En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 552.34 PTS
+0.03 %
5 552.00
+0.05 %
SBF 120 PTS
4 380.30
+0.15 %
DAX PTS
12 260.07
+0.26 %
Dowjones PTS
27 234.64
+0.04 %
7 866.03
-0.48 %
1.121
-0.54 %

Les grandes vagues de chaleur en France depuis l'été 1976

| AFP | 274 | 3 par 1 internautes
Des vaches se tiennent le long d'une mare asséchée par la sécheresse dans la propriété d'un agriculteur dans la Sarthe, le 14 juin 1976
Des vaches se tiennent le long d'une mare asséchée par la sécheresse dans la propriété d'un agriculteur dans la Sarthe, le 14 juin 1976 ( STF / AFP/Archives )

La France, qui s’apprête à vivre à partir de dimanche une vague de chaleur intense, a déjà connu plusieurs épisodes de canicule ces cinquante dernières années, comme celui mémorable de l’été 1976 ou la canicule meurtrière d’août 2003.

Le terme canicule désigne, selon Météo-France, "un épisode de températures élevées, de jour comme de nuit, sur une période prolongée". Les seuils ne sont pas les mêmes d'une région à l'autre et la chaleur doit durer au moins trois jours.

La fournaise de 76

De fin juin à la mi-juillet 1976, tous les records de chaleur sont battus. Il faut remonter jusqu'en 1921 pour trouver de semblables conditions météorologiques.

En termes d'impact sanitaire, une vingtaine de départements voient leur mortalité s'élever de près de 10%, selon Météo-France.

L'absence prolongée de pluie est désastreuse pour l'agriculture. L'indemnisation des victimes de la sécheresse est financée en partie par une majoration exceptionnelle de l'impôt sur le revenu, baptisée "l'impôt-sécheresse".

1983 : chaleur intense

Une vague de chaleur intense s'abat sur la France entre le 9 et le 31 juillet 1983. Des pics sont enregistrés le 11 juillet à Nantes, Cognac (36°) et Carcassonne (35°). À Paris, il fait 33°.

La surmortalité sur l'ensemble de la France s'élève à 4.700 cas pour juin et juillet dont 300 décès dans la seule région de Marseille, imputables directement ou indirectement à la chaleur.

- 2003 : été meurtrier -

La canicule fait 15.000 morts entre le 4 et le 18 août 2003, particulièrement dans la région Centre et en Ile-de-France. Sur l'ensemble de l'été, le nombre des morts causés par la chaleur atteint 19.490 en France, selon une étude bilan publiée en 2007 par l'Inserm.

Le docteur Patrick Pelloux, président de l'Association des médecins urgentistes hospitaliers (Amuhf), baille après plusieurs heures de garde dans les couloirs du service des urgences de l'hôpital Saint-Antoine, le 13 août 2003 à Paris
Le docteur Patrick Pelloux, président de l'Association des médecins urgentistes hospitaliers (Amuhf), baille après plusieurs heures de garde dans les couloirs du service des urgences de l'hôpital Saint-Antoine, le 13 août 2003 à Paris ( THOMAS COEX / AFP/Archives )

L'été 2003 est le plus chaud jamais observé depuis le début de la mise en place d'un réseau d'observation en France. Des records sont enregistrés à Toulouse, Bordeaux, Limoges et Montauban, avec plus de 40 degrés le 4 août.

La chaleur met en évidence des dysfonctionnements des services de santé et l'isolement des personnes âgées, principales victimes de la canicule.

L'urgentiste Patrick Pelloux dénonce le 10 août la gestion de la canicule dans les hôpitaux. Le 18, le directeur général de la Santé Lucien Abenhaïm, dont les services sont mis cause par le ministre Jean-François Mattei, démissionne.

Le ministre lui-même sera remplacé en mars 2004 par Philippe Douste-Blazy qui élabore un "plan canicule". Celui-ci sera, dès lors, opérationnel tous les étés pour protéger les personnes âgées, handicapées, sans domicile et les très jeunes enfants.

- 2006 : chaleur en juillet -

Une vague de chaleur frappe la France du 10 au 28 juillet : la basse vallée du Rhône est la plus affectée, la mer atteint 30 degrés à Marseille. La chaleur aurait entraîné une surmortalité de plus de 2.000 décès en France, selon Météo-France/Inserm.

Des touristes se rafraîchissent au bord d'une fontaine de la pyramide du Louvre à Paris pendant une vague de chaleur, le 7 août 2018
Des touristes se rafraîchissent au bord d'une fontaine de la pyramide du Louvre à Paris pendant une vague de chaleur, le 7 août 2018 ( GERARD JULIEN / AFP/Archives )

2015 : trois épisodes

Trois épisodes de canicule entre le 29 juin et le 9 août 2015 entraînent 3.300 décès supplémentaires par rapport à un été normal (chiffre de InVs aujourd'hui Santé Publique France).

2018 : 1.500 morts

La France connaît une vague de chaleur du 24 juillet au 8 août 2018 et l'été 2018 se classe en moyenne comme le deuxième plus chaud de l'histoire de France, derrière 2003, selon Météo-France. La canicule de 2018 provoque environ 1.500 morts de plus qu'un été normal.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/07/2019

Le chiffre d'affaires de Nanobiotix au titre du second trimestre 2019 est de 31,9 KE...

Publié le 19/07/2019

Derichebourg a signé un contrat de prêt de 130 millions d’euros avec la Banque européenne d’investissement, destiné à contribuer au financement à long terme d’un programme pluriannuel…

Publié le 19/07/2019

Le chiffre d’affaires de Nanobiotix au titre du second trimestre 2019 est de 31 900 euros contre 77 300 un an plus tôt. Il provient de la refacturation des frais partagés liés à l’organisation…

Publié le 19/07/2019

Les investissements de ce programme pluriannuel concerneront principalement l'amélioration des taux de valorisation des matières traitées

Publié le 19/07/2019

Le mnémonique deviendra ALUNT