En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 490.73 PTS
+0.21 %
5 479.00
+0.07 %
SBF 120 PTS
4 388.76
+0.05 %
DAX PTS
12 353.85
-0.17 %
Dowjones PTS
26 492.21
-0.26 %
7 563.19
+0.00 %
1.177
+0.02 %

Boeing et SpaceX en retard pour leurs systèmes de transport d'astronautes de la Nasa

| AFP | 331 | Aucun vote sur cette news
L'astronaute de la Nasa Serena Aunon-Chancellor, à bord d'un bus avant le lancement du Soyouz vers la Station spatiale internationale, le 6 juin 2018 à Baïkonour, au Kazakhstan
L'astronaute de la Nasa Serena Aunon-Chancellor, à bord d'un bus avant le lancement du Soyouz vers la Station spatiale internationale, le 6 juin 2018 à Baïkonour, au Kazakhstan ( Vyacheslav OSELEDKO / AFP/Archives )

Les deux sociétés ayant un contrat avec la Nasa pour transporter ses astronautes sur la Station spatiale internationale (ISS), Boeing et SpaceX, ne respecteront pas leur calendrier, qui prévoyait un premier voyage en 2019, selon un rapport d'audit gouvernemental.

Par conséquent, la Nasa pourrait ne plus avoir de moyen d'envoyer d'astronautes dans l'espace à partir de novembre 2019, quand aura lieu le dernier voyage retour d'astronautes américains de l'ISS vers la Terre via un Soyouz russe.

La Nasa a arrêté ses navettes spatiales en 2011 et se repose depuis sur les fusées russes pour emmener ses astronautes sur l'ISS. Elle a confié en 2014 à Boeing et SpaceX la charge de développer de nouveaux systèmes de lancement pour prendre le relais en 2019. Actuellement, il y a trois Américains, un Allemand et deux Russes à bord de l'ISS, où ils restent généralement cinq ou six mois.

Mais l'office fédéral indépendant Government Accountability Office (GAO) a confirmé dans un rapport publié mercredi que les deux compagnies étaient en retard.

Boeing, qui développe la capsule Starliner, ne devrait être certifié qu'en décembre 2019, au lieu de janvier. Pour SpaceX (capsule Dragon), en janvier 2020 au lieu de février 2019.

Conséquence: la Nasa risque de ne plus avoir de solution de transport après l'expiration du contrat avec les Soyouz russes, en novembre 2019.

"La Nasa explore diverses options potentielles, mais elle n'a pas de plan de secours pour éviter une interruption", épingle le GAO.

Le risque pourrait même être de neuf mois sans Américain dans l'espace, poursuivent les auditeurs du GAO, car il est possible que les deux sociétés américaines ne soient pas prêtes avant août 2020, selon une analyse interne de la Nasa.

Or la politique américaine prévoit un accès continu à l'ISS pour la Nasa.

Des solutions existent mais sont incertaines. Il semble improbable que la Nasa puisse acheter des sièges supplémentaires dans des Soyouz, car le processus de fabrication et de commande est généralement de trois ans, ce qui repousserait à 2021.

L'une des options envisagées est de faire revenir le dernier Soyouz en janvier 2020 au lieu de novembre 2019.

Une autre solution consisterait à faire voyager des astronautes lors des tests habités que les sociétés conduiront en théorie l'an prochain, ce qui présenterait un risque de sécurité plus important.

Le GAO a en outre critiqué les méthodes adoptées par la Nasa pour évaluer le risque de perte d'équipage, à savoir le risque d'accident mortel pour les astronautes.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

NOUVEAUTÉ - Bourse Direct lance ses Webinaires

Trader sur Indices, Matières Premières, Devises...
Lundi 2 octobre de 12h00 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Jeudi 11 octobre de 12h30 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 26/09/2018

Par courrier reçu le 25 septembre 2018 par l'AMF, la société Morgan Stanley plc (Wilmington, Delaware, Etats-Unis) a déclaré à l'Autorité des marchés...

Publié le 26/09/2018

EOS imaging, pionnier de l'imagerie médicale orthopédique 2D/3D, présentera la solution d'imagerie EOS et plus particulièrement spineEOS, logiciel de planification 3D en ligne, pendant le 33ème…

Publié le 26/09/2018

Et maintenant ?

Publié le 26/09/2018

D'un point de vue graphique, le titre poursuit son rebond et a dépassé le niveau de résistance des 96 euros. Du côté des indicateurs techniques, le RSI journalier a cassé une oblique baissière…

Publié le 26/09/2018

Déclaration de franchissement de seuil