En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 909.45 PTS
-
4 892.0
+1.96 %
SBF 120 PTS
3 901.62
-
DAX PTS
10 929.43
+1.38 %
Dowjones PTS
24 527.27
+0.64 %
6 763.96
+0.89 %
1.136
-0.04 %

L'Estonie crée une base de données ADN pour 10% de sa population

| AFP | 465 | Aucun vote sur cette news
Les chercheurs du Centre national de génomique comptent enregistrer les gènes de quelque 11,7 % des 1,3 million d'habitants de l'Estonie
Les chercheurs du Centre national de génomique comptent enregistrer les gènes de quelque 11,7 % des 1,3 million d'habitants de l'Estonie ( GEORGES GOBET / AFP/Archives )

L'Estonie, petit pays balte champion d'innovation technologique, est en train de constituer une base de données abritant les renseignements génétiques de plus de 150.000 citoyens, soit plus d'un habitant sur dix, pour améliorer la prévention des maladies chroniques.

Les chercheurs du Centre national de génomique comptent enregistrer les gènes de quelque 11,7 % des 1,3 million d'habitants de l'Estonie.

Le projet a été lancé cette année avec un budget de cinq millions d'euros pour marquer le centenaire du pays. Il doit permettre aussi d'établir des cartes génétiques avec des analyses personnalisées du génotype pour cent mille volontaires.

"Plus nous aurons de données génétiques et plus nous obtiendrons de précision dans la recherche, et plus vite nous pourrons découvrir des variations génétiques liées à des maladies", a expliqué la porte-parole du Centre de génomique, Annely Allik, dans un mail adressé lundi à l'AFP.

La base de données intégrera les renseignements génétiques concernant plus de 52.000 Estoniens, collectés depuis l'ouverture du centre en 2001.

Les volontaires peuvent déposer leurs échantillons d'ADN dans les hôpitaux ou les laboratoires privés de Synlab, partenaire du projet. Ce dernier installe aussi des tentes sur les lieux d’événements sportifs pour y accueillir les donneurs d'ADN.

Les volontaires sont informés qu'ils ne pourront pas utiliser leurs données génétiques pour vérifier leurs relations familiales, car cela empiéterait sur la vie privée d'autres personnes.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 12/12/2018

Cette facilité modifie et proroge l'ouverture de crédit syndiqué signée par le groupe Nexans en 2015...

Publié le 12/12/2018

Dominico de Carvalho est nommé représentant permanent de la société Aviva France...

Publié le 12/12/2018

Les économies d'énergies réalisées par Gazonor au travers de ces nouveaux moteurs vont contribuer à l'amélioration de la rentabilité

Publié le 12/12/2018

L'assemblée générale ordinaire des actionnaires de Maurel & Prom, réunie sur 2e convocation, s'est tenue le 12 décembre (9h30) au Cercle National des...

Publié le 12/12/2018

  Paris, le 12 décembre 2018 N° 17-18   Compte rendu des Assemblées Générales  du mercredi 12 décembre 2018             Établissements Maurel &…