demandé après l'audience de conciliation des prud'hommes en mai, avant de reprocher à la FFR de "ne pas l'avoir laissé finir son travail". Et d'affirmer avec force vouloir "laver son honneur" car "pour moi, le plus important, c'est de retrouver le regard des gens"

Pour l'ex-sélectionneur, dont l'inimitié d'avec le président de la FFR était notoire, il pourrait s'agir aussi de faire admettre la préméditation et par conséquent le caractère vexatoire de son éviction. Certes, son limogeage est intervenu après une série six test-matches sans succès, ponctuée d'une contre-performance historique face à la modeste équipe du Japon (23-23).

Mais M. Laporte n'avait-il pas fait part de son désir de l'évincer s'il était élu en 2016 ?

"A Toulouse, il était Dieu"

Au total, avec son avocat Me Laurent Nougarolis, Guy Novès a prévu 21 points différents pour justifier les quelque "2,9 millions d'euros" qu'il veut demander en réparation: rupture du contrat de travail, harcèlement, perte des annuités de retraite, atteinte à l'image, règlement des heures supplémentaires (500.000 euros) ou repos compensateurs (200.000 euros).

Guy Novès (g) alors entraîneur du XV de France et le président de la FFR Bernard Laporte lors d'une séance d'entraînement à Marcoussis le 4 novembre 2017
Guy Novès (g) alors entraîneur du XV de France et le président de la FFR Bernard Laporte lors d'une séance d'entraînement à Marcoussis le 4 novembre 2017 ( CHRISTOPHE SIMON / AFP )

Selon Me Joseph Aguerra, défenseur de la FFR, il se prévaut notamment d'heures passées à regarder la télévision. "Ça part dans tous les sens", a déploré Me Aguerra.

Me Aguerra a indiqué qu'il plaidera en "l'absence de Bernard Laporte" mais en présence d'une "personnalité surprise" pour une "requalification du contrat de CDD" dont bénéficiait Novès, "en CDI".

Pour la FFR, dans un contexte économique difficile avec un déficit de 7,35 M€ pour l'exercice 2017-2018, cette modification contractuelle réduirait le coût de l'indemnisation.

Elle passerait sous le barème de la loi Macron (2 à 3 mois) et ne courrait plus jusqu'au terme du contrat (24 mois) a priori prévu à la fin de la Coupe du monde (20 septembre-2 novembre).

Quant à la faute grave, elle est constituée par "son mode managérial", estime-t-on dans l'entourage de la FFR.

"A Toulouse, il était Dieu. Il choisissait même le gardien du stade. Il est arrivé à la FFR et il n'a pas changé alors qu'il y avait des gens qui voulaient faire des choses. Il n'a pas su évoluer. Il a voulu faire comme à Toulouse", avance-t-on de même source.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/02/2019

CNP Assurances a enregistré en 2017 un résultat net part du groupe de 1,37 milliard d’euros en hausse de 6,4 % (+ 8,6 % à périmètre et change constants) principalement tiré par…

Publié le 21/02/2019

Axway a enregistré en 2018 un résultat net part du groupe de 11 millions d’euros contre 4,4 millions d’euros en 2017. Le résultat opérationnel d’activité a chuté de 21,2% à 31,9 millions…

Publié le 21/02/2019

La blessure à un genou de la future star NBA Zion Williamson a fait couler beaucoup d'encre...

Publié le 21/02/2019

Compte-tenu des moyens financiers de la société

Publié le 21/02/2019

Vallourec flambe de près de 22% à 2,11 euros, soutenu par des résultats annuels supérieurs aux attentes et des prévisions encourageantes. Les investisseurs sont rassurés par le bond du résultat…