En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 305.22 PTS
-
5 304.50
-
SBF 120 PTS
4 258.26
-
DAX PTS
12 163.01
-1.58 %
Dowjones PTS
25 162.41
-0.54 %
7 354.66
-1.24 %
1.134
-0.06 %

A la tête de FO, Pascal Pavageau veut "réhabiliter" le syndicalisme

| AFP | 5841 | 4.86 par 7 internautes
Pascal Pavageau photographié à Paris le 4 avril 2018
Pascal Pavageau photographié à Paris le 4 avril 2018 ( JOEL SAGET / AFP/Archives )

Le futur numéro un de FO, Pascal Pavageau, condamne la "logique d'individualisation" de la société prônée selon lui par Emmanuel Macron et se prête à rêver d'une "réhabilitation" du syndicalisme, dans un entretien à l'AFP.

Celui qui doit être élu le 27 avril secrétaire général de Force ouvrière, précise d'emblée qu'il n'est pas franc-maçon et n'appartient à aucun parti. Une façon pour lui de marquer une distance avec Jean-Claude Mailly, à la tête du troisième syndicat français depuis 2004.

"Je veux incarner l'indépendance, ce qui est un changement depuis la création" de FO en 1948, après une scission avec la CGT: tous les secrétaires généraux de FO étaient adhérents du parti socialiste.

La ligne de ce presque quinqua issu de la fonction publique? Celle de FO "historique", c'est-à-dire "négocier à chaque fois qu'on peut le faire car la négociation est un rapport de force, un bras de fer intense".

Et ensuite? "Pas d'état d'âme" à aller à la contestation, qui va de l'action en justice à la grève et à la manifestation.

Approuvant la convergence des luttes prônée par la CGT, il lui préfère le terme "unité d'action". Mais elle "ne s'improvise pas et se prépare".

Le terrain semble propice, selon lui. "De plus en plus de travailleurs et de citoyens sont d'accord pour dire que la vision de Macron du nouveau monde où on est tous livrés à nous-mêmes, tous autoentrepreneurs, ne correspond pas à l'esprit d'une République d'égalité des droits".

- "Bombes à fragmentation" -

Plus globalement, il critique la "logique d'individualisation" prônée selon lui par le président de la République à l'opposé de sa propre vision, fondée sur le "droit collectif, l'égalité des droits et les valeurs républicaines".

Il est "frontalement contre" le compte personnel d'activité (CPA), mis en place sous François Hollande et qui, selon lui, "suit une logique de dévitalisation des droits collectifs et d'individualisation des droits que je ne partage absolument pas".

Plus généralement, "lorsqu'on obtient de nouveaux droits" dans une entreprise, une branche ou en interprofessionnel, il est "de la responsabilité de la puissance publique de les étendre ou de les généraliser pour garantir l'égalité des droits".

Le futur leader voit comme un "autoritarisme primaire", "quasi dictatorial" le fait que pour la réforme de la formation professionnelle, l'exécutif n'ait pas pris en compte le refus unanime des syndicats de transformer l'unité de mesure du compte personnel de formation (CPF), en euros plutôt qu'en heures.

Et raille "le big bang" de la formation professionnelle promis par Muriel Pénicaud avec cette réforme qui doit être présentée en conseil des ministres le 27 avril, en plein congrès de Force ouvrière. "Big bang, ça rime avec boomerang, qui peut mettre du temps à revenir mais revient toujours".

Face à la "com' très bien faite" et "extrêmement efficace" de l'exécutif, lui envisage de moderniser celle de Force ouvrière, promettant "phrases chocs" ou présence plus adéquate sur les réseaux sociaux où le syndicat "est mauvais".

Autre mission: "essayer de réhabiliter le syndicalisme dans l'esprit de chacun". "Syndicalisme ne rime pas forcément avec chemise arrachée ou pneu brûlé. C'est avant tout protéger et défendre les collègues et les salariés", relève-t-il.

"Syndicalisme, c'est un engagement", insiste-t-il, regrettant que "sur les plateaux télé, quand on a affaire à un représentant d'une association quelconque, c'est noble et positif, mais dès qu'il s'agit d'un syndicaliste, c'est tout de suite ringard, c'est l'empêcheur de tourner en rond".

Or l'enjeu est crucial car "les digues du statut, des conventions collectives, du Code du travail, de la Sécu sont très largement fissurées" et "le gouvernement pose des bombes à fragmentation sur ces digues" en vantant le "chacun pour soi, dans une logique de jungle".

(propos recueillis par Déborah Claude et Bertille Ossey-Woisard)

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
7 avis
Note moyenne : 4.86
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/08/2018

                                                          INSTITUT REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DE LA REGION NORD…

Publié le 15/08/2018

WISeKey Cybersécurité enregistre une croissance de plus de 60 % par rapport à la même période l'année dernière en raison d'un nombre croissant d'entreprises…

Publié le 15/08/2018

Intel perd 1,82% à Wall Street après avoir révélé que de nouvelles failles de sécurité ont été découvertes qui pourraient toucher ses processeurs. Sous le nom de code de L1 Terminal Fault…

Publié le 15/08/2018

En outre, le FCP renforce la position sur Econocom