En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 837.25 PTS
-
5 822.5
-
SBF 120 PTS
4 598.60
-
DAX PTS
13 105.61
-
Dow Jones PTS
27 909.60
-0.38 %
8 362.74
-0.41 %
1.107
+0.03 %

Grâce aux drones, le bidonville flottant de Makoko trouve sa place sur les cartes du Nigeria

| AFP | 304 | 5 par 1 internautes
Des enfants dans le bidonville flottant de Makoko à Lagos, le 23 octobre 2019 au Nigeria
Des enfants dans le bidonville flottant de Makoko à Lagos, le 23 octobre 2019 au Nigeria ( PIUS UTOMI EKPEI / AFP )

A bord d'une pirogue, John Eromosele géolocalise le "Canal Zume" sur son smartphone: "C'est le boulevard principal de Makoko, c'est normal que ça bouchonne", s'amuse-t-il, coincé au milieu de dizaines d'autres embarcations, dans l'immense bidonville flottant.

Avec les jeunes de la communauté locale et à l'aide de drones, l'ONG Code for Africa s'est donné pour mission de cartographier ce quartier, véritable trou noir en plein coeur de Lagos, la bouillonnante mégalopole économique nigériane.

Car officiellement, Makoko n'existe pas. Ses 300.000 habitants (peut-être plus, peut-être moins) et leurs cabanes de fortune construites sur la lagune, ne figurent sur aucun plan d'aménagement ni sur aucune carte.

"La plupart des rues n'ont pas de nom, et nos maisons n'ont pas de numéros, ou alors vous pouvez trouver 50 personnes différentes avec le même", se lamente Chief Albert Jeje, l'un des cinq rois traditionnels (Baale) de Makoko, seule autorité présente sur place.

Des habitants se déplacent en pirogue, dans le bidonville flottant de Makoko, à Lagos, le 23 octobre 2019 au Nigeria
Des habitants se déplacent en pirogue, dans le bidonville flottant de Makoko, à Lagos, le 23 octobre 2019 au Nigeria ( PIUS UTOMI EKPEI / AFP )

"Qui se soucie de pauvres comme nous? Les politiques ne viennent jamais nous voir, alors que nous vivons là depuis des siècles", poursuit le vieil homme.

Depuis le pont du Third mainland, qui relie la ville surpeuplée de Lagos aux riches quartiers des "îles", on aperçoit le halo de pollution émanant de Makoko.

On a beau l'appeler "la Venise de l'Afrique", les ressemblances avec la romantique cité italienne sont limitées. A Makoko, l'eau est noire, les déchets s'entassent à la surface. L'odeur mêlée de générateurs de diesel et de poisson fumé au feu de bois prend à la gorge.

Améliorer le quotidien

Un membre de l'ONG Code for Africa enseigne à des volontaires comment utiliser un logiciel pour cartographier le bidonville de Makoko, à Lagos, le 23 octobre 2019 au Nigeria
Un membre de l'ONG Code for Africa enseigne à des volontaires comment utiliser un logiciel pour cartographier le bidonville de Makoko, à Lagos, le 23 octobre 2019 au Nigeria ( PIUS UTOMI EKPEI / AFP )

L'immense labyrinthe insalubre ne connait pas l'électricité ni l'eau potable. Il n'a pas d'école publique, pas d'hôpital, pas de poste de police, pas d'administration non plus.

Le Nigeria est l'un des pays les plus inégalitaires au monde, avec plus de 112 millions d'habitants - sur quelque 190 millions - vivant dans la pauvreté, selon Oxfam International, qui estime que "les cinq plus grandes fortunes du pays (29,9 milliards de dollars) pourraient mettre fin à la pauvreté à l'échelle nationale".

Avec ce projet, lancé en septembre par Code for Africa, une ONG basée en Afrique du Sud et active dans une dizaines de pays du continent, une carte précise de Makoko et de ses principaux points d'intérêts sera désormais accessible à tous sur Internet.

"C'est un nouvel outil qui peut permettre aux organisations internationales ou aux autorités locales d'intervenir pour améliorer l'accès aux services de bases, à la santé et à l'eau par exemple", explique à l'AFP Jacopo Ottaviani, le responsable du projet, en grande partie financé par une bourse du centre Pulitzer.

Une enfant dans le bidonville flottant de Makoko, le 23 octobre 2019 à Lagos, au Nigeria
Une enfant dans le bidonville flottant de Makoko, le 23 octobre 2019 à Lagos, au Nigeria ( PIUS UTOMI EKPEI / AFP )

A l'image de Lagos et ses 20 millions d'habitants, l'ancien village de pêcheurs bâti à la fin du XIXe siècle n'a cessé de s'agrandir et de grignoter sur la mer. Pour commencer, 990 photos prises du ciel vont être assemblées avec l'aide de spécialistes du coding comme John Eromosele, pour former une seule et grande image.

L'ONG a sélectionné six jeunes filles de Makoko qu'elle forme à piloter les drones puis à collecter les données et les répertorier pour établir une première version de la carte. Le reste de la communauté pourra également ajouter du contenu au fil du temps.

Avec son téléphone, Abigail, 24 ans, note les coordonnées d'une usine de transformation de manioc sur pilotis. Un peu plus loin, c'est un boucher spécialisé dans la viande de chien. Là, une clinique de soins traditionnels ou encore un prêteur sur gage.

Urbanisation effrénée

Chief Albert Jeje, l'un des cinq rois traditionnels (Baale) de Makoko, seule autorité présente dans ce bidonville de Lagos, le 23 octobre 2019 au Nigeria
Chief Albert Jeje, l'un des cinq rois traditionnels (Baale) de Makoko, seule autorité présente dans ce bidonville de Lagos, le 23 octobre 2019 au Nigeria ( PIUS UTOMI EKPEI / AFP )

"On s'amuse en le faisant, et on apprend plein de choses", raconte la jeune fille. "Les gens sont parfois un peu méfiants, ils se demandent si ce qu'on fait ne va pas se retourner contre eux, alors on essaie de les rassurer".

Personne ici n'a oublié ce qui s'est passé en 2012: "les gens se sont réveillés un matin avec des affiches leur donnant l'ordre de quitter les lieux", raconte le chef traditionnel, Chief Albert Jeje.

Prétextant des "nuisances environnementales", l'Etat de Lagos a envoyé la police et des pelleteuses raser les bicoques en bois. Au moins une personne a été tuée alors que les habitants tentaient de résister à l'assaut. Ces violences, médiatisées, ont obligé les autorités à faire marche arrière.

Mais Makoko se sait en sursis: ces dernières années, d'autres bidonvilles de Lagos ont été rasés pour être remplacés par des immeubles résidentiels.

Avec l'urbanisation effrénée, le moindre mètre carré est âprement disputé et aiguise les appétits immobiliers. Et les plus pauvres se retrouvent relégués toujours plus loin, en périphérie de la tentaculaire mégapole.

Chief Albert Jeje espère que la carte de Makoko aidera ses habitants à revendiquer leurs droits sur la lagune: "Nous sommes des pêcheurs, si vous nous chassez de là, nous mourrons".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 09/12/2019

Les sociétés d'investissement de Jean-Charles Naouri, qui coiffent le groupe de distribution Casino, ont annoncé lundi avoir finalisé leurs projets de plans de sauvegarde.

Publié le 09/12/2019

Le groupe Avenir Telecom a réalisé un chiffre d'affaires consolidé de 15,2 millions d'euros au 1er semestre 2019-2020, quasiment stable par rapport à...

Publié le 09/12/2019

La cession de l'activité banque de détail de HSBC en France serait devenue une priorité, selon des sources syndicales citées lundi par 'Les Echos".

Publié le 09/12/2019

Prochaines rendez-vous à San Francisco...

Publié le 09/12/2019

Visiativ présentera le 8 janvier 2020 son 3e plan stratégique, baptisé Catalyst 2023, après avoir achevé avec succès ses deux précédents plans stratégiques avec un an d'avance...