En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 084.66 PTS
-0.63 %
5 084.50
-0.56 %
SBF 120 PTS
4 076.70
-0.66 %
DAX PTS
11 553.83
-0.31 %
Dowjones PTS
25 444.34
+0.26 %
7 107.23
-0.12 %
1.151
+0.00 %

Au Gabon, des maisons irradiées attendent d'être détruites depuis 2011

| AFP | 333 | Aucun vote sur cette news
Une maison de la cité
Une maison de la cité "Rénovation" marquée d'une croix rouge supposée irradiée car construite avec des matériaux issus d'une ancienne mine d'uranium de la Compagnie des mines d'uranium de Franceville (Comuf), filiale du groupe français Areva, le 11 juillet 2017 à Mounana, au Gabon ( AMAURY HAUCHARD / AFP )

Quelque 200 logements, supposés irradiés car construits avec des matériaux issus d'une ancienne mine d'uranium à Mounana, dans le sud-est du Gabon, doivent être détruits selon une décision d'Areva de 2011, l'ancien exploitant de la mine. Mais six ans plus tard, ils sont encore debout et toujours habités, a constaté l'AFP sur place.

Dans la cité "Rénovation" de Mounana, où étaient logés une grande partie des travailleurs de l'ancienne mine d'uranium exploitée entre 1958 et 1999 par la Compagnie des mines d'uranium de Franceville (Comuf, filiale gabonaise d'Areva), des enfants jouent devant des maisons marquées d'une croix rouge.

Celles-ci ont été répertoriées par la compagnie minière comme ne respectant plus les standards français, qui imposent depuis 2003 une exposition radiologique maximale de 1 milliSievert (mSv), contre 5 mSv auparavant.

"Ces croix, elles veulent dire que les maisons doivent être détruites. Mais des gens habitent toujours dedans, même si c'est radioactif", dit Roland Mayombo, 77 ans, ancien travailleur, en montrant du doigt des maisons marquées.

Devant les maisons, organisées en un quadrillage précis, des habitants boivent une Regab, la bière locale, en jouant aux cartes. "On espère qu'on aura notre nouvelle maison bientôt, maintenant on a qu'ici où rester", dit l'un d'eux, jeune - cela fait dix ans qu'il habite, en famille, dans l'une de ces maisons de plain-pied, aux toits de tôles grisâtres et murs beiges, marquée d'une large croix rouge.

Dans la cité "Rénovation", 130 logements doivent être détruits, et 71 à d'autres endroits de Mounana, pour un total de 201 habitations, selon un rapport gouvernemental consultée par l'AFP. Près de 800 habitants vivent toujours à Mounana, ville nichée dans une cuvette de la province du Haut-Ogoué, pour 14.000 personnes au plus fort de l'exploitation, selon un ancien maire de la ville.

"Il a fallu du temps pour mettre en place le projet, (mais) il a bien démarré. Aujourd'hui, un premier lot de 24 logements est en train de se dresser, c'est une satisfaction", explique à l'AFP Gilles Recoché, président du Conseil d'admnistration de la Comuf, joint par téléphone depuis Libreville.

"C'est un engagement d'AREVA pris depuis longtemps et que nous respectons", ajoute-il, photo à l'appui.

"Rien n'a été fait! On nous oublie!", peste pourtant Moïse Massala, 82 ans, ancien géochimiste à la Comuf et membre du Mouvement des anciens travailleurs de la COMUF (Matrac), qui défend les intérêts des anciens travailleurs de la mine d'uranium.

"Et puis si on détruit la case, c'est qu'on accepte qu'il y a un problème de radioactivité. Pourquoi ils n'ont rien fait pour les gens qui habitent ces logements depuis 40 ans?", continue-t-il.

- Psychose -

Depuis la fermeture de la mine, en 1999, la crainte des retombées de la radioactivité sur les habitants et les anciennes infrastructures de la ville ont créé une psychose toujours présente et dont la justification n'est pas prouvée.

En 2004, des autorités locales et des enseignants d'un quartier de Mounana s'étaient déjà inquiétés de l'utilisation de "sable radioactif" pour la construction d'une école, selon une édition de l'époque du journal pro-gouvernemental, L'Union.

Selon la même source, une plainte avait été déposée, et la Comuf aurait dédommagé en 2006 les élèves et enseignants, à hauteur de 8 millions de CFA (12.200 euros).

La Comuf, en lien avec l'Union Européenne et l'Etat gabonais, a lancé après la fermeture de la mine la réhabilitation de plusieurs infrastructures de l'ancienne mine de Mounana.

La filiale d'Areva, détenue à 68,4% par le groupe français, a relancé entre 2009 et 2017 l'exploration sur le site de l'ancienne mine de Mounana, avant de "suspendre" ses activités. La Comuf reste néanmoins propriétaire du terrain.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/10/2018

SOCIETE DE TAYNINH       Paris, le 19 octobre 2018     COMMUNIQUE DE PRESSE       INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE   3ème TRIMESTRE 2018       Chiffre…

Publié le 19/10/2018

Nanobiotix a annoncé la présentation des résultats positifs de son étude de phase II/III Act.in.sarc évaluant NBTXR3 sur des patients atteints de Sarcome des Tissus Mous (STM) localement avancé…

Publié le 19/10/2018

  CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL SUD RHONE ALPES SOCIETE COOPERATIVE A CAPITAL VARIABLE Au capital actuel de 69 949 310,00 euros Siège social : 12 Place de la résistance…

Publié le 19/10/2018

Getlink a été retenu pour la neuvième année consécutive, par Gaïa Rating, parmi 230 sociétés analysées pour intégrer le Gaïa Index composé des 70 meilleures valeurs françaises. La note…

Publié le 19/10/2018

    Paris, le 19 octobre 2018     CESSATION ET MISE EN OEUVRE D'UN CONTRAT DE LIQUIDITE   À compter du 22 octobre 2018 et pour une période d'un an renouvelable…