En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 971.79 PTS
-0.65 %
6 002.50
-0.07 %
SBF 120 PTS
4 706.86
-0.64 %
DAX PTS
13 388.42
-0.94 %
Dow Jones PTS
29 160.09
-0.09 %
9 216.98
+0.31 %
1.105
-0.34 %

Entre jeux vidéo et télé-réalité, le phénomène Loud au Brésil

| AFP | 404 | Aucun vote sur cette news
Les frères Guilherme et Arthur, 11 et 14 ans, observent le déroulement de la partie chez eux à Rio de Janeiro, le 3 janvier 2020
Les frères Guilherme et Arthur, 11 et 14 ans, observent le déroulement de la partie chez eux à Rio de Janeiro, le 3 janvier 2020 ( Mauro PIMENTEL / AFP/Archives )

Les Brésiliens Guilherme et Arthur, 11 et 14 ans, ont les yeux rivés sur l'écran, suivant pas à pas un personnage de jeu vidéo censé tuer tous les autres pour devenir le seul survivant sur une île.

Ils ne sont pas aux manettes, il se contentent d'assister sur Youtube à une partie de Barbara "Babi" Passos, Brésilienne de 21 ans championne du monde de Free Fire, jeu inspiré de films comme Battle Royale ou Hunger Games qui a séduit plus de 450 millions de joueurs à travers le monde.

Les adolescents peuvent voir le visage de la joueuse professionnelle sur un écran séparé et aussi entendre ses commentaires.

Cette vidéo aux millions de vues est issue de la chaîne brésilienne Loud, créée en février 2019 et classée en décembre "révélation de l'année" par Youtube dans son classement mondial Rewind, avec la plus forte progression en moins de 10 mois.

Loud, c'est aussi un collectif d'une douzaine de joueurs professionnels qui bénéficient d'infrastructures dignes de sportifs de haut niveau.

À l'image de concurrents d'un jeu de télé-réalité, certains d'entre eux vivent ensemble dans une villa à Sao Paulo (sud-est).

Ils passent leurs journées à s'entraîner et à enregistrer des vidéos pour Youtube, et reçoivent régulièrement la visite de spécialistes en production audiovisuelle ou en gestion de réseaux sociaux, mais aussi de psychologues ou de coachs de performance.

Les frères Guilherme et Arthur, 11 et 14 ans, sur leur mobile chez eux à Rio de Janeiro, le 3 janvier 2020
Les frères Guilherme et Arthur, 11 et 14 ans, sur leur mobile chez eux à Rio de Janeiro, le 3 janvier 2020 ( Mauro PIMENTEL / AFP/Archives )

Mais ces joueurs, âgés d'une vingtaine d'années, sont loin d'être confinés: ils voyagent à travers le monde pour participer à des compétitions internationales de Free Fire, dans des tournois dotés de primes pouvant aller jusqu'à 100.000 dollars.

"Babi", qui est l'une des deux seules femmes du groupe, a remporté la Free Fire World Cup à Bangkok avec la sélection brésilienne, en Thaïlande.

Chaque membre de l'équipe a sa propre chaîne Youtube en plus de Loud, avec des millions de fans: deux d'entre eux (y compris Babi) sont également dans le top 10 du classement mondial Rewind des révélations.

Vidéo avec Neymar

Loud a été fondé par Bruno Oliveira Bittencourt, plus connu sous le nom Playhard, pionnier du "game mobile", terme qui désigne les jeux en ligne pour téléphones portables ou tablettes.

Un de ses principaux faits d'armes: une vidéo enregistrée en juillet dernier aux côtés des footballeurs Neymar et Marquinhos, du Paris Saint-Germain, avec qui il a fait équipe pour une partie épique du jeu Brawl Stars.

Sa chaîne Youtube personnelle a plus de 10 millions d'abonnés, avec environ 1.700 vidéos comptant au total plus d'un milliard de vues.

"Quand j'ai créé ma chaîne en 2014, je me suis rendu compte que les vidéos avec des conseils et des analyses sur les jeux pour mobile étaient ceux qui remportaient le plus de succès", raconte à l'AFP ce jeune homme de 25 ans.

Avec Loud, outre fonder une Dream Team des jeux pour mobile, il veut fidéliser les fans grâce à des joueurs charismatiques, parfois mis en scène dans des vidéos qui n'ont rien à voir avec les jeux.

Sur l'une d'elles, on voit par exemple "Babi" recevoir un bouquet de fleurs avec une carte signée par un autre membre de l'équipe... à l'insu de ce dernier, dindon de la farce.

"Ils ont été sélectionnés non seulement pour leur qualité en tant que joueurs, mais aussi pour leur capacité à raconter des histoires", résume Playhard, qui sait à quel point le secteur est lucratif.

Il a même créé la ligne de vêtements Loud, vendus en ligne.

Marché en plein boom

Les frères Guilherme et Arthur, 11 et 14 ans, jouent à  Free Fire chez eux à Rio de Janeiro, le 3 janvier 2020
Les frères Guilherme et Arthur, 11 et 14 ans, jouent à Free Fire chez eux à Rio de Janeiro, le 3 janvier 2020 ( Mauro PIMENTEL / AFP )

En juin, la société d'analyse spécialisée Newszoo estimait que les jeux pour mobile allaient générer 68,5 milliards de dollars dans le monde entier en 2019, soit 45% du chiffre d'affaires total du marché des jeux vidéo.

Le Brésil est le plus gros consommateur sud-américain et le 13e mondial, avec un marché d'1,6 milliard de dollars.

D'après le sondage Pesquisa Game Brasil, plus de 57% des 75 millions de Brésiliens qui jouent aux jeux vidéo préfèrent les plateformes mobiles aux consoles.

"C'est beaucoup plus facile de jouer sur son portable que d'acheter des jeux pour console, c'est gratuit, et de nombreux jeux pour mobile ont une qualité d'image aussi bonne" que sur les consoles, explique le journaliste spécialisé Diego Borges.

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/01/2020

Goldman Sachs vise désormais les 169 euros pour l'action Safran.

Publié le 23/01/2020

Le Groupe Samse maintient sa stratégie de développement de son maillage existant des agences de négoces et des magasins de bricolage...

Publié le 23/01/2020

Les actions Hoffmann Green seront définitivement acquises par les bénéficiaires le 13 janvier 2022 sur condition de présence à cette date...

Publié le 23/01/2020

Au 31 décembre 2019, la trésorerie brute ressortait à 8 ME...

Publié le 23/01/2020

Le titre Renault a chuté de plus de 5% jeudi à 36,98 euros sur le marché parisien, de retour au plus bas depuis la fin 2012.