En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 494.17 PTS
-
5 475.50
-0.13 %
SBF 120 PTS
4 397.14
+0.00 %
DAX PTS
12 430.88
-
Dowjones PTS
26 743.50
+0.32 %
7 531.07
+0.00 %
1.174
-0.09 %

Une ex-étoile montante de la Silicon Valley accusée d'escroquerie

| AFP | 293 | Aucun vote sur cette news
La patrone de Theranos Elizabeth Holmes à Laguna Beach en Californie le 21 octobre 2015
La patrone de Theranos Elizabeth Holmes à Laguna Beach en Californie le 21 octobre 2015 ( GLENN CHAPMAN / AFP )

Theranos et sa patronne Elizabeth Holmes, un temps vue comme une étoile montante de la Silicon Valley, prétendaient révolutionner les analyses sanguines: ils ont en fait trompé les investisseurs pour lever des centaines de millions de dollars.

La SEC, le gendarme boursier américain, a accusé mercredi Theranos, sa dirigeante-fondatrice Elizabeth Holmes et son ancien président Ramesh Balwani, d'être parvenus à lever "plus de 700 millions de dollars auprès d'investisseurs au travers d'une fraude élaborée qui a duré plusieurs années, pendant lesquelles ils ont exagéré ou menti à propos de la technologie, des activités et des performances financières de l'entreprise" de biotechnologie.

Ce dénouement, que la SEC présente comme une "leçon" pour la Silicon Valley, vient acter la chute d'Elizabeth Holmes, que certains comparaient à Steve Jobs, le défunt patron-fondateur d'Apple.

En lançant Theranos en 2003, à 19 ans, elle promettait des diagnostics plus rapides et moins chers que ceux des laboratoires traditionnels aux Etats-Unis, grâce à des méthodes présentées comme révolutionnaires, permettant jusqu'à 200 analyses avec une toute petite quantité de sang.

Mais une série d'articles parus fin 2015 dans le Wall Street Journal avait commencé à semer le doute sur la véracité de ces affirmations. Quelques mois plus tard, le ministère de la Santé avait lui aussi fait part de ses réserves.

En réalité, affirme la SEC dans son communiqué mercredi, le système vanté par la startup --basée à Palo Alto, en plein cœur de la Silicon Valley-- "ne permettait de réaliser qu'une toute petite quantité de tests, et la société réalisait l'immense majorité des tests des patients avec d'autres dispositifs fabriqués par d'autres" entreprises.

- 'Dire la vérité' -

Le PDG du géant chinois Alibaba, Jack Ma (D), l'ancien président américain Bill Clinton (G) et la patronne de Theranos Elizabeth Holmes le 29 septembre 2015 à New York
Le PDG du géant chinois Alibaba, Jack Ma (D), l'ancien président américain Bill Clinton (G) et la patronne de Theranos Elizabeth Holmes le 29 septembre 2015 à New York ( JP Yim / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP )

Theranos, Mme Holmes et M. Balwani avaient même affirmé que leurs produits étaient utilisés par le ministère américain de la Défense sur le terrain en Afghanistan et que l'entreprise aurait un chiffre d'affaires de 100 millions de dollars en 2014: en fait, le gouvernement n'a jamais utilisé ces produits et Theranos a dégagé en 2014 un revenu de ... 100.000 dollars.

Pour la SEC, cette affaire doit servir d'exemple à la Silicon Valley, qui fourmille de start-ups cherchant des financements et d'investisseurs aux poches pleines, avides de parier sur des entreprises qui se présentent presque toutes comme révolutionnaires.

Cette affaire "est une leçon importante pour la Silicon Valley", selon Jina Choi, directrice du bureau de la SEC à San Francisco, citée dans le communiqué de la SEC. "Les innovateurs qui cherchent à révolutionner et à bouleverser un secteur doivent dire aux investisseurs la vérité sur ce dont sont capables leurs technologies aujourd'hui, et non ce qu'ils espèrent qu'elles pourront faire un jour", ajoute Mme Choi.

Theranos et Elizabeth Holmes ont signé avec la SEC un accord amiable, aux termes duquel la dirigeante accepte de payer une amende de 500.000 dollars, cède le contrôle de l'entreprise et n'a pas le droit de diriger une entreprise cotée pendant dix ans. Elle devra aussi rendre à Theranos près de 19 millions d'actions qu'elle détient dans la start-up, qui était encore valorisée à près de 10 milliards de dollars en 2014. Cet accord, qui ne vaut pas aveu, n'empêche pas des poursuites judiciaires.

L'ancien président Ramesh Balwani sera poursuivi en justice par la SEC en Californie, a en revanche précisé un responsable de la SEC, Steven Peikin, pendant une conférence téléphonique.

"L'entreprise se réjouit de voir se clore cette affaire et a hâte de faire progresser sa technologie", ont indiqué dans un communiqué les "membres indépendants" du conseil d'administration de Theranos.

Sur la sellette depuis plus de deux ans, Theranos avait frôlé le dépôt de bilan et licencié l'an dernier 155 personnes, près de la moitié de ses effectifs, après avoir dû fermer fin 2016 laboratoires et centres, mettant au chômage du même coup 340 salariés.

La chute d'Elizabeth Holmes, jeune femme blonde à l'esprit combatif et brillant, est d'autant plus marquante qu'elle figura en 2015 sur la liste des 100 personnalités les plus influentes de la planète du magazine Time. Sa fortune était en 2014 évaluée à 3,6 milliards de dollars par le magazine Forbes, faisant d'elle la plus jeune milliardaire n'ayant pas hérité de sa fortune.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/09/2018

Bertin Technologies est entrée en négociations exclusives avec CT en vue de la cession de ses activités en modélisation multi-physique et informatique...

Publié le 24/09/2018

GL Events explique ce matin que l'Asie et en premier lieu la Chine sont aujourd'hui des zones en forte croissance dans tous les métiers de...

Publié le 24/09/2018

Le groupe GL events annonce le lancement d'une augmentation de capital avec maintien du droit préférentiel de souscription (DPS) des actionnaires d'un...

Publié le 24/09/2018

Casino dit avoir a été sollicité depuis quelques jours par Carrefour en vue d'une tentative de rapprochement...

Publié le 23/09/2018

                                                                         23…