En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 580.38 PTS
+0.31 %
5 528.00
-
SBF 120 PTS
4 415.60
+0.30 %
DAX PTS
12 222.39
+0.57 %
Dowjones PTS
26 559.54
+0.42 %
7 689.72
+0.00 %
1.124
+0.12 %

Suicides de policiers: un fléau persistant

| AFP | 252 | Aucun vote sur cette news
Un gendarme  est ses armes de service à Les Fosses dans les Deux-Sèvres, le 16 octobre 2018
Un gendarme est ses armes de service à Les Fosses dans les Deux-Sèvres, le 16 octobre 2018 ( Bertrand GUAY / AFP/Archives )

Avec 24 suicides dans ses rangs depuis le début de l'année, la police fait face à une recrudescence inquiétante des passages à l'acte. Ce phénomène n'est pas une "fatalité" selon Christophe Castaner, mais année après année le problème demeure, sans que les pouvoirs publics n'y trouvent une solution durable.

Un fléau persistant

Le "chiffre hors norme" des suicides depuis le début de l'année, concède un responsable de la sécurité publique, fait craindre une "année noire" comme celle qu'avait connue la police en 1996, quand 70 suicides avaient été recensés. Un triste record, pour l'instant jamais égalé.

En 2018, 35 policiers et 33 gendarmes se sont suicidés selon l'Intérieur. "Depuis 20 ans, le nombre de suicides varie en fonction des années entre 30 et 60 décès par an", expose une source policière.

Entre 2014 et 2016 le nombre de suicides dans la police est ainsi passé de 55 à 36 avant de remonter brusquement à 50 en 2017. La baisse était-elle due au premier plan de prévention du suicide, mis en place par Bernard Cazeneuve, ou à l'intense activité opérationnelle provoquée par la menace terroriste, qui aurait renforcé la cohésion entre policiers et su donner du sens au métier ? La police se perd en conjectures.

En 2019, des collectifs policiers insistent sur la surmobilisation des fonctionnaires dans le cadre du mouvement social des "gilets jaunes" pour expliquer la recrudescence des passages à l'acte. "Bien sûr qu'on s'est posé la question", admet le cadre policier, mais comme d'autres sources, il reste persuadé, sans nier la fatigue des troupes, que le sur-emploi n'est pas la cause mécanique de cette hausse. "Ce n'est pas corrélé", a déclaré M. Castaner.

Population à risques

Un policier devant le commissariat de Bordeaux, le 18 mai 2016
Un policier devant le commissariat de Bordeaux, le 18 mai 2016 ( GEORGES GOBET / AFP/Archives )

Citée par un rapport sénatorial consacré en 2018 au "malaise policier", l’épidémiologiste Gaëlle Encrenaz, co-auteure de la principale enquête sur le suicide policier en date de 2010, avait estimé qu'"en tenant compte des différences de structure socio-démographiques par âge et par sexe (...) le taux de suicide dans la police est supérieur de 36% à celui de la population générale".

C'est dans les rangs de la sécurité publique que l'on se suicide le plus. En volume ce sont les gardiens de la paix qui sont les plus touchés, mais en proportion, ce sont les commissaires qui commettent le plus souvent l'irréparable, avancent des sources policières, sans que des données officielles ne soient rendues publiques.

Syndicats comme associations de policiers sont ulcérés dès que l'on renvoie le passage à l'acte à des causes purement personnelles.

Sans nier "la complexité et le caractère multifactoriel de l'acte suicidaire", le rapport sénatorial souligne que "les difficultés propres aux forces de sécurité intérieure, comme la proximité avec la mort, les rythmes de travail décalés, ou encore le poids de la hiérarchie, constituent indéniablement des facteurs aggravants qui contribuent à expliquer cette prévalence du suicide en leur sein".

La délicate question de l'arme

Souvent mis en cause comme un élément facilitant le passage à l'acte, l'arme de service n'est pas un sujet consensuel. En 2015, le plan Cazeneuve prévoyait la généralisation des casiers individuels pour y déposer son arme à la fin du service. Mais les tueries du 13-Novembre et celle de Magnanville, où un couple de policiers avait été assassiné à son domicile, ont rebattu les cartes. Les policiers susceptibles d'intervenir à tout moment pour éviter un attentat ou même se défendre, ont été encouragés à porter leur arme hors service. Lors de son audition devant la commission d'enquête sénatoriale, le patron de la police nationale avait précisé que 60% des policiers qui se suicidaient utilisaient leur arme de service. "On est pris dans une injonction contradictoire", relève une commissaire.

Des plans successifs

Bernard Cazeneuve rencontre des policiers à Paris le 12 janvier 2015
Bernard Cazeneuve rencontre des policiers à Paris le 12 janvier 2015 ( BERTRAND GUAY / AFP/Archives )

En janvier 2015 le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve avait présenté une batterie de 23 mesures (recrutement de psychologues, redynamisation des cellules de veille, nouveaux cycles de travail, création d'un référent pour l'accompagnement des personnels, mobilisation de la hiérarchie) pour lutter contre l'hécatombe.

En mai 2018, réagissant encore à une vague de suicides, Gérard Collomb annonçait un nouveau programme approfondissant le plan précédent : accroitre la réactivité lorsqu'est détecté un fonctionnaire sur le point de passer l'acte, suivi et accompagnement des policiers présentant des signes de fragilité, par exemple en retour d'arrêt maladie. En 2019 Christophe Castaner appuie sur les mêmes leviers en y ajoutant les créations d'un numéro de téléphone dédié 24h/24 et d'une "cellule alerte prévention suicide".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/04/2019

Pour l'exercice 2018, Wedia affiche un chiffre d'affaires consolidé de 10,8 ME, en hausse de 16% par rapport à l'exercice 2017, soit 9,3 ME...

Publié le 18/04/2019

Les revenus locatifs de Carmila pour les 3 premiers mois de l'année 2019 s'élèvent à 89,2 millions d'euros, contre 82,1 millions d'euros en 2018 sur...

Publié le 18/04/2019

Implanet affiche pour l'exercice 2018 une perte nette de 5,55 ME, contre 6,61 ME un an auparavant...

Publié le 18/04/2019

L'assemblée générale des actionnaires de CNP Assurances qui s'est réunie le 18 avril 2019 à Paris a approuvé les comptes sociaux et consolidés de...

Publié le 18/04/2019

Accor a fait le point sur son activité du premier trimestre 2019. Ainsi, le groupe hôtelier a réalisé un chiffre d'affaires de 987 millions d’euros sur la période, en progression de 34,2% en…