5 281.29 PTS
+0.29 %
5 274.00
+0.32 %
SBF 120 PTS
4 220.10
+0.28 %
DAX PTS
12 592.35
-0.06 %
Dowjones PTS
22 349.59
-0.04 %
5 932.32
-0.04 %
Nikkei PTS
20 296.45
-0.25 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Réforme du Code du travail: les points qui fâchent les syndicats

| AFP | 610 | Aucun vote sur cette news
Droit du travail : les changements
Droit du travail : les changements ( Paul DEFOSSEUX / AFP )

Qu'ils appellent ou non à manifester mardi, les syndicats contestent fortement plusieurs points de la réforme du code du travail et dénoncent un prolongement de la très décriée loi Travail votée en 2016.

Barèmes des indemnités prud’homales

Motif de satisfaction pour les organisations patronales, le plafonnement des indemnités prud'homales fait l'unanimité contre lui chez les syndicats.

Cette mesure, qui doit entrer en vigueur fin septembre, fixe le montant maximum des indemnités en cas de licenciement abusif à un mois de salaire en-dessous d'un an d'ancienneté et ne pourra dépasser 20 mois de salaire au-delà de 28 ans d'ancienneté.

Les syndicats ont dénoncé à l'unisson des plafonds beaucoup trop bas.

Toutefois, les juges pourront s'affranchir de ce barème en cas de "violation d'une liberté fondamentale".

Autre sujet d'inquiétude chez les syndicats, la limitation à un an (contre deux ans actuellement) du délai de recours aux prud'hommes pour tous les types de licenciement.

Ruptures conventionnelles collectives

Sur le modèle de la rupture conventionnelle individuelle du contrat de travail, il est prévu un mécanisme collectif. Une entreprise pourra lancer un plan de départs volontaires autonomes, en dehors d'un plan social, si l'administration homologue un accord en ce sens passé avec les syndicats. Le niveau des indemnités versées aux salariés volontaires sera fixé par l'accord d'entreprise.

Les syndicats contestent fortement plusieurs points de la réforme du code du travail et dénoncent un prolongement de la très décriée loi travail votée en 2016.  
Les syndicats contestent fortement plusieurs points de la réforme du code du travail et dénoncent un prolongement de la très décriée loi travail votée en 2016.   ( FRED TANNEAU / AFP/Archives )

Plusieurs syndicats craignent que cette mesure ne permette un contournement des plans de sauvegarde de l'emploi (PSE) ou permette de cibler les départs de séniors, même si le texte prévoit que l'administration doit s'assurer de l’absence de "discrimination entre les salariés de l’entreprise, notamment à raison de l’âge".

Fusion des instances représentatives

D'ici 2020, fusion des délégués du personnel, du comité d'entreprise et du comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail.

Tous les syndicats sont opposés à cette mesure, craignant une baisse des moyens dédiés aux instances. Ils plaidaient pour un statu quo. Lors de la concertation, ils ont obtenu que l'entité fusionnée conserve les compétences des trois instances et puisse ester en justice.

Ils craignaient également que la nouvelle entité intègre automatiquement les délégués syndicaux (chargés de négocier les accords). L'ordonnance prévoit cette option, mais seulement par accord.

L'inquiétude des syndicats demeure quant aux moyens (budgets, effectifs).

Le rôle de la branche

Avant la concertation, les syndicats, principalement FO, la CGT ou la CFE-CGC craignaient que la branche perde son rôle "régulateur" qu'elle détient actuellement dans des domaines réservés. Ils mettaient en garde contre une "inversion de la hiérarchie des normes" (qui fait primer l'accord d'entreprise sur la convention de branche et sur la loi), dans la continuité de la loi travail de 2016, pour le temps de travail.

Les ordonnances prévoient que la branche conserve son rôle régulateur sur cinq thèmes (qualité de l'emploi, minima conventionnels, classifications, mutualisation des financements paritaires, égalité professionnelle). Elles prévoient également que la branche puisse décider que ses accords priment sur l'entreprise (pénibilité, handicap, primes pour travaux dangereux, conditions d’exercice d'un mandat syndical).

En revanche, l'accord d'entreprise va primer sur tous les autres sujets, dont la prime d'ancienneté ou le 13e mois, une "ligne rouge" pour les syndicats.

Les licenciements économiques

Les syndicats le déplorent, les difficultés économiques des groupes qui licencient en France seront désormais appréciées au niveau du territoire national, et plus du monde.

Cette mesure, qui doit s'appliquer fin septembre, va, selon les organisations syndicales, faciliter le licenciement de salariés d'une filiale française, et ce même si leur groupe fait des bénéfices à l’échelle mondiale.

Ce point avait été envisagé dans un premier temps dans la loi El Khomri avant d'être abandonné par l'exécutif précédent.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/09/2017

Lors de l’Assemblée Générale Mixte des actionnaires d'Ubisoft, ces derniers ont approuvé toutes les résolutions à l'ordre du jour. Ils ont notamment approuvé le renouvellement des mandats…

Publié le 22/09/2017

La société Edify a conclu la totalité du capital de Thermo Technologies, holding de contrôle de Thermocompact, conformément à sa stratégie d'investissement dans des entreprises de taille…

Publié le 22/09/2017

Trigano a acquis 85% du capital de la société Protej d.o.o, propriétaire du Groupe Adria. Les 15% restants sont conservés par l'équipe de management d'Adria et pourront être acquis par Trigano…

Publié le 22/09/2017

      Information Réglementée                                                              …

Publié le 22/09/2017

Alstom a confirmé l'existence de discussions avec Siemens relatives à un possible rapprochement entre Alstom et la division Mobility de Siemens. "Aucune décision finale n'a été prise, les…

CONTENUS SPONSORISÉS