En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 567.93 PTS
-0.07 %
5 567.50
-0.07 %
SBF 120 PTS
4 386.15
-0.11 %
DAX PTS
12 254.64
-0.70 %
Dowjones PTS
27 219.85
+0.00 %
7 888.76
+0.00 %
1.121
-0.11 %

Facebook appelle les Etats à mieux réguler les géants du numérique

| AFP | 293 | 5 par 1 internautes
Photo de la page d'accueil de Facebook, sur laquelle sont projetées des figurines, le 12 mai 2012
Photo de la page d'accueil de Facebook, sur laquelle sont projetées des figurines, le 12 mai 2012 ( Joël SAGET / AFP/Archives )

Facebook a appelé lundi les gouvernements à faire davantage en matière de régulation des géants du numérique, dont les pratiques sont souvent mises en cause notamment sur la protection des données ou la diffusion de fausses informations.

"Ce ne sont pas aux sociétés privées, qu'elles soient grandes ou petites, de proposer ces règles. Ce sont aux responsables politiques élus démocratiquement dans le monde démocratique de le faire", a déclaré Nick Clegg, responsable de la communication de Facebook, interrogé par la BBC.

Le Britannique, ancien vice-Premier ministre libéral-démocrate du Royaume-Uni, insiste sur le fait que les groupes comme Facebook doivent mettre en avant leur "expérience" en défendant les régulations plutôt qu'en s'y opposant.

Selon lui, il y a un "besoin pressant" de nouvelles "règles de conduite" que ce soit sur la vie privée, les élections, la protection des données ou les discours de haine.

Interrogé sur le référendum de juin 2016 sur le Brexit, M. Clegg affirme n'avoir "pas de preuve" d'une éventuelle interférence russe.

En déplacement à Berlin lundi après-midi, M. Clegg a fait valoir que la Chine n'attendrait pas les pays occidentaux pour règlementer internet.

"Si nous, en Europe et en Amérique,(...) ne commençons pas à travailler ensemble, nous sombrerons dans une nouvelle ère où internet n'est plus un espace universel mais une série de silos où différents pays établissent leurs propres règles et où les régimes autoritaires absorbent les données de leurs citoyens tout en restreignant leur liberté", a-t-il mis en garde lors d'une intervention à la Hertie School of Governance de Berlin.

"Le fait est qu'il n'y a plus un seul internet mais plutôt deux: la Chine et le reste du monde", a-t-il ajouté.

M. Clegg a expliqué être à Berlin pour la dernière d'une série de réunions avec des experts du monde entier au sujet de la création d'un "organe de surveillance indépendant" de Facebook qui prendrait des décisions contraignantes sur les contenus comme les propos haineux. Facebook, a-t-il précisé, vise la publication d'une "charte finale" cet été.

Facebook est régulièrement accusé de ne pas faire assez pour empêcher la diffusion de fausses informations notamment pendant les élections. Le réseau social est également sous le feu des critiques après plusieurs récents scandales sur les données privées et notamment une faille dans la sécurité de sa messagerie cryptée WhatsApp.

Les géants technologiques américains sont en outre dans le viseur des régulateurs qui les accusent de pratiques anticoncurrentielles, si bien que certains responsables politiques aux Etats-Unis plaident pour leur démantèlement.

Début avril, le patron et fondateur de Facebook Mark Zuckerberg avait déjà appelé les pouvoirs publics dans le monde à jouer un "rôle plus actif" pour réguler internet, enjoignant notamment plus d'Etats à s'inspirer des règles européennes en matière de protection de la vie privée.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/07/2019

Renault Logan et Renault Duster seront assemblés dans une usine existante de Coscharis à Lagos à partir d'octobre 2019

Publié le 18/07/2019

Trop ambitieux ?

Publié le 18/07/2019

Dernière grande banque à présenter ses comptes du premier trimestre, Morgan Stanley a réservé une bonne surprise. Sur cette période, la banque a enregistré un bénéfice net, part du groupe, en…

Publié le 18/07/2019

Wallix, éditeur de logiciels de cybersécurité et spécialiste européen de la gestion et de la protection des accès à privilèges, annonce l’acquisition de la société Simarks, un éditeur…

Publié le 18/07/2019

Le printemps n'aura pas été brillant pour l'audience radio globale qui recule sur un large front selon Mediamétrie pour la période allant d'avril à...