En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 344.93 PTS
-0.08 %
5 350.5
+0.08 %
SBF 120 PTS
4 288.07
-0.06 %
DAX PTS
12 210.55
-0.22 %
Dowjones PTS
25 669.32
+0.43 %
7 377.54
+0.04 %
1.144
+0.00 %

Ingenico garderait un oeil sur SIX Payement Services

| Boursier | 546 | Aucun vote sur cette news

La division paiements de SIX pourrait coûter 2 milliards de francs...

Ingenico garderait un oeil sur SIX Payement Services
Credits Ingenico

[FR:FR0000125346:0]Ingenico[:FR] et [US:US32008D1063:0]First Data[:US] lorgnent la branche paiements de l'opérateur boursier suisse SIX, croit savoir Bloomberg. Mais ils ne sont pas seuls puisque plusieurs fonds d'investissement sont également cités par une source bien informée : Advent, Warburg Pincus, Hellman & Friedman et Bain Capital notamment. Un montant de 2 milliards de francs a été évoqué pour le périmètre, soit 1,7 milliard d'euros. Les offres initiales sont attendues début février. Aucun des protagonistes n'a souhaité réagir. La mise sur le marché de la division avait déjà été évoquée voilà plusieurs semaines, comme le prix de 2 MdsCHF du reste. Cette entité aurait réalisé environ 145 MCHF de bénéfices en 2016, ce qui la valoriserait 14 fois ses résultats passés. Faute d'un prix suffisant, SIX pourrait aussi être tenté de faire entrer sa filiale en bourse. C'est JP Morgan qui orchestre les opérations pour le compte du groupe.

La consolidation dans un secteur du paiement extrêmement morcelé avec l'avènement du paiement en ligne est un thème très porteur. Les acteurs historiques de la spécialité comme [FR:FR0000125346:0]Ingenico[:FR], se télescopent avec les banques, les intermédiaires technologiques et les entreprises innovantes de la fintech. Le groupe français a jusque-là pris le parti de se renforcer par briques plutôt que via une acquisition de très grande envergure. Le néozélandais Paymark et le chinois Airlink ont ainsi récemment rejoint le périmètre. Mais le Français s'autorise aussi des transactions plus importantes, à l'image du Scandinave Bambora, acquis l'année dernière pour 1,5 MdE.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/08/2018

Sur la semaine, le marché parisien abandonne 1,3%

Publié le 17/08/2018

A 08h00 en Allemagne
Indice des prix à la production de juillet.
source : AOF

Publié le 17/08/2018

Pendant ce temps, la SEC poursuivrait ses investigations

Publié le 17/08/2018

Communiqué de presse                                 Tours-en-Savoie, le 17 août 2018   Transfert du contrat de liquidité TIVOLY   TIVOLY…

Publié le 17/08/2018

Fox21 acquiert les droits d'adaptation du jeu vidéo à succès Vampyr, développé et coproduit par Dontnod Entertainment et édité par Focus Home Interactive, pour la production d'une série…