En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 841.40 PTS
+0.02 %
4 832.00
-0.11 %
SBF 120 PTS
3 856.00
-0.09 %
DAX PTS
11 042.11
-0.27 %
Dowjones PTS
24 575.62
+0.70 %
6 658.76
+0.00 %
1.135
-0.22 %

Maurice Bourgeois, sur tous les fronts de 1914-18

| AFP | 387 | Aucun vote sur cette news
Photographie d'une carte postale publiée par le musée français Historial de la Grande guerre de Péronne, montrant des soldats français avec des masques pour se protéger du gaz
Photographie d'une carte postale publiée par le musée français Historial de la Grande guerre de Péronne, montrant des soldats français avec des masques pour se protéger du gaz ( - / Historial de Péronne/AFP/Archives )

"Celui qui n'a pas eu peur à la guerre n'existe pas", disait le général Bourgeois, dernier doyen gradé des "poilus" en France, mort à 106 ans en 2003, en livrant à ses petits-enfants le récit de son épopée guerrière.

Maurice Bourgeois fut de toutes les batailles, de la forêt de l'Argonne aux tranchées de Verdun, jusqu'à sa libération d'un camp de prisonniers dans le Holstein en Allemagne et le désarmement de l'ennemi à Berlin.

L'intégrale des souvenirs a été gravée sur bande magnétique dans les années 1970 et 1980 par son petit-fils, Hugues Bourgeois, et conservée par son autre petit-fils historien, Guillaume Bourgeois.

"On tremblait. Mais ça n'empêchait pas d'aller où on devait aller", confiait celui qui reste dans la mémoire familiale comme "GPG" ("grand-père général").

Né le 27 novembre 1896, "enfant de troupe avec une éducation patriotique et militaire profondément ancrée", Maurice s'engage à 17 ans au 46è régiment d'infanterie dit de "La Tour d'Auvergne" à Fontainebleau à la fin de l'été 1914, se souvient Guillaume.

A Mende, en Lozère, Maurice est rapidement repéré pour ses qualités de commandement et rejoint le peloton des aspirants.

Le général français Maurice Bourgeois, alors âgé de 101 ans, lors d'un repas d'anciens combattants de la Première guerre mondiale, le 24 septembre 1997
Le général français Maurice Bourgeois, alors âgé de 101 ans, lors d'un repas d'anciens combattants de la Première guerre mondiale, le 24 septembre 1997 ( Pascal GUYOT / AFP/Archives )

Première épreuve du feu en 1915, la forêt de l'Argonne, au lieu-dit "La fille morte", à quelques mètres des lignes ennemies. Le jeune officier se retrouve à la tête d'une vingtaine de "poilus" dont certains deux fois plus vieux que lui.

En 1916, c'est Verdun. Alors jeune sous-lieutenant, il se bat pendant la reprise des forts de Douaumont et de Vaux.

Première blessure. "C’était le 4 novembre", dans le ravin de la Fausse-Côte "une dégelée d’obus (...) un choc à la cuisse droite. Le sang mousse tout au long de ma jambe", raconte-t-il.

"J'ai pu m'agripper au ceinturon de l'agent de liaison (...) il fallait continuer, j'avais 50 hommes". Alors, Maurice, seul blessé de la section qu'il dirige, continue "clopin-clopant". Traversée du bois d'Ardomont exposé au feu de l'ennemi. "Il n'y avait pas souvent de répit à Verdun".

A l'abri 3603, un simple pansement à la jambe et "un quart rempli de chocolat.. Ah, la, la, que j'ai bu avec plaisir". Et bien sûr "un petit mot à ma mère".

- Au Chemin des Dames, le chlore -

En avril 1917, enfin une permission dans sa Normandie natale à Bernay, avant de rejoindre l'enfer du Chemin des Dames.

Là, le 21 octobre 1917, le régiment essuie de drôles "d'explosions pas franches", raconte Maurice. C'est l'ypérite, un gaz au chlore. Promu lieutenant la veille, il prévient ses hommes au sifflet et n'a pas le temps d'enfiler le masque. "L'œil est atteint, et toutes les parties humides, nez, bouche, jusqu'aux poumons.."

L'historien français Guillaume Bourgeois tient le livret d'officier appartenant à son grand-père, le général Maurice Bourgeois, à Poitiers le 10 octobre 2018
L'historien français Guillaume Bourgeois tient le livret d'officier appartenant à son grand-père, le général Maurice Bourgeois, à Poitiers le 10 octobre 2018 ( GUILLAUME SOUVANT / AFP )

En mars 1918, dans le secteur de Saint Quentin, nouvelle blessure à la jambe. "Et pan! Une deuxième balle fracture l'avant-bras, je suis pris de colère, et me retrouve assis sur le derrière".

Cerné, Maurice est fait prisonnier à Neuville-en-Beine (Aisne). Le médecin allemand bricole une attelle "avec un morceau de carton d'une boîte de macaroni".

Evacuation dans une brouette puis dans un wagon à bestiaux jusqu'au camp allemand d'Eutin, dans le Holstein. Ca sent la fin de la guerre. "Le 11 novembre, je me rase près de ma fenêtre, j'entends un hurlement +Armistice+! Des femmes allemandes sautent en l'air (..) La joie règne partout dans le camp, nous partons, libres, nous promener en ville (...) Sur la grand place d'Eutin, des soldats allemands chantent la Marseillaise, avec nous."

L'appartement de Maurice, avenue Daumesnil à Paris, est plein de souvenirs, y compris les douilles et éclats d'obus qui l'ont blessé. Les précieuses médailles religieuses de sa mère roulées dans un mouchoir ne l'ont pas quitté dans l'enfer des tranchées.

"Grand-père ne passait pas son temps à radoter sur la guerre. Il la racontait pudiquement et modestement, ni en victime, ni en héros", se souviennent ses petits-enfants.

En 1998 à Verdun, il préside pour la dernière fois les cérémonies à 102 ans, avec sa cravate de commandeur de la Légion d'Honneur. Ses médailles militaires, et celles de sa mère, l'ont accompagné dans la tombe.

rhl/ff/pjl/lch

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/01/2019

Pernod Ricard a créé la fonction d'"administrateur référent". Ce poste a été confié à Patricia Barbizet. Le conseil d’administration du buméro deux mondial des vins et spiritueux estime en…

Publié le 24/01/2019

L'indice flash composite en France s'est replié à 47,9 en janvier (48,7 en décembre), un plus bas de 50 mois. L'indice flash de l'activité de services s'est replié à 47,5 (49 en décembre), un…

Publié le 24/01/2019

STMicroelectronics a réalisé au quatrième trimestre 2018 un résultat net de 418 millions de dollars, en hausse de 35,4%. La marge d'exploitation du groupe "dont les clients couvrent toute la gamme…

Publié le 24/01/2019

COMMUNIQUE DE PRESSE NEXANS ANNONCE UN PROJET POUR ADAPTER SON ORGANISATION ET RESTRUCTURER SES ACTIVITES EN EUROPE L'ACCENT EST PLACE SUR L'EFFICACITE OPERATIONNELLE…

Publié le 24/01/2019

Elior Group a publié son chiffre d’affaires au 31 décembre 2018, pour le premier trimestre de l’exercice 2018-2019. Il s'est établi à 1,754 milliard d’euros, en progression de 3,5%. La …