En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 100.72 PTS
+1.02 %
6 101.50
+1.12 %
SBF 120 PTS
4 798.09
+0.9 %
DAX PTS
13 526.13
+0.72 %
Dow Jones PTS
29 348.10
+0.17 %
9 173.73
+0.53 %
1.109
+0.02 %

Comment le monde a découvert l'existence des camps

| AFP | 166 | 5 par 1 internautes
Des prisonniers français observent une minute de silence, le 29 avril 1945, lors de la libération du camp de Dachau, près de Munich, en Allemagne
Des prisonniers français observent une minute de silence, le 29 avril 1945, lors de la libération du camp de Dachau, près de Munich, en Allemagne ( Eric Schwab / AFP/Archives )

A la fin de la guerre, la libération des premiers camps a peu de retentissement, mais les images de ce que les Alliés y découvrent, d'abord censurées, vont faire prendre conscience au monde de l'horreur de la Shoah.

La libération des camps de concentration et d'extermination nazis intervient dans le sillage de l'avancée vers Berlin des armées alliées et de l'Armée rouge.

Elle débute le 24 juillet 1944, avec la découverte du camp de Majdanek (dans la banlieue de Lublin, Pologne) par l'Armée rouge pour se terminer le 8 mai 1945 avec la libération de Theresienstadt (ou Terezin en tchèque) au nord de Prague.

Dès le mois de juin 1944, le Reichsführer Heinrich Himmler avait ordonné l'évacuation des camps avant l'arrivée des Alliés et le transfert des détenus vers d'autres camps.

L'ordre concernait en premier lieu les camps situés dans les pays baltes, menacés par l'avancée de l'Armée rouge. Avant de prendre la fuite, les officiers SS avaient pour consigne d'effacer les traces de leurs crimes.

Ainsi la libération, par l'Armée rouge, d'Auschwitz-Birkenau (Pologne), le 27 janvier 1945, a-t-elle été précédée par la dissolution progressive du complexe, à partir de l'été 1944 et par l'évacuation de plus de 60.000 détenus.

Lorsque les Soviétiques arrivent, ils ne découvrent que quelque 7.000 prisonniers, incapables de marcher et de suivre leurs camarades dans les "Marches de la mort".

La censure, puis le choc

La découverte des premiers camps n'a guère de retentissement auprès du grand public.

Des numéros de matricules tatoués sur les bras de prisonniers juifs polonais arrivant d'Auschwitz, le 28 avril 1945 dans le camp de Dachau, en Allemagne
Des numéros de matricules tatoués sur les bras de prisonniers juifs polonais arrivant d'Auschwitz, le 28 avril 1945 dans le camp de Dachau, en Allemagne ( ERIC SCHWAB / AFP/Archives )

Des commissions d'enquête russes et polonaises prennent bien des photos à Majdanek et à Auschwitz et les services photographiques de l'armée américaine réalisent un reportage sur le Struthof, seul camp de concentration nazi situé sur le territoire français actuel, mais les images ne sont pas diffusées auprès du grand public.

En France en particulier, les autorités ne veulent pas alarmer les familles sur le sort des "absents" (déportés, prisonniers de guerre, requis du travail obligatoire).

Un véritable tournant dans le traitement médiatique intervient le 6 avril 1945, avec la découverte du camp d'Ohrdruf, une annexe de Buchenwald (Allemagne). Quand les Américains, accompagnés du correspondant de guerre Meyer Levin et du photographe de l'AFP Eric Schwab, y pénètrent, ils voient les brasiers encore fumants, les prisonniers décharnés exécutés d'une balle dans la tête.

Le 12 avril, une visite officielle d'Ohrdruf est organisée pour les généraux Patton, Bradley et Eisenhower. "Je n'ai jamais de ma vie éprouvé un choc aussi profond", dit ce dernier. Leur décision est immédiate: "Toute censure doit sauter".

Le soir même, le quotidien français Ce Soir publiera à sa Une la réaction du général Patton - "Plus de pitié pour les bourreaux" - et l'image d'un charnier.

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/01/2020

Vinci Aéroport, filiale du groupe Vinci, a vu son trafic croître de 5,7% en 2019 dans les 46 aéroports qu'elle gère, à 255 millions de passagers. Les seuils de 50 millions de passagers, des 30…

Publié le 17/01/2020

Marie Brizard Wine & Spirits (MBWS) a annoncé la conclusion ce vendredi d'un accord tripartite portant sur la cession, par les prêteurs bancaires de MBWS, de la dette bancaire de la société à…

Publié le 17/01/2020

L'action Qualcomm a bondi vendredi de 4,5% après une recommandation positive de Citi Research.

Publié le 17/01/2020

Vinci Airports annonce aborder avec confiance l'année 2020

Publié le 17/01/2020

Imerys a conclu un accord pour l'acquisition du premier producteur indien de panneaux à base de silicate de calcium pour des projets d'isolation thermique dans des industries telles que le ciment, la…