En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 832.76 PTS
-0.43 %
4 828.5
-0.36 %
SBF 120 PTS
3 843.31
-0.37 %
DAX PTS
10 862.12
-0.03 %
Dowjones PTS
24 100.51
-2.02 %
6 594.96
+0.00 %
1.134
+0.30 %

Privatiser la Station spatiale internationale? Pas si vite, dit le Congrès à Trump

| AFP | 311 | Aucun vote sur cette news
Cette photo issue d'une vidéo publiée par la Nasa montre deux astronautes à l'extérieur de la Station spatiale internationale (ISS), le 16 février 2018.
Cette photo issue d'une vidéo publiée par la Nasa montre deux astronautes à l'extérieur de la Station spatiale internationale (ISS), le 16 février 2018. ( NASA / AFP )

Le projet controversé du président américain Donald Trump de privatiser la Station spatiale internationale (ISS) à partir de 2025 se heurte à l'opposition de nombreux élus du Congrès, y compris au sein de la majorité républicaine.

L'administration américaine a annoncé en février vouloir mettre fin au financement public de la station afin de rediriger les crédits vers d'autres projets d'exploration spatiale, notamment le retour sur la Lune et, à terme, l'arrivée sur Mars.

Mais ce projet est considéré comme simpliste par les experts et, crucialement, par les parlementaires qui contrôlent les cordons de la bourse.

"On ne peut pas tout faire, l'argent fédéral n'est pas illimité", a convenu Lamar Smith, président républicain de la commission des Sciences de la Chambre des représentants, lors d'une audition mercredi.

Mais le compte n'y est pas, a-t-il insisté. Les économies dégagées par un éventuel désengagement de la station internationale ne se monteraient "pas à grand chose". "Cela ne nous fera pas retourner sur la Lune ou ailleurs", a-t-il dit en tançant un administrateur de la Nasa.

En chiffres, la Nasa dépense aujourd'hui entre 3 et 4 milliards de dollars par an pour l'ISS, en incluant le coût des transports de fret et d'astronautes. Si la station était privatisée, les Américains continueraient à payer pour les missions d'exploration et de recherche, et l'économie pourrait ne s'élever qu'à un milliard par an, a estimé la chercheuse Bhavya Lal, de l'Institute for Defense Analysis, ce qui serait loin de suffire pour financer une mission vers Mars.

Selon elle, "il est peu probable qu'une station spatiale privée soit économiquement viable d'ici à 2025", a-t-elle aussi dit.

L'inspecteur général de la Nasa, Paul Martin, a lui-même officiellement conclu qu'il était improbable que des entreprises privées assument les coûts opérationnels de la station en 2024, estimés à 1,2 milliard par an.

La cause de la Station spatiale unit républicains et démocrates.

Le sénateur ultra-conservateur Ted Cruz - qui représente le Texas, où est basé le mythique centre spatial Johnson de la Nasa, à Houston - a juré mercredi que tant qu'il présiderait la sous-commission de l'espace, la station serait financée.

Lui et ses collègues veulent prolonger la durée de vie de la station jusqu'à 2028, au lieu de la date-limite actuelle de 2024, qui elle-même avait remplacé la date de 2020. L'ISS opère depuis 1998.

Reste à savoir comment financer à la fois la station et les missions d'exploration vers la Lune et Mars. A moins d'une hausse spectaculaire du budget de la Nasa, aujourd'hui d'environ 20 milliards par an, la réponse n'a pas encore été trouvée.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/12/2018

Ingenico (-6,45% à 53,68 euros) affiche l’une des plus fortes baisses de l’indice SBF 120, le spécialiste des transactions sécurisées ayant fermé la porte à un rapprochement avec les…

Publié le 17/12/2018

D'un point de vue graphique, le titre est sous pression après avoir stoppé son rebond technique aux environs du niveau de résistance majeur des 37.54 euros. Du côté des indicateurs techniques, le…

Publié le 17/12/2018

Asos plonge de 41,47% à 2 450 pence après avoir revu à la baisse ses prévisions annuelles, dans le sillage d’un mois de novembre nettement inférieur aux attentes. Ainsi, l’entreprise…

Publié le 17/12/2018

Compte tenu des bons résultats de 2CRSi en 2018, une prime a été décidée pour tous les salariés du groupe en France. Pour les salariés ayant un salaire annuel brut inférieur à 25 000 euros,…

Publié le 17/12/2018

SMCPSMCP est pour le moins malmené en matinée à Paris, en retrait de près de 10% à 13,4 euros...