En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 412.32 PTS
-
5 436.50
+0.45 %
SBF 120 PTS
4 336.96
+0.00 %
DAX PTS
12 358.74
-
Dowjones PTS
25 187.70
-0.50 %
7 401.17
+0.00 %
1.142
+0.20 %

Cyberattaque Wannacry: la Corée du Nord dément toute implication

| AFP | 337 | Aucun vote sur cette news
Un message apparaît sur un écran d'ordinateur prévenant l'utilisateur d'une cyberattaque, le 27 juin 2017 à Geldrop, aux Pays-Bas
Un message apparaît sur un écran d'ordinateur prévenant l'utilisateur d'une cyberattaque, le 27 juin 2017 à Geldrop, aux Pays-Bas ( Rob Engelaar / ANP/AFP )

La Corée du Nord a nié être à l'origine de la cyberattaque mondiale "Wannacry", qui avait notamment affecté le service public de santé britannique (NHS), qualifiant cette allégation de "tentative malveillante" pour renforcer les sanctions internationales contre Pyongyang.

Un porte-parole de l'Association Corée du Nord-Europe a démenti les accusations contre Pyongyang et mis en garde la Grande-Bretagne contre une "spéculation sans fondement".

"Cela dépasse les limites de ce que nous pouvons tolérer et nous porte à nous interroger sur les réelles motivations de la Grande-Bretagne", a-t-il ajouté, cité par l'agence officielle nord-coréenne.

Le 12 mai dernier, une attaque informatique avait affecté des centaines de milliers d'ordinateurs dans le monde, paralysant notamment les services de santé britanniques et des usines du constructeur automobile français Renault. Ses auteurs réclamaient une rançon pour débloquer les appareils.

"Wannacry" : Londres accuse Pyongyang ( Gal ROMA / AFP )

Le gouvernement britannique a accusé vendredi la Corée du Nord d'être à l'origine de l'attaque qui visait, selon Londres, à lui permettre d'accéder à des devises étrangères.

"Les tentatives du gouvernement britannique de lier à tout prix la RPDC à la cyberattaque ne peuvent être interprétées autrement que comme une tentative malveillante de pousser la communauté internationale à une plus grande méfiance vis-à-vis de la RPDC (République Populaire Démocratique de Corée)", a déclaré le porte-parole, employant le nom officiel de la Corée du Nord.

Pyongyang a déjà été accusé d'être à l'origine de plusieurs cyberattaques de grande envergure, notamment celle contre le piratage de Sony Pictures en 2014.

Le pays disposerait d'une unité comprenant quelque 6.800 spécialistes informatiques dédiés aux cyber-attaques, d'après le gouvernement sud-coréen.

La Corée du Nord est soumise à de sévères sanctions de l'ONU en raison de ses programmes nucléaire et balistique.

Face à cette situation, la Corée du Nord paraît, selon les experts, avoir développé ces dernières années ce type de cyberattaques pour tenter de se procurer des devises étrangères.

Wannacry avait frappé des ordinateurs du monde entier, provoquant un week-end de panique. Les chemins de fer allemands, le gouvernement espagnol avaient également été affectés.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/08/2018

En France, le taux de chômage au sens du BIT (Bureau international du travail) a reculé de 0,1 point au deuxième trimestre par rapport au premier : il ressort à 9,1% de la population active en…

Publié le 14/08/2018

Makheia va attribuer gratuitement des bons de souscriptions d’actions (BSA) à ses actionnaires existants, à hauteur d’un BSA par action détenue, cinq BSA permettant à compter du 23 aout 2018…

Publié le 14/08/2018

Vinci Energies, à travers sa filiale Eitech, leader suédois des travaux électriques et de l’ingénierie, a signé un contrat avec NCC Sverige AB portant sur la prise en charge de toutes les…