En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 853.70 PTS
-0.88 %
4 822.0
-1.37 %
SBF 120 PTS
3 857.72
-0.89 %
DAX PTS
10 865.77
-0.54 %
Dowjones PTS
24 100.51
-2.02 %
6 594.96
-2.56 %
1.130
+0.00 %

Procréation, tests génétiques, embryon: les propositions du Comité d'éthique

| AFP | 311 | Aucun vote sur cette news
Le Comité d'éthique a ouvert la voie à l'extension de la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules en réaffirmant mardi qu'il y était favorable
Le Comité d'éthique a ouvert la voie à l'extension de la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules en réaffirmant mardi qu'il y était favorable ( MARCEL MOCHET / AFP/Archives )

Le Comité d'éthique (CCNE) a peut-être posé mardi les jalons de la future loi de bioéthique en se prononçant pour l'extension de la PMA à toutes les femmes ou pour l'assouplissement de l'accès aux tests génétiques.

Tour d'horizon de ses principales propositions, qui ne figureront pas forcément toutes dans la loi.

- PROCRÉATION

Quinze mois après un premier avis, le CCNE s'est à nouveau prononcé pour l'extension de la PMA (procréation médicalement assistée) aux couples de femmes et aux femmes seules et contre la GPA (gestation pour autrui, c'est-à-dire le recours à une mère porteuse).

En revanche, il a changé de position sur l'autoconservation des ovocytes. Il s'agit de la possibilité pour les femmes de congeler leurs ovocytes pour les conserver en prévision d'éventuels problèmes de fertilité après 35 ans.

Carte d'Europe avec les différentes législations concernant l'accès à la procréation médicalement assistée
Carte d'Europe avec les différentes législations concernant l'accès à la procréation médicalement assistée ( Laurence SAUBADU / AFP )

Alors qu'il y était opposé, il préconise désormais de la "proposer, sans l'encourager", sous réserve de limites d'âge minimales et maximales.

Enfin, le CCNE est favorable à l'ouverture de la PMA post-mortem, dans un cas précis: le transfert d'un embryon (c'est-à-dire sa réimplantation dans l'utérus de la femme) fécondé avec le sperme d'un homme avant sa mort. Il y voit le signe que le projet parental était déjà avancé avant la mort du conjoint.

- ANONYMAT DU DON DE SPERME

Le Comité d'éthique se prononce pour "la levée de l'anonymat des futurs donneurs de sperme", sous réserve qu'ils soient d'accord.

Cette revendication a été portée ces derniers mois par des adultes conçus par PMA, regroupés dans l'association PMAnonyme.

"Les modalités devront être précisées et encadrées", souligne le CCNE.

Le risque est de créer une inégalité entre les enfants conçus par PMA selon que le donneur accepte ou pas d'être identifié: certains enfants auraient alors accès à l'identité de leur géniteur, mais d'autres non.

"Seuls les donneurs favorables à l'accès aux origines devraient pouvoir donner", a proposé PMAnonyme. Pour les enfants déjà nés, l'association demande qu'on interroge les donneurs pour savoir s'ils accepteraient ou non de communiquer des informations.

- FIN DE VIE

Le CCNE juge que la loi Claeys-Leonetti de 2016 sur la fin de vie, qui interdit l'euthanasie et le suicide assisté, ne doit pas être modifiée. Il souhaite toutefois "qu'un nouveau plan gouvernemental de développement des soins palliatifs soit financé".

- TESTS GÉNÉTIQUES

Le CCNE propose qu'ils puissent être proposés à tous les couples ayant un projet parental, pour déceler la présence éventuelle de certaines anomalies génétiques. Il souhaite en outre "examiner de façon plus approfondie les possibilités d'extension du dépistage génétique à la population générale", via une étude pilote.

Hors motifs et encadrement médicaux, les tests génétiques sont interdits en France. Mais ils sont facilement accessibles sur internet, via des sociétés étrangères.

- EMBRYON ET CELLULES SOUCHES

Interdites sauf dérogation jusqu'en 2013, les recherches sur l'embryon et les cellules souches issues d'un embryon humain sont aujourd'hui strictement encadrées. Le CCNE propose de faire évoluer ce cadre.

D'abord, il veut séparer les régimes juridiques qui régissent ces deux types de recherche. Pour les cellules souches embryonnaires humaines, une déclaration suffirait.

Selon le CCNE, les questions éthiques sont moins liées à l'origine embryonnaire de ces cellules souches qu'à leurs utilisations potentielles. Capables de réparer ou remplacer tous les tissus de l'organisme, elles peuvent être multipliées à l'infini.

Par ailleurs, le CCNE "s'interroge" sur la nécessité de maintenir dans la loi deux conditions limitant la recherche sur l'embryon: "la finalité médicale et l'absence d'alternative".

Toutes ces préconisations "accélèrent la déshumanisation et l'eugénisme", a estimé la fondation Jérôme-Lejeune, qui soutient la recherche sur la trisomie et la lutte contre l'avortement.

- NEUROSCIENCES

Le CCNE est hostile à l'utilisation de l'IRM fonctionnelle (technique qui mesure l'activité du cerveau) dans le domaine judiciaire, la sélection à l'embauche, le marketing ou les assurances.

- DONS D'ORGANES

Le CCNE demande que les inégalités régionales en termes d'accès aux greffons soient résorbés. Elles sont particulièrement marquées entre l'outre-mer et la métropole.

- SANTÉ ET ENVIRONNEMENT

Le CCNE souhaite que les entreprises présentent chaque année un document sur la façon dont les questions relatives à l'environnement et à la santé sont intégrées dans leur fonctionnement.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

Carbios annonce la nomination de Ian Hudson au poste de Président du Conseil d’administration. Il succède à Jean Falgoux et prendra ses nouvelles fonctions le 1er Janvier 2019, après avoir été…

Publié le 14/12/2018

Deuxième séance consécutive de correction pour l'indice parisien...

Publié le 14/12/2018

Le Conseil d'Administration de SoLocal Group, tenu ce jour, a pris acte de la démission d'Arnaud Marion, qui suite à la prise de ses nouvelles fonctions exécutives au sein de Smovengo, a souhaité…

Publié le 14/12/2018

Dans la continuité de la politique de distribution de dividendes des derniers exercices, le Conseil d’administration de Kering a décidé, lors de sa réunion du 14 décembre 2018, le versement…

Publié le 14/12/2018

Compte tenu des bons résultats de 2CRSi en 2018, une prime a été décidée pour tous les salariés du groupe en France...